Highway of Heroes

Screamer

11/10/2019

The Sign Records

« Tiens, j’ai dégoté un excellent Bourgogne, tu me tends ton verre ? »

« Heu…T’as pas une bière plutôt ? »

(Mine déconfite de l’hôte, qui se rend compte que la finesse parfois n’apporte rien de plus à l’amitié).

Ne méprenez pas mes propos. J’ai aimé la bière, et bien fraîche et de qualité, c’est un vrai délice, mais un bon Bourgogne, c’est quand même autre chose, une chose qu’on apprend avec l’âge et une wonderbox « La Route de l’œnologie » offerte par des amis lorsque vous dépassez la trentaine. Mais nous avons tous quelque part commencé par la bière, celle qu’on allait acheter à l’épicerie du coin pendant une heure de permanence, au collège, histoire de faire comme si, et d’adopter la panoplie intégrale du petit hard-rockeur de province qui fait encore ses bracelets à clous lui-même. Tiens, je poussais même le vice jusqu’à faire mes badges moi-même, un ami m’ayant appris la délicate technique, et je pouvais donc m’enorgueillir de faire partie d’une famille, une vraie, qui se sevrait de décibels et de pochettes chamarrées, avec de jolies femmes dénudées ou des monstres bigarrés sortant des abysses de l’enfer. Il en va des artistes comme des fans, certains cherchent désespérément à coller à leur époque, d’autres définissent les courants à venir, tandis qu’une poignée d’irréductibles n’a de cesse de regarder en arrière en se disant que la musique d’avant était quand même plus bandante que celle de maintenant. C’est un point de vue que je partage parfois, souvent, lorsque j’ai la chance de tomber sur un album de Thrash old-school méchamment bien troussé, ou un pamphlet Heavy Metal plus rutilant que la première Harley de Rob Halford. Mais nous ne parlerons pas de JUDAS PRIEST aujourd’hui, plutôt d’autres contemporains, plus mélodiques, mais tout aussi hargneux. Nous parlerons d’IRON MAIDEN, de THIN LIZZY, nous parlerons de la NWOBHM, celle qui a traumatisé toute une génération de metalheads, cette NWOBHM qu’un peuple du nord remet au goût du jour à intervalles réguliers. Les suédois n’ont vécu cette vague que par procuration, avec quelques gouttelettes dans les années 80, mais l’ont adoptée comme dogme bien des années plus tard, lorsqu’ils se sont découvert un don unique pour réactualiser des sons de l’époque, avec le flair qu’on leur connaît. Et alors que le quatrième album de SCREAMER sort enfin, il est largement temps d’adopter ce postulat de façon définitive : les suédois sont les meilleurs nostalgiques et les plus crédibles que l’Europe compte dans ses rangs depuis quinze ans.

SCREAMER, c’est la bière de luxe. Une bière blonde à l’épaisseur de la brune, avec le goût de la blanche, soit le mélange le plus fatal des brasseries Hard-Rock du Nord de l’Europe. Un subtil panaché d’Angleterre, de la Belgique et de la Suède, pour un enivrement light qui ne laisse pas sur le flanc, mais le cœur léger. Fondé en 2009 du côté de Ljungby, ce quintet enfin stabilisé (Andreas Wikström - chant, Anton Fingal & Dejan Rosić - guitares, Fredrik Svensson Carlström - basse et Henrik Petersson - batterie) s’appuie aujourd’hui sur une discographie conséquente, avec pas moins de trois LP (Adrenaline Distractions, 2011, Phoenix, 2013, Hell Machine, 2017), auxquels vient s’ajouter ce petit dernier, Highway of Heroes, à la pochette sublime de passion rétrograde et de graphisme malicieux. Un mélange de mythologie grecque et d’animation à la Disney époque Tron, pour un disque synthétique, qui résume les quelques années de transition séparant les glorieuses 70’s des hédonistes 80’s. Une sorte de prolongement dans la continuité, une logique dans le passéisme, mais surtout, un flair incomparable pour se concentrer sur une poignée d’œuvres qui ont défini un son, et parvenir à trouver le sien, de façon définitive après des années de tâtonnement. Produit par Gustav Hjortsjö (BULLET), mixé par Tomas Skogsberg au Sunlight Studio, et masterisé par Patrik W. Engel au Temple Of Disharmony, Highway of Heroes profite du savoir-faire de trois pointures pour se déguiser en autoroute du plaisir, celles qu’on dévale à plus de cent-trente kilomètres heure, l’autoradio bloqué sur une vieille cassette de SATAN ou de MAIDEN. Efficace comme un riff de basse de Steve Harris, violent comme un couplet de Paul Di’Anno, tranchant comme un unisson entre K.K et Glenn, mélodique comme une approche de Steve Ramsey et Russ Tippins, ce quatrième LP d’une brièveté presque impudique (trente-quatre minutes à peine, j’ai connu des suédois plus généreux) pourrait presque voir sa philosophie résumée à un seul de ses titres, le tonitruant mais souple « Caught In Lies », qui termine l’album en bourrasque mélodique de premier choix, comme une excellente bière corsée qu’on avale d’un trait.

