Lorsqu’on plonge les mains et trempe les pieds dans l’underground, mieux vaut avoir une sacrée paire de gants et de bottes. Les scènes les plus obscures ressemblent souvent aux bas-fonds d’un vieux marais, et sont à peu près aussi dangereuses que des sables mouvants, risquant de fait de vous entraîner vers une mort certaine, due à un étouffement atroce, sans possibilité d’une aide quelconque. Alors, mieux vaut être prudent et avancer à pas calculés. Ainsi, la découverte du premier album des Canadiens de MALSANCTUM s’apparente un peu à un face-à-face avec les côtés les plus sombres de l’existence, ceux-là même qui vous font réfléchir sur votre propre condition d’auditeur lambda, confronté à l’abomination musicale la plus absolue. Iron Bonehead continue donc son travail de déconstruction de la musique moderne, et met sur le marché une nouvelle œuvre entièrement dédiée à la renonciation, à la douleur, à l’horreur aussi, et semble fier de ses exactions destinées à nous faire appréhender le côté caché de leur propre lune, qui n’est finalement qu’un satellite gravitant autour d’une terre agonisante. Le choix de privilégier des sorties toutes plus obscures les unes que les autres nous garantit un certain inconfort d’écoute, et l’absence de tout renseignement sur les groupes signés offre une mystique qui n’est pas inintéressante, pour peu que les groupes en question proposent quelque chose de constructif. Ainsi, la question se pose à propos de Malsanctum, l’album, qui fait suite à une première démo un titre, Metamorbid Fetishization, publiée il y a trois ans. Nous pouvions y écouter la même piste de plus de vingt-trois minutes sur les deux faces de la cassette, et autant dire que cette composition ne privilégiait ni la bonne humeur, ni l’énergie…

Trois ans plus tard, la formule n’a pas changé, mais s’est étiré au-delà du raisonnable. En disposant trois morceaux de durée variées, dont un de plus de vingt-cinq minutes, les canadiens n’ont pas vraiment cherché à fédérer, mais plutôt à diviser. Leur style, toujours inamovible ou presque, se concentre sur une forme de Dark Doom Ambient, que l’on qualifiera ainsi par facilité, et qui se fixe sur une rythmique monolithique, à peine relevée de quelques riffs aussi dark qu’une nuit sans étoiles. Disposant d’un son en tout point atroce, les (ou le ?) MALSANCTUM ne se remettent aucunement en question, et avancent (très) lentement vers leur funeste destinée, rejoignant ainsi le club plus si fermé que ça des bruitistes minimalistes sadiques qui prennent un malin plaisir à flatter les plus bas instincts. A peu près aussi joyeux qu’un split entre ENCOFFINATION et THE BODY, ce premier longue-durée ne cherche aucunement à s’extirper de sa condition monotone, et espère nous convaincre de sa violence sourde et de sa lourdeur oppressante. Production qui sature les graves, médiums inexistants, toms qui bénéficient par accident d’une profondeur certainement involontaire, cette trinité blasphématoire aura certainement les arguments pour séduire la frange la plus nihiliste des fans de Doom et d’Ambient, sans pour autant sombrer dans la redondance du Funeral Doom qui se montre la plupart du temps incapable de susciter des émotions tangibles.

Mais autant jouer la franchise, et avouer que peu d’entre vous sauront apprécier ce premier album à sa juste dévaleur. Sans vraiment chercher à singer les tics les plus affreux de Mories et GNAW THEIR TONGUES, MALSANCTUM offre sur « The Father », et « The Son », un diptyque statique, qui développe des riffs tout en stridences qui n’en sont pas vraiment, et qui n’offrent aucun point d’accroche, si ce n’est ce grondement permanent que nous aurons du mal à définir comme étant un motif mémorisable. Ressemblant en tout point à un Doom dronique joué au ralenti pour célébrer une mise en terre anonyme, ces deux premiers morceaux prônent la franchise, et bousculeront les plus réceptifs, tout en plongeant les plus exigeants dans une torpeur dont rien ne saurait les extirper. Toutefois, on note de légers efforts consentis à l’occasion de la longue piste « The Shattered Spirit », qui ose les arpèges de son clair, pour une véritable célébration de la mélodie minimaliste sur plusieurs minutes. On croit d’ailleurs déceler en cette occasion une volonté d’ouverture et de progression, puisque l’agencement de cet ultime chapitre se veut un peu plus évolutif, sans pour autant se réclamer d’un esprit progressif qui n’a pas lieu d’être. La voix est toujours mixée en arrière-plan, égrenant ses litanies les plus pernicieuses en toute quiétude, tandis que le long faux crescendo final semble se complaire dans la démarque d’un plan à la NEUROSIS, joué par des musiciens primitifs ignorant presque tout des possibilités de leurs instruments, et les maniant comme des moyens d’expression très limitée. On pense alors à une version néanderthalienne d’un Post Doom promise à une fin de non-recevoir, et qui découvre les rudiments du langage musical sans vraiment en comprendre le sens. Mais cette façon assez gauche de voir les choses à ras de terre a quand même quelque chose d’assez fascinant en soi, et pourrait représenter le degré le moins évolué de l’underground Noisy et dépressif.

