Le Blackened Thrash ou Black à tendance Thrash est devenu une véritable institution ces dernières années, et mieux vaut ne pas tenter de recenser tous les groupes se vautrant dans l’hommage lubrique et diabolique.

Pas forcément toujours inspiré, ce sous-genre à tendance à abriter en son sein des formations sévèrement obnubilées par BULLDOZER, DARKTHRONE, VENOM, SODOM et tous ceux ayant servi de référence à un instant T, se contentant de recycler ad vital aeternam des rythmiques nucléaires et des vocaux paillards, sur fond d’apocalypse musicale mesurée.

Mais après tout chacun y trouve son compte ou pas, et par rapport à l’ampleur de la vague Thrash old-school, le ratio reste encore largement raisonnable.

Ajoutons-y un nom déjà connu d’une poignée de fidèles, celui des Polonais de WITCHBURN, qui de leur baptême aux intitulés de leurs albums, ne font pas grand mystère de leur affiliation.

WITCHBURN fait même partie des piliers de la scène, puisque sa naissance remonte à 1997. Leur parcours plutôt erratique leur a permis de sortir une première démo en 2008, Prepare For The Sabbath, avant de connaître un sale passage à vide de plus d’une décennie, pour enfin accoucher de leur premier LP, Following The Witch en 2012.

Cinq ans de patience et de travail supplémentaires auront été nécessaires à l’élaboration de ce The Roots Of Darkness And Evil, qui se plonge en effet dans les racines du mal musical pour en extraire son essence la plus brute et directe.

Et avouons-le, la musique des Polonais s’abreuve à la source du Thrash dit « evil », celui-là même qu’affectionnait tant notre cher Metallion, et qu’il chroniquait à grands coups d’onomatopées dans son légendaire Slayer Mag.

Et avec des références avouées telles que VENOM, BATHORY, WITCHERY ou BEHEMOTH (quoique pour ces derniers, l’affiliation soit un peu plus obscure), le duo de Goleniów/Kopenhaga joue cartes sur table et ne cherche pas à noyer le poisson dans la mare de sang. En effet, ce deuxième longue durée se place lui-même sous des auspices troubles et violents, tout en gardant prise avec une indéniable forme de musicalité brutale.

Cinq ans de boulot auront donc été indispensables à l’élaboration de ce second album, qui reprend peu ou prou les principes du premier, en les affinant quelque peu. Si toute forme de délicatesse est proscrite dès le départ, Svart (guitare, basse et chant) et Tuna (batterie) font toutefois preuve d’une indéniable inventivité dans le choix des thèmes, qui acceptent comme dogmes les principes établis pas les grandes figures du genre. Alors évidemment, vous aurez souvent le sentiment d’écouter un album trop symptomatique des us et coutumes du genre, mais la passion insufflée par les deux musiciens dans leur projet fait plaisir à entendre, même si leurs références majeures crèvent les oreilles, puisqu’ils ne font rien pour s’en éloigner. Celle de feu Quorthon est assurément la plus présente, dans les intonations de voix de Svart, mais on note aussi de sévères traces du DARKTHRONE le plus Roll, expurgé de son sens du second degré parfois pitoyable, et souvent insupportable. Ici, la chose est traitée avec sérieux, mais avec tout le recul nécessaire à l’élaboration d’un album destiné à enthousiasmer les fans de sensations Black originelles, diluées dans des impulsions Thrash primales assez fascinantes et hypnotisantes.

Enregistré entre 2012 et 2016, puis mixé et masterisé en 2017 aux Winnem Sound studios, The Roots Of Darkness And Evil se veut survol inconscient de trente ans de musique brutale et sauvage, partant de l’étincelle diabolique de VENOM pour arriver jusqu’au BM des nineties, BEHERIT et MAYHEM en tête de liste, sans toutefois véritablement plonger dans le marigot du Black scandinave, beaucoup trop extrémiste pour notre duo. Ici, la musique garde cette empreinte Thrash très prononcée, et reste même parfois collée aux pas d’un SODOM énervé des premières années, tout comme celui de « Ausgebombt ».

L’art du changement de tempo est une des forces de WITCHBURN, qui n’hésite pas à caser plusieurs schémas dans ses compositions, qui d’un autre côté sont capables de passer sans vergogne d’un Thrash poisseux à un BM nerveux, sans autre forme de transition que les shunts entre les titres.

Les hymnes se taillent la part du lion, et chaque entrée est mémorisable, bien que définitivement reliée à une influence passée.