Toujours aussi souples dans la dureté, les suédois ont peaufiné leur son, et ont donc atteint leur stade de maturation. On sent sur ce nouvel effort un désir de compiler toutes les qualités déjà énoncées sur les trois précédents, d’arrondir les angles, pour se retrouver hissé dans le quatuor de tête des leaders de la vague old-school suédoise. Rien ne dépasse, aucune aspérité, la production est ronde comme le visage d’une adolescente sous des néons à la Michael Mann, et les guitares fixées et obnubilées par le Hard-Rock de l’orée des années 80, lorsque le PRIEST en définissait le polissage sur British Steel. Ainsi, l’entame « Ride On » rappelle évidemment la précision surnaturelle et chirurgicale du combo anglais, avec ses riffs au millimètre, tout en laissant trainer quelques allusions à la puissance allemande via des chœurs vraiment efficaces, mais pas pochtron pour autant. Car malgré cette attirance pour la base et les éléments les plus simples, les SCREAMER n’en sont pas pour autant de simples brailleurs, et connaissent leur LIZZY par coeur. On trouve toujours un peu de tout dans leur musique, des accents plus soft à la Ozzy, des emphases plus métalliques à la ACCEPT, quelques rapides œillades à la science romantique des SCORPIONS, soit une connaissance encyclopédique du Rock joué Hard d’une époque lointaine, que personne n’a pu oublier. Ils en signent même un hymne absolu à posteriori, avec « Shadow Hunter », qui transforme les poncifs et autres clichés en poses héroïques. Ne vous égarez toutefois pas sur le chemin de l’aveuglement, puisque ce que proposent les cinq musiciens n’a rien de novateur dans la nostalgie. On sent des réminiscences de RAM, des traces de STRIKER, parfois des touches fugaces d’ENFORCER, mais on finit par oublier les comparaisons sur l’air de « Rider Of Death », plus MAIDEN qu’Eddie se curant son énorme nez bandé, et occulter les similitudes en tapant du pied sur le tempo binaire de « Highway Of Heroes » (qui a de méchants faux airs de « Right Here in My Arms » de HIM sur l’intro).

Alors, bière ou Bourgogne ? Les deux, et c’est selon serais-je tenté de dire. On vieillit, mais on n’oublie pas. On savoure, mais on avale aussi d’un trait. Tout dépend des circonstances et des amis présents. Les SCREAMER en sont de charmants. Avec qui trinquer à la gloire du Hard Rock en toute sincérité.        

   

Titres de l’album :

                           01. Intro

                           02. Ride On

                           03. Shadow Hunter

                           04. Rider Of Death

                           05. Sacrifice

                           06. Halo

                           07. Highway Of Heroes

                           08. Out Of The Dark

                           09. Towers Of Babylon

                           10. Caught In Lies

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 23/04/2020 à 17:37
85 %    481

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview

Palavas Surfers

RBD 16/07/2021

Live Report

Monarch ! 2009 + 2015

RBD 06/07/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
KRISS

Fan des 4 premiers albums évidemment je suis déçu, même si j’ai apprécié surgical steel, je trouve ce dernier album sans saveur, et une viande sans gout ce n’est pas festif.J’abandonne.

