Tout ça commence comme une histoire australienne, bondissant entre les boules de végétation qui roulent dans le désert, et pourtant, l’action se situe aux antipodes de l’axe austral, puisqu’elle se déroule en Finlande. Mais on sait depuis longtemps que les pays scandinaves sont capables de faire monter la température encore plus haut qu’un habitant de Melbourne, Los Angeles ou Mexico City, et finalement, la surprise n’en est pas si grande au moment de découvrir le sophomore de la créature BEAST IN BLACK. Alors non, malgré les similitudes, malgré ce riff qu’on croirait fauché des poches d’Angus Young, malgré cette batterie élastique et épileptique piquée dans le coffre à idées des AIRBOURNE, « Cry Out For A Hero » n’est pas une aventure australienne, mais bien une entame dans la plus pure tradition finlandaise de ces dix dernières années. Mais nous n’avons pas affaire à des inconnus, puisque la bête du froid s’est déjà exprimée avec puissance il y a à peine deux ans, et que nous savons très bien qui est aux commandes depuis le début. Festoyez donc fans de BATTLE BEAST, puisque votre héros limogé pour des mésententes irrémédiables s’en revient avec son nouveau projet titiller votre corde nostalgique. Nous célébrons donc le retour en fanfare du sieur Anton Kabanen, toujours bien entouré de ses comparses de 2015, et toujours aussi étonné de fait de constater que son nouveau médium d’expression déchaîne autant les passions - sinon plus - que l’ancien. La formule de BEAST IN BLACK pour les néophytes, est simple, et complexe à la fois. Œuvrant dans un Power Metal qui n’en est pas un mais qui arrange bien la presse de ses généralités, ce quintette à la passion affichée (Máté Molnár - basse, ex-WISDOM, Kasperi Heikkinen - guitare, CONQUEST, MERGING FLARE, ex-ICONOFEAR, Yannis Papadopoulos - chant, ex-CROSSWIND, ex-UNTIL RAIN, ex-WARDRUM, Atte Palokangas - batterie, AGONIZER, AMONG THE PREY, THUNDERSTONE et Anton Kabanen - guitare, ex-WISDOM, ex-BATTLE BEAST) se réclamerait plutôt d’une synthèse générique de tout ce que les années 80 ont pu proposer de plus hédoniste, s’inscrivant ainsi dans la tradition vintage qui dirige les débats au nord depuis pas mal de temps.

Et si Berzerker manquait encore un peu de personnalité, mais affichait de belles qualités hétérogènes, autant avouer que From Hell With Love se paie des allures de best-of de luxe de tout ce que le Hard-Rock pluriel a pu offrir de plus clinquant cette dernière décennie. Taillé sur mesure pour séduire les fans de Metal ouvert et éventuellement faire de l’œil à ceux que la distorsion rebute, ce monstre aux allures de diadème de strass joue l’exubérance et le clinquant, à tel point que les non-initiés pourront être aveuglés par autant de brillance. Et si j’entends déjà les grincheux hurler à la trahison et à la compromission commerciale (les mêmes qui pointent du majeur GHOST, NIGHT FLIGHT ORCHESTRA et tout ce qui fricote un peu trop avec la Pop), j’ai déjà préparé quelques arguments à leur opposer, à savoir d’aller écouter du Hard à moustache made in Germany, ou de retourner fouiller dans leurs vieux vinyles d’origine. BEAST IN BLACK ne s’est jamais adressé aux puristes de la cause, pas plus que BATTLE BEAST d’ailleurs, et les fans du groupe n’ont cure des protestations émises à l’égard de leurs héros, qu’ils jugent (à juste titre) irréprochables. Car si la filiation entre BEAST IN BLACK et BATTLE BEAST est d’une lénifiante évidence (les deux groupes ne partagent pas le même compositeur pour rien…), les points communs entre GHOST, STRATOVARIUS, NIGHT FLIGHT et BEAST IN BLACK crèvent les yeux, à tel point que la version digipack du CD et sa reprise du « No Easy Way Out » de Robbert TEPPER justifierait même un rapprochement avec les autres finlandais de THE LOCAL BAND, le cover band que tout le monde s’est arraché récemment. Mais en dehors de cette précision presque anecdotique, le répertoire original du quintet s’est offert un profond lifting, et se présente sous la forme de onze nouveaux morceaux qui pètent le feu et qui incendient toutes les scènes à la ronde, d’autant plus que la tournée de printemps a été entamée depuis le 20 février dernier.

