Mersmak

Lüt

12/02/2021

Indie Recordings

De jeunes punks norvégiens qui se retrouvent plébiscités par Lars Ulrich sur son podcast ? Que voici une histoire bien cocasse qui ne pouvait avoir lieu que dans le grand nord. Et c’est via le très estimable label norvégien Indie Recordings que cette histoire nous est narrée aujourd’hui avec la sortie du second album de cette bande de gamins terribles qui n’ont d’autre ambition depuis leur création que de jouer une musique simple, pêchue, directe et tendue. Fêtant tout juste leurs dix-huit ans, ces sales morveux se sont fendus d’un des premiers albums les plus remarquables du Punk Rock moderne, ce Pandion qui leur permit de se retrouver nominés pour le titre de « groupe de l’année » aux Norwegian awards et ainsi attirer l’attention du batteur chauve le plus célèbre du monde du Metal. Mais pourtant, les LÜT ne jouent absolument pas de Metal, mais alors pas du tout, malgré leur attitude frondeuse et leur amplification assez poussée. Les cinq branleurs avouent une passion sans bornes pour les PARAMORE, allant jusqu’à débaucher Mike Schuppan (PARAMORE, JIMMY EAT WORLD) pour mixer leur second LP. Mais comme il faut toujours faire mieux que le premier, et aussi retentissant fut son succès, les LÜT ont justement lutté pour continuer sur leur lancée et nous offrir une dizaine de morceaux courts à reprendre en cœur, pour peu que vous chantier le norvégien en yaourt.

Laissez-moi donc vous présenter ces jeunes hirsutes qui à n’en point douter savent composer des hymnes et manier leurs instruments. Passé de quatuor à quintet, le groupe compte aujourd’hui dans ses rangs Marius James Platt, Ørjan Nyborg Myrland, Markus Danielsen Danjord, Sveinung Engvik et Mads Erlend Ystmark, le petit dernier (parce qu’un guitariste en plus, ça peut toujours servir), et Mersmak n’est rien de moins que le témoignage punk mélodique de cette année 2021, reprenant à son compte des recettes établies de Pop mélangée au Rock le plus simple et direct, dans la plus pure lignée des…PARAMORE. Mais on pense aussi à une version très light des REFUSED les plus Rock parfois (« Bankok Nonstop »), à des BACKYARD BABIES expatriés et plus portés sur le fond que sur la forme Hard-Rock, et si le label de nos amis norvégiens n’hésite pas à laisser traîner des pistes possibles (FOALS, EDITORS, KVELERTAK), c’est à vous de vous faire une opinion en encaissant cette tempête de trente-cinq minutes qui ne laisse que des ruines sur son passage.

L’énergie de ces cinq-là est tout bonnement époustouflante. Profitant de leur jeunesse pour ne pas se poser de question, les LÜT ont déjà le monde à leurs pieds, et le savent. Après tout, on ne se fait pas masteriser son machin par Brad Boatright par hasard, et avec sur le CV l’expérience de vieux briscards ayant bossé avec M83, FOSTER THE PEOPLE, CONVERGE, ou CAZADORES, on peut se la péter en soirée sans passer pour des losers pathétiques.  

Ici, tout est faussement simple, mais réellement travaillé. Pas question de pomper pour pomper, mais bien de composer de véritables Pop songs allusives à tout le répertoire populaire des années 90 à 2010. On parle de Punk, mais Mersmak n’est pas qu’un simple album de Pop-Punk de plus. Il est surtout un formidable album de Rock avant tout, un Rock certes juvénile et encore adolescent, mais pourtant incroyablement mature. On ne compose pas une chanson aussi entêtante que « Homme Fatale » quand on n’a rien dans la caboche, et même sans ne rien connaître au VELVET, on se souvient de Nico et de son titre presque homonyme, alors on laisse trainer la basse, on accepte la batterie pataude et les couches vocales qui se mélangent avec une magie hors-normes. Loin des gentils crétins que l’on observe un peu  suspicieux sur les photos promo, les cinq membres de ce groupe sont non seulement des instrumentistes très capables, mais aussi des compositeurs incroyables. Capables de réconcilier les RAMONES et PARAMORE malgré le conflit des générations, et de faire la nique à la génération 90 de leur morgue.      

 

Alors, OK, au début, les mecs lâchent leurs trucs les plus faciles, en profitant d’un son vraiment énorme. « Mersmak » balance la purée, et « Strictly Business » taquine la vitesse pour que la spontanéité marque les esprits. En à peine cinq minutes et deux titres, les LÜT jouent avec l’image du jeune punk band typique, et malgré le chant en langue natale, les recettes sont usuelles et connues. Mais dès l’entrée en lice du plus développé « Lütetro », le fond de l’air change de température et les ambitions s’affichent. En osant les quatre minutes, les marsouins démontrent que la facilité, c’est sympa cinq minutes, mais que la musique est une affaire sérieuse, même jouée avec le sourire. Alors, on pose le tempo, on joue encore sur ces voix qui s’entremêlent, on tripote un riff classique pour le faire sonner provocant, et on ne s’ennuie pas aux côtés de Shirley Manson sur le canapé.

Même constat mais pas que via « Ingenting å Angre På » qui rappelle les SUPER FURRY ANIMALS, et plus l’album avance, plus on comprend que sous des allures instantanées, les membres de LÜT sont de sacrés petits malins.

