Terrifier’s motto could well be « Thrashing is our business…and business is good » 

 

Même avec un trou de mémoire passager, vous aurez tous saisi la référence…MEGADETH, EXODUS, SLAYER, TESTAMENT, METALLICA, KREATOR, mais aussi PANTERA, ICED EARTH, JUDAS PRIEST font en effet partie des influences majeures de ce groupe de Kelowna, qui porte haut l’étendard du Thrash Canadien, et qui en effet, ne semble avoir d’autre obsession que de jouer un Thrash franc du collier, agrémenté de quelques fantaisies rythmiques et mélodiques.

Mais, tout ça va un petit peu plus loin que ce résumé. Après tout, les combos nostalgiques d’une époque Thrash magique se comptent en rangs serrés, et il devient difficile d’extraire le bon grain de l’ivraie, même si la qualité globale est plus qu’excellente.

Alors, comment reconnaît-on un combo qui a les armes pour slammer plus haut ?

Des instrumentistes hors pair ? Des riffs d’enfer ? Des breaks qui ouvrent les océans et la mer ? Oui, ça, et le reste, mais surtout, comme à l’époque, de l’inventivité, de l’efficacité, et un poil de finesse pour tout faire passer.

Et ces qualités intrinsèques, les TERRIFIER les possèdent, et passent haut la main la rampe, mais autant dire qu’ils ont du métier.

Ayant passé quelques années à jouer sous la bannière SKULLHAMMER, ce quintette (Chase Thibodeau – chant, Rene Wilkinson et Brent Gallant – guitares, Alexander Giles – basse et Kyle Sheppard – batterie) n’est pas du dernier mosh né, et peut se targuer d’avoir déjà proposé un premier LP, Destroyers of the Faith en 2011, suivi d’un EP Metal or Death en 2013, dont le titre même était un aveu qu’on ne pouvait mettre en doute.

Il est en effet impossible de ne pas être convaincu de la sincérité de ces gars qui jouent leur Thrash comme si leur Heavy en dépendait, et en piochant allègrement dans les commandements du genre pour écrire leurs propres tables de loi, qui font foi.

Alors bien sûr, du classique au menu. Une section basse/batterie qui ne mouline pas dans le vide, une paire de guitaristes complémentaires qui tricotent des motifs saccadés et tout sauf insipides, et un chanteur au coffre profond, qui vocifère des textes à la gloire d’une musique qui nous fait tous vibrer de la tête aux pieds.

Stylistiquement parlant, ce Weapons of Thrash Destruction a les arguments de son nom, et propose un panaché d’EXODUS et de TESTAMENT, le tout claqué d’une approche Core à la OVERKILL sans sombrer dans le Crossover tâché, ce qui vous garantit une efficacité maximale et des hymnes à la pelle à tarte(s).

Certes, la démarche est tout sauf originale, mais là n’est pas le but de ces cinq Canadiens, qui manient aussi bien le Heavy malin que le Thrash assassin. Et puis sincèrement, un gang qui démarre les hostilités avec un morceau aussi fatal que ce « Reanimator » ne peut que s’attirer les faveurs d’un public fonceur non ? C’est effectivement le cas, et les riffs s’empilent avec malice, tandis que la rythmique tonne avec délice. On pense aussi à une version plus poussée du DESTRUCTION le moins nuancé, avec néanmoins quelques poussées d’acné sous la forme de blasts parcimonieusement disséminés pour faire monter la pression sans exploser.

Alors ça joue, ça avance droit devant sans éprouver le moindre regret, mais si la machine s’emballe avec audace, elle ralentit parfois sans vous laisser souffler, mais pour vous étouffer sous des couches de breaks Heavy du plus bel effet.

Un des meilleurs témoignages de cet art du mélange explosif reste ce terrifiant « Violent Reprisal », qui après une tonitruante intro déchaînée se répand en riffs saccadés et posés, dans une redondance affamée qui vous enserre les poignets et vous fait headbanger sans modération avouée.

Soli compétitifs et mordants, chanteur qui module, qui vocifère et hurle, et surtout, cohésion d’ensemble qui laisse incrédule.

On sent une véritable complicité chez ces cinq musiciens qui leur permet de proposer quelques perles un peu plus développées mais pas moins concentrées, à l’image de ce « Bestial Tyranny », qui passe en revue tous les trucs et astuces de la Bay Area et de l’école de la Ruhr.

Progressif ?

Dans un certain sens oui, mais sans jamais se départir de cette volonté d’exploser toutes les conventions pour fissurer le béton et chauffer le Metal en fusion. En l’état, Weapons of Thrash Destruction fonctionne comme une centrale nucléaire toujours en surchauffe, dont les réacteurs menacent d‘imploser, mais qui sont régulièrement rafraîchis par des interventions mélodiques rassurantes, mais pas mièvres pour autant.

Harmonies, speederie, tel est donc la recette magique de ce second LP, qui peut compter sur une paire de guitaristes inspirés soutenus par un pivot rythmique solide à l’assise endiablée. Il est évident que les travaux historiques de Gary Holt et Alex Skolnick les ont grandement inspirés, mais autant recycler les meilleures recettes, ce que les TERRIFIER font sans conteste.

Avec des morceaux dont la durée reste assez raisonnable mais légèrement étirée, ils parviennent à convaincre sans difficulté, et même à terminer leur boulot sur un ultime brulot, « Sect of The Serpent », qui mixe le radicalisme d’un TESTAMENT aux finasseries techniques d’un MEGADETH qui aurait ressorti les dents.

Ça tourne, ça chauffe, mais ça évite la surchauffe par quelques idées très fines, qui prouvent que le quintette n’a pas la technique dans sa poche.

Mais le fun n’est pas en reste comme le prouve l’irrésistible « Drunk As Fuck » et son thème incroyablement Heavy Metal Allemand, qui pourtant ne sonne ni éculé ni reculé, avec cette double grosse caisse omniprésente qui cède le pas lorsque les chœurs Hardcore se mettent en avant.

Du Thrash radical oui, mais futé aussi, pour une valse sans hésitation qui appuie sur le champignon pour vous briser les cervicales d’un seul riff béton.

 Pas vraiment terrifiant, mais terrassant, et surtout, la preuve que cette énième vague Thrash de l’autre côté de l’océan n’a rien à envier à ses ainés thrashisant.


Titres de l'album:

  1. Reanimator
  2. Deceiver
  3. Nuclear Demolisher
  4. Violent Reprisal
  5. Skitzoid Embolism
  6. Drunk As Fuck
  7. Bestial Tyranny
  8. Riders Of Doom
  9. Sect of the Serpent

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/01/2017 à 14:37
80 %    403

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.