Il y a trois choses que toute personne ayant vu Alien plus d’une fois n’a pu oublier. D’abord, la vision presque iconique de Sigourney Weaver en petite culotte blanche. Ensuite, cette bestiole presque rigolote qui éventre joyeusement le poitrail du pauvre John Hurt pendant qu’il prend son petit déjeuner. Et finalement, ce gros vaisseau blanc qui défie l’espace de ses propulseurs et qui finit par exploser sa maquette d’un retentissement nucléaire galactique, le Nostromo. Inutile de tourner autour du pot, et malgré les nombreux aléas scénaristiques qui animent ce chef d’œuvre de Ridley Scott, ce sont les trois images qui hantent les mémoires, au même titre que le score malin de Jerry Goldsmith. Et justement, cette explosion finale en champignon de l’hyperespace cacophonique est sans doute le meilleur parallèle à établir avec cet homonyme suisse dérangé qui a commencé sa carrière sur les chapeaux de roues avant de la finir en queue de poisson. Et on se dit sans peine que les NOSTROMO de Genève auraient pu avoir leur place sur ce vaisseau et prendre leurs instruments lors de la scène finale pour l’illustrer de leur cacophonie bruitiste à base d’ingrédients multiples. Mais revenons en arrière, en 1996. A l'époque, le groupe balbutie encore son extrême à base de guitares grasses, de rythmiques heurtées et de chant hurlé, avant de nous en coller une bonne derrière les oreilles via son premier long, faussement baptisé Argue. Faussement, parce que déjà, et de façon plus que précoce, il était inutile d’argumenter avec ces gus qui ne concevaient la musique que sous son aspect le plus brut, le plus violent, et le plus compact. Et cette densité ne s’est que rarement démentie par la suite, à tel point que nos GOJIRA nationaux en ont fait leurs héros d’une carrière. Et d’ailleurs, rien d’étonnant à retrouver Johann Meyer, ingé son de notre ensemble le plus mondialement connu derrière la console pour ce véritable retour en fanfare qu’est Narrenschiff. Car NOSTROMO avait une mission à accomplir avec ce nouvel EP. Enregistrer la musique la plus brutale de sa carrière, pour bien entériner son retour. Chose faite, acte pris, et bourrasque encaissée de plein fouet.

Suite à leur performance au Hellfest, les NOSTROMO s’étaient d’ailleurs retrouvé embarqués sur la tournée GOJIRA, qui démontrait là que son amour pour la référence n’avait rien d’un effet de manche. Les concerts furent d’ailleurs apocalyptiques, éreintants pour le public, mais jouissifs en diable, un peu comme un trip ultime entre le chaos et la création pour défier Dieu, à grand renfort de gravité et de saccades appuyées. Et en se basant sur La Nef Des Fous du poète Strasbourgeois Sébastien Brant, le collectif a assuré ses arrières et pris le temps d’expliquer le pourquoi du comment, et la difficulté de vie qu’il a dû affronter ces deux dernières années. Javier Varela (chant), Jérôme Pellegrini (guitare), Lad Agabekov (basse) et   Max Hänsenberger (batterie), quatuor renouvelé, se présente donc sous son jour le plus nocturne, livrant là l’un des travaux les plus ténébreux de son histoire, mais aussi l’un des plus intenses. Car non seulement Narrenschiff tient largement la comparaison avec le pilier Hysteron-Proteron, dernier album studio publié en 2004, mais il parvient même à en dépasser les pics de puissance, sans forcer son talent, ni sombrer dans la parodie des influenceurs énervés de voir la nouvelle génération louée à leur place. Mais cette place de leader, le groupe la mérite, et le prouve en cinq morceaux plus une outro (dans le texte, en allemand, par Rodolphe Burger, ex-leader de Kat Onoma) qui remettent les pendules à l’heure de la bestialité instrumentale et du ressenti animal. Presque chirurgical dans ses attaques, ce nouvel EP fait la part belle aux chaos le plus maitrisé, un peu comme si les amis de GOJIRA s’attaquaient au répertoire de MESHUGGAH, sans changer leur optique évolutive. Et si la comparaison vous semble culottée, dites-vous qu’elle n’est en rien exagérée. Pour en être persuadé, il vous suffira d’écouter le monumental « The Drift », qui fera trembler vos doutes comme la faille de San Andreas.

