Terrifier’s motto could well be « Thrashing is our business…and business is good » 

 

Même avec un trou de mémoire passager, vous aurez tous saisi la référence…MEGADETH, EXODUS, SLAYER, TESTAMENT, METALLICA, KREATOR, mais aussi PANTERA, ICED EARTH, JUDAS PRIEST font en effet partie des influences majeures de ce groupe de Kelowna, qui porte haut l’étendard du Thrash Canadien, et qui en effet, ne semble avoir d’autre obsession que de jouer un Thrash franc du collier, agrémenté de quelques fantaisies rythmiques et mélodiques.

Mais, tout ça va un petit peu plus loin que ce résumé. Après tout, les combos nostalgiques d’une époque Thrash magique se comptent en rangs serrés, et il devient difficile d’extraire le bon grain de l’ivraie, même si la qualité globale est plus qu’excellente.

Alors, comment reconnaît-on un combo qui a les armes pour slammer plus haut ?

Des instrumentistes hors pair ? Des riffs d’enfer ? Des breaks qui ouvrent les océans et la mer ? Oui, ça, et le reste, mais surtout, comme à l’époque, de l’inventivité, de l’efficacité, et un poil de finesse pour tout faire passer.

Et ces qualités intrinsèques, les TERRIFIER les possèdent, et passent haut la main la rampe, mais autant dire qu’ils ont du métier.

Ayant passé quelques années à jouer sous la bannière SKULLHAMMER, ce quintette (Chase Thibodeau – chant, Rene Wilkinson et Brent Gallant – guitares, Alexander Giles – basse et Kyle Sheppard – batterie) n’est pas du dernier mosh né, et peut se targuer d’avoir déjà proposé un premier LP, Destroyers of the Faith en 2011, suivi d’un EP Metal or Death en 2013, dont le titre même était un aveu qu’on ne pouvait mettre en doute.

Il est en effet impossible de ne pas être convaincu de la sincérité de ces gars qui jouent leur Thrash comme si leur Heavy en dépendait, et en piochant allègrement dans les commandements du genre pour écrire leurs propres tables de loi, qui font foi.

Alors bien sûr, du classique au menu. Une section basse/batterie qui ne mouline pas dans le vide, une paire de guitaristes complémentaires qui tricotent des motifs saccadés et tout sauf insipides, et un chanteur au coffre profond, qui vocifère des textes à la gloire d’une musique qui nous fait tous vibrer de la tête aux pieds.

Stylistiquement parlant, ce Weapons of Thrash Destruction a les arguments de son nom, et propose un panaché d’EXODUS et de TESTAMENT, le tout claqué d’une approche Core à la OVERKILL sans sombrer dans le Crossover tâché, ce qui vous garantit une efficacité maximale et des hymnes à la pelle à tarte(s).

Certes, la démarche est tout sauf originale, mais là n’est pas le but de ces cinq Canadiens, qui manient aussi bien le Heavy malin que le Thrash assassin. Et puis sincèrement, un gang qui démarre les hostilités avec un morceau aussi fatal que ce « Reanimator » ne peut que s’attirer les faveurs d’un public fonceur non ? C’est effectivement le cas, et les riffs s’empilent avec malice, tandis que la rythmique tonne avec délice. On pense aussi à une version plus poussée du DESTRUCTION le moins nuancé, avec néanmoins quelques poussées d’acné sous la forme de blasts parcimonieusement disséminés pour faire monter la pression sans exploser.

Alors ça joue, ça avance droit devant sans éprouver le moindre regret, mais si la machine s’emballe avec audace, elle ralentit parfois sans vous laisser souffler, mais pour vous étouffer sous des couches de breaks Heavy du plus bel effet.

Un des meilleurs témoignages de cet art du mélange explosif reste ce terrifiant « Violent Reprisal », qui après une tonitruante intro déchaînée se répand en riffs saccadés et posés, dans une redondance affamée qui vous enserre les poignets et vous fait headbanger sans modération avouée.

Soli compétitifs et mordants, chanteur qui module, qui vocifère et hurle, et surtout, cohésion d’ensemble qui laisse incrédule.

On sent une véritable complicité chez ces cinq musiciens qui leur permet de proposer quelques perles un peu plus développées mais pas moins concentrées, à l’image de ce « Bestial Tyranny », qui passe en revue tous les trucs et astuces de la Bay Area et de l’école de la Ruhr.

Progressif ?

Dans un certain sens oui, mais sans jamais se départir de cette volonté d’exploser toutes les conventions pour fissurer le béton et chauffer le Metal en fusion. En l’état, Weapons of Thrash Destruction fonctionne comme une centrale nucléaire toujours en surchauffe, dont les réacteurs menacent d‘imploser, mais qui sont régulièrement rafraîchis par des interventions mélodiques rassurantes, mais pas mièvres pour autant.

Harmonies, speederie, tel est donc la recette magique de ce second LP, qui peut compter sur une paire de guitaristes inspirés soutenus par un pivot rythmique solide à l’assise endiablée. Il est évident que les travaux historiques de Gary Holt et Alex Skolnick les ont grandement inspirés, mais autant recycler les meilleures recettes, ce que les TERRIFIER font sans conteste.

