Born in the Dark

Seizure

30/04/2021

Autoproduction

Des américains, californiens de surcroit, de Los Angeles, du Thrash, de la jeunesse, tout ça doit certainement vous rappeler des jolis souvenirs. Les SEIZURE s’affilient d’eux-mêmes à la New Wave Of Old School Thrash Metal, mais affirment quand même dévier des thématiques usuelles du Thrash de papa. Exit donc les revendications sociales et les dénonciations d‘injustices, et bonjour aux fantasmes et aux légendes qui ma foi s‘accordent très bien de cette violence maîtrisée. Fondé en 2017 dans la cité des anges, ce quatuor a d’abord publié un premier EP pour tâter le terrain (Grandmaster Wizard, que je recommande), avant de patienter quelques années pour oser son premier long. Le voici donc, sorti à compte d’auteur, et disponible en écoute sur toutes les plateformes, mais aussi sur Youtube et quelques VK bien fournis. De quoi apprécier une musique simple, franche, radicale, mais nuancée. Les SEIZURE ne provoqueront pas de crise de tétanie de par leur originalité, mais risquent par contre de dénouer vos muscles de leur attitude virile et juvénile. D’une moyenne d’âge assez basse, ces jeunes musiciens s’y entendent comme personne pour recycler les formules classiques de la Bay-Area, et développent donc un répertoire formel, mais terriblement attachant.    

Ezra Behrens (basse), Ira Black IV (guitare), Joey Love (guitare/chant) et Justin Pittman (batterie, depuis 2019) se fondent donc dans le décor nostalgique, et attaquent nos souvenirs de front avec ce premier longue-durée qui frise la perfection dans le traditionalisme appliqué. Se plaçant en convergence de plusieurs combos de légende (EXODUS, DEATH ANGEL, METALLICA, MEGADETH), les californiens jouent donc l’efficacité au dépend de la créativité, mais savent agrémenter leurs morceaux de multiples interventions individuelles notables. Saluons au passage le travail fantastique en lead d’Ira Black IV qui n’a pas les doigts dans sa poche et qui dévale son manche avec une dextérité digne de Jeff Waters.

Produit proprement, disposant d’un son un peu sec parfaitement adapté au propos, Born in the Dark rappelle un peu le parti-pris des AGONY suédois, avec ce compromis entre brutalité et musicalité, et cette tendance à alterner les tempi pour ne pas sonner trop linéaire. Avec en cerise sur le gâteau des chœurs très Crossover, ce premier album est donc d’une qualité indéniable, même s’il ne tente rien de culotté pour s’extraire de la masse. Seuls les plans plus techniques que la moyenne et la fluidité des transitions permettent au quatuor de se distinguer, ainsi que leur recherche d’atmosphères sur les morceaux les plus nuancés. On pense alors aux débuts de TESTAMENT, et à son The New Order, notamment sur l’intro de « Dear Boss / From Hell », qui recycle des images sonores bien connues de l’album photo du Thrash californien de la seconde partie des années 80.

Du formalisme donc, mais beaucoup d‘application, des saccades parfois supersoniques, l’amour du travail bien fait, et quelques accélérations en 4G qui collent au casque. Du travail de professionnel à un niveau amateur, quelques ambiances bien troussées pour s’écarter du droit chemin tracé par le Big4, et une tendance à mélanger le Thrash pur à son pendant Crossover lorsque le climat exige un peu plus de légèreté. Sans tomber dans la gaudriole des groupes de la nouvelle génération qui confondent pochade et souplesse rythmique, les SEIZURE proposent des choses plus légères et enthousiasmantes, à l’image du survolté « Holy Relics ». Avec des compétences individuelles notables mises au service d’un collectif soudé, Born in the Dark s’écoute donc avec un plaisir non feint, et ne lasse pas, grâce à un habile jeu de transitions rythmiques. Et même si les passionnés reconnaitront les leurs, même si les die-hard admettront la facilité classique, quelques décélérations plus pesantes que la moyenne (« Hunting Season », encore une fois très proche du meilleur EXODUS), et une poignée de fioritures guitaristiques (« Lowlife ») permettent à l’entreprise de se hisser au-dessus de la mêlée un peu confuse du « renouveau » Thrash vintage de ces quinze dernières années.

Tout est là, en quantité suffisante, les percussions agressives, les redondances cycliques de riffs qui connaissent la chanson aller-retour du médiator, et la spontanéité d’une jeunesse qui se reconnaît toujours en ses aînés. Dispensable dans le fond, mais efficace dans la forme, ce premier album des SEIZURE, encore sous lourde influence permet de dégager quelques espoirs fondés, basés sur la capacité des compositeurs à proposer des choses plus risquées, comme cet épilogue un peu fou qui mélange des harmonies psychédéliques et des embardées en blasts efficaces (« Djinn's Curse », pimenté d’un solo d’Ira Black (OF GODS & MONSTERS, LIZZY BORDEN, METAL CHURCH).   

