Entropic Reflections Continuum Dimensional Unravel

Voidceremony

26/06/2020

20 Buck Spin

Le Death progressif et technique, cette inconnue qui peut enrichir nos cauchemars les plus enfouis, tout comme nous faire passer des nuits blanches d’ennui. Il faut dire que l’écueil est double : aller plus loin que ses contemporains sans se perdre en route, et proposer une musique aussi aventureuse que passionnante. Et lorsqu’on s’en remet au style le plus extrême de l’extrême, la tâche n’est pas facile. Mais les californiens de VOIDCEREMONY ne sont pas du genre à baisser les bras avant d’avoir accompli leur tâche : réussir à enregistrer un album aussi hypnotique que fascinant, et mettre en avant leurs qualités individuelles sans nuire à la cohérence de l’aventure. Il y a longtemps que ce groupe est scruté dans l’underground, depuis sa première démo de 2014 et la poignée de EP’s qui ont suivi, et qui témoignaient tous d’une avancée exponentielle. De fait, Entropic Reflections Continuum Dimensional Unravel et son titre interminable se pose en acmé d’une attente qui laissait augurer du meilleur et du plus surprenant. Inévitablement, le résultat final est riche, et quelque part un peu décevant. Décevant parce que trop court, décevant parce qu’un peu fourre-tout, mais finalement, il n’est que la conclusion logique d’un début de carrière placé sous les auspices de la performance à tout prix. La première question que les spécialistes se poseront en écoutant ces six petites pistes est celle de la catégorisation. Cette musique est-elle progressive, ou tout simplement complexe et démonstrative ? Un peu des deux dirais-je au vu du pedigree des musiciens impliqués, et pourtant, cette réponse n’est pas fondamentale en soi. En poussant plus loin les travaux entrepris par des groupes comme HORRENDOUS ou même les thrasheurs de VEKTOR, VOIDCEREMONY ressemble à s’y méprendre à un vortex de création avalant tout sur son passage, et laissant derrière lui une traînée de notes en forme de poussière d’étoile, et beaucoup d’admiration aussi, et pour cause : le groupe est techniquement inattaquable.

A vrai dire, pour tenter d’imaginer le maelstrom de ce premier album et le trou noir qu’il forme dans la conscience, il faudrait imaginer un mash-up gigantesque entre le DEATH le plus abouti du solfège et l’ATHEIST le plus inextricable, soit un genre de multiplication (Unquestionable Presence x Individual Thought Patterns)². L’image sonore n’est pas sans conséquences sur la compréhension, mais elle approche de près les constructions alambiquées qui vous attendent, les évolutions en roue libre presque jazzy qui compriment un thème avant de le laisser respirer, et si les plus attachés à leur Death old-school auront vite des céphalées à l’écoute de certaines pistes (il faut suivre « Empty, Grand Majesty (Cyclical Descent Of Causality) » à la double croche près pour ne pas perdre le fil), les esthètes de la pirouette seront aux anges et sortiront leur panneaux de notes pour mieux se fondre dans le décor. Présentons les musiciens pour aller plus loin, avec Garrett Johnson (guitare/chant) et Jon Reider (guitare/chant), tous deux présents depuis les débuts, secondés par le bassiste I. Mann et le batteur C. Koryn, qui forment le tandem rythmique le plus décomplexé de la planète. Impossible de ne pas rester bouche bée devant les prouesses d’un tel tandem qui évolue en roue presque libre, et qui accumule les figures acrobatiques pour envoyer ce premier LP dans la stratosphère. Mixé et masterisé par Damian Herring au studio Subterranean Watchtower et doté d’un artwork signé Ivory Crux, Entropic Reflections Continuum Dimensional Unravel est le genre d’album qui renvoie DEATHSPELL OMEGA dans les cordes, et qui tend un majeur bien raide à la face de tous les techniciens chevronnés de la planète, sans flagorner, et juste en se reposant sur le talent naturel des intervenants. On peut évidemment trouver ça brutal et stérile à la fois, mais cette façon qu’a le groupe de jouer avec les règles et d’avancer à son propre rythme hallucinant a quelque chose de fascinant, qui prend à la gorge et qui laisse sans voix, un peu hébété de tant de talent de mise en place dans la brutalité. Et l’équation est donc résolue assez facilement, puisque aussi violent et sans concessions soit le quatuor, ses déviances ne sont jamais gratuites, ni dénuées de mélodies. Certes, parfois la tempête prend des airs de typhon ravageant tout sur son passage, à l’image d’un Death avant-gardiste comme on en pratique relativement peu (« Binded To Unusual Existence », Jazz-Death mais sans le Jazz en fait), certes, les passionnés de la cause technique trouveront que la batterie en permanent mouvement en fait sans doute un peu trop, mais tout le monde s’accordera du génie fluide de cette basse fretless qui nous entraine où elle veut de ses sinuosités fluides qui loin de bêtement soutenir la guitare, l’oblige à aller jusqu’au bout de ses capacités.