Car en moins de quarante minutes, ils parviennent à synthétiser tout ce que le Punk Rock du nord peut proposer de meilleur depuis les années 80, sans en avoir l’air, et en gardant leur musique ancrée dans son époque. Entre les petites bombes prétentieuses qui vous explosent à la gueule du côté d’Oslo (« We Will Save Scandirock », un véritable programme musico-électoral), et un épilogue aussi dense que « Indiä », Mersmak prouve non seulement que la réputation des LÜT n’est pas usurpée, mais qu’elle pourrait bien se propager dans le monde tant les mecs démontrent que leurs prochaines idées seront encore meilleures. Un album pour s’éclater, d’accord. Mais de la substance, et de la qualité dans la durée. Peut-être un acteur majeur de la scène mais en tout cas, l’un des plus prometteurs au-delà des gimmicks promotionnels.

Tu as du goût et du flair Lars quand même. On peut au moins te reconnaître ça.  

   

                                                                                           

Titres de l’album:

01. Mersmak

02. Strictly Business

03. Lütetro

04. Ingenting å Angre På

05. Bankok Nonstop

06. We Will Save Scandirock

07. Homme Fatale

08. Viepa

09. Krei

10. Indiä


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 03/03/2021 à 14:33
88 %    95

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Open Bar Vol2 : Antoine Perron

Baxter 20/04/2021

Interview

Dirge + Spinning Heads 2005

RBD 05/04/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Frank Arnaud

Jus de cadavre 21/03/2021

Vidéos

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Rotten Tooth

Y sont sacrément bons ces gars là ! Et ils ont le don de faire dans la surprise ! Nu Black sous le papier cadeau cette fois ! Je passe mon tour sur ce coup mais je serai là au prochain tirage !

20/04/2021, 20:06

Saddam Mustaine

Les premiers albums de Dimmu sont du "true black".Comme Behemoth si l'on veut, j'aurais du aller plus loin.Le Black type année 80 mi-90 quoi (meme si Dimmu est arrivé plus tard mais les premiers sonnes dans le genre).

20/04/2021, 19:47

Seb

C'est vraiment mauvais ...

20/04/2021, 15:05

JTDP

En tout point d'accord avec cette (belle) chronique ! Cet album fut une vraie belle surprise de l'année passée. 

19/04/2021, 21:28

Buck Dancer

J'ai jamais vraiment accroché a Pestilence, mais ce morceau est loin d'être degueu. Comme dit Simony, bien meilleur que les précédentes sorties récentes du groupe. 

19/04/2021, 10:49

Arioch91

+1Je n'ai pas aimé Resurrection Macabre, à tel point que je n'ai pas posé une oreille sur Doctrine et Obsideo.Hadeon, je l'ai écouté uniquement parce qu'une interview de Mamelick disait qu'il revenait sur le passé d(...)

19/04/2021, 10:24

Simony

Ca me semble quand même bien plus intéressant que ce qu'ils ont produit depuis leur retour aux affaires.

19/04/2021, 09:59

Arioch91

Oups ! J'étais totalement passé à côté de cette chronique ! Merci @mortne2001 pour l'avoir rédigée !

19/04/2021, 08:48

Arioch91

OK, on reprend les bonnes vieilles recettes visibles sur Hadeon : on prend Testimony, on mélange avec Spheres et ça donne Hadeon et semble-t-il Exitivm.A voir.

19/04/2021, 08:44

metalrunner

Une sacrée bonne surprise de l énergie de l innovation le futur quoi ..Dommage que la tournée de juin soit annulée

18/04/2021, 19:48

RBD

Je réagis plutôt comme Buck Dancer. Mes attentes envers FF sont basses depuis longtemps. Je n'espère plus de grands titres comparables à ceux qui remontent aux années 90 (formulé comme ça, c'est encore plus dur). Si tout est à l&apo(...)

18/04/2021, 12:39

yul

Rien de bien intéressant ici.

18/04/2021, 11:57

Gargan

Tu n’es donc pas optimiste.

18/04/2021, 08:15

la reine des neiges

ha ha! nul!

18/04/2021, 00:02

Eliminator

Tout est à chier, riffs insipides, claviers ultra kitch, refrain ultra mielleux. Ce son de gratte de merde, c'est époustouflant ! Cette mode des grattes 7/8 cordes me saoule, laissez ça à Meshuggah. Meme pas envie de juger le reste. Monde de merde! ;)

17/04/2021, 23:54

Gargan

On peut écouter la totalité à présent, et il faut bien dire que ça sort tout de suite du lot ! Je me tâte pour une commande.

17/04/2021, 19:01

Wolf88

17/04/2021, 17:26

NecroKosmos

Nous sommes vieux et nous avons bon goût. Bon, moi qui suis ultra-fan, j'adore le dernier album mais je trouve que la production y était un peu à chier. Mais je reste totalement confiant.

17/04/2021, 10:03

NecroKosmos

Bien vu le nom du groupe : facile à prononcer pour les non-biélorusses...  :)

17/04/2021, 09:59

Humungus

Mouais...Clairement pas terrible.Je rejoins Simony (sauf que moi j'avais plus qu'apprécié les deux derniers albums).Bref... A juger sur la longueur quoi... ... ...

17/04/2021, 08:51