Inutile de dire que les foules qui attendent les super-héros de pied ferme ne seront pas déçues du sort qui leur sera réservé. Car outre l’entame tonitruante de « Cry Out For A Hero » qui place le Hard à tendance Heavy au centre des conversations, From Hell With Love propose un éventail de compositions aussi varié que pertinent, et des inspirations qui n’hésitent pas à tremper leur plume dans la Pop, la Synth-Pop, le Folk, mais aussi le Heavy bien suintant, et la délicatesse la plus pure. Aucune surprise donc à voir ses oreilles caressées par les effluves synthétiques de « From Hell With Love », le premier véritable hit de l’album, qui ose la jonction entre le Hard Rock le plus populaire et la Pop musclée des années 80, se montrant ouvertement populaire, mais pas populiste. Dès lors, cette juxtaposition de guitares féroces et d’une rythmique souple ne choquera personne, tout le monde étant parfaitement conscient des inclinaisons mélodiques de Kabanen, qui n’en a jamais fait grand mystère du temps de BATTLE BEAST. Et engoncé dans sa superbe pochette à l’artwork signé Roman Ismailov, From Hell With Love, une fois de plus concocté au Sound Request Studio d’Anton déroule le tapis rouge pour m’as-tu-vu en manque d’amour charnel, déclenchant les enfers de la séduction sur terre comme en témoigne la vidéo officielle illustrant le punchy « Sweet True Lies ». On pense à LORDI, mais aussi à une version réactualisée du BON JOVI de « You Give Love a Bad Name », au Hard teuton qui fait griller les petons, et en somme, à tout ce qu’on peut aimer de différent dans le Hard Rock du fiston et de grand-maman. Mais conscients qu’ils avaient une grosse carte à jouer, les BEAST IN BLACK ont pris leur temps pour peaufiner le cadeau et faire plaisir à tout le monde, n’hésitant pas à confronter des claviers évanescents à des riffs saignants, sur fond de vocalises lyriques, se parant d’atours à la NIGHTWISH pour mieux s’inviter au bal de fin d’année de PRIMAL FEAR.

Versatilité ? Mais absolument, et eut égard aux capacités des musiciens impliqués, il n’y a rien d’étonnant à cela. Entre les qualités évidentes de soliste et de songwriter de Kabanen, la voix surpuissante et presque asexuée de Yannis Papadopoulos, et la polyvalence rythmique de l’axe Molnár/Palokangas, le champ des possibles semble infini, et une tuerie Hard-Pop bubblegum de la trempe de « Die By The Blade » le confirme d’une moue charnelle. Couplets taillés dans la soie de draps d’un amour d’une nuit, refrain digne d’un orgasme partagé de concert, on nage en plein stupre artistique, et le plaisir dégouline de tous les pores. D’autant que le quintet s’est arrangé pour nous permettre de reprendre notre souffle et de rêver à de beaux paysages finlandais, avec un délicat et cristallin « Oceandeep », sur lequel les arpèges acoustiques créent un climat feutré alors que la voix de Yannis se féminise à outrance. Ne vous fiez cependant pas à ces quelques accès de tendresse, puisque le propos est à la puissance, mais toujours modulée d’une touche de nostalgie assumée (« Unlimited Sin », qu’on pourrait croire sur le couplet exhumée d’un best-of de Sandra), et à l’énergie surdéveloppée, en mode Hard-Rock de champion, genre le « Maniac » de Michael Sembello revu et corrigé Bonnie Tyler sous stéroïdes (« This Is War »). En plus, le groupe n’est pas radin, puisque deux bonus comme déjà précisé vous attendent sur le digipack ou l’édition double LP, avec deux reprises aussi différentes que jouissives, dont le « Killed By Death » de MOTORHEAD, fidèle à l’original mais dopé d’un refrain synthétisé, et la scie circulaire « No Easy Way Out », déjà reprise par chez nous par Nina Scott, et qui trouve ici une seconde jeunesse. Une réussite ? Pour le moins, mais après tout, pas surprenant qu’une histoire finlandaise finisse encore bien…  


Titres de l'album :

                            01. Cry Out For A Hero

                            02. From Hell With Love

                            03. Sweet True Lies

                            04. Repentless

                            05. Die By The Blade

                            06. Oceandeep

                            07. Unlimited Sin

                            08. True Believer

                            09. This Is War

                            10. Heart Of Steel

                            11. No Surrender

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/04/2019 à 14:39
85 %    239

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Satan
@81.250.9.93
07/04/2019 à 02:03:52
Un des groupes les plus drôles que je connaisse pour ma part !

JTDP
membre enregistré
09/04/2019 à 01:22:36
Ah j'avais pas suivi le changement de line-up chez BATTLE BEAST, du coup pas étonné du changement de ligne musical chez ces derniers...et de retrouver chez BEAST IN BLACK, leur début. La définition "Hard-Pop Bubblegum" est parfaitement trouvé !

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...