C’est complexe, mais simple à la fois. Ce paradoxe n’est pas facile à expliquer, et pourtant il est tangible tant les pistes headbanguent comme elles calculent. Et tout tombe toujours pile, donnant un résultat juste et incalculable à la fois, dualité ultime d’un album que les détracteurs rejetteront d’un revers de manche de logique, et que les admirateurs aduleront comme une œuvre culte. Mais on ne peut s’empêcher d’être conquis par cette façon d’aller jusqu’au bout sans se poser de question, d’insérer des harmonies et des soli hallucinants dans un contexte de barbarie technique, et en définitive, ce premier LP à de faux airs d’œuvre du DEATH de fin de carrière poussée à tous ses paroxysmes, comme une démonstration de force qui sait rester…humaine. Ecoutez donc les breaks de l’incroyable « Abandoned Reality » pour vous en convaincre, mais en définitive, je n’ai pas à vous convaincre de quoi que ce soit, le ressenti est trop personnel et cet album trop particulier pour qu’un étranger vous dicte votre perception. Ecoutez Entropic Reflections Continuum Dimensional Unravel, voyagez ou pas, oubliez-vous ou pas, mais ne restez pas de marbre face à un groupe qui a le mérite de faire bouger les choses dans le créneau sclérosé du Death old-school.              

                                                          

Titres de l’album :

                    01. Desiccated Whispers

                    02. Sacrosanct Delusions

                    03. Empty, Grand Majesty (Cyclical Descent Of Causality)

                    04. Binded To Unusual Existence

                    05. Abandoned Reality

                    06. Solemn Reflections Of The Void


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 05/02/2021 à 18:28
80 %    73

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Moshimosher

Je viens enfin de découvrir (et d'acheter cet album)... quelle tuerie ! Un pur chef-d’œuvre !!! Vraiment de très bonnes sorties sur ce label !

05/03/2021, 23:00

Moshimosher

C'te pochette !!! Ah !!! Pas étonnant que Killers soit le premier album de la Vierge de Fer que j'ai acheté ! Probablement leur meilleure (même si j'en adore plein d'autres dont celle de Powerslave) ! 

05/03/2021, 22:36

Meuleu

J'ai fait la date sur Caen et vlà la baffe que j'ai pris sur Ulcerate, c'était énorme !

05/03/2021, 16:18

Gargan

L'horrible phoque humanoïde de Riot, brrrrr...

05/03/2021, 09:04

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

Saddam Mustaine

Megadeth, Ugly Kid Joe, Manowar les principaux en effet, qui ont un personnage qui suit le groupe, j'en oublie... 

04/03/2021, 19:15

L\'anonyme

@ metalrunner: tout à fait d'accord avec toi.Je pense qu'Iron Maiden a beaucoup oeuvré dans le metal en ce qui concerne les pochettes d'albums. D'abord parce qu'ils ont instauré une forme de rituel que certains ont repris en gardant le mê(...)

04/03/2021, 18:18

Bones

Mouais, sommaire très moyen... mais la couv claque. :-)Sont malins, les p'tits salopiots, ils savent que ça va générer de l'achat compulsif. :-D

04/03/2021, 17:04

Arioch91

Suis plus abonné.Je verrai à l'occasion si je le vois en kiosque mais bon.

04/03/2021, 13:26

metalrunner

Quelle pochette je pense quelle ont bcp aide maiden  

04/03/2021, 07:44

Ragnar56

Je viens d'apprendre la nouvelle via un commentaire sous une vidéo YouTube

03/03/2021, 22:55

MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49