Je ne sais pas s’il y a réellement dix mille façons de mourir, mais il y a en tout cas plus d’une façon d’aborder le Death Metal.

OBITUARY en a développé une approche très personnelle dès les premiers jours de gestation du genre, lorsque le groupe s’appelait encore EXECUTIONER, puis XECUTIONER. Et depuis presque trente ans, ils la développent autour d’albums fleurant bon la putréfaction hivernale dans un vieux cercueil déglingué.

OBITUARY, c’est une appellation d’origine incontrôlable, un facteur de qualité, un combo qui n’a jamais vraiment déçu, même lorsqu’il a tenté des choses un peu trop conventionnelles pour son statut.

Et puis, on ne fait pas le grand écart entre les eighties et 2016 sans avoir un certain talent d’embaumeur non ? Alors lorsque la nouvelle d’un nouveau live fixé sur CD fit le tour des rédactions, les fans ne cachèrent plus leur joie.

Pensez donc, le premier depuis…Dead, il y a dix-huit ans, en restant sur le terrain des sorties officielles et en occultant les deux DVD pas forcément publiés avec l’aval des Floridiens…Depuis, le répertoire s’est densifié avec quatre longue durée, dont Inked In Blood qui marquait un net regain de forme proche de ce que John et sa bande avaient sorti de meilleur, il était donc normal qu’ils profitent de cette tournée triomphale pour marquer une pause…

Mais en guise de live, c’est à un paquet cadeau auquel nous avons droit, puisque OBITUARY y a joint en quelque sorte un petit bonus sous la forme d’un single deux titres ajouté en début de LP. Deux nouveaux morceaux, « Loathe » et « Ten Thousand Ways To Die », qui sont en fait le point de focalisation de Ten Thousand Ways to Die, considéré par le groupe comme un simple avec « quelques titres live en bonus ». Mais ne vous faites pas d’illusion, c’est bien à un nouveau live du groupe auquel nous avons affaire, eut égard au nombre de pistes en concert offertes, et surtout, de la qualité moyenne et aléatoire des deux morceaux studio en question…

Evacuons d’office ce problème en parlant des dits morceaux. On ouvre le bal avec « Loathe », long pavé de plus de six minutes qui renoue avec les effluves putrides de Floride, celles-là même qu’on reniflait avec un plaisir non feint à la fin des années 80. Le choc est frontal, riff macabre bien mis en avant par un mixage savant, litanie Doom en bonne et due forme, et puis cette entrée en matière de John, grave et traînante…Tout s’annonce pour le mieux, mais plus les minutes avancent, et malgré les coups du lapin et autres accélérations briseuses de nuques, et plus on ressent le syndrome du serpent mort qui se mord la queue, et le morceau finit par tourner à vide, faute d’avoir meublé son timing avec un poil plus d’idées.

«Ten Thousand Ways To Die » est heureusement plus intéressant, et parfait dans son rôle de mid tempo bien appuyé sur lequel John Tardy donne du gosier, et qu’on aurait d’ailleurs pu retrouver sur les classiques Slowly We Rot ou Cause Of Death, comme chute de studio par exemple…ce qui n’a rien de péjoratif, eut égard à la qualité des albums mentionnés…Break malin et solo en demi-teinte, c’est une bonne transition pour affronter les onze morceaux suivants, tous captés en live pour un groupe qui a toujours côtoyé la mort de près…

La tournée Inked In Blood fut un succès, et le groupe bénéficia d’ailleurs du support d’un studio mobile sur chaque date. Ils en ont donc profité pour capter sur bande tous les shows, ce qui leur a permis de faire un tri conséquent et de proposer à leurs fans un joli panaché, d’autant plus que la qualité du son était largement au rendez-vous.

Le résultat ? Onze incunables pour onze villes différentes, une production énorme pour un rendu fabuleux, et l’occasion pour les fans de retrouver les vibrations du quintette on stage.

Pour le coup, et en tant que bonus (bien que Ten Thousand Ways to Die soit vendu au prix d’un EP et pas vraiment d’un single), ces tranches de barbaques servies fraîches dans des villes come Los Angeles, Atlanta, Baltimore, Boise, New-York, Chicago, Toronto, San Diego, Phoenix, Tampa évidemment et Fort Lauderdale représentent bien sur le point fort de cette nouvelle sortie, et montrent un groupe finement affuté pour défendre son dernier né.

John hurle comme un damné, et la section rythmique Donald Tardy/Terry Butler assure comme une chaine de dépeçage fort bien huilée. Kenny et Trevor riffent sans discontinuer d’un staccato toujours très précis et d’un coulé morbide de fort bon goût.