Ainsi, « The Oath Of Blood », rappelle clairement le BATHORY d’Under The Sign Of The Black Mark, avec toutefois une emphase sur la redondance rythmique et un lick de guitare bien plus accrocheur que les délires caverneux de Quorthon. Comme en plus, ce second LP bénéficie d’une très bonne production, profonde mais sans écho abusif, aux graves ronflants et aux médiums aplanis pour ne pas grésiller, le confort d’écoute est maximal, tout comme la portée brutale générale.

Timing raisonnable, sans délire étiré au-delà de toute décence, pour une petite demi-heure de brutalité maîtrisée, évoquant un joyeux et lubrique sabbat de forêt, dont le terriblement catchy « Sworn To The Dark », ou le surpuissant et très TANK/SODOM « Rebellion And Lust » pourraient être des fonds sonores parfaitement adaptés.   

En version courte (Under The Ashen Sky »), comme en version longue (« The Roots Of Darkness And Evil »), les Polonais sont à l’aise, et savent proposer des thématiques complémentaires et subtilement décalées pour ne pas tomber dans l’autocitation. Rythmique puissante et volubile, guitare ténébreuse mais accrocheuse, chant raclé et époumoné, la recette est d’usage mais appliquée ici avec un flair assez remarquable. Breaks bien sentis et parfois inopinés sinon inventifs, implication totale, et surprise finale via le mid tempo tubesque de « Myszeis » qui surprend de ses allusions au HM de l’est, direct et presque mélodique dans sa violence contenue.  

 

Au final, un album très travaillé, beaucoup plus complet qu’il n’en donne l’impression au prime abord, et qui ne contient aucune trace de remplissage ou autre poudre aux yeux de production.

 L’essentiel d’un Blackened Thrash ou d’un Bm subtilement thrashisé, qui a su honorer les anciens tout en tirant son propre tison du feu des enfers. Et croyez-moi, ça chauffe les pieds et les cheveux, et même si le Black’n’Roll parvient à sauver les siens, l’approche directe et frontale des WITCHBURN va faire des dégâts dans votre chambre au petit matin.


Titres de l'album:

  1. Exile
  2. Rebellion and Lust
  3. The Plague
  4. The Oath of Blood
  5. Under the Ashen Sky
  6. Sworn to the Dark
  7. Hell and Damnation
  8. Burning Forever
  9. The Roots of Darkness and Evil
  10. Myszeis

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/03/2017 à 14:55
75 %    285

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Backyard Babies

Silver & Gold

Pestilent Death

Chapters of Depravity

Torch Runner

Endless Nothing

Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019 Part. II

Simony / 26/06/2019
Punk Rock

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Concerts à 7 jours

+ Gorgasm + Cenotaph

03/07 : Quartier Libre, Reims (51)

Photo Stream

Derniers coms

J'aime beaucoup le premier album mais je suis passé à côté du deuxième. Vu le côté classique mon intérêt dépends aussi beaucoup de l'humeur du moment. Mais Willetts à retrouver un peu de voix j'ai l'impression.


Bof. Bof depuis toujours. La relève de Bolt-Thrower n'est pas assuré sur ce coup-là. Sans grand intérêt ce groupe et surtout une déception car j'en espérais beaucoup.


Le son était aussi radical que leur musique... Le genre de concerts où le circle-pit n'a pas sa place en somme, et où le public se prend juste un mur du son qui le paralyse.


Excellent ! Tout ça nous fait rêver et voyager avec vous. Merci !


Le morceau passe bien mais rien d'extraordinaire pas même en terme de old school. Video faite par un veteran de retour d'Iran d'après ce que je lis à la fin, le geste y est mais je doute de son intêret au vu de sa qualité que je trouve très passable.


Excellent !!! on y est totalement ! vivement la suite !


"On a le choix dans les saveurs proposées : 54 ou 58 degrés, l’un étant aussi dégueulasse que l’autre. Le premier shot goûte le pneu et râpe bien le gosier, le deuxième passe nettement mieux vu que le premier a annihilé ton sens du goût et cautérisé de ta langue jusqu’à ton estomac(...)


En effet, ça avait l'air ! Vu qu'un seul morceau en passant devant la Temple, mais ça ne faisait pas mine du tout !


Leur prestation au Hellfest fut d'une rare intensité.


En tout premier lieu, pardon de préciser que sur la photo choisie, on voit l'autre fou dangereux de Karl Logan qui pourtant ne fait plus partie du groupe. Si on veut le voir, c'est maintenant vers les archives de la police américaine qu'il faut se tourner...
En second lieu, Manowar est égal(...)


... et ce fut une des plus grandes prestations de ce Hellfest 2019. Personnellement je ne fus pas surpris car la dame exerce une musique d'un très très haut niveau, que ce soit émotionnellement ou techniquement parlant.
Par contre, je (ne) remercie (pas) tous les crevards et autres irrespec(...)


Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.