Contaminazione 2.0

Il Rovescio Della Medaglia

20/11/2020

Jolly Roger

Si vous vous demandez pourquoi Neal Morse, Steven Wilson, John Petrucci et les siens jouent cette musique et enregistrent des albums aussi ambitieux, il n’y a pas cinquante solutions, vous devez aller chercher aux racines du genre. Oh, certes, en écoutant PINK FLOYD, YES, KING CRIMSON, GENESIS, CAN, vous aurez d’importantes réponses à vos questions, mais l’iceberg Progressif des années 70 planquait bien plus que cette surface apparente que les encyclopédies musicales traitent depuis la nuit des temps. Je ne nie aucunement l’importance d’œuvres comme Dark Side of the Moon, Tales From Topographic Oceans, In The Court of the Crimson King ou Tago Mago, mais il convient de temps à autres d’ajouter à cette liste d’autres pièces d’importance non moindre, mais de rayonnement plus restreint. On a souvent tendance à croire que les américains et les anglais se sont partagé le gâteau du classique et du Rock à cette époque, mais en Europe, ailleurs, d’autres compositeurs connaissaient aussi leurs classiques et sortaient des disques magnifiques, et sincèrement audacieux. Je pourrais bien sûr parler des GOBLIN, qui ont souvent mis en musique l’univers du Giallo, et spécialement celui de Dario Argento, mais aussi d’AREA, AKTUALA, des fantastiques PIERROT LUNAIRE (écoutez leur éponyme de 1974, vous risquez de ne jamais revenir les pieds sur terre), mais il est un autre ensemble qui mérite plus la lumière de nos jours, puisque leur actualité s’y prête justement. A la fin des années 60, deux musiciens se retrouvent pour jouer ensemble une musique riche et évidemment évolutive, le guitariste Enzo Vita, et le bassiste Stefano Urso, tous deux de Rome, et vite rejoints par le batteur Gino Campoli et le chanteur Pino Ballarini. Chose assez exceptionnelle pour l’époque, et à contrario de leurs homologues des mêmes années (PFM, BANCO DEL MUTUO SOCCORSO, ORME, OSANNA), le quatuor se dispense de claviériste, fait incroyable pour un groupe de Rock progressif. Mais IL ROVESCIO DELLA MEDAGLIA n’était décidément pas un groupe comme les autres…  

Après deux albums acclamés de Rock incandescent et ambitieux (La Bibbia en 1971 et Io come Io en 1972, inspiré par Hegel), tous deux sortis sur la major RCA, le groupe tourne au maximum, et se fait remarquer par Luis Enriquez Bacalov, chef d’orchestre célèbre et compositeur de nombreuses musiques de films (celle d’Il Postino lui vaudra un Oscar). Bacalov leur propose alors une collaboration, pour faire entrer leur Rock dans une dimension symphonique. Ce fut alors la troisième expérience du genre pour Luis Enriquez Bacalov, qui avait déjà tenté le coup avec les NEW TROLLS pour Concerto Grosso, ainsi qu’avec les OSANNA pour Milano Calibro 9. Mais en me montrant légèrement subjectif, autant admettre que la rencontre entre IL ROVESCIO DELLA MEDAGLIA et Bacalov fut la plus belle des trois, et que Contaminazione demeure à ce jour le chef d’œuvre absolu de la rencontre entre le Classique et le Rock. Et quarante-sept ans après sa sortie, l’album connaît une seconde jeunesse, en live cette fois-ci, puisque le groupe propose via la distribution nationale de Jolly Roger ce Contaminazione 2.0, qui reprend l’intégralité de l’album en concert, sans en dévier d’une note. Pour proposer une soirée digne de la qualité de l’œuvre en question, le groupe n’a rien laissé au hasard, et a choisi le lieu avec précaution. C’est ainsi que des centaines de spectateurs ont pu entrer dans l’ancienne abbaye de San Galgano, près de Siena, abbaye datant du 13ème siècle et dépourvue de toit. Quel espace plus idoine pour respecter le caractère presque religieux de l’interprétation et laisser les notes s’évaporer dans le ciel nocturne que cette abbaye, et gageons que l’expérience sensorielle a dû laisser des souvenirs impérissables dans la mémoire du public. En cette occasion, le groupe constitué d’Enzo Vita à la guitare, d’Andrea Castelli à la basse, de Nicola Costanti au chant, de Pino Polistina à la seconde guitare et du claviériste Carmelo Junior Arena a recruté les services d’un quartet à cordes, ainsi que ceux de Vittorio De Scalzi des NEW TROLLS à la flûte sur un morceau, et nous offre donc une prestation magique, unique en son genre, qui nous replonge dans les années d’or du progressif italien des années 70, certainement l’un des plus audacieux de la scène mondiale.

