Rituales De Sangre

Disaster

05/09/2019

Rawforce Productions

Groupe originaire de Melipilla au Chili, DISASTER s’est d’abord fait les dents sur des reprises de grands classiques, comme SODOM, SLAYER, KREATOR, histoire de se forger une personnalité avant de proposer un répertoire plus personnel. Aujourd’hui, presque vingt ans après leur formation, les chiliens nous proposent leur troisième longue-durée, après Criaturas del Mal en 2006 et Pestilencia en 2012. C’est donc à peu près un album tous les six ans que nous offrent ces musiciens au long-cours, qui n’ont pourtant pas hésité à multiplier les formats durant leur carrière. On retrouve donc pas mal de choses dans leur discographie, dont de régulières démos (cinq depuis leurs débuts, dont pas mal de répétitions captées), mais aussi un live, un split en compagnie des THE CRUCIFIER / VIOLENT ATTACK / CRIMSON STEEL, soit un beau parcours pour une foi indéfectible en un Thrash sud-américain qui sent bon la tradition. Rien de spécial à préciser à leur sujet, leur musique parlant d’elle-même, orientée méchant sans sonner trop véhément, soit un joli équilibre entre les options européennes (DESTRUCTION/KREATOR) et les exactions brésiliennes (SEPULTURA/SARCOFAGO). Le quintet avance donc à son rythme (Pedro Cavieres - guitare, Felipe Morales - guitare, Alejandro Alfaro - chant, Carlos Araya - batterie et Daniel Hermosilla - basse), nous imposant quand même une cadence soutenue, pour amorcer le virage le plus important de leur carrière, ce fameux troisième album qui confirme ou laisse infirme.

Cela dit, peu de chance de conceptuellement voir les DISASTER traîner en chaise roulante. Rituales De Sangre, chanté en espagnol natal est un petit concentré de savoir-faire, certes classique dans le fond, mais terriblement efficace dans la forme. Privilégiant des motifs ayant fait leurs preuves, les chiliens ne nous assomment pas de nouvelles informations, mais relaient d’anciennes théories avec beaucoup de flair et de panache. En écoutant leurs morceaux, on pense au DESTRUCTION de la fin des années 80, relevé d’une touche de RAZOR et épicé de sauce salsa à la SEPULTURA, même si parfois le groupe aime fricoter avec l’occulte d’un Blackened Thrash un peu plus rapide et paillard que la moyenne (« Necrofilia », mais avec un titre pareil, ils étaient bien obligés). Toujours prompts à dégainer une cassure de rythme ou un break moins prévisible que la moyenne, les cinq musiciens frôlent toujours la frontière entre Thrash et Thrashcore, mais savent rester raisonnables tout en lâchant la vapeur. Presque un cas d’école, ce troisième album est d’un classicisme nostalgique qui fait plaisir à entendre, mais surtout un témoignage de la passion de cinq hommes qui ne se sont jamais vraiment remis de la découverte du big-bang des années 80. Toujours francs, mais parfois plus travailleurs que la moyenne, les DISASTER n’hésitent pas à s’éloigner des schémas trop établis pour proposer une musique plus évolutive, sinon progressive, en laissant leur inspiration voguer au-delà des cinq ou six minutes. C’est ainsi que l’entame « Sentencia » ose un développement plus conséquent dès le départ, histoire de bien situer les débats. Tout commence après une longue intro qui plante le décor, avant qu’une accélération à la DESTRUCTION n’enflamme les débats, basse claquante à la NYHC en exergue, et riffs qui modulent et varient à loisir. On se laisse vite happer par cette énorme énergie qui vampirise toutes les recettes des eighties, mais qui les recrache avec flair et véhémence, sans toutefois jouer avec les limites de vitesse.

Les mélodies sont bien présentes, un peu étouffées mais discernables, le chant a ce petit plus de hargne sud-américaine qui permet au phrasé espagnol de sonner plus diabolique que la moyenne, et le refrain, simple, répète un leitmotiv contagieux qui nous replonge dans l’efficacité des années 80. On sent dès les premières minutes que le groupe a toujours l’envie, et la créativité se manifeste au détour de nombreux changements d’humeur et de breaks rondement menés. Privilégiant des structures évolutives, le groupe n’en pense pas moins à accélérer la cadence pour s’approcher d’une folie instrumentale palpable (« Rito Suicida »). Ce sont évidemment les grand classiques qui viennent immédiatement en tête, les exactions brésiliennes d’il y a trente ans, à cheval entre Bestial Thrash et Blackened Thrash, la marque de fabrique locale, mais le niveau technique des chiliens leur permet parfois de fricoter avec un Techno-Thrash light sans perdre de leur impact, ce qui a le don de rendre leur musique encore plus prenante. « Cultos De Muerte », gros morceau de l’album est en quelque sorte le parangon de ces théories, profitant d’une longue mise en place scandée pour aboutir à une synthèse de tous les courants en vogue dans les eighties, entre des couplets mesurés et de soudaines embardées d’une violence soutenue, pour se rapprocher d’un Thrash maléfique à la VIO-LENCE/ACCUSER/DESTRUCTION, et ainsi imposer une cadence solide et modulable. Le chant, méchamment evil souligne le caractère blasphématoire de l’entreprise, mais les DISASTER ne sont pas que des chiens fous à qui on donne avec crainte un énorme os à ronger, et ils démontrent leur capacité à s‘imposer avec des tempi plus raisonnables, sans sombrer dans les travers du Heavy/Thrash peu digeste (« Maldito Parricida »).

