On le sait, la vie est une dualité permanente, tout comme la nature profonde de l’humain. Nul n’est blanc ou noir, certains ont des nuances plus claires, d’autres plus sombres, mais nous cachons tous en nous une part de ténèbres et de lumière, qui nous poussent à agir parfois avec violence ou empathie, avec tolérance ou sectarisme. C’est cet aspect des choses que les Vannetais de YUGAL ont choisi d’illustrer en musique depuis 2010, et qui atteint aujourd’hui une sorte d’apogée avec la sortie de leur premier album longue durée, Chaos And Harmony.

Le chaos et l’harmonie, deux notions antagonistes et pourtant complémentaires dans la compréhension de notre propre nature, mais aussi dans l’appréhension d’une musique qui combine des mélodies traditionnelles pures et des attaques soniques franches et décoiffantes.

Le métissage n’a rien de nouveau me direz-vous, et des KORDZ à MYRATH en passant par MELECHESH ou SALEM, tout a déjà été plus ou moins tenté, même en se limitant aux références les plus connues de la pratique.

Mais les YUGAL, dont les pas suivent ceux de certains de leurs aînés, ont pourtant quelque chose de plus à proposer. Peut-être parce que leur métissage est plus poussé et équilibré, peut-être parce qu’il est nouveau sur le marché, en tout cas, ce premier album qui mélange à loisir des sonorités Thrash, Hardcore, Death et de la musique orientale et traditionnelle à quelque chose de diablement envoutant, qui vous donne envie de voyager, de headbanger, de danser, de hurler, ou de chanter à tue-tête. Une sorte de fête ? Pas vraiment, plutôt une vision très personnelle du Crossover le plus fertile de ces quinze dernières années qui ne tolère aucune frontière, ni aucune carte d’identité musicale.

La leur ?

Simple, ils viennent de Vannes, sont cinq (Guillaume – chant, Pierre-Alexandre – basse, Kevin – batterie, Adrien et Alban – guitares), ont déjà publié deux EP (Illusion of Time en 2013 et Enter The Madness en 2014), et jouent ensemble depuis 2010. Ils ont trouvé leur nom de baptême dans la langue tibétaine, puisque YUGAL exprime donc cette combinaison de valeurs qui font que rien n’est formellement marqué dans l’humanité, ni la bonté, ni la vilénie. Et comme si le sens du patronyme ne se suffisait pas à lui-même, ils en ont accentué la portée en nommant leur premier LP Chaos and Harmony, qui exprime exactement la même idéologie.

Musicalement, le quintette n’a pas changé sa méthode, mais l’a aujourd’hui poussée à des extrêmes, atteignant de fait une sorte de perfection dans leur genre si particulier. Si les composantes de base sont toujours les mêmes, une pointe de Thrash traité façon Néo-Death, joué avec une énergie Hardcore, les cinq Vannetais ont parfaitement intégré leurs arrangements orientaux pour qu’ils n’arrivent pas comme une prière zen à l’heure du thé, ce qui confère à ce premier LP une cohérence diabolique, et surtout, une efficacité bouillonnante qui le rend indispensable dès les premières écoutes.

En gros, c’est un peu comme si les TEA PARTY de Triptych rencontraient pour un projet commun les meilleurs représentants de la vague Groove Metal des années 2000, tout en se laissant inspirer par les effluves de la scène Néo Death Suédoise et la déferlante Hardcore Française contemporaine.

On pourrait dans un désir de facilité les comparer aux nouveaux venus d’ARKAN, mais les différences entre les deux combos sont aussi flagrantes que leurs points communs, et après tout, nous pouvons facilement nous passer de parallèles puisque des morceaux comme « Illusion of Time » se suffisent à eux-mêmes sans avoir besoin de tuteurs ou de mentors.

Rythmique d’abattage Thrash qui cavale, riffs volubiles qui virevoltent à dos de cheval, rythmique qui oppose les BPM aux écrasements en mid tempo lourds, le tout recouvert d’une chape de vocaux qui manient la harangue Hardcore et la vindicte Death. Et bien sûr, toujours ces arrangements qui tombent pile-poil là où il faut, parfaitement intégrés au schéma global.