20/09/2021, 21:20

Gargan

ça n'a absolument rien à voir, mais l'écoute m'a rappelé l'impression que j'ai eue à l'époque à l'écoute de "towers of frozen dusk" d'Evoken, l'expression auditive d'un putain de mo(...)

20/09/2021, 20:29

POMAH

Une énorme claque, dans la même veine que Abyssal Vacuum et Amnutseba

20/09/2021, 17:06

Bones

En passant ces 2 albums au pressoir pour en extraire toute la flotte et les moments passables, on aurait facilement obtenu la matière brute d'un Appetite 2.Immense gâchi. Du coup c'est une doublette que je ne ressors jamais. Ca me gave de zapper des pistes.

20/09/2021, 12:45

Bones

En pleine découverte de cet album, acheté samedi.Mais bon sang, on y retrouve des moments d'excellence !  Ces mélodies tordues et vicieuses, ces rythmiques velues, ces petits passages qui blastent, ces vocaux au papier de verre...  on est complètemen(...)

20/09/2021, 12:42

Kerry King

November Rain faut dire la vérité, ce titre démonte tout à tout niveau, Axl et Slash y sont a leur top.

20/09/2021, 11:14

Humungus

!!! !!! !!! O-BLI-GA-TOI-RE !!! !!! !!!

20/09/2021, 09:54

Gargan

C’est juste moi ou la pochette est vraiment moche ?

20/09/2021, 06:41

Buck Dancer

Comme j'aime pas les Guns, j'attends maintenant la chronique du Black Album. 

19/09/2021, 13:56

Hoover

Un grand merci pour cette belle chronique. A ceux qui pourraient dire qu'il aurait mieux fallu une chronique deux fois moins longue avec juste les meilleurs morceaux, j'ai la même réponse que pour les Use your illusion: je veux le tout, et qu'importent les longueurs.

19/09/2021, 13:45

Arioch91

Gun's Roses, à l'instar d'autres comme Cotlett Crüe/Ratt/Poison me sont tous passés au-dessus de la tête sans même que je m'y intéresse.Le seul morcif que je connais d'eux est Welcome to the Jungle et uniquement parce qu'i(...)

19/09/2021, 12:21

Gargan

La succession don't cry /back off bitch m'a toujours bien fait rire, on passe du romantique au bien vulgaire sans transition. Civil war (mon coeur balance aussi avec november rain, forcément), ça reste toujours parfaitement d'actualité, aussi bien outre-altanti(...)

19/09/2021, 11:59

Humungus

Oh et pis crotte !"Novembre rain" reste quand même la mieux merde.Cf. "« November Rain » n’est ni plus ni moins que le « Bohemian Rapshody » d’Axl"

19/09/2021, 10:42

Humungus

Pfiouuu !!!Ça c'est de la chro.Perso, "Civil war" reste ma préférée.PS : "Aurait-il fallu condenser tout ça en un seul double album, ne contenant que l’indispensable ?"OUI !!!

19/09/2021, 10:28

totoro

Trop de morceaux qui font que je ne reviens que sur ceux que j'aime ("You Could Be Mine", "Breakdown", "Locomotive", "November Rain", "Pretty Tied Up", "Shotgun Blues", "14 Years", "Get In The Ring", "Yester(...)

18/09/2021, 23:59

Simony

Autant je reconnais l'importance de ces deux albums dans l'histoire du Rock, autant ils glissent sur moi sans que je m'y accroche. A un moment donné, je devais posséder le volume II mais c'est vraiment long pour moi, j'ai préféré rester (...)

18/09/2021, 21:16

Gargan

Très belle pochette et bonne surprise, travail de compo au dessus du lot + basse bien en avant.

18/09/2021, 18:47

Jus de cadavre

Rah bordel ce que j'aime ce groupe. La prod est un chouilla trop propre pour le style, mais bon dieu ça défouraille ! La bagarre !

18/09/2021, 17:43

metalrunner

Tu rajoutes la voix d Dickinson et voila le dernier album de Maiden  

18/09/2021, 09:11

POMAH

C'est fougueux ce truc... je ne m'attendais pas à cela.

18/09/2021, 08:41