Sealed in Starlight

Starlight Ritual

02/06/2021

Temple Of Mystery Records

Fondé en 2013/2014 par le guitariste JF Bertrand, STARLIGHT RITUAL a progressivement glissé vers un Heavy fortement influencé par la NWOBHM et donc ancré dans le mouvement nostalgique le plus symptomatique. Et après avoir publié un premier EP redistribué en France par La Fin Du Monde (Age of the Universe, 2017), après avoir foulé la scène en compagnie des plus grandes références du passé (DIAMOND HEAD, PAGAN ALTAR, GRIM REAPER, ANVIL), le gang originaire de Montréal offre enfin son premier effort longue-durée, et les fans d’un Metal franc du collier, mélodique et agressif seront aux anges. Evidemment, la recette n’a rien de novateur dans son exploration des racines les plus fermement ancrées dans le sol Heavy, mais l’attitude générale du quintet, son envie d’en découdre, et son talent pour retrouver le son d’époque en font un des plus dignes représentants de la vague old-school, et aussi l’un des plus crédibles. Car on retrouve au menu de ce premier long tout ce qui nous a crêpé le chignon à l‘orée des années 80, ces riffs seventies francs et massifs durcis d’une attitude anglaise totalement 80’s, ce groove dans le binaire rappelant les inflexions bluesy du Hard de la décennie précédente, et même ce timbre épique d’un chanteur ne confondant pas hurlantes qui nous les brisent et passion dévorante.

Forge (basse), Lou Weed (batterie), Dan Toupin et J-F Bertrand (guitares) et Damian Ritual (chant), ensemble depuis la création du groupe nous proposent donc une vision rétrograde de notre musique préférée. Mais ce premier LP, bouillant et enthousiaste excuse bien des astuces faciles, et permet à des compositions amples de développer une atmosphère épique, que l’on retrouvait déjà sur les disques d’un certain Ronnie James DIO. Mais il y a aussi du SAVAGE là-dedans, du DIAMOND HEAD, et évidemment, influence incontournable, du THIN LIZZY a plein régime, spécialement lorsque les deux guitares duellisent à la tierce pour ne pas désigner de vainqueur.

Sept ans de parcours commun, on le sent, les musiciens sont bien ensemble, se connaissent, et jouent avec une totale confiance. Cette aise rejaillit donc sur la musique, formelle, mais très agréable. Avec une intro sobre qui plante le décor, Sealed in Starlight aménage le voyage dans le temps avec précision, et lorsque la fusée démarre au son de « Marauders », on décapsule sa première bière en toute décontraction. Et on le peut, puisque tout est là, la rythmique implacable, les guitares aiguisées comme des couperets, le chant alerte et décontracté, et la tension progressive nous permet de supporter sans dommage l’accélération. On remarque immédiatement la hargne vocale de Damian Ritual, parfait frontman d’une formation solide, et la complémentarité des deux guitaristes Dan Toupin et J-F Bertrand, riffant classique, mais lâchant des soli inspirés et enflammés.

Rien de perturbant, tout est rassurant, mais cette ballade dans les étoiles d’antan est fort agréable. Doté d’une production qui aurait pu être signée Martin Birch il y a quelques années, Sealed in Starlight nous fait triper dans le temps et l’espace, et ne lésine pas sur les « look out ! » et autre gimmicks estampillés eighties. On pense à « We Rock », on pense aussi au groove du métisse irlandais, on pense aux mouvements fluides de la nouvelle génération anglaise de 79/80, à SAXON, et « One for the Road » de proposer un condensé du renouvellement métallique de la perfide Albion, tout en mimétisme glorieux. Difficile de croire que les musiciens viennent de Montréal et non de Londres, tant l’inspiration sonne européenne du début à la fin. Evidemment, les amateurs de sensations fortes et nouvelles en seront une fois encore pour leurs frais, mais les chineurs de brocante superbement achalandée seront satisfaits de cette première livraison, qui n’hésite pas à provoquer le côté punky du MAIDEN période Killers et Di’Anno (« Burning Desire »).

STARLIGHT RITUAL passe tout en revue, du quickie Heavy jeté sur les buches pour alimenter la braise, jusqu’à la grande suite épique plaçant ses notes dans les pas des épilogues de MAIDEN. « Sealed in Starlight », titre éponyme malicieusement placé à mi-parcours étonne de sa richesse et de son emphase dramatique, et nous permet d’apprécier le travail de composition léché et précis. Intro pleine de noblesse qui nous rappelle nos propres SORTILEGE, déroulé amené avec beaucoup de finesse avec une montée en puissance des deux guitares qui ne se gênent pas pour lâcher quelques licks addictifs, avant que la poudre n’explose enfin dans un feu d’artifices de soli complètement brillants et enflammant le ciel.

La seconde partie de l’album, déclenchée par cet orage de décibels se montre d’ailleurs plus ambitieuse, avec samples, effets accentués, et puissance décuplée, comme en témoigne encore une fois le très MAIDEN « Civilization Lost ». La basse est plus claquée, le chant plus affirmé, et l’instrumental plus dense, et Sealed in Starlight se révèle alors à son plein potentiel d’hommage à peine déguisé aux plus grandes œuvres de la NWOBHM. On trouve même du JUDAS PRIEST sur « The Riddle of Steel », ce qui démontre que les canadiens tenaient à honorer tout le monde, et si le boogie léger de « Lunar Rotation » nous ramène dans la galaxie de départ, le final « Righteous Ones » adopte encore une fois une posture Heavy pour nous laisser à quai avec une impression de voyage inoubliable dans les étoiles d’un passé qui est loin de se ternir.

La méthode old-school est connue, éprouvée, et commence depuis quelques années à montrer de sérieux signes de faiblesse. Mais avec des défenseurs de la trempe des canadiens de STARLIGHT RITUAL, le mouvement vintage a encore de beaux moments devant lui, pour peu qu’il soit scandé par des porte-parole capables et vraiment sincères.        

                                         

                                                

Titres de l’album:

01. The Bell

02. Marauders

03. One for the Road

04. Burning Desire

05. Sealed in Starlight

06. Civilization Lost

07. The Riddle of Steel

08. Lunar Rotation

09. Righteous Ones


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/05/2021 à 18:35
85 %    429

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44

Arioch91

D'accord avec Simony. Les vieux groupes de Thrash ne valent plus le pet. Mais Megadeth arrive encore à se hisser au-dessus.J'avais bien aimé Distopia, je me laisserai tenter par ce nouvel album.

24/06/2022, 20:45

Moshimosher

Franchement, il déchire ce clip !

24/06/2022, 19:53

Humungus

Moi je vénère MANOWAR !Hormis "Warriors of the world" et "Gods of war", la discographie est absolument exceptionnelle.

24/06/2022, 18:32