Black Metal Excommunication

Eternal Majesty

03/12/2020

Those Opposed Records

« ETERNAL MAJESTY a toujours été dans la spontanéité. On joue quand on a envie de jouer. On n’a jamais vraiment réussi à faire des morceaux sous la contrainte. On n’est pas de bons businessmen, c'est un vrai supplice que de chercher un label, de faire de la promo, de vendre des albums… c'est pas du tout notre truc. C'est peut-être pour ça qu'on est toujours restés un peu en retrait par rapport à d'autres formations de la même époque. »

J’aime cette franchise qui de toute façon, correspond bien à un état de fait. Car malgré sa naissance dans les années 90 (1995 pour être plus précis), ETERNAL MAJESTY n’a jamais versé dans la prolixité, et s’est souvent contenté d’apparitions éparses, comme pour mieux marquer le coup à chaque fois. A la rigueur, le groupe n’aura connu une carrière dite « normale » qu’entre 2000 et 2008, lorsque sa production se rapprochait de ce que l’on peut décrire comme celle d’un groupe « raisonnable ». Dans cet intervalle de temps, les parisiens ont participé à trois splits, ont publié une démo, mais surtout deux longue-durée (From War to Darkness en 2003 et Wounds of Hatred and Slavery en 2006), entrecoupés d’une poignée d’EP’s. Et depuis ce dernier moyen-format baptisé Unholy Chants of Darkness, ETERNAL MAJESTY s’est fait étonnamment discret, à tel point que quatorze ans séparent aujourd’hui leurs deuxième et troisième LP. Ce troisième LP, si critique sur un parcours, et que les fans attendaient comme un antéchrist méchamment en retard, faisant même douter de sa survie. Mais grâce à Solstice Promotion, nous sommes aujourd’hui rassurés sur son état de santé, quoique son retour soulève quelques questions. En effet, avec seulement six/sept morceaux, et une demi-heure de musique, Black Metal Excommunication a de faux-airs d’excommunication pratiquée à la hâte entre deux offices, même si son titre évoque en effet une désaffection des musiciens aux codes inhérents à la production BM moderne.

Sans placer l’enjeu sur un niveau d’exception, admettons que Sagoth (basse), Thorgon (batterie), Martyr (guitare) et Navint Alfius (chant), n’avaient d’autre objectif que de se faire plaisir, et non de rivaliser avec la concurrence ou de briguer une place respectueuse qui leur est due, au regard de leur ancienneté. Le laïus d’introduction semble appuyer cette assertion, mais la musique encore plus. Avec ce troisième chapitre de leur longue saga, les français ont simplement voulu se faire plaisir, et faire plaisir à leur fanbase, en leur offrant quelques morceaux classiques et sans prétention. Des morceaux bien construits, efficaces pas uniquement focalisés sur les techniques et la philosophie en vogue dans les nineties, et certainement pas collés à l’éthique bruitiste des Black Legions, leurs quasi contemporains. Ici, le BM est traité d’un point de vue musical, sonne parfois Heavy comme IMMORTAL, groove, mais reste méchant et suintant. La production, propre et claire permet de saisir toutes les nuances d’une basse qui sinue sur son manche, et qui laisse la guitare ronronner en arrière-plan. Point de révolution à attendre donc de ce Black Metal Excommunication, qui ne mérite pas son excommunication, et qui rentre dans le rang d’un Metal sombre mais pas diabolique, un Metal hurlé, mais parfois scandé, un Metal accrocheur aux riffs classiques, et en définitive, une version assez modérée d’un genre extrême, très ancré dans les premières années de la naissance du groupe.

Composé et enregistré en deux ans « Black Metal Excommunication est un titre qui en dit long sur notre statut dans la scène Black Metal actuelle. L'envie de faire des morceaux revient, mais à notre échelle, (encore) plus en retrait. On n’a pas changé, on déteste toujours autant la promo et on n’a pas envie de démarcher ou de faire les hommes sandwich sur scène. On mettra ça à disposition de qui voudra bien l'écouter. »

Prenons acte de ce dilettantisme, et assumons la position du groupe, qui se considère toujours comme une entité à part, humble, mais bien décidée à endosser le costume de cousin éloigné qui revient de temps à autres pour donner de ses nouvelles. Des nouvelles qui ne semblent pas fraîches depuis la dernière visite Wounds of Hatred and Slavery, mais qui finalement, rassurent sur la lucidité. ETERNAL MAJESTY n’a jamais souhaité être un leader, et n’en sera jamais un, car il n’est pas assez expérimental ni assez brutal pour passer pour une référence. Et nous avons besoin de groupes comme ça, pour nous rappeler que le Black Metal est avant tout un mode d’expression artistique, et non un barnum en chapiteau sous lequel les groupes se défient en battle à grand renfort de grimaces et de gimmicks faciles. La musique présentée ici est simple, directe, souvent Heavy et soulignée de mélodies rachitiques à la guitare qui rappellent les origines nordiques du genre. Le seul reproche à formuler envers cette réalisation est sa durée, assez ridicule au vu de l’absence prolongée des musiciens, et avec en sus une intro et une outro, le timing est ramené à celui d’un EP compact, voire d’un seul titre de Black symphonique ou progressif.

« L'Appel De Neptune / Éternelle Majesté » appuie lourdement sur cette notion de comeback avec ses neuf minutes, entame comprise, et nous propose un résumé de ce que les parisiens savent faire de mieux depuis leur émergence, ces longs morceaux à tiroirs, qui aménagent des breaks, qui retrouvent la grandiloquence du BATHORY viking, et qui n’hésitent pas à intégrer des arrangements pour sonner plus riche. Le reste oscille entre emphase dramatique, vitesse raisonnable et respect des codes, des codes que la groupe s’interdit de briser pour rester à cette place qui lui est chère : celle de l’outsider qui sort de l’ombre quand il le souhaite, et qui ne parle que lorsqu’il a quelque chose de pertinent à dire. En 2020, ETERNAL MAJESTY est sorti de son silence pour prendre la parole en musique, mais son discours est net, sans bavure, et précis. A vous de voir si cette sortie mérite votre intérêt, mais elle a au moins le mérite de ne pas déroger à l’éthique du combo.    

    

                                                                                             

Titres de l’album:

01. L'Appel De Neptune / Éternelle Majesté

02. Excommunication

03. Les Damnés

04. L'Aube Sanglante

05. Aux Portes Du Temple Noir

06. L'Appel De Netptune (Part. II)


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/12/2020 à 14:31
78 %    267

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51

Humungus

Ne nous voilons pas la face MorbidOM :Nous sommes vieux bordel !!!

17/04/2021, 08:51

Gargan

Très belle punchline finale haha !

17/04/2021, 08:41

MorbidOM

Je partageais les mêmes craintes d'autant que le dernier n'était pas forcément un accident (ça faisait un moment que le groupe tournait un peu en rond, d'ailleurs l'avant dernier si il était moins mauvais était déjà d&eacu(...)

17/04/2021, 02:21

Buck Dancer

J'etais parti pour dire du mal, j'en avais tellement envie vu ce qu'il reste du groupe et ce qu'il est devenu, mais je trouve le morceau presque bon. Surprenant dans sa construction, pas trop linéaire et avec des riffs pas si convenu. Puis il y a le chant bien hargneux (...)

16/04/2021, 23:53