Nous sommes d’accord, tout est parti de là-bas, de Norvège. Bon, certes, pas forcément au début (quoique MAYHEM a commencé à sévir dans les années 80, donc…), mais dès les années 90, alors que la Suède s’empêtrait encore dans la toile du Death Metal le plus englué, ses voisins Norvégiens prenaient la tangente pour proposer une musique encore plus sombre, héritée des incantations malsaines de l’aïeul suédois BATHORY, des suisses de CELTIC FROST/HELLHAMMER, et des anglais de VENOM.

Il est donc assez logique que la suprématie des cadors du BM reprenne ses droits, après des années passées à observer les homologues américains et centre-européens tenter de bifurquer vers un Crossover plus ou moins pertinent, et surtout, plus ou moins rattaché aux valeurs initiales.

Plus pragmatiquement, que les fans de MARDUK et 1349 se gaussent de joie, un nouvel ensemble marche dans leur pas assurés. Un nouveau projet sorti de presque nulle part, célébrant une collaboration entre cette Norvège de fantasmes en églises brûlées et la Finlande, plus discrète en termes de blasphèmes. Et ce même projet n’a pas été monté de toutes pièces par des inconnus, mais bien patiemment élaboré par des figures du milieu, désireuses sans doute de se rapprocher de l’essence originelle.

D’où un premier album qui pourrait presque faire office de bilan, tout du moins de résumé de presque trente ans de Metal sombre et cornu.

La bête à un nom, rassurez-vous, elle est baptisée DOEDSVANGR, et vient de sortir son premier psaume Satan ov Suns, aux vers assurés et à l’ambiance glacée.

Concrètement, DOEDSVANGR symbolise la réunion de trois acteurs de la scène BM nordique. On y retrouve Shatraug à la guitare et à la basse (SARGEIST, HORNA, BEHEXEN, NIGHTBRINGER, pour ne citer que les plus connus), Doedsadmiral au micro (ENEPSIGOS, NORDJEVEL, SVARTELDER), ainsi qu’Anti-Christian au kit (TSJUDER, GRIMFIST, TYRANN et une kyrielle d’autres participations), qui se sont offert une parenthèse qui risque fort de se transformer en étape cruciale du genre pour peu que suffisamment de fans fassent attention à l’avancée majeure que représente ce premier LP.

Enregistré aux  Oslo Klang Studios, au Velvet Recordings, mais aussi en Finlande, et produit par Bjarne Stensli, Satan ov Suns est étonnant sous bien des aspects, alors même qu’il semble incarner tout ce que le Black Metal a pu proposer de classique et d’efficace ces dernières années.

Pas de grosse surprise à en attendre, un formalisme respectueux et brillant, des compositions solides mais qui ne jouent pas pour autant avec vos nerfs fragiles de puriste, et par extension, une question en suspens. Pourquoi en souligner la sortie avec une emphase semblant déplacée alors même qu’il ne propose aucune avancée majeure ni thématique inédite ?

Justement parce qu’il représente un survol de la scène BM nordique des origines, sans chercher à la dénaturer d’influences extérieures. Et que ce survol atteint une perfection admirable dans la fluidité et l’abrasivité, certainement dû au fait qu’il est proposé par trois musiciens au background indiscutable, qui savent exactement ce qu’ils veulent et ont déjà fait le tour de la question plusieurs fois.

Mais aussi parce que l’ambiance qui s’en dégage est l’une des plus glaciales que vous puissiez trouver sur le marché, fait suffisamment rare ces derniers temps pour être souligné. Malgré la grandiloquence de certaines intro et certains passages, Satan ov Suns est diaboliquement concret et concis, et basé sur une trame de riffs tétanisés et tétanisant, sobrement soutenus par une rythmique à la constance admirable, et par des lignes vocales qui rappellent l’atonalité de Legion, l’ombre gutturale de Ravn, mais aussi les exhortations maladives de Quorthon.

Comme vous le constatez, les tergiversations n’ont pas droit de cité sur ce premier jet qui finalement pourrait aussi bien incarner le point final d’une aventure éphémère, que le début d’une légende passionnante qu’on suivra l’écume aux lèvres et la croix inversée à portée de mur.

Mais il incarne surtout un nouveau chapitre de la saga du BM nordique, que l’on feuillette auditivement avec une ferveur indéniable, et qui se décompose en segments tous aussi travaillés les uns que les autres, et dont l’aspect faussement symphonique trouve sa source dès l’intro envoutante de « Our Lord Cometh ! » première longue suite de plus de six minutes.

Alternant avec grande intelligence les tempi lourd et martiaux et les accélérations de blasts sous contrôle, ce premier disque est d’une maturité fulgurante, et se pose d’ors et déjà comme une pierre angulaire sur laquelle viendront se reposer bien des musiciens à l’avenir. Aussi sombre que le Demonoir de 1349, aussi impénétrable et brutal que Wormwood ou Rom 5 :12 de MARDUK, il en symbolise une possible extension unique, mais parvient à en égaler les qualités en seulement une petite heure.