Aucune faute de goût à souligner, le tout étant très agréable à l’oreille, avec toujours cette alternance entre les BPM qui souvent s’affolent (« Falso Augurio », le genre de truc qu’on aurait pu retrouver sur le Schizophrenia de qui vous savez), mise en relief par une production compacte, un peu sourde, mais aux fréquences équilibrées et qui évite le grave systématique. Quelques soli très propres, une rage dans l’interprétation, pour un troisième LP qui confirme et risque de faire passer les chiliens au stade supérieur. Ce qu’ils méritent amplement.  

                   

Titres de l’album :

                           01. Sentencia

                           02. Rito Suicida

                           03. Necrofilia

                           04. Posesión

                           05. Cultos De Muerte

                           06. Maldito Parricida

                           07. Falso Augurio

                           08. Huracanes De Metal

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/01/2022 à 17:46
78 %    167

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

J'irai Mosher chez vous ! Episode 4 : Seattle

Jus de cadavre 12/08/2022

J\'irai mosher chez vous

Suffocation + Kharkov

RBD 08/08/2022

Live Report

Hysteria

mortne2001 04/08/2022

From the past

Voyage au centre de la scène : DEATH POWER

Jus de cadavre 31/07/2022

Vidéos

Incantation + Akiavel + Horror Within

RBD 30/07/2022

Live Report

Appetite For Destruction

mortne2001 21/07/2022

From the past

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 3

mortne2001 18/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 2 / Du jeudi 23 au dimanche 26 juin

Jus de cadavre 06/07/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Gang + Balls Out + Overdrivers 20/08 : Place Du Rietz, Burbure ()
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Humungus

Intrigué par tout cela, je suis en train de m'écouter le EP pour l'instant.Génial.Je reviens vers vous une fois l'album lui aussi ingéré...

16/08/2022, 09:31

Humungus

fallwarden + 1.

16/08/2022, 09:29

fallwarden

Fred :  pourquoi devrait il avoir l'honnêteté de parler de ses convictions politiques ça n'a rien à voir avec le sujet de l'interview. Si ce type était d'extrême gauche, tu lui reprocherais de ne pas en parler?

16/08/2022, 06:43

Fakino

Excellent ! J'adore leur style musical Faaitoito Aroma et TE RUKI

15/08/2022, 20:50

David ghetto

Manque de rythm sur le montage mais le son est lourd !

15/08/2022, 13:46

Steelvore666

Excellent titre pour un putain d'album, que je ne saurais que trop conseiller à ceux qui sont passés à coté jusqu'à présent.

15/08/2022, 10:11

Simony

Extraordinaire album ! En tout point d'accord avec cette chronique. De mon côté l'influence de CHRISTIAN DEATH est plus que perceptible en effet.

15/08/2022, 10:00

Humungus

Pourquoi pas De Villiers avec un t-shirt DISRUPT ?

15/08/2022, 09:10

Stench

Musicalement c'est plutôt bon mais qu'est-ce que le chant manque de puissance ! 

14/08/2022, 07:43

Humungus

Fan de l'Action Française avec un t-shirt DROPDEAD...J'approuve.

12/08/2022, 23:08

Humungus

Hé hé hé...Dans ce genre d'attroupement, le back patch DISSECTION méritant le haut et court et pour le mieux le goudron et les plumes... ... ...

12/08/2022, 23:02

pierre2

Je préfère mon Nick bougon dans Paradise Lost....   

12/08/2022, 19:58

FaFa

Fred, sale petite pute de balance, lâche de gauchiste. Fallait lui dire en face. Et ses convictions n'ont rien à voir avec la musique. Pauvre tocard.

12/08/2022, 15:40

Jus de cadavre

Merci ! Et non pour la veste à patch ha ha ! On était déjà bien grillés en tant que frenchies (avec notre accent et... nos bouteilles de rouge !) je voulais pas en rajouter pour se faire remarquer

12/08/2022, 13:44

Humungus

Non, non Jus de cadavre, tu as très bien fait de poster ce nouvel épisode.Même si je ne compte absolument pas aller à Seattle ou Vancouver un jour, c'est toujours très intéressant d'avoir une vision autre d'une ville, d'une r&eac(...)

12/08/2022, 13:08

Humungus

Mouais...En même temps, des groupes qui font du playback dans un hangar en guise de clip, y'a pas que ces deux là hein... ... ...

12/08/2022, 12:56

Moi

Je confirme, le réalisateur est le même pour les 2 vidéos, et le créateur de Gaerea

12/08/2022, 11:43

Jean

C’est vrai que la plupart des artistes ont déjà tourné dans des festivals cet été en France . C’est pas la folie 

12/08/2022, 09:06

Humungus

C'est moi ou l'affiche n'est vraiment pas folle cette année ?

12/08/2022, 07:10

Fred

Croisé une fois, ce mec est une sorte de connard fan de l'Action Française et nostalgique d'un temps révolu, dommage qu'il n'ait pas l'honnêteté d'en parler dans cet interview. Saoulant et gavant.

11/08/2022, 21:06