Alors qu'Alice commençait une partie de croquet avec la Reine de Cœur, le flamand rose lui servant de maillet exprima son désarroi de n'être considéré que comme un vulgaire objet de loisirs...Mais dès que l'injonction tonitruante de la souveraine condamna une autre carte à perdre sa tête, il plongea son regard dans celui attristé du hérisson faisant office de balle qui lui aussi, comprenait au même moment que leur funeste destin pourrait être bien pire...Mais ce que les deux ignoraient, c'est qu'Alice, pleine de malice et de triche dans son sac à surprises, allait gagner la partie contre la Reine,qui, furieuse, se métamorphosa en créature sublime prête à exaucer tous les vœux de ses sujets.

« Que souhaitez-vous, Ô peuple aimé qu'autrefois j’étêtais sans vergogne ni regrets ? » 

« Las du pain et des jeux, et du risque de perdre notre chef, nous voulons de la musique, à plein volume, pour oublier notre quotidien derechef ! »

N'y connaissant rien en musique, notre belle souveraine se tourna alors vers l'un de ses plus fidèles et chevelus sujets pour tenter de les satisfaire...

« Serafino, dis-moi, pourrais-tu m'aider à rendre joyeux ces fidèles sujets au poil soyeux ? »

« Oui ma Reine. Traverse le miroir, et traverse l'Europe. Vas au nord y rencontrer les KING COMPANY. Parce que d'une, ils sauront quoi faire pour rendre ton peuple fort joyeux, et en plus, ils tiendront compagnie à ton jovial mari sans te rendre marrie ». Dont acte, et après un périple long comme un jour sans lune, la Reine finit par embaucher un quintette chamarré, au verbe haut et au décibel fier, qui sur scène, allait faire trembler les fondations de son monde imaginaire...


Plus concrètement, c'est évidemment le label italien Frontiers qui nous offre aujourd'hui le second album des finlandais de KING COMPANY, sorte de supergroupe un peu plus humble que la moyenne, mais contenant dans ses rangs des membres et anciens membres de THUNDERSTONE, CHILDREN OF BODOM, WARMEN, KIUAS, KOTIPELTO, NORTHERN KINGS, et RASKASTA JOULUA. Des musiciens confirmés donc, sachant exactement ce qu'ils veulent jouer, et qui le jouent avec une conviction et une précision diabolique, sans perdre leur naturel en route. Sorte de jeunesse ayant l'expérience de vieux briscards, ce quintette du grand froid (Leonard F. Guillan – chant, Antti "Eversti" Wirman – guitares, Jari Pailamo – claviers, Time Schleifer – basse et Mirka "Leka" Rantanen – batterie) nous offre donc une suite à son premier opus, One For The Road, publié en 2016. Après deux ans de tournée, et un changement de vocaliste, les revoici donc prêts à mettre le monde à feu et à Rock, avec un nouvel opus ne trahissant aucunement leurs convictions, profondément ancrées dans la tradition d'un Hard-Rock mélodique et d'un Heavy subtilement harmonique, mélangeant les inclinaisons drues ouest-européennes et les options mélodiques du grand nord. Pas ou peu d'originalité à attendre donc d'un groupe qui préfère jouer la carte de la sincérité et de la sécurité, et tous les fans du gang retrouveront avec plaisir ce mélange frais entre douceur radiophonique et fureur épique, sur ce Queen Of Hearts qui a en effet bien des atouts pour remporter la mise. D'abord, repaissez vos mirettes de cette splendide pochette au trait girond et aux contours moelleux. Ensuite, glissez la rondelle entre vos oreilles pour constater que l'opération séduction continue au-delà du trait, et déborde des sillons, sans verser dans le mielleux. Car l'option choisie par les finlandais est toujours la même, nager entre deux courants pour se laisser porter par le leur, et louvoyer entre les influences pour assumer leur propre style avec aisance. Pas besoin donc de bouée pour surnager dans ce flot de notes et de riffs aiguisés, puisque les KING COMPANY ont su niveler les vagues sans pour autant aplanir les flots, proposant de fait un gigantesque Crossover entre Heavy traditionnel et Hard Rock mélodique à la scandinave, inventant une sorte d'AOR très musclé, devant tout autant son inspiration à JOURNEY qu'au WHITESNAKE le plus mordant.


