Cycles Of Hate

Anachron

27/08/2021

Autoproduction

Peut-on arguer du fait que la vague old-school actuelle est totalement anachronique ? En effet, qui y-a-t-il de pertinent à proposer des sonorités passéistes que les fans connaissent par cœur depuis l’émergence de la vague de la Bay-Area et de la déferlante allemande de la première moitié des années 80 ? Pas grand-chose en effet, si ce n’est tenter de caresser les fans dans le sens du poil, et fédérer la nouvelle génération sans manquer de respect à l’ancienne. Mais avouons-le nous sans peine, toutes ces sorties ne font que remuer le couteau dans la plaie du temps qui passe, et qui nous rappelle que les grandes heures de METALLICA, SLAYER, EXODUS, DESTRUCTION, KREATOR, SODOM, et autres sont loin derrière nous, et que nous avons tous atteint un âge plus que respectable.

Ainsi, les ANACHRON ont choisi le bon patronyme, puisqu’ils s’ancrent d’eux-mêmes dans cette mouvance nostalgique qui consiste à refourguer de vieux meubles en formica en les faisant passer pour du vintage de chêne très recherché. Ayant moi-même épuisé tous les articles originaux d’époque, et en possédant les neuf/dixièmes en support physique, je me réjouis assez hypocritement de cet intérêt pour le passé, qui me permet de retrouver des sensations enfouies sans avoir à réécouter pour la millième fois le même album. Et Cycles Of Hate fait partie de ces petits interludes ludiques qui me gardent collé à l’actualité, d’autant plus que le produit en question ne demande aucun effort pour être apprécié.

En seize minutes et trois morceaux, ces originaires de Santa Ana, Californie, prouvent leur connaissance du vocabulaire des années 80, et leur capacité à le reproduire quasiment à l’identique. Pourtant, quelque chose diffère de la masse de sorties qui encombrent les Bandcamp, et qui pousse à croire que les américains ont autre chose à offrir qu’une simple photocopie. En effet, en cumulant tous les sous-genres, Death/Thrash, Techno Thrash, Thrash progressif, les ANACHRON déroulent le tapis de l’histoire et font rouler leur propre petite voiture miniature dessus. On se prend alors d’intérêt pour cette musique moins prévisible qu’on aurait pu le croire, qui flirte parfois avec le Speed naissant, qui profite d’une production et d’un mixage datés pour sonner casher, et qui finalement, intrigue.

Si la guitare sonne encore un peu mièvre dans ses interventions mélodiques, si le son de la rythmique est un peu compressé, et si le chant est encore un peu tendre, l’ensemble délivre quelques indices quant à ses intentions, flirte avec les limites de vitesse pour provoquer le Speedcore et le Death/Thrash, et lâche de longues parties instrumentales assez efficaces pour dodeliner du chef. Produit de son époque née d’une autre, Cycles Of Hate sonne encore un peu chien fou avec ses plans se télescopant à bonne vitesse, laisse un arrière-gout d’inachevé, mais titille l’imagination. On se prend à rêver d’un longue-durée qui ferait le tri dans les idées pour proposer autre chose qu’un simple succédané des succès violents d’antan, et surtout, d’un trait d’union entre tous les courants étant nés de la fusion entre Hardcore et Metal.

Encore vert, mais appétissant quand même, ce court EP passe par toutes les ambiances, montre la physionomie d’un groupe en osmose (Addican Hatch - basse, Kevin Mejia - batterie et Jonathan Jimenez - guitare/chant, costauds, chevelus et musclés), et sa quintessence se trouve en toute fin de parcours, lorsque le redoutable et lapidaire « Remnants of Hate » synthétise les idées pour les faire converger, et redistribuer l’énergie de façon centripète. On est alors pris dans un vortex de puissance, d’accélérations fulgurantes, de riffs qui s’empilent et pallient les silences du chant, et ce lifting global se transforme en idée assez sympathique, laissant un sentiment de trop peu.

Alors, heureusement, j’ose espérer que le futur des ANACHRON reste encore à écrire, et qu’ils reviendront vers nous avec un album complet, et délicieusement anachronique. Ne suis-je versatile…     

  

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Desperation Act

02. Crossing the Line

03. Remnants of Hate


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 15/04/2022 à 18:12
78 %    438

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49