« Je suis MONOMAD. J’ai oublié qui j’étais, je n’ai pas de nom, pas de passé, ni futur, et j’ai à peine un présent. Tout ce qui me reste ce sont ces voix et ces visions de voyages sans fin que je revis encore et encore…Ces voix que j’entends, elles viennent des différentes dimensions de mon propre monde, un monde de rage, de peur, d’illogisme…Mais elles font toutes partie de moi. Nous ne faisons qu’un, je ne fais qu’un, je suis MONOMAD »

A cette brillante et explicative présentation, ajoutez le fait que l’homme aime à décrire sa musique comme étant du « Shroom Metal », et qu’en fait d’homme, ils soient visiblement plusieurs…Non que le mentor principal de l’affaire soit schizophrène, mais il semble que dans sa solitude de l’âme, il ait gardé quelques compagnons de jeu bien réels à ses côtés.

D’un point de vue des faits, MONOMAD a émergé des cendres de LEITHINIS en 2012. Les trois anciens membres qu’étaient Jeroen Van Ranst, Nick Smet et Bram De Witte ont donc décidé de poursuivre une nouvelle aventure ensemble, en changeant un peu leur point de vue musical.

Mais entre les difficultés à proposer une musique concrète et personnelle, les problèmes de complétion du line-up pour pouvoir jouer sur scène, et les désaccords sur la ligne artistique à suivre, la gestation du groupe prit plus de temps que prévu, jusqu’à ce que les membres décident de ne plus chercher et de garder cette configuration minimale…

Des boucles furent donc enregistrées, ainsi que des arrangements vocaux pour enrichir les performances scéniques, encore fallait-il préparer un premier album pour entériner la nouvelle identité, ce qui prit donc près de quatre ans…

Quatre ans, c’est long, et ça laisse le temps de réfléchir. Les musiciens ont pris le temps de murir et de définir leur volonté de façon plus précise, s’éloignant donc des considérations Thrash/Black pour se rapprocher d’une osmose bizarroïde entre le Thrash, le Sludge, la musique psychédélique et le Doom….

C’est donc ce mélange hétéroclite que l’on retrouve sur ce premier longue durée The Art of the Broken Mind, qui ma foi, mérite amplement son nom, et évoque de nombreux troubles de la personnalité, personnifiés par des culbutes d’un genre à un autre, sans jamais poser de matelas sur le sol, au risque de se briser la colonne vertébrale.

Il est très difficile en fait de vraiment savoir quel type de musique jouent ces Belges intrigants. Si les lourdeurs se taillent la part du lion, elles doivent batailler ferme pour protéger leur espace vital d’arrangements électroniques envahissants, tout en gardant sous surveillance les nombreuses imbrications vocales qui sinuent entre les sillons. Le mélange est pour le moins intrigant, d’autant plus qu’il s’articule autour de structures longues et amples, qui ne laissent que peu de ventilation pour réfléchir. Quelques références sont jetées en pâture à ceux désireux de se placer plus efficacement sur le terrain de la comparaison (qui dans ce cas précis n’offre que peu de repères), comme MASTODON, OPETH, RAMMSTEIN, MY DYING BRIDE, DIMMU BORGIR, MESHUGGAH ou PJNK FLOYD, mais eut égard à l’art consommé de ces artistes pour nous perdre dans le dédale de leur créativité, ne les mentionnons que comme information, et non comme base de réflexion.

Le « Shroom Metal » de ces allumés de la liberté est bien plus qu’une somme d’influences, même si les deux premiers titres de l’effort restent suffisamment compacts pour nous donner l’illusion d’une solution évidente.

Car en un peu plus de dix minutes, « Roadkills » et « Runamok » juxtaposent des ambiances héritées du Dark Ambient, du Doom, avancent avec précaution, et mélangent quelques accélérations de guitare à des empilements de voix contradictoires, souvent graves, parfois sous la forme de cris stridents, alors que la bande son semble suggérer un mariage entre le MY DYING BRIDE le plus intériorisé, et le TERRA TENEBROSA le plus terrifié.

Mais les neuf minutes de « Goose » changent la donne, et l’horizon évolue soudainement, plus électrique, moins emphatique, et même plus mélodique, tâtant de ci de là du Post Rock éthéré, pour mieux l’enterrer sous d’épaisses couches de magma sonore. Un peu de Death, un peu de Thrash, mais surtout, beaucoup de liberté de ton, et une direction qui change de cap assez régulièrement. Pour beaucoup, tout ça prendra des airs d’impro un peu mal gérée, mais je considère ces musiciens trop intelligents pour se laisser aller à des errances sans but…Phrasé Metalcore inondé de hurlements saccadés, violence instrumentale et vocale intense, pour une longue progression libre, assez typique de la scène Belge underground.