Le changement de vocaliste n'a pas déclenché la révolution, et les douze nouvelles compositions continuent le travail entrepris sur le célébré One For The Road, avec un gros paquet d'hymnes travaillés pour la scène, qui claquent, qui fouettent, qui caressent sans paresse, mais sans trop abîmer les tympans pour ne pas s'aliéner les fans de fondant. On tombe donc au hasard du timing sur des hits potentiels forgés dans un acier malléable, ou dans un Metal inoxydable, sans que l'ensemble ne souffre de stéréotypes trop prononcés. La référence du ZEP est même palpable sur des chansons au parfum délicat comme« Berlin », que les KINGDOM COME et autres BADLANDS auraient pu populariser en leur temps, tandis que des intermèdes plus soft comme « Never Say Goodbye » empruntent au vocable de l'écurie Frontiers de quoi faire craquer les plus romantiques d'entre vous. Individuellement très capables, les musiciens ne se mettent toutefois pas en avant au détriment du collectif, et jouent en rang serrés pour proposer des structures éprouvées mais efficaces, où chacun à sa place, même ce clavier qui sait officier en contrepoint sans envahir l'espace des guitares. Ces dernières sont d'ailleurs méchamment aiguisées, que le ton soit foncièrement Hard (« Queen of Hearts », gros brûlot dans la plus pure tradition du Coverdale/PURPLE énervé), syncopé comme un inédit des WINERY DOGS bien planqué («One Day Of Your Life »), duveteux et subtil comme un drap de soie dissimulant un amour d'un soir se finissant tard dans la nuit (« Stars »), ou énergique comme un burner qui brûle le bitume aux petites heures naissantes d'un jour hardant («Learn To Fly »). En gros, une variété de fort bon aloi, qui permet à l'auditeur lambda de ne jamais s'ennuyer, d'autant plus que les refrains sont finement ciselés sans perdre de leur impact sauvage.


L'oeil torve louchant vers les charts (« King For Tonight », que les MAGNUM auraient transcendé à leur grande époque mélodisée), le geste précis et le cœur sur la main (« Living The Dream », ballade éthérée à l'acoustique policée), pour un final lourd comme le plomb et aussi suintant qu'un nouveau single de EUROPE (« Arrival », envolées vocales pleines de lyrisme et chœurs dégoulinant de dynamisme), et un résultat plus que probant pour un second tome qui sans dévier d'un classicisme formel, se permet quelques audaces personnelles histoire de ne pas sombrer dans l'anonymat d'une réalisation trop formatée. Belle confirmation pour les finlandais, qui s'affirment comme une nouvelle valeur sûre de la scène, scène qu'ils continueront de fouler pour conquérir les foules toujours promptes à se fédérer. Et une fois alanguie sur sa peau de bête fourrée, la Reine de Cœur n'aura plus le sien à décapiter, mais plutôt à se lover au creux de cette musique qui attendrit autant les mœurs qu'elle ne donne envie de se secouer. Du coup, Alice, rassurée, put de nouveau partir à la chasse au chapelier fou, histoire de ne pas être trop en retard pour le thé. Sauf que depuis le passage des KING COMPANYle Earl Grey a été transformé en Jack Daniels bien tassé. Ce qui a tendance à rendre les parties de croquet plus...difficiles à gérer.     

 


Titres de l'album :

                              1.   Queen Of Hearts
                              2.   One Day Of Your Life
                              3.   Stars
                              4.   Living In A Hurricane
                              5.   Under The Spell
                              6.   Never Say Goodbye
                              7.   Learn To Fly
                              8.   Berlin
                              9.   King For Tonight
                             10.   Living The Dream
                             11.   Arrival
                             12.   Good Thing


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 27/08/2018 à 15:52
78 %    318