Mais dans le fond et aussi dans la forme, Malsanctum n’est pas grand-chose de plus qu’une figure de style certes assez absolue dans son approche, mais pas sincèrement enrichissante dans son exécution. Et pas plus terrifiante que ce que le label a l’habitude de proposer d’ordinaire. Juste…un peu plus…pénible parfois.


Titres de l'album:

  1. The Father
  2. The Son
  3. The Shattered Spirit


par mortne2001 le 11/07/2018 à 18:29
70 %    190

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Noctambulist

Atmospheres of Desolation

Gods Forsaken

Smells of Death

Mass Destruction

Panic Button

Vigilance

Enter The Endless Abyss

Conjurer

Sigils

Pagan Altar

Judgement of the Dead

Coventrate

Roots of all Evil

Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Tour Report - BARE TEETH Asie 2019

Simony / 23/06/2019
Punk Rock

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Surtout que officiellement c'est oas Entombed, c'est avec Hellid qui a reformé le groupe avec deux anciens époque Clandestine.


Un commentaire qui fait plaisir à lire, merci lolo pour ce retour.


Album acheté la semaine dernière à la suite de la lecture de cette chronique (+visionnage des deux deux clips disponibles, certes).
Je dois encore creuser mais les premières écoutes sont plus que prometteuses.

Un grand merci au chroniqueur, dont la plume m'a donné envie de m(...)


On a tous raison, sur le fil de coms, mais n'étant pas un fan absolu des albums d'Entombed depuis perpette (allez, Wolverine Blues reste le dernier indispensable à mon sens) disons que ce titre suscite de l'intérêt. Après, il est placé en opener, alors, de là à penser que c'est le meilleur t(...)


Bien, efficace, mais en effet pas très original...


J'y entends Grave époque Soulless vers 1'40, mais c'est vrai que le morceau est pas mal. De là a créer un intérêt pour l'album ?


Truc entendu 14 779 fois donc rien d'exceptionnel, mais ça envoi.


Idem, agréablement surpris...


Il est bien ce titre ! Etonné agréablement je suis.


autant pour moi, avec mozilla c'est nettement mieux


Moi j'ai pu voir Carcass.


Ca fonctionne pas pour tous leur livestream, j'ai pu mater ultra vomit, dropkick et kvelertak, mais là ça bugg pour pestilence ou carcass. En tous cas pour ultra vomit c'est géant, superbe concert


Entombed AD = Entombed Alex Down ?


Scandaleux ! Je ne comptais pas aller les voir, mais j'imagine la déception des fans.
Et Sabaton en remplacement, la blague...
Bref, Gojira juste énorme hier soir.


Bon c'est vrai que le MANOWAR bashing est facile mais il est tellement tentant, étant donné les dernières années ridicules de ce groupe, ils ne récoltent que ce qu'ils ont semé, même si pour le Hellfest, il s'avèrerait qu'ils n'ont pas tous les tords.
Et pour moi SHINING est également(...)


Sympa. A voir. Mais je m'attends tout de même au pire. Ca risque d'être dans la lignée de l'album 'Independant' et pour moi, ce disque était le début de la fin.


Ils traversent l'Atlantique pour donner des concerts, certains fans viennent de loin, de TRES loin.
Il n'y a donc pour moi aucun contentieux (technique ou autre) qui ne puisse se régler avec diplomatie, équilibre et intelligence avec les équipes des Fest, surtout lorsque des gens ont payé (...)


Ouais, enfin, je vais faire mon fanboy de Manowar, mais on ne connaît encore une fois ni les tenants ni les aboutissants du problème. La Manowar bashing est un peu facile, je trouve.
Ils annulent, c'est dommage pour ceux qui voulaient les voir. D'autant plus qu'ils avaient un concert déceva(...)


C'est plus Manowar c'est Manaurevoir.


Alors c'est ça, les autoproclamés Rois du Metal ?