Mais rien ne sert de rentrer dans les détails, vous connaissez tous les qualités de ce groupe qu’on ne présente plus, et vous aurez donc l’occasion de savourer après une entame ad hoc (« Redneck Stomp », tiré de Frozen In Time ) deux extraits du petit dernier, qui devrait connaître une suite dès l’année prochaine, avec l’enchaînement diabolique « Centuries of Lies »/ « Visions In My Head » qui prouve que Inked In Blood a parfaitement passé la rampe de la nouveauté.

Le reste ? Des chapitres essentiels de la carrière du groupe, qui pioche dans ses œuvres les plus confirmées, sans complexe, et qui rappelle pourquoi son nom est toujours d’actualité sur le devant de la scène Death en 2016.

Les versions proposées sont toutes impeccables, avec évidemment une mention spéciale pour les éternels « ‘Til Death » et son entame monstrueuse en live, « Find The Arise » qui claque toujours autant de vélocité et de lourdeur moite, et la doublette « Chiopped In Half – Turned Inside Out » qui transforme le public en horde de zombies prêts à vous bouffer la cervelle.

Celle-ci d’ailleurs éclate dans des gerbes de sang pourri lors du final apocalyptique « Slowly We Rot », LE titre qui a déclenché bien des vocations et qui continue de tourner rond en tant que clôture. Orgie de violence sourde, climat toujours aussi déliquescent, et public qui devient fou dès le riff d’intro, martelé avec toujours autant de conviction.

En résumé, un best-of en concert d’OBITUARY qui justifie largement l’acquisition de ce nouvel Album/EP/Single, eut égard aux morceaux joués et à la qualité bluffante d’un son plein de relief qui vous donne vraiment l’impression « d’y avoir été ». Vous jugerez vous-même de l’importance ou non des deux inédits, mais en tant que tel, Ten Thousand Ways To Die surpasse aisément Dead qui laissait un peu sur sa faim à l’époque.

Et il est évident qu’une fois avalée goulument cette gorgée de Death made in Florida, vous vous jetterez sur les tickets encore disponibles de la tournée Battle Of The Bays, qui passera par chez nous…très prochainement (Lille, Paris, magnez-vous quand même), et sur laquelle vous retrouverez nos embaumeurs préférés en compagnie d’EXODUS, PRONG et KING PARROT.  


Titres de l'album:

  1. Loathe (studio track)
  2. Ten Thousand Ways to Die (studio track)
  3. Redneck Stomp (Live)
  4. Centuries of Lies (Live)
  5. Visions in My Head (Live)
  6. Intoxicated (Live)
  7. Bloodsoaked (Live)
  8. Dying (Live)
  9. Find the Arise (Live)
  10. 'Til Death (Live)
  11. Don't Care (Live)
  12. Chopped in Half-Turned Inside Out (Live)
  13. Slowly We Rot (Live)

Site officiel




par mortne2001 le 30/10/2016 à 14:28
85 %    263

Commentaires (3) | Ajouter un commentaire


vania pocket
@109.9.26.136
30/10/2016 à 14:53:44
Bien sympa ces deux nouveaux morceaux.

Et Obituary en live c 'est toujours aussi énorme, même si le concert de lundi soir à L'elysée montmartre était un peu court à mon goût,.

ps: Bravo et merci pour votre travail ( un ancien lecteur, non enregistré, de VS )

Humungus
@37.58.180.76
02/11/2016 à 13:54:08
Effectivement, galette imparable pour un groupe qui l'est tout autant.

PS : Je sais que beaucoup trouve le titre "Loathe" mou du genou et qu'il tourne en rond très rapidement... Il n'en est vraiment rien pour moi. Bien au contraire... Mais c'est un fanatique de Doom qui écrit donc... ... ...

RBD
membre enregistré
08/11/2016 à 17:46:10
Tout à fait d'accord, même si cette nouvelle production fait encore plus compile de morceaux live que vrai live (le "Dead" enrobait un peu les apparences). Avec un son au poil (Joe Cincotta...), un groupe au taquet pour la scène comme ils continuent à l'être depuis la reformation, en dépit des albums studios mitigés, une pochette à l'ancienne de Marschall - même si on l'a connu meilleur... ça vaut le détour.

Les deux nouveaux titres sont dispensables à mon avis, d'autant que le dernier album relevait sensiblement le niveau, mais ça ne change presque rien à l'intérêt de l'ensemble. Un second bon live d'un groupe restant incontestable sur ce plan-là.

Ajouter un commentaire


Dynazty

Firesign

Scorched

Ecliptic Butchery

Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a donc peu de chances de les voir tourner avec VIRUS...(pardon)


Mmmmh, ça risque de me plaire ça ! Et cet artwork (très Doom Metal dans l'ambiance pourtant) donne bien envie aussi !


On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....