D’ailleurs, et sans privilégier un raccourci quelconque, il suffit de tendre l’oreille sur le fantastique et épique « Diaboli » pour réaliser à quel point DOEDSVANGR sait se montrer à la hauteur de ses glorieux aînés sans avoir à forcer son talent.

Mais les exemples sont multiples, et à vrai dire, chaque entrée de cet album ou presque représente un concentré du talent de cette collaboration Norvégienne/Finlandaise. Si l’éponyme « Doedsvangr » retrouve la sécheresse des premiers grands chefs d’œuvre du genre, en distillant un riff d’une lancinance morbide, « Northern Watchtowers » ose un groove palpable évitant la trivialité des DARKTHRONE, tandis que « Breath Of Lucifer » nous fait profiter de son haleine fétide via le thème redondant d’une guitare surgonflée et d’un chant vénéneux comme le baiser d’un serpent.

Aucun morceau ne peut se targuer d’une mise en avant naturelle, puisque tous font partie d’un dessein plus grand que leurs qualités individuelles. A ce titre, Satan ov Suns agit plus ou moins comme un concept-album détourné (quoique ses obsessions naturelles relient les morceaux les uns aux autres), et privilégie la somme des parties aux parties elles-mêmes.

Cette somme atteint donc des profondeurs qu’on pensait encore difficilement atteignable, que « Throne of Black Illumination » incarne avec toute la noirceur idoine, et que le final « Black Sun Nimbus » (lancé en éclaireur avant la sortie du LP) aplanit près des Enfers de son mid tempo rageur et ferme.

Un son (la batterie bénéficie d’un traitement très poussé et les guitares savent rester arides), une attitude, et surtout, une morgue personnelle à la hauteur du talent collectif, et finalement, DOEDSVANGR se transforme de side-project ponctuel en concept-group ultime, ce que le splendide artwork de Satan ov Suns confirme au premier regard.

Qui aurait pu croire que l’avenir d’un style passerait par un regard sincère sur son passé ? C’est en tout cas la solide éventualité soulevée par ce LP d’un classicisme foudroyant, qui en moins d’une heure réfute toute théorie d’évolution, tout en proposant lui-même des pistes en forme de jeu de mémoire.

Et comme tout est parti de Norvège finalement, il est assez normal que tous les chemins nous y ramènent.


Titres de l'album:

  1. Our Lord Cometh!
  2. Rituals
  3. Doedsvangr
  4. Black Dawn
  5. Northern Watchtowers
  6. Diaboli
  7. Gnashing of Teeth
  8. Breath Of Lucifer
  9. Throne of Black Illumination
  10. Blood Whores
  11. Black Sun Nimbus

Facebook officiel


par mortne2001 le 15/05/2017 à 14:17
85 %    377

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Axxios

Beneath the Blood Red Sky

Reality Suite

Awaken

Beastmaker

Eye of the Storm

Slaughtbbath

Alchemical Warfare

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Photo-report MOTOCULTOR FESTIVAL 2019

Jus de cadavre / 08/09/2019
Motocultor

Concerts à 7 jours

+ Electric Shock + Praying Mantis

21/09 : Jas'rod, Pennes Mirabeau (13)

Belenos + Griffon + Nydvind

21/09 : Salem, Le Haillan (33)

Darkenhöld + Bovary + Eternal Hunt

21/09 : Secret Place, St Jean De Védas (34)

Kadinja + Tranzat + Juggernautt

21/09 : Espace Le Goffic, Rennes (35)

Krassier + Frekkr + Conquerors

21/09 : Dropkick Bar, Reims (51)

Evil Invaders + Warkunt + Disgorged Foetus

21/09 : Maison Du Temps Libre, Rolampont (52)

Deficiency + Fractal Universe + Destinity

21/09 : ThÉÂtre De La MÉdiathÈque, Freyming (57)

Warfaith + Mortuary + Dust In Mind

21/09 : Salle Désiré Granet, Anould (88)

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Photo Stream

Derniers coms

1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D


Cette affiche... J'en rêvais... ... ...


@kairos +1 !


Cool report, comme d'hab' ! Et toujours intéressant de retracer l'historique musical d'une ville ;-)


Si Scott Wino ne peut plus se défoncer en paix, ou va le monde !


DEMONIAC, c'était génial. Surtout le second et troisième album. La suite avec DRAGONFORCE m'avait un peu dépité...


Bah c'est fou car je pensais justement à la future tournée européenne de THE OBSESSED très tôt ce matin et me demandais donc où en était ce brave Wino avec ces anciens soucis scandinaves.
Bah me voilà (malheureusement !) renseigné sur le sujet…
Salauds de norvégiens ! Depuis (...)


Bah ce qui est le plus dingue avec cette immondice qu'est DRAGONFORCE, c'est que ce groupe est né des cendres de DEMONIAC... Jamais compris ça quand on voit la merveille qu'était "Prepare for war".
Comme quoi, il faut de tout pour faire un monde...


Mon dieu c'te pochette ?!?!
Le père Joël nous avait pourtant habitué à bien mieux merde…
On se croirait ici en main avec un album de Synthwave bas de gamme bon dieu de dieu.


Attention le site du Bikini annonce la date à Toulouse le 20 mai. C'est un mercredi, veille de l'Ascension.