« Violet » confirme bien le fait que l’inopiné fait partie des stratégies de l’ensemble, et reproduit plus ou moins le schéma de « Goose », en restant toutefois un peu plus stable dans l’évolution. Harmonies déconstruites à grands coups d’accélérations foudroyantes, thèmes de guitare à l’avenant, compressions rythmiques étouffantes, les MONOMAD démontrent qu’ils ne sont pas forcément à l’aise avec les espaces positifs et blindent leurs morceaux jusqu’à l’overdose de sons, ce qui peut parfois perturber et même se révéler fatiguant pour l’auditeur peu habitué à ce genre de démarche.

Mais comme « Pigeonshit » s’offre de façon plus franche et propose enfin un riff accrocheur et presque Thrash, les opinions changent, mais la versatilité de l’ensemble s’enfonce un peu plus dans l’expectative. De quoi ? D’un peu de tout à vrai dire, puisqu’il est impossible de prévoir la succession de plans avant de l’avoir entendue. Agissant comme un curieux mélange de Metalcore moderne et de Sludge vraiment éprouvant, ce morceau se place de biais sur le terrain du Neo Thrash contemporain, sans vraiment faire partie de la famille. Mais c’est un des plus immédiatement efficaces, alors autant l’apprécier pour ce qu’il est.

D’autant plus que « Monologs » change encore de vision, et se complaît dans de lourdes percussions soutenant un chant incantatoire, comme si les DEUS composaient un hymne à l’absurde à l’aide de Jaz Coleman et de sa troupe de comiques mortels. Post Metal affranchi de toute contrainte, qui stoppe net pour se laisser aller à une dérivation spatiale onirique, vite envahie par des volutes de Doom éprouvant, se dispersant dans des fulgurances Thrash/Black opaques. Passage mélodique à la Devin Townsend, et puis, deux derniers morceaux qui reproduisent les mêmes effets, nous laissant avec beaucoup d’interrogations, et un sentiment amer de concept bouillonnant encore un peu trop…bouillonnant.

Brouillon, ce premier album semble l’être, même si je soupçonne ses auteurs d’avoir délibérément chercher à nous perdre dans leur univers. Mais en l’état, ce premier album bourré d’idées est encore un peu trop fouillis pour convaincre même si l’on sent poindre en arrière-plan une identité forte, apte à produire de grands albums pour peu qu’un tri soit fait dans les thèmes proposés.

Mais The Art of the Broken Mind est atypique, pique un peu les sens pour qui s’y frotte de trop près, et donne envie de poursuivre l’aventure.  

Une absence de style affirmé n’a jamais nié les individualités qui le forment, et c’est peut-être ça la singularité de MONOMAD.

 Attention toutefois de ne pas se perdre en routeen croyant trop fermement ne pas avoir d’avenir. Parfois, c’est le présent seul qui compte, et de ce côté-là, celui des Belges est encore un peu confus.


Titres de l'album:

  1. Roadkills
  2. Runamok
  3. Goose
  4. Violet
  5. Pigeonshit
  6. Monologs
  7. Proletarian
  8. Perceiver

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 09/12/2016 à 18:49
70 %    410

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Iroy

Donde Nace la Verdad

Abbygail

Gun Control

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

BRUTAL ASSAULT 2019 - Jour 4 + Bilan

L'Apache / 05/09/2019
Brutal Assault

Concerts à 7 jours

Belenos + Griffon + Nydvind

20/09 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Ultra Vomit + Astaffort Mods

20/09 : Le Rio Grande, Montauban (82)

Electric Shock + Praying Mantis + Sign Of The Jackal

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.


Le nouveau Korn m'a l'air excellent du coup.

A mince c'est Lacuna Coil.


J’ignore le niveau d’affinité de leclercq avec le heavy speed mélodique, mais à la base c’est un fan d’extreme. Il suffit d'écouter sinsaenum, projet plus personnel et qui n’a vraiment rien a voir avec dragonforce
Perso kreator, jamais accroché, mais c’est un grand groupe et u(...)


Ca promet... Ce groupe va s'enfoncer encore plus dans la melochiasse.


Cela aurait été vraiment la grande classe il y a plus de 15 ans.
Désormais beaucoup (beaucoup !) moins.
Mais bon, cela sera toujours mieux que d'être membre de DRAGONFORCE... Ca c'est certain... ... ...


Un français dans Kreator, la grande classe ! Bravo à lui !


Malheureusement KRASSIER doit annuler sa participation à cette date pour cause de blessure d'un de ses membres. Mais vous aurez droit à des sets rallongés de CONQUERORS et FREKKR.


Yesss ! Il va falloir réviser les classiques ^^


Très chouette Chronique encore une fois ! J'attends plus rien de Korn depuis des années et j'ai l'impression que le groupe n'a plus rien à proposer depuis très longtemps. Chaque nouvel album s'essouflant à peine l'écoute terminé. Mais je vais donner sa chance a celui-ci. Le morceau "Cold" est(...)


Absolument excellent !! Vivement l'album.


Nul n'est parfait mon bon...