La Nef Des Fous de Brant était donc le parfait écrin pour mettre en relief cette faim renouvelée de véhémence musicale. En se basant sur cet ouvrage du quinzième siècle, consacré à la condition humaine, à la folie, mélangeant la satire, la morale, l’ironie et le sermon, le tout sur fond de constat plus que pessimiste sur la nature humaine, NOSTROMO a choisi le bon concept pour assumer ce regain de noirceur global, qui se manifeste non seulement individuellement, mais aussi collectivement. Si la guitare de Jérôme Pellegrini sonne comme un hallali annoncé de longue date, le chant de Javier Varela prend des allures de jugement dernier, et de sentence prononcée depuis l’origine des temps. Aussi syncopé qu’il n’est franc, aussi direct qu’il n’est rythmiquement tortueux, ce nouvel EP parvient à synthétiser l’essence même du groupe original pour la propulser dans une haine nouvelle, symptomatique d’une époque qui a parfaitement conscience du caractère d’urgence d’un changement qui ne viendra sans doute jamais. Et les suisses n’ont pas vraiment changé eux non plus. Si comme d’habitude ils ont privilégié l’optique choc et immédiate, tassant leur inspiration pour la faire rentrer dans le cadre des trois ou quatre minutes, ça ne les a nullement empêché de caser un maximum d’idées et de plans dans ce temps imparti, et « Taciturn » de se montrer beaucoup plus volubile dans la méchanceté que taciturne dans l’attitude. Toutefois, le quatuor prend parfois ses distances avec ce condensé, lors de « Septentrion », qui de ses grondements stellaires en intro inquiétante clôt l’aventure musicale sur une note encore plus sombre que ce qui l’a précédé. On flirte même avec le Death lorsque la guitare va puiser au plus profond de son nihilisme les riffs les plus opaques, mais la rythmique veille et impose vite un mid tempo chaotique qui remet le groupe sur ses rails.

Et l’adjonction de Max Hänsenberger dans le rôle de percussionniste a visiblement donné un surplus de kérosène au trio de tête, qui s’est soudain senti galvanisé, et prêt à expérimenter ses options les plus noires. Et finalement, ce style unique qui ne se laissait pas définir si facilement devient de plus en plus compliqué à cerner, tant NOSTROMO joue sur tous les tableaux, au point d’évoquer parfois CONVERGE, KNUT ou même les NASUM qu’ils se plaisent à citer comme influence probable, sans toutefois user des blasts. Mais par pitié, devant la richesse de ce nouveau chapitre, que les webzines cessent immédiatement d’employer le terme vulgarisateur et erroné de Metalcore, puisque Narrenschiff en est à peu près aussi proche que Desproges de l’humour potache…Non que j’insulte indirectement les amateurs du style, mais la profondeur, les textures, les trouvailles sonores qui constellent cet EP rattachent plus volontiers les suisses d’une forme très technique et brutale de Hardcore, ce que l’artwork signé de la main même de Javier Varela (Hardcore Solution Graphismes, Genêve) prouve de son trait précis. Et finalement, ce fameux parallèle avec le remorqueur spatial imaginé par Ridley Scott prend tout son sens eut égard à ce comeback tonitruant de NOSTROMO…Espérons qu’une fois encore, il n’explose pas en plein vol.

  

 Titres de l'album :

                        1. The Drift

                        2. Taciturn

                        3. Superbia

                        4. As Quasars Collide

                        5. Septentrion

                        6. Narrenschiff

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/04/2019 à 14:23
88 %    159

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Palehørse

Palehørse

Statement

Force Of Life

Cara Neir

Part III - Part IV

Project For Bastards

Project For Bastards

Aftermath

There Is Something Wrong

Nostromo

Narrenschiff

Charge

Ain’t The One

Herod

Sombre Dessein

(false) Defecation

Killing With Kindness

Rosy Vista

Unbelievable

Gorgon

Elegy

Parad1gm

Parad1gm

Laceration

Remnants

Dragon's Daughters

Tits on Fire

Ad Patres

A Brief Introduction to Human Experiments

Suzi Quatro

No Control

Beast In Black

From Hell With Love

Manowar

The Final Battle 1 (E.P)

Orphaned Land + Subterranean Masquerade

RBD / 18/04/2019
Folk Metal

Crippled Black Phoenix I Villingen-Schwenningen

Simony / 16/04/2019
Cold Wave

EVERGREY - Le Gibus - Paris

Kamel / 15/04/2019
Evergrey

LA CAVE : une sélection d'albums Metal Extreme #1

Jus de cadavre / 02/04/2019
Metal Extrême

Concerts à 7 jours

+ Sortilège

19/04 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

RIP grand musicien.


