Tout ça commence comme une histoire australienne, bondissant entre les boules de végétation qui roulent dans le désert, et pourtant, l’action se situe aux antipodes de l’axe austral, puisqu’elle se déroule en Finlande. Mais on sait depuis longtemps que les pays scandinaves sont capables de faire monter la température encore plus haut qu’un habitant de Melbourne, Los Angeles ou Mexico City, et finalement, la surprise n’en est pas si grande au moment de découvrir le sophomore de la créature BEAST IN BLACK. Alors non, malgré les similitudes, malgré ce riff qu’on croirait fauché des poches d’Angus Young, malgré cette batterie élastique et épileptique piquée dans le coffre à idées des AIRBOURNE, « Cry Out For A Hero » n’est pas une aventure australienne, mais bien une entame dans la plus pure tradition finlandaise de ces dix dernières années. Mais nous n’avons pas affaire à des inconnus, puisque la bête du froid s’est déjà exprimée avec puissance il y a à peine deux ans, et que nous savons très bien qui est aux commandes depuis le début. Festoyez donc fans de BATTLE BEAST, puisque votre héros limogé pour des mésententes irrémédiables s’en revient avec son nouveau projet titiller votre corde nostalgique. Nous célébrons donc le retour en fanfare du sieur Anton Kabanen, toujours bien entouré de ses comparses de 2015, et toujours aussi étonné de fait de constater que son nouveau médium d’expression déchaîne autant les passions - sinon plus - que l’ancien. La formule de BEAST IN BLACK pour les néophytes, est simple, et complexe à la fois. Œuvrant dans un Power Metal qui n’en est pas un mais qui arrange bien la presse de ses généralités, ce quintette à la passion affichée (Máté Molnár - basse, ex-WISDOM, Kasperi Heikkinen - guitare, CONQUEST, MERGING FLARE, ex-ICONOFEAR, Yannis Papadopoulos - chant, ex-CROSSWIND, ex-UNTIL RAIN, ex-WARDRUM, Atte Palokangas - batterie, AGONIZER, AMONG THE PREY, THUNDERSTONE et Anton Kabanen - guitare, ex-WISDOM, ex-BATTLE BEAST) se réclamerait plutôt d’une synthèse générique de tout ce que les années 80 ont pu proposer de plus hédoniste, s’inscrivant ainsi dans la tradition vintage qui dirige les débats au nord depuis pas mal de temps.

Et si Berzerker manquait encore un peu de personnalité, mais affichait de belles qualités hétérogènes, autant avouer que From Hell With Love se paie des allures de best-of de luxe de tout ce que le Hard-Rock pluriel a pu offrir de plus clinquant cette dernière décennie. Taillé sur mesure pour séduire les fans de Metal ouvert et éventuellement faire de l’œil à ceux que la distorsion rebute, ce monstre aux allures de diadème de strass joue l’exubérance et le clinquant, à tel point que les non-initiés pourront être aveuglés par autant de brillance. Et si j’entends déjà les grincheux hurler à la trahison et à la compromission commerciale (les mêmes qui pointent du majeur GHOST, NIGHT FLIGHT ORCHESTRA et tout ce qui fricote un peu trop avec la Pop), j’ai déjà préparé quelques arguments à leur opposer, à savoir d’aller écouter du Hard à moustache made in Germany, ou de retourner fouiller dans leurs vieux vinyles d’origine. BEAST IN BLACK ne s’est jamais adressé aux puristes de la cause, pas plus que BATTLE BEAST d’ailleurs, et les fans du groupe n’ont cure des protestations émises à l’égard de leurs héros, qu’ils jugent (à juste titre) irréprochables. Car si la filiation entre BEAST IN BLACK et BATTLE BEAST est d’une lénifiante évidence (les deux groupes ne partagent pas le même compositeur pour rien…), les points communs entre GHOST, STRATOVARIUS, NIGHT FLIGHT et BEAST IN BLACK crèvent les yeux, à tel point que la version digipack du CD et sa reprise du « No Easy Way Out » de Robbert TEPPER justifierait même un rapprochement avec les autres finlandais de THE LOCAL BAND, le cover band que tout le monde s’est arraché récemment. Mais en dehors de cette précision presque anecdotique, le répertoire original du quintet s’est offert un profond lifting, et se présente sous la forme de onze nouveaux morceaux qui pètent le feu et qui incendient toutes les scènes à la ronde, d’autant plus que la tournée de printemps a été entamée depuis le 20 février dernier.

