Frenchy but Choc - French Underground

Mälheür, Hardiesse, Mürrmürr

 

Antiq Records, Dying Victims Productions, Epictural Production

Mälheür - Nocturnal Forces

Attention, voilà de vrais méchants, pas beaux, qui jouent un barouf à faire fuir les taureaux. De peur évidemment. Nous en venant des Hauts-de-France, les MÄLHEÜR et leurs deux trémas (plus il y a de trémas, plus c’est vilain, tout le monde le sait bien) lâchent donc leur première démo pour bousculer un peu l’underground, et nous assomment de leur rythmique unique et de leurs riffs qui tournent comme des vautours.

Evidemment affublés de pseudonymes fleuris (Abysmal Slaughterer - batterie, Vincent Fantôme - guitare, Marquis Morbidus - chant et Luke Néfaste - basse), ces quatre pistoléros dégainent à tout va pour faire danser à la poudre ceux s’aventurant un peu trop témérairement dans leur saloon privé. Fondé en 2021, cette équipée méga-sauvage donne dans le Metal nostalgique sans compromis, quelque part entre le Rétro-Speed et le Speed Punk déchaîné et énervé du bulbe.

Autant la faire franche, rarement énergie aura été aussi palpable à travers une simple démo. On imagine sans peine le carnage live de ces morceaux qui s’enfilent comme des ministres après un conseil, mais en attendant, leur pendant studio donne aussi des crampes au kilo. Il faut dire que les musiciens n’ont pas pris les choses à la légère, et nous ont concocté un produit tout à fait compétitif sur le marché. Fini et loin derrière le temps des maquettes enregistrées sur du matériel de fortune pour sonner comme une copie de troisième génération, Nocturnal Forces explose dans les oreilles comme un pétard au cul d’un chien, et nous entraîne dans un monde où la folie règne en maîtresse.

J’ai personnellement dépensé la moitié de mon énergie matinale à encaisser ce choc frontal. Il m’a fallu reprendre de sérieuses forces après déglutition de ce Speed malfaisant mais joyeux, qui nous honore même d’une reprise canadienne des RAZOR très bien foutue. Et comme en plus les zigues sont très intelligents et nous épargnent les considérations Blackened de rigueur dans le créneau, le tout reste léger et digeste, et fait même regretter l’absence de rab’.

Mais.

Cette première démo est une sacrée carte de visite pour s’imposer dans le petit univers du Speed puriste et euphorique, et nous prions pour que les frenchies continuent sur leur lancée pour ridiculiser la concurrence. Ils en ont les moyens, l’envie, le chanteur hystérique et le guitariste volubile. Bien joué les gars, je vous aime, et votre bordel me donne des ailes. A très bientôt j’espère, en souhaitant que d’ici là vous n’ayez pas appris la politesse.     

     

                        

Titres de l’album:

01. Intro

02. Nocturnal Forces

03. Inferno

04. City of Damnation (RAZOR cover)

05. TormenTor


Facebook officiel


Hardiesse - Rêverie Féodale

Matinée française, avec plusieurs groupes, et donc plusieurs styles. Celui pratiqué par HARDIESSE est assez simple, un Black Metal sombre, violent, âpre, agressif et rude, dans la plus pure tradition nordique des années 90. EP ou démo d’ailleurs, puisque les deux mentions sont faites sur la toile, pour une prise de contact sans ambages qui nous rappelle que la scène française est décidément l’une des plus compétitives au monde.

Wÿntër Ärvn (basse) et H (guitare/chant) se partagent donc les tâches, et nous livrent une copie noire comme le jais. Membres ou ex de groupes divers (AORLHAC, BELORE, VINTERGEIST, LYRSIDE, REIN, HANTERNOZ, PAYDRETZ, VEHEMENCE, BRAQUEMAARD, THE DRAKE EQUATION, Ê, REGIMENT, GRYLLE, ANCEISURAL ERITANCE, du beau monde en somme), les deux hommes connaissent donc bien leur sujet qu’ils survolent avec une aisance déconcertante. Si l’on peut être rebuté par le son de la programmation, avec une double grosse caisse surnaturelle et ubercompressée, l’ambiance générale est pugnace, noire, mais accueille avec plaisir quelques fantaisies Folk du plus bel effet (« Victoire »), qui permettent d’alléger un tout décidément très oppressant.