Une osmose parfaite entre la violence Metal européenne, et de la douceur des sonorités orientales, qui finalement produit un choc soufflant de puissance, bien plus qu’une simple agression à base de Hardcore thrashisant….      

La plupart des interventions de YUGAL sont courtes, précises et concises, à l’instar du terrible « Heavy Mental » qui agit comme une fusion entre le groove du phrasé des MASS HYSTERIA, et la terrible énergie rauque de DISTURBED, sans oublier de placer quelques notes acoustiques qui relancent le morceau pourtant déjà très court à la base.

Mais pour être honnête, pendant les trente-sept minutes impartis au timing de ce premier LP, le quintette va toujours à l’essentiel et frappe très fort sans négliger la nuance.   

Des percussions Hardcore explosives de « Once Upon a Lie », au long final évolutif et progressif de « Chaos and Harmony », chaque note est étudiée et employée à dessein, même si quelques interventions méritent sans doute une plus grande attention.

Ainsi, ce final homérique fait partie des soufflées les plus virulentes du lot, avec son entame traditionnelle troublante de beauté orientale qui explose d’une soudaine accélération à la AT THE GATES/SOILWORK qui laisse pantois. Le quintette se laisse ensuite aller à une filiation Groove Metal qui leur permet un joli mariage de voix, avant que la violence ne s’impose de nouveau, finalement interrompue par un long fading mélodique.

De l’excellent travail de juxtaposition, même si certains morceaux se veulent plus simplement percutants, comme ce « Silence Is Golden » qui ne fait pourtant pas grand-chose pour l’imposer. Enorme mid tempo écrasé qui une fois de plus impose des syncopes chaloupées, tandis que le chant de Guillaume explore tous les recoins de la manipulation Hardcore/Death. Riff mémorisable, efficacité, le centre de la cible est touché. « Dogma » reproduit plus ou moins la même structure et utilise des faux semblants pour imposer sa violence instrumentale, tandis que « Lost Mind » joue sur le terrain de la lourdeur oppressante, habilement ventilée par quelques cordes disséminées de çà et là, perturbant à peine un chant qui se veut plus doux, mais menaçant en même temps.

Passage en force et affirmation en douceur, c’est un peu le leitmotiv des YUGAL via l’impressionnant Chaos and Harmony qui effectivement, joue la franchise de son titre et illustre avec honnêteté une démarche personnelle. Un album qui séduira autant de ses harmonies qu’il ne marquera les esprits de sa virulence inouïe, et plus simplement une dualité humaine faite musique qui nous oblige à nous confronter à notre propre « moi », sans nous y forcer.

 Une thérapie en musique qui peut aussi s’apprécier comme un premier album fascinant de maturité. Attendons maintenant de retrouver les musiciens sur scène pour que leur philosophie s’accompagne d’une gestuelle de folie.


Titres de l'album:

  1. Khamsin
  2. Once Upon a Lie
  3. Heavy Mental
  4. From This Day I Will Rise
  5. Dogma
  6. Illusion of Time
  7. Interlude
  8. Silence is Golden
  9. Lost Mind
  10. Chaos and Harmony

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/12/2016 à 18:36
80 %    317

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


JTDP
membre enregistré
08/12/2016 à 12:12:19
Un très bon album qui vient parachever le boulot commencé avec les deux premiers EP. Et en live c'est encore meilleur !

Ajouter un commentaire


Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Cultural Warfare

Warmageddon

Satan

Cruel Magic

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Elder + Wo Fat + Sasquatch

18/10 : Le Glazart, Paris (75)

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Photo Stream

Derniers coms

Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...


@La fuite de l'enfer : j'espère VRAIMENT que le Fall Of va se relever cette année, ma première visite en 2017 m'a clairement donné envie d'y retourner ! Sinon, bah c'est cool pour le HF, même si le marché noir est déjà en pleine bourre.


C'est vraiment devenu la foire aux jambons.
Clair que cet l'évènement où l'on va désormais s'encanailler même si on ne connait que 3 groupes et demi, et encore... une chanson de chacun de ces groupes. :-)

Mais là où la com du Hellfest dit vrai, c'est qu'il y a plein d'init(...)