Inutile de dire que les foules qui attendent les super-héros de pied ferme ne seront pas déçues du sort qui leur sera réservé. Car outre l’entame tonitruante de « Cry Out For A Hero » qui place le Hard à tendance Heavy au centre des conversations, From Hell With Love propose un éventail de compositions aussi varié que pertinent, et des inspirations qui n’hésitent pas à tremper leur plume dans la Pop, la Synth-Pop, le Folk, mais aussi le Heavy bien suintant, et la délicatesse la plus pure. Aucune surprise donc à voir ses oreilles caressées par les effluves synthétiques de « From Hell With Love », le premier véritable hit de l’album, qui ose la jonction entre le Hard Rock le plus populaire et la Pop musclée des années 80, se montrant ouvertement populaire, mais pas populiste. Dès lors, cette juxtaposition de guitares féroces et d’une rythmique souple ne choquera personne, tout le monde étant parfaitement conscient des inclinaisons mélodiques de Kabanen, qui n’en a jamais fait grand mystère du temps de BATTLE BEAST. Et engoncé dans sa superbe pochette à l’artwork signé Roman Ismailov, From Hell With Love, une fois de plus concocté au Sound Request Studio d’Anton déroule le tapis rouge pour m’as-tu-vu en manque d’amour charnel, déclenchant les enfers de la séduction sur terre comme en témoigne la vidéo officielle illustrant le punchy « Sweet True Lies ». On pense à LORDI, mais aussi à une version réactualisée du BON JOVI de « You Give Love a Bad Name », au Hard teuton qui fait griller les petons, et en somme, à tout ce qu’on peut aimer de différent dans le Hard Rock du fiston et de grand-maman. Mais conscients qu’ils avaient une grosse carte à jouer, les BEAST IN BLACK ont pris leur temps pour peaufiner le cadeau et faire plaisir à tout le monde, n’hésitant pas à confronter des claviers évanescents à des riffs saignants, sur fond de vocalises lyriques, se parant d’atours à la NIGHTWISH pour mieux s’inviter au bal de fin d’année de PRIMAL FEAR.

Versatilité ? Mais absolument, et eut égard aux capacités des musiciens impliqués, il n’y a rien d’étonnant à cela. Entre les qualités évidentes de soliste et de songwriter de Kabanen, la voix surpuissante et presque asexuée de Yannis Papadopoulos, et la polyvalence rythmique de l’axe Molnár/Palokangas, le champ des possibles semble infini, et une tuerie Hard-Pop bubblegum de la trempe de « Die By The Blade » le confirme d’une moue charnelle. Couplets taillés dans la soie de draps d’un amour d’une nuit, refrain digne d’un orgasme partagé de concert, on nage en plein stupre artistique, et le plaisir dégouline de tous les pores. D’autant que le quintet s’est arrangé pour nous permettre de reprendre notre souffle et de rêver à de beaux paysages finlandais, avec un délicat et cristallin « Oceandeep », sur lequel les arpèges acoustiques créent un climat feutré alors que la voix de Yannis se féminise à outrance. Ne vous fiez cependant pas à ces quelques accès de tendresse, puisque le propos est à la puissance, mais toujours modulée d’une touche de nostalgie assumée (« Unlimited Sin », qu’on pourrait croire sur le couplet exhumée d’un best-of de Sandra), et à l’énergie surdéveloppée, en mode Hard-Rock de champion, genre le « Maniac » de Michael Sembello revu et corrigé Bonnie Tyler sous stéroïdes (« This Is War »). En plus, le groupe n’est pas radin, puisque deux bonus comme déjà précisé vous attendent sur le digipack ou l’édition double LP, avec deux reprises aussi différentes que jouissives, dont le « Killed By Death » de MOTORHEAD, fidèle à l’original mais dopé d’un refrain synthétisé, et la scie circulaire « No Easy Way Out », déjà reprise par chez nous par Nina Scott, et qui trouve ici une seconde jeunesse. Une réussite ? Pour le moins, mais après tout, pas surprenant qu’une histoire finlandaise finisse encore bien…  