Bah c'est une pochette de Prog quoi...


Cette pochette est comment dire ... ... ...


C'est une histoire de dingue là... Je comprend pas trop le but de ce genre d'arnaque en fait... C'est pas en vendant 3 albums de groupes totalement underground qu'on fait du fric bordel !?


Une plus grande exposition à l'internationale tout simplement. Si ça marche, l'aspect financier suivra mais ce ne sera qu'une conséquence indirecte. La médiatisation prime avant tout. Pour ce qui est de leur revendication comme tu dis, si tu regardes les commentaires de cette new sur leur facebo(...)


Sans compter le fait que les mecs de Metal Bastard Enterprises (Oliver et ralf Schaffelhuber) sont ceux qui ont fait le célèbre label rip off Turbo records/Turbo Music ! mais aussi Braincrusher records, Metal age, sont aussi ceux qui ont fait un label qui sortait des groupes de RAC néo nazi nom(...)


Oui Goughy, ce sont clairement des classiques, c'est indiscutable.
Loin de moi l'idée de descendre les albums qui ont précédé ce Russian.
Je voulais dire que les journalistes avaient un peu eu tendance à les faire passer pour les "seuls" classiques des allemands. Et c'est vrai qu'Ac(...)


Je suis bien content que quelqu'un aie pu y aller. Je suis encore vert que la date dans le Midi ait été annulée deux jours avant, je la guettais depuis des mois, réservation et tout... C'est la deuxième fois que je rate Soft Kill notamment sur annulation.


Quelque chose m'échappe totalement dans la démarche : ils ont toujours revendiqué d'être "à part" et là ils signent sur un label impersonnel. Il va falloir qu'ils m'expliquent ce qui a pu les motiver à quitter un label aussi pointu que Prophecy, hormis de basses considérations financières.


Je n'ai jamais vraiment écouté Accept, à part Balls... et encore, (je ne sais même pas vraiment pourquoi en fait... c'est pas ma génération on va dire...), mais vos coms de passionnés donne envie de s'y pencher un peu plus sérieusement.


Eh ben merci à Metalnews et à toi Monsterman, vous relancez un débat que j'ai avec moi même et quelques amis sur la place de cet album dans la discographie d'Accept (avec Udo hein, restons sérieux).
Pour l'instant il est derrière le quatuor indiscutable (j'ajoute "Breaker" aux trio que t(...)


En me relisant, je me suis mal exprimé : je voulais dire que j'ai fait écouter cet album il y a 4 ou 5 ans à un vieux fan de Heavy qui était totalement passé à côté... eh bien il avait pris SA CLAQUE ! Voilà le souvenir qui revient. :-)
un album qui a sacrément bien vieilli !


Sans doute le meilleur Accept. Le plus mur, le mieux produit...
des textes monstrueux et bien plus affutés que chez la concurrence (lisez attentivement ceux de "Heaven is hell" ou "TV War")...
cet album est un must à écouter à fort volume ! Tuerie de prod !!
Souvenir d'un pote (...)


Jamais accroché à ce groupe... Et ce n'est pas leurs dernières productions qui ont pu me faire changer d'avis. Néanmoins, très chouette live-report ! Bienvenue Kamel ! :-)


Groupe vu sur la tournée d'In Search of Truth, depuis je trouve que le groupe tourne en rond se reposant trop sur la voix exceptionnelle de son chanteur. Mais en live si je peux les revoir... j'hésiterais pas une seconde.
Bienvenue à Kamel !


Bienvenue à Kamel dans l'équipe!


Je pense que ça vient du fait que le groupe "travail" (ils sont payés quoi) et que c'est donc un visa particulier qu'il faut et non un simple visa touristique. En fait si j'ai bien compris il n'y a pas eu de refus de visa mais un retard (c'est très long les délais apparemment) et du coup le grou(...)


Pourquoi ?


Quel dommage pour Gorod.

Pour une fois, j'aimerais bien savoir ce qui motive un refus de visa. Est ce que c'est parceque c'est lié à un visa de tourisme vs un visa de travail ?

ça me fait beaucoup penser au problèmes de visa qui ont fait que Morbid Angel ont du annuler (...)


Tiens, tiens... Turbo music était déjà salement réputé à l'époque. Rip-off d'un jour, rip-off toujours...