Rituales De Sangre

Disaster

05/09/2019

Rawforce Productions

Groupe originaire de Melipilla au Chili, DISASTER s’est d’abord fait les dents sur des reprises de grands classiques, comme SODOM, SLAYER, KREATOR, histoire de se forger une personnalité avant de proposer un répertoire plus personnel. Aujourd’hui, presque vingt ans après leur formation, les chiliens nous proposent leur troisième longue-durée, après Criaturas del Mal en 2006 et Pestilencia en 2012. C’est donc à peu près un album tous les six ans que nous offrent ces musiciens au long-cours, qui n’ont pourtant pas hésité à multiplier les formats durant leur carrière. On retrouve donc pas mal de choses dans leur discographie, dont de régulières démos (cinq depuis leurs débuts, dont pas mal de répétitions captées), mais aussi un live, un split en compagnie des THE CRUCIFIER / VIOLENT ATTACK / CRIMSON STEEL, soit un beau parcours pour une foi indéfectible en un Thrash sud-américain qui sent bon la tradition. Rien de spécial à préciser à leur sujet, leur musique parlant d’elle-même, orientée méchant sans sonner trop véhément, soit un joli équilibre entre les options européennes (DESTRUCTION/KREATOR) et les exactions brésiliennes (SEPULTURA/SARCOFAGO). Le quintet avance donc à son rythme (Pedro Cavieres - guitare, Felipe Morales - guitare, Alejandro Alfaro - chant, Carlos Araya - batterie et Daniel Hermosilla - basse), nous imposant quand même une cadence soutenue, pour amorcer le virage le plus important de leur carrière, ce fameux troisième album qui confirme ou laisse infirme.

Cela dit, peu de chance de conceptuellement voir les DISASTER traîner en chaise roulante. Rituales De Sangre, chanté en espagnol natal est un petit concentré de savoir-faire, certes classique dans le fond, mais terriblement efficace dans la forme. Privilégiant des motifs ayant fait leurs preuves, les chiliens ne nous assomment pas de nouvelles informations, mais relaient d’anciennes théories avec beaucoup de flair et de panache. En écoutant leurs morceaux, on pense au DESTRUCTION de la fin des années 80, relevé d’une touche de RAZOR et épicé de sauce salsa à la SEPULTURA, même si parfois le groupe aime fricoter avec l’occulte d’un Blackened Thrash un peu plus rapide et paillard que la moyenne (« Necrofilia », mais avec un titre pareil, ils étaient bien obligés). Toujours prompts à dégainer une cassure de rythme ou un break moins prévisible que la moyenne, les cinq musiciens frôlent toujours la frontière entre Thrash et Thrashcore, mais savent rester raisonnables tout en lâchant la vapeur. Presque un cas d’école, ce troisième album est d’un classicisme nostalgique qui fait plaisir à entendre, mais surtout un témoignage de la passion de cinq hommes qui ne se sont jamais vraiment remis de la découverte du big-bang des années 80. Toujours francs, mais parfois plus travailleurs que la moyenne, les DISASTER n’hésitent pas à s’éloigner des schémas trop établis pour proposer une musique plus évolutive, sinon progressive, en laissant leur inspiration voguer au-delà des cinq ou six minutes. C’est ainsi que l’entame « Sentencia » ose un développement plus conséquent dès le départ, histoire de bien situer les débats. Tout commence après une longue intro qui plante le décor, avant qu’une accélération à la DESTRUCTION n’enflamme les débats, basse claquante à la NYHC en exergue, et riffs qui modulent et varient à loisir. On se laisse vite happer par cette énorme énergie qui vampirise toutes les recettes des eighties, mais qui les recrache avec flair et véhémence, sans toutefois jouer avec les limites de vitesse.

Les mélodies sont bien présentes, un peu étouffées mais discernables, le chant a ce petit plus de hargne sud-américaine qui permet au phrasé espagnol de sonner plus diabolique que la moyenne, et le refrain, simple, répète un leitmotiv contagieux qui nous replonge dans l’efficacité des années 80. On sent dès les premières minutes que le groupe a toujours l’envie, et la créativité se manifeste au détour de nombreux changements d’humeur et de breaks rondement menés. Privilégiant des structures évolutives, le groupe n’en pense pas moins à accélérer la cadence pour s’approcher d’une folie instrumentale palpable (« Rito Suicida »). Ce sont évidemment les grand classiques qui viennent immédiatement en tête, les exactions brésiliennes d’il y a trente ans, à cheval entre Bestial Thrash et Blackened Thrash, la marque de fabrique locale, mais le niveau technique des chiliens leur permet parfois de fricoter avec un Techno-Thrash light sans perdre de leur impact, ce qui a le don de rendre leur musique encore plus prenante. « Cultos De Muerte », gros morceau de l’album est en quelque sorte le parangon de ces théories, profitant d’une longue mise en place scandée pour aboutir à une synthèse de tous les courants en vogue dans les eighties, entre des couplets mesurés et de soudaines embardées d’une violence soutenue, pour se rapprocher d’un Thrash maléfique à la VIO-LENCE/ACCUSER/DESTRUCTION, et ainsi imposer une cadence solide et modulable. Le chant, méchamment evil souligne le caractère blasphématoire de l’entreprise, mais les DISASTER ne sont pas que des chiens fous à qui on donne avec crainte un énorme os à ronger, et ils démontrent leur capacité à s‘imposer avec des tempi plus raisonnables, sans sombrer dans les travers du Heavy/Thrash peu digeste (« Maldito Parricida »).

Aucune faute de goût à souligner, le tout étant très agréable à l’oreille, avec toujours cette alternance entre les BPM qui souvent s’affolent (« Falso Augurio », le genre de truc qu’on aurait pu retrouver sur le Schizophrenia de qui vous savez), mise en relief par une production compacte, un peu sourde, mais aux fréquences équilibrées et qui évite le grave systématique. Quelques soli très propres, une rage dans l’interprétation, pour un troisième LP qui confirme et risque de faire passer les chiliens au stade supérieur. Ce qu’ils méritent amplement.  

                   

Titres de l’album :

                           01. Sentencia

                           02. Rito Suicida

                           03. Necrofilia

                           04. Posesión

                           05. Cultos De Muerte

                           06. Maldito Parricida

                           07. Falso Augurio

                           08. Huracanes De Metal

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/01/2022 à 17:46
78 %    55

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26