Encore un peu de travail pour affirmer l’identité, et les américains pourront prétendre à un statut d’outsider sérieux. Mais en termes d’efficacité, les SEIZURE ne craignent déjà plus grand monde.

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Judgment

02. Phantasm

03. Born in the Dark

04. Crystal Ball

05. The Message

06. Dear Boss / From Hell

07. Holy Relics

08. Hunting Season

09. Lowlife

10. Djinn's Curse


Facebook officiel


par mortne2001 le 02/01/2022 à 14:11
78 %    49

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Sélection rédaction Metalnews 2021 !

Jus de cadavre 01/01/2022

Interview

Devildriver

Baxter 26/12/2021

From the past

Voyage au centre de la scène : PENETRATOR

Jus de cadavre 19/12/2021

Vidéos

Unspkble + Rank

RBD 16/12/2021

Live Report

Anna von Hausswolff

RBD 08/12/2021

Live Report

Igorrr + Horskh

RBD 07/12/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 2

Simony 27/11/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Nightmare + Existance + Rhapsody Of Fire 24/01 : Le Petit Bain, Paris (75)
Existance + Rhapsody Of Fire + Manigance 25/01 : Le Ferrailleur, Nantes (44)
Nightmare + Rhapsody Of Fire + Manigance 26/01 : Rock School Barbey, Bordeaux (33)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

Ils nous enterreront tous ces cons là ! Même Drucker fera pas le poids !

19/01/2022, 19:20

foja

masters. jamais vraiment

19/01/2022, 19:15

Simony

J'avoue qu'elle est pas de moi, c'est Jus de cadavre qui avait proposé ce style pour SCORPIONS et j'ai trouvé que ça leur allait bien

19/01/2022, 18:10

pierre2

"Never Retired Hard Rock Masters, Allemagne"J'avoue, j'ai ri - merci !

19/01/2022, 15:11

Humungus

Merci grin.(sic)

19/01/2022, 13:36

grinder92

@humu : tu cliques sur le tag "Druid Lord", ça te proposera cette chronique et également celle-ci : http://www.metalnews.fr/chroniques/grotesque-offerings 

19/01/2022, 10:35

Simony

C'est un des groupes dont j'attends leur nouvel album, le titre partagé m'avait beaucoup plu, à creuser car la chronique donne clairement envie.

19/01/2022, 08:12

Humungus

Comment fait-on pour retrouver ta chronique de leur deuxième galette ?

19/01/2022, 07:29

Humungus

Une de mes découvertes de l'an dernier...Hâte de foutre une oreille sur cet album putain !

19/01/2022, 07:26

Simony

En rappel avec The Number Of The Beast, The Evil That Men Do, Iron Maiden et Sanctuary....   

18/01/2022, 23:20

Kerry King

Un concert de Maiden sans Fear of the Dark c'est pas vraiment un concert de Maiden.

18/01/2022, 19:02

Simony

Merci Gargan, c'est corrigé.

18/01/2022, 14:32

Gargan

C'est leedET. Suis curieux d'écouter les autres titres, en espérant qu'ils gardent l'urgence de l'extrait mis en avant. Aucune info sur le line-up, mis à part le type de mare cognitum au chant.

18/01/2022, 10:32

Simony

Idem pour moi Eyziel, pas convaincu du tout de ce second extrait. A voir dans la globalité de l'album comme tu dis.

18/01/2022, 08:02

Simony

Ben moi je prends cette idée. Ils l'avaient fait pour A Matter Of Life And Death et c'était vraiment bon. Et comme ce dernier album me plait beaucoup... why not ? Reste à savoir si la date de juin à Paris aura bien lieu...

18/01/2022, 08:01

eyziel

Je l’attends énormément mais je ne suis pas super convaincu des morceaux dévoilés, surtt dark horse. Après on verra un album de Messa ça s’écoute d’une traite. 

17/01/2022, 22:48

Jus de cadavre

Je l'ai trouvé efficace mais très impersonnel. La prod générique au possible y est pour beaucoup.

17/01/2022, 19:13

LeMoustre

Il est très bien ce titre.

17/01/2022, 17:37

Goughy

Le saviez-vous ?2 morceaux (le 1 et le 11) se trouvent sur aussi l'album de reprises d'Helloween "Metal Jukebox"Je ne sais qu'en déduire : influence majeure de ces morceaux sur la scène heavy/speed ? ou perception "différente" (...)

17/01/2022, 16:31

faga

Groupe sucoté

16/01/2022, 21:26