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


The Central

Van Dyke Browne's Crystal

Jd Miller

Afterglow

Acid Reign

The Age Of Entitlement

Babymetal

Metal Galaxy

Numen

Iluntasuna Besarkatu Nuen Betiko

Mister Misery

Unalive

Goatess

Blood And Wine

Laetitia In Holocaust

Fauci Tra Fauci

Vhs

We're Gonna Need Some Bigger Riffs

Municipal Waste

The Last Rager

Magic Pie

Fragments of the 5th Element

Metallica

S&M 2

Spread Eagle

Subway To The Stars

Eggs Of Gomorrh, Sarinvomit

Encomium of Depraved Instincts

Klone

Le Grand Voyage

The Neptune Power Federation

Memoirs of a Rat Queen

Hatriot

From Days Unto Darkness

Throes

In The Hands Of An Angry God

Enforced

At The Walls

Violent Instinct

Simony / 15/10/2019
Roman

Bloodshed Fest 2019

Mold_Putrefaction / 13/10/2019
Crust

British Steel Saturday Night VIII

Simony / 13/10/2019
Heavy Metal

Interview ABBYGAIL

JérémBVL / 11/10/2019
Abbygail

Concerts à 7 jours

Chaos E.t. Sexual + Moonskin + Barabbas

19/10 : Le Klub, Paris (75)

+ Gutalax + Spasm

21/10 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Je suis assez d'accord avec toi Hummungus sur la qualité qu'aurait eu cet album avec Chritus, il a fallu que je l'écoute une bonne quinzaine de fois avant de pouvoir me dire : "OK, le chanteur a quand même des trucs intéressants, laisse-lui une chance." Toutefois, ils ont eu l'intelligence de me(...)


Bravo pour le travail accompli, le sérieux de la distro et le personnage attachant. Je me rappelle avoir vu des CDs de Manzer dans une boutique de CD/LP/shirts metal de Pékin, affiliée à Areadeath Records. Pas beau, ça ?


Intéressant.


Je ne vais pas rejoindre le chroniqueur dans son désir d'auto persuasion. Mais si certains y trouvent leur compte...


Modern melo metal


Bon... ... ...
Que dire si ce n'est que durant TOUTE l'écoute de cet album, je n'ai pas pu m'empêcher de m'imaginer Chritus au chant et de me dire que, de fait, la galette aurait été cent fois meilleure avec lui.
Alors évidemment, étant un pur inconditionnel du chanteur précité,(...)


Oh putain ! "Seconde B" quoi...


Super nouvelle ce retour de The Old Dead Tree. Mais j'ai bien peur qu'il ne s'agisse que d'un one shot malheureusement...


Des réponses sans langue de bois, comme on pouvait s'y attendre avec Shaxul. Un personnage !
En tout cas chapeau pour le travail accompli. La scène underground c'est uniquement grâce à des mecs comme lui qu'elle vit (même si c'est difficile aujourd'hui oui...). Le constat est sombre cert(...)


Oui, superbe album. Surtout que c'est le vieux fan que je suis qui parle. Certes, c'est moderne et différent mais la réussite est totale !!


Sur les extraits clippés présentés, je leur trouve un (gros) côté AVATAR aussi, non ? En tout cas, c'est efficace, aussi bien visuellement que musicalement !


Pareil que Kerry King, je reste sur Burn My Eyes (vus pour ma part avec Emtombed début années 90) et The Blackening qui reste un excellent disque. Pour le reste, je passe mon tour, mais live, ça sonne différemment en fonction de l'orientation de l'album en promotion. La tournée Locust fut bien (...)


Pareil vinyle d'époque et compile d'Agressor sortie il y a peu pour la version CD. Bon, les morceaux inédits, ce sont les démos ?


Ils ont pas dû aimé Secondé B...


C'est parce que j'ai loupé cette tournée à l'époque que j'ai la motivation dès que le Flynn Band passe dans mon périmètre.

Machine Head est en pleine refondation. C'est un moment très ressemblant, en plus important, à la période de gestation de "Through the Ashes...". Ce titre(...)


Morceau pas terrible voire assez ridicule, mais je serai à Lyon et pourtant j'ai bien plus de 25 ans. Ça me rappellera leur tournée avec meshuggah et mary beats jane.


J'aime et j'aime pas Machine Head suivant les albums, mais en live c'est très bon.


Très belle pochette.


Machine Head a quand meme m'y un bon coup de pied au cul a pas mal de monde sur Burn My eyes.

Le reste n'a rien d'extraordinaire, sauf le second et the blackening qui sont de bon défouloir.

Les deux albums Neo c'est du pompage pour surfer sur la vague.