Loin du Black lo-fi que cette pochette suggérait, Rêverie Féodale tente donc d’intégrer des éléments harmoniques dans un contexte de violence crue. Et comme la production de l’objet en question est énorme, avec une basse qu’on distingue parfaitement et un écho vraiment vilain sur le chant, l’adhésion se fait sans hésitation, avec pour seul regret le manque de morceaux à se mettre sous la dent.

Sans avoir si HARDIESSE restera un side-project ou un projet à part entière, Rêverie Féodale se pose comme ouverture majeure d’une discographie qu’on espère enrichie dans les années à venir, ne serait-ce que pour humer une fois encore la méchanceté initiale, et tomber sous le charme des sorts jetés par les sorciers norvégiens et suédois.  

Soigner le mal par le mal, et prêter allégeance aux démons anciens, sur fond d’histoire hurlée comme une incantation oubliée.



Titres de l’album:

01. Conquête

02. Fougue (feat. Wynter Arvn)

03. Victoire

04. Hargne


Bandcamp album


Mürrmürr - Magdala

Même pays, style similaire, et ambitions toujours aussi grandes. Ce jeudi sera donc la journée du tréma, puisque MÜRRMÜRR en a collé deux sur son nom, histoire une fois encore de donner des indices quant à la violence proposée et exposée.  

MÜRRMÜRR, fondé en ( ?) et articulé autour de ( ?) nous propose donc une longue litanie de souffrance, de libération, de questionnement et de brutalité froide et clinique. A la limite d’un Post plus cru que d’ordinaire, Magdala provoque le Black Metal pour lui faire épouser des formes moins sommaires et prévisibles, et nous réserve de belles surprises harmoniques, en son clair, en passages éthérés, et en lignes de chant évaporées.

Si les trois groupes traités dans cette chronique ont tous les moyens de se détacher de la masse, autant dire que le meneur de jeu reste MÜRRMÜRR, qui a déjà les armes pour affronter les meilleurs adversaires. La production, gigantesque et claire, l’agencement des morceaux, leur évolution, permettent presque de considérer ce premier EP comme un véritable album, album qui d’ailleurs ne tardera pas à venir. Entre ALCEST, AORLHAC, quelques poulains de l’écurie des Acteurs de l’Ombre ou d’Antiq, Magdala est un beau cadeau, aussi atmosphérique que cruel sous son papier noir.

Sans gâcher la surprise ou trop en dire, soulignons le caractère épique de ces compositions amples, qui taquinent parfois les dix minutes, mais jamais gratuitement ou pour remplir le pichet. Non, les idées sont porteuses, l’ambiance mortifère et prenante, et le tout revêt des allures de catharsis pour fondus d’occulte, le tout saupoudré d’une préciosité lettrée qui nous ramène aux plus grandes heures du BM français.

Ne vous y trompez pas, ce premier EP n’est pas de ceux que l’on choisit d’aborder un peu comme on veut. Non, les titres sont placés avec précision, et l’évolution globale reste logique. On passe donc de la nostalgie sauvage de « Cecilia », à la bestialité désespérée de « Kildara », pour finir le voyage sur les accords clairs de « Magdala », title-track magique et scindée en deux parties. La première, évanescente et contemplatrice, et la seconde, plus dure qu’une sentence de mort prématurée, forment un tout magnifique, et caractéristique de musiciens sachant très bien où ils souhaitent nous emporter.

Je me montre déjà curieux des possibilités développées par MÜRRMÜRR, qui risque fort d’accoucher d’un premier album monstrueux aux proportions gargantuesques. Un futur grand du Black est né, célébrons son arrivée, et élevons le dans la tradition nationale. Il n’en grandira que plus vite, et plus fort.

