Lorsqu’on plonge les mains et trempe les pieds dans l’underground, mieux vaut avoir une sacrée paire de gants et de bottes. Les scènes les plus obscures ressemblent souvent aux bas-fonds d’un vieux marais, et sont à peu près aussi dangereuses que des sables mouvants, risquant de fait de vous entraîner vers une mort certaine, due à un étouffement atroce, sans possibilité d’une aide quelconque. Alors, mieux vaut être prudent et avancer à pas calculés. Ainsi, la découverte du premier album des Canadiens de MALSANCTUM s’apparente un peu à un face-à-face avec les côtés les plus sombres de l’existence, ceux-là même qui vous font réfléchir sur votre propre condition d’auditeur lambda, confronté à l’abomination musicale la plus absolue. Iron Bonehead continue donc son travail de déconstruction de la musique moderne, et met sur le marché une nouvelle œuvre entièrement dédiée à la renonciation, à la douleur, à l’horreur aussi, et semble fier de ses exactions destinées à nous faire appréhender le côté caché de leur propre lune, qui n’est finalement qu’un satellite gravitant autour d’une terre agonisante. Le choix de privilégier des sorties toutes plus obscures les unes que les autres nous garantit un certain inconfort d’écoute, et l’absence de tout renseignement sur les groupes signés offre une mystique qui n’est pas inintéressante, pour peu que les groupes en question proposent quelque chose de constructif. Ainsi, la question se pose à propos de Malsanctum, l’album, qui fait suite à une première démo un titre, Metamorbid Fetishization, publiée il y a trois ans. Nous pouvions y écouter la même piste de plus de vingt-trois minutes sur les deux faces de la cassette, et autant dire que cette composition ne privilégiait ni la bonne humeur, ni l’énergie…

Trois ans plus tard, la formule n’a pas changé, mais s’est étiré au-delà du raisonnable. En disposant trois morceaux de durée variées, dont un de plus de vingt-cinq minutes, les canadiens n’ont pas vraiment cherché à fédérer, mais plutôt à diviser. Leur style, toujours inamovible ou presque, se concentre sur une forme de Dark Doom Ambient, que l’on qualifiera ainsi par facilité, et qui se fixe sur une rythmique monolithique, à peine relevée de quelques riffs aussi dark qu’une nuit sans étoiles. Disposant d’un son en tout point atroce, les (ou le ?) MALSANCTUM ne se remettent aucunement en question, et avancent (très) lentement vers leur funeste destinée, rejoignant ainsi le club plus si fermé que ça des bruitistes minimalistes sadiques qui prennent un malin plaisir à flatter les plus bas instincts. A peu près aussi joyeux qu’un split entre ENCOFFINATION et THE BODY, ce premier longue-durée ne cherche aucunement à s’extirper de sa condition monotone, et espère nous convaincre de sa violence sourde et de sa lourdeur oppressante. Production qui sature les graves, médiums inexistants, toms qui bénéficient par accident d’une profondeur certainement involontaire, cette trinité blasphématoire aura certainement les arguments pour séduire la frange la plus nihiliste des fans de Doom et d’Ambient, sans pour autant sombrer dans la redondance du Funeral Doom qui se montre la plupart du temps incapable de susciter des émotions tangibles.

Mais autant jouer la franchise, et avouer que peu d’entre vous sauront apprécier ce premier album à sa juste dévaleur. Sans vraiment chercher à singer les tics les plus affreux de Mories et GNAW THEIR TONGUES, MALSANCTUM offre sur « The Father », et « The Son », un diptyque statique, qui développe des riffs tout en stridences qui n’en sont pas vraiment, et qui n’offrent aucun point d’accroche, si ce n’est ce grondement permanent que nous aurons du mal à définir comme étant un motif mémorisable. Ressemblant en tout point à un Doom dronique joué au ralenti pour célébrer une mise en terre anonyme, ces deux premiers morceaux prônent la franchise, et bousculeront les plus réceptifs, tout en plongeant les plus exigeants dans une torpeur dont rien ne saurait les extirper. Toutefois, on note de légers efforts consentis à l’occasion de la longue piste « The Shattered Spirit », qui ose les arpèges de son clair, pour une véritable célébration de la mélodie minimaliste sur plusieurs minutes. On croit d’ailleurs déceler en cette occasion une volonté d’ouverture et de progression, puisque l’agencement de cet ultime chapitre se veut un peu plus évolutif, sans pour autant se réclamer d’un esprit progressif qui n’a pas lieu d’être. La voix est toujours mixée en arrière-plan, égrenant ses litanies les plus pernicieuses en toute quiétude, tandis que le long faux crescendo final semble se complaire dans la démarque d’un plan à la NEUROSIS, joué par des musiciens primitifs ignorant presque tout des possibilités de leurs instruments, et les maniant comme des moyens d’expression très limitée. On pense alors à une version néanderthalienne d’un Post Doom promise à une fin de non-recevoir, et qui découvre les rudiments du langage musical sans vraiment en comprendre le sens. Mais cette façon assez gauche de voir les choses à ras de terre a quand même quelque chose d’assez fascinant en soi, et pourrait représenter le degré le moins évolué de l’underground Noisy et dépressif.

Mais dans le fond et aussi dans la forme, Malsanctum n’est pas grand-chose de plus qu’une figure de style certes assez absolue dans son approche, mais pas sincèrement enrichissante dans son exécution. Et pas plus terrifiante que ce que le label a l’habitude de proposer d’ordinaire. Juste…un peu plus…pénible parfois.


Titres de l'album:

  1. The Father
  2. The Son
  3. The Shattered Spirit


par mortne2001 le 11/07/2018 à 18:29
70 %    267

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sign X

Like a Fire

A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Le batteur de Bloody Sign avait aussi fait un intérim chez Incantation, je l'avais vu en concert avec le groupe à cette époque.

J'avais vu Brutal Rebirth dans un festival non réédité à l'époque de cet album. C'était bien, alors qu'ils passaient entre Waking the Cadaver, Immola(...)


Sinon moi y a 20 ans j’étais en 1999
C’est bien la vie en 2039?


Tout d'accord avec vous. Mais au delà du côté Swamsong énervé c'est surtout l'impression de " déjà entendu" qui, pour l'instant, me dérange un peu.


Oui, j'ai écrit plusieurs fois un commentaire que je n'ai pas posté, car... bon... en fait perso, je ne sais pas quoi en penser...
Y'a du Swansong dans le groove mais avec un son plus brutal quand même...
La construction du morceaux est originale avec pas mal de changements de rythmes(...)


Bah alors ?! Y a Carcass qui sort un nouveau morceau et y a pas de réaction ici ?! Ça m'étonne xD !
Je lui trouve une petite saveur époque Swansong de mon coté, en plus extrême quand même... Mais c'est pas mal !


COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.