Avec des morceaux dont la durée reste assez raisonnable mais légèrement étirée, ils parviennent à convaincre sans difficulté, et même à terminer leur boulot sur un ultime brulot, « Sect of The Serpent », qui mixe le radicalisme d’un TESTAMENT aux finasseries techniques d’un MEGADETH qui aurait ressorti les dents.

Ça tourne, ça chauffe, mais ça évite la surchauffe par quelques idées très fines, qui prouvent que le quintette n’a pas la technique dans sa poche.

Mais le fun n’est pas en reste comme le prouve l’irrésistible « Drunk As Fuck » et son thème incroyablement Heavy Metal Allemand, qui pourtant ne sonne ni éculé ni reculé, avec cette double grosse caisse omniprésente qui cède le pas lorsque les chœurs Hardcore se mettent en avant.

Du Thrash radical oui, mais futé aussi, pour une valse sans hésitation qui appuie sur le champignon pour vous briser les cervicales d’un seul riff béton.

 Pas vraiment terrifiant, mais terrassant, et surtout, la preuve que cette énième vague Thrash de l’autre côté de l’océan n’a rien à envier à ses ainés thrashisant.


Titres de l'album:

  1. Reanimator
  2. Deceiver
  3. Nuclear Demolisher
  4. Violent Reprisal
  5. Skitzoid Embolism
  6. Drunk As Fuck
  7. Bestial Tyranny
  8. Riders Of Doom
  9. Sect of the Serpent

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/01/2017 à 14:37
80 %    439

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Convictors

Atrocious Perdition

Hayser

Beige

Snake Bite Whisky

This Side of Hell

Fusion Bomb

Concrete Jungle

Wolf Counsel

Destination Void

Mörglbl

The Story Of Scott Rötti

Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Incantation + Defeated Sanity + Skinned

RBD / 25/03/2019
Brutal Death Metal

Brutality Over Belgium - South Edition III

Mold_Putrefaction / 23/03/2019
Brutal Death Metal

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Concerts à 7 jours

Defenestration + Hexecutor

30/03 : La Scène Michelet, Nantes (44)

+ No Return + Lodz

30/03 : Le Contrepoint, Chalons-en-champagne (51)

Photo Stream

Derniers coms

Pulmonary Fibrosis je les ai loupés il y a quelques années, j'espère avoir une seconde chance.


Il me semble que je n'avais pas plus accroché que ça à Crimson Slaughter (découvert ici même, évidemment), par contre, Fusion Bomb, ça me parle carrément. Eux et Fabulous Desaster sont mes deux grosses découvertes récentes en thrash metal.


Pas con le pere Flynn, on rappel les gars de Burn My Eyes.


Vu, en effet, merci je connaissais pas du tout les Madrilènes. C'est en effet très bien foutu comme truc. Merci pour la découverte. C'est con, leur histoire de financement participatif, j'aurai bien pris leur CD si c'était déjà sorti. Je note pour plus tard.


Korpse, c'est le genre de truc que je n'écouterais jamais sur album, mais faut avouer que sur scène c'est vraiment ultra bœuf et frontal...


Et bien fonce parce que ça déboite sévère !


MorbidOM :Mais ça ils le comprendront plus tard !


CRIMSON SLAUGHTER, jamais entendu parler.


Vrai que AA se "mélodise" au fil des disques, avec de grosses ficelles à la Maiden les concernant. C'est la tendance des groupes qui commencent par du gros death en ce moment (Deserted Fear, Chapel of Disease...), c'est sans doute eux qui ont d'ailleurs instauré cette mode, avec le succès que l'(...)


Ça sent bon tout ça, entre les clins d’œil à The Key (pochette, titre de morceau - "Paleolithic") et musique qui renvoie aussi à ce premier album mythique, achat en vue.


@Buck Dancer : c'est pas nous qui sommes vieux c'est les jeunes qui sont cons..


J'aime bien Virtual de Maiden.


Le crowdkill ? C'est quand tu dois aller vérifier sur internet des mots que tu connais pas, et que en plus tu trouves ça débile comme "pratique", que tu te dis que tu te fais vieux....


"Car entre prendre une vie d'un animal et l'*nc*l*r sans son consentement... Il n'y a pas grand chose"
Phrase qui va me faire la semaine !


Je suis d'accord avec vous sur le faite que censuré le concert ne servirait à rien, et la dessus je vous soutient à 100%... Mais par pitié arrêter de vouloir défendre Hery parce que vous l'avez rencontrer et qu'il vous à dit tels ou tels chose... C'est plus logique de vouloir défendre la mu(...)


@Kerry : et Halmstad de Shining


L'un des meilleur album de Black Metal de l'histoire au coté de Bathory "Under the sign of the Black Mark", des deux premiers Emperor et de "A Blaze in the Nothern sky" de Darkthrone.


Quelqu'un sait quand le film sortira en France ?


En effet c'est sur amazon que j'avais trouvé ça.


@LeMoustre
https://www.amazon.com/Murder-Front-Row-Thrash-Epicenter/dp/1935950037