Titres de l'album :

                            01. Cry Out For A Hero

                            02. From Hell With Love

                            03. Sweet True Lies

                            04. Repentless

                            05. Die By The Blade

                            06. Oceandeep

                            07. Unlimited Sin

                            08. True Believer

                            09. This Is War

                            10. Heart Of Steel

                            11. No Surrender

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/04/2019 à 14:39
85 %    332

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Satan
@81.250.9.93
07/04/2019 à 02:03:52
Un des groupes les plus drôles que je connaisse pour ma part !

JTDP
membre enregistré
09/04/2019 à 01:22:36
Ah j'avais pas suivi le changement de line-up chez BATTLE BEAST, du coup pas étonné du changement de ligne musical chez ces derniers...et de retrouver chez BEAST IN BLACK, leur début. La définition "Hard-Pop Bubblegum" est parfaitement trouvé !

Ajouter un commentaire


Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Wolfbrigade

The Enemy : Reality

The Odious

Vesica Piscis

Kirk Windstein

Dream in Motion

Passion

Passion

Serpent Noir

Death Clan OD

Dirty Shirley

Dirty Shirley

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Neptrecus + Manzer

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Photo Stream

Derniers coms

Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.


100 % d'accord avec la chronique !!


Magnifique chronique. Chapeau l'artiste !


D'après les différentes rumeurs et témoignages, James Murphy a été la cible de nombreuses blagues de la part de Chuck notamment, le syndrome du p'tit nouveau quoi !


"Pas un mot dans la presse française." Pas étonnant, mais peut-être pas plus mal au final.
J'imagine le truc : "Il y a 50 ans le rock métal naissait avec le premier album de Black Sabath et son chanteur ozi osborn star de télé réalité. Mais les fan de métal ne sont pas méchant, comme(...)


@ Living Monstrosity : excellent, on sent le bon souvenir ;)


Pas un mot dans la presse française. J'ai juste vu dans le journal barcelonais "La Vanguardia" un long article sur l'histoire du Heavy Metal à partir de ce disque, truffé d'erreurs au milieu d'analyses générales pas trop mal vues.


J'allais posé la même question ?!


"...subi l'humour particulier du reste du groupe." : c'est à dire ?


Déjà 30 balais ! Merci pour ce coup de projecteur !

Je suis en 5ème et et me souviens d'un pote au collège qui m'annonce que le nouveau Death vient de sortir. On est pré-boutonneux mais déjà accros à ce nouveau son depuis la découverte d'Altars of madness ou Leprosy.
Le m(...)


Quand Iron Maiden prend des ecstas !


nos pulsions les moins inavouables ... donc les plus avouables ?
(oui y en a qui lisent les chroniques ^^)
et oui ... à presque 50 ans on écoute encore du metal extrême ... parce que c'est bon !


Excellent !


Merci Simony d'avoir partagé cette new sur ce groupe qui est très cher à mon petit coeur ;)
Impatient d'avoir ce nouvel album, ça s'annonce très bon.


Personne n'a fait mieux depuis...


Je fais aussi partie de la team "indifférence polie" vénérant l'époque Max, mais en me disant quand même que la soupe que Max nous sert depuis des dizaines d'années est carrément imbuvable (les tribus, les guerres, blabla, toujours pareil, va te laver les cheveux), bref autant je continue de (...)


Quelle belle chronique ! Je peux en contresigner toute la longue introduction, n'ayant pas lâché Sepultura après le départ de Max et défendant assidûment le travail du groupe, en dépit de certains choix et de quelques vraies déceptions bien malvenues dans un contexte où il leur était si fa(...)


Un must.


J'avais adoré Nation à sa sortie mais depuis je fais aussi parti de la team “Indifférence polie“ malgré les très bonnes critiques qui accompagnent le groupe depuis quelques années.

Mais comme les chansons en écoute sont vraiment bonnes, je vais laisser une vraie chance à ce(...)