Misanthropic Breed

Lik

25/09/2020

Metal Blade

Voici encore une chronique qui ne va pas exiger de moi beaucoup d’imagination. J’ai même failli utiliser un procédé peu catholique pour gagner du temps et vous duper, mais je vous respecte trop pour ça. Cela dit, pour parler de ce troisième LP des suédois de LIK, il m’eut suffi de prendre la chronique précédente, de changer le nom de l’album et les titres des morceaux, et je suis certain que personne n’aurait noté le subterfuge. Dans le mille Petronille, les rois du recyclage ont encore frappé et fait fonctionner la photocopieuse à plein régime, et ce Misanthropic Breed ne diverge que de deux ou trois notes de Carnage, paru il y a deux ans, à tel point qu’on se demande parfois si on ne réécoute pas la même œuvre. Toujours protégé par Metal Blade, qui croit dur comme fer au potentiel de ses poulains, LIK s’en revient donc nous narrer ses légendes de la Suède ancienne, lorsque les défricheurs de l’extrême imposaient leur froid point de vue au reste du monde, et si un ajout au line-up est à noter, c’est bien la seule chose inédite que je pourrai souligner. Non, admettons aussi que l’album a été enregistré at home, COVID oblige, sous la houlette de Lawrence Mackrory (DARKANE), dans la propre salle de répétition du groupe. Sinon, l’artwork a encore été confié à Mark Riddick, et les chansons sont toujours aussi empruntes de cette fascination pour les maîtres de DISMEMBER, qu’on croirait entendre dans l’ombre à chaque chanson qui défile dans nos oreilles. Certains se demanderont l’intérêt d’une telle entreprise, qui pousse le mimétisme dans ses derniers retranchements, et je serai en partie d’accord avec eux, d’autant que le Swedish Death à la mode old-school fascine de plus en plus et contamine même la France. D’autres au contraire se repaîtront de cette violence sourde et effective, retrouvant l’impulsion de Stockholm et des dérives glacées d’ENTOMBED et UNLEASHED. Alors, choisissez votre camp, puisque vous savez déjà ce qui vous attend.

Misanthropic Breed nouvelle ode à DISMEMBER donc, qui fraîchement reformé, pourra bientôt en remontrer à cette jeune génération qui n’a de cesse de piller son héritage. Pas grand-chose ne vient distinguer ce troisième tome des deux premiers, si ce ne sont quelques petits détails disséminés de çà et là, une basse plus ronflante, un break plus acrobatique, des effets de voix plus personnels, mais on sent que les musiciens sont de plus en plus à l’aise avec leurs personnages, et qu’ils poussent leur art de l’imitation à la perfection. On retrouve sur cette nouvelle livraison Jonas Antman (THE UGLY, OVERTORTURE, ex-DECADENCE) à la basse, ce qui transforme donc notre trio en quatuor, avec toujours aux commandes Chris Barkensjo (batterie), Tomas Akvik (chant/guitare) et Niklas ''Nille'' Sandin (guitare) qui s’en donnent à cœur joie dans le genre retranscription de langages anciens dans un idiome plus moderne. Toutefois, et encore une fois, tout ici respire l’air des nineties, tout sonne comme si le temps s’était arrêté en 1993, et comme si le Death suédois n’avait jamais évolué. L’impression est évidemment savoureuse, mais toujours aussi discutable d’un point de vue créatif, puisque les riffs, les rythmiques, le chant, les breaks, les soli, et tout autre détail semblent exhumés d’un album fantôme et inédit composé conjointement par DISMEMBER et ENTOMBED, mais en faisant fi de ce clonage habile, il est toujours possible d’apprécier ces purs hymnes à la violence nordique, toujours aussi bien troussés.

Je l’avoue, même si l’impression de déjà entendu m’a irrité les oreilles à la première écoute, j’ai noté une petite évolution des capacités du groupe. On sent qu’ils commencent à trouver leur voie, et qu’ils comptent exploiter des astuces plus personnelles, comme le démontre avec brio l’infernal et surpuissant « Female Fatal to the Flesh » et son titre à la MORBID ANGEL. Plus de mélodies, plus de down tempo, chant qui assume sa sècheresse, breaks plus pointus, et du coup, l’attention s’en trouve plus captivée. Il est donc possible qu’à l’avenir LIK s’en remette à son propre talent pour composer, et nous offre des morceaux plus intimes et révélateurs de sa personnalité. C’est peut être encore plus parlant sur « Funeral Anthem », la surprise de l’album, avec cette grosse basse qui s’impose enfin sur le devant de la scène, et cette optique plus catchy dans les riffs qui rappelle même l’extension Melodeath nordique. On a le sentiment sur ce titre que les suédois sont capables de se rapprocher du CARCASS de fin de carrière et de dévier un peu de leur trajectoire sans trahir leur crédo. Evidemment, pour le moment, ces digressions sont minoritaires dans l’hommage ambiant, ce que « The Weird » trahit de sa violence immédiate trahissant une fascination pour « Skin Her Alive » de qui-vous-savez, mais ces détails donnent de l’espoir quant à la suite des évènements qui sera peut-être moins prévisible que prévu.

Impeccablement produit malgré des conditions peu idéales, Misanthropic Breed n’en reste pas moins un énorme album de Death nostalgique de son propre passé, une fois encore. Les titres sont en grande majorité brillants, et d’une puissance à déterrer les ancêtres, et lorsque le quatuor appuie sur le turbo pour épaissir la sauce, ça donne des excroissances monstrueuses comme « Morbid Fascination ». Toujours aussi efficaces dans tous les secteurs de jeu, les musiciens déroulent leur savoir-faire, n’utilisant la vitesse qu’à bon escient pour nous entraîner dans une spirale de violence (« Wolves »), et signent encore un manifeste de respect, trop diront certains, mais même si les griefs s’accumulent à son encontre, on ne peut qu’éprouver de la sympathique pour un quatuor qui sait si bien s’y prendre pour nous replonger dans notre jeunesse. Car loin de se contenter de refourguer quelques plans appris par cœur, le groupe dose son effort, digresse sur des thèmes connus, et accouche de morceaux d’une puissance indéniable, nous ramenant au cœur de l’histoire pour mieux la réécrire à leur façon (« Becoming »). Du copié/collé certes, mais fameux, imparable, et qui finit par avoir raison de nos principes les plus sincères, au fur et à mesure que l’album égrène se litanies hivernales. Et comme le tout se termine par un featuring de Matti Kärki sur le fatal « Revel in Gore », tout n’est finalement que joie et allégresse, Death et tripes, zombis et dépeceurs, femmes nues et mortes et animaux empaillés plein de poussière. LIK nous a donc découpé une nouvelle part de gâteau conséquente, au glaçage épais, et qui trahit éventuellement une envie de changer un peu de recette.

En attendant le prochain cake au macchabé, on savoure encore, malgré la facilité de préparation exagérée.          

                                                                                                                                                                                                      

Titres de l’album:

01. The Weird

02. Decay

03. Funeral Anthem

04. Corrosive Survival

05. Female Fatal to the Flesh

06. Misanthropic Breed

07. Flesh Frenzy

08. Morbid Fascination

09. Wolves

10. Faces of Death

11. Becoming

12. Revel in Gore


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 22/06/2021 à 18:01
78 %    654

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16