    

Titres de l’album:

01. Cecilia

02. Yehohanan

03. Kildara

04. Magdala


Facebook officiel


par mortne2001 le 18/05/2023 à 18:15
80 %    274

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Enslaved + Svalbard + Wayfarer

RBD 20/03/2024

Live Report

Voyage au centre de la scène : BLOODY RITUAL

Jus de cadavre 17/03/2024

Vidéos

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
The Answer 14/04 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Arioch91

on veut du sonOu pas   

11/04/2024, 20:01

Moshimosher

Cool ! Une avant-première du prochain Burzum ! Maintenant qu'on a la pochette, on veut du son !!!

11/04/2024, 18:49

Simony

On sait où était Varg Vikernes à ce moment là ?I'm on my way to burn the shop....

11/04/2024, 15:52

grosse pute

Le karma

11/04/2024, 12:40

Jus de cadavre

C'est clair... Sans compter les archives qu'il restait là-dedans apparemment !C'est triste en tout cas, mais je ne peux m'empêcher de voir dans cet incendie une certaines ironie tout de même...

11/04/2024, 09:17

Orphan

Ouch...il y a quelques raretés qui viennent de partir en fumées

11/04/2024, 07:26

Moshimosher

Très bon groupe !!! Impatient !!!

10/04/2024, 18:55

Sphincter Desecrator

@Gargan:Vérole! Un belou! Deux-sévrien, donc. On a du se croiser, du coup. A Bressuire ou à Niort, peut-être?Effectivement, pour revenir à JINX, pas beaucoup de rescapés, a priori...

10/04/2024, 18:53

Gargan

T'es un ventrachoux haha ! Ouais, sur le tard pour un jeune belou des 80s. C'est solide, assez ricain et on trouve leur lp à pas cher, ce qui est plutôt rare dans le style. Encore un groupe éphémère, avec une partie du line-up décédé(...)

10/04/2024, 07:56

Sphincter Desecrator

Par chez moi, il y avait JINX (ex-SERVICE COMPRIS). Je n'ai pas connu à l'époque car trop jeune, mais ils ont eu leur réédition il y a quelques années. Est-ce que, parmi les vieux des années 80, certains d'entre vous connaissaient?

09/04/2024, 19:00

Saul D

Voie De fait & Shaking Street, c'est bon ça... au fait, ce ne serait pas le guitariste de Voie de Fait qui aurait fourni un logo et un nom à un groupe parisien qui se nommait "Blood wave"(avant de changer de patronyme of course)? A moins que je ne confonde...

09/04/2024, 12:55

Yajireubié

dragon moshing mad 

08/04/2024, 23:23

Gargan

Pas degueu ! Et mes petits péchés mignons, Strattson et Steel Angel (ça c’est pour la partie 3 haha)

08/04/2024, 20:48

David

Merci pour vos remarques. La prochaine vidéo traitera de Fisc, Damon Eyes, Shaking Street, Voie de fait, Vulcain et quelques autres.

08/04/2024, 19:36

Saul D

Et puis Vulcain est souvent cité, c'est un groupe qui mérite aussi de l'attention..il y a aussi Demon Eyes...

08/04/2024, 14:48

Saul D

J'allais dire exactement la même chose ( pour High power et Blasphème)...

08/04/2024, 14:25

Gargan

Y'a de quoi débattre sur la question de la "langue" du rock et du metal. C'est vrai que l'anglais passe mieux de manière générale, je me vois mal chanter en choeur "peur de l'obscurité" et c'est pas toujours év(...)

08/04/2024, 08:19

Jus de cadavre

Génial ce truc ! Fan de death old-school foncez !

07/04/2024, 19:09

Moshimosher

J'avoue que... ça ne ressemble plus à du Limbonic Art... ça en devient même assez quelconque...

06/04/2024, 21:34

Gargan

J’ai du mal à écouter ce groupe sans l’emphase des claviers de Morpheus…

06/04/2024, 16:14