Etant complètement fan de Contaminazione depuis fort longtemps, je ne pourrai que chanter les louanges de ce live qui en propose une version plus vivante, bien qu’évidemment ce genre de musique ne se prête que très peu au déchaînement de l’audience. La version de ce Contaminazione 2.0 est tout à fait fidèle à l’original, et les aficionados d’IL ROVESCIO DELLA MEDAGLIA seront heureux d’entendre une nouvelle fois ces merveilleux morceaux au son cristallin, la production de l’album étant tout à fait exceptionnelle. On peut presque sentir l’air du soir nous caresser les cheveux, et toucher la nuit du doigt lorsque la guitare acoustique répand ses effluves ou que le quatuor à cordes enrichit le tout de ses arrangements précieux. Il est toutefois difficile de faire la chronique de cet album sans faire celle de son modèle original, mais dévoiler ce qui vous attend pendant ces soixante-sept minutes de musique reviendrait à gâcher une énorme surprise, celle de l’ouverture du paquet cadeau Contaminazione qui reste l’un des trésors les mieux gardés du Progressif italien des années 70. Très influencé par les fugues et préludes de Bach, ce disque n’a pas pris une ride en presque cinquante ans, et en l’écoutant, il n’est pas difficile de deviner pourquoi et comment PORCUPINE TREE, DREAM THEATER et Neal MORSE ont enregistré leurs concepts les plus fameux. On trouve aussi dans la musique des romains des traces de GOBLIN, lorsque les claviers deviennent ludiques, et du Verdi aussi, quand la dramaturgie s’accentue dans les mélodies. Et si le tout est bien sûr terriblement harmonique et délicat, certains chapitres drivés par une guitare agressive rassasieront les amateurs de distorsion et de Rock plus musclé.  

Avec le peu de recul que j’ai, il est difficile de dire si ce live est plus « vivant » que son pendant studio, bien que sa nature donne une réponse assez évidente. Les deux versions sont indispensables selon moi, mais ce Contaminazione 2.0 vient à point nommé rappeler l’importance de ce groupe unique, à la carrière trop courte, qui représentait une alternative à la scène anglaise, et qui permettra peut-être à un jeune public de redécouvrir les acteurs transalpins de l’époque nommés dans cette chronique. Ce qui ne serait que justice, puisque le mouvement italien, fortement influencé par ses propres compositeurs classiques, avait bien plus à offrir qu’un décalque trop fidèle de l’école de Canterburry. A noter que l’album connaîtra trois éditions, tape, vinyle évidemment, mais aussi CD qui contient quelques bonus valant largement l’investissement.                

                                                                                                                                                                             

Titres de l’album:

01. Absent For The ConsumedWorld

02. Ora Non Ricordo Più

03. Il suono Del Silenzio

04. Mi Sono Svegliato E… Ho Chiuso Gli  Occhi

05. Lei Sei Tu: Lei

06. La Mia Musica

07. Johann

08. Scotland Machine

09. Cella  503

10. Contaminazione 1760

11. Alzo Un Muro Elettrico

12. Sweet Suite

13. La Grande Fuga

14. Il Nulla(Cd Bonus Track)

15. La Creazione (Cd Bonus Track)

16. L’Ammonimento (Cd Bonus Track)


Facebook officiel


par mortne2001 le 22/11/2020 à 18:32
90 %    94

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report

Sélection Metalnews 2020 !

Jus de cadavre 01/01/2021

Interview

Welcome To My Nightmare

mortne2001 26/12/2020

From the past

IXION : entretien avec Julien

JTDP 16/12/2020

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Bones

Très beau message. Mais si le tissu économique et culturel d'un pays peut-être sacrifié au nom de l'incurie à avoir su prévoir/gérer une pandémie, ce ne sont pas les soubresauts d'un festival, qui plus est de Metal, qui vont fa(...)

18/01/2021, 22:45

KaneIsBack

TL; DR

18/01/2021, 20:14

Gargan

j'ai lu "grand raoult musical". 

18/01/2021, 20:13

Simony

Oui c'est le genre de missive qui ne sert à rien. Après ils se battent pour leur job, c'est très bien mais il n'y aura rien en 2021 et même 2022 est trèèèèès hypothétique. Il faut bien comprendre que ça va (...)

18/01/2021, 18:35

metalrunner

Du vent tout ca le résultat sera clair rien nada nothing peau de zob avec une lettre ou mille;

18/01/2021, 18:27

Jus de cadavre

Clair et précis, c'est bien. Même si la ministre (ni même personne en fait) ne sera capable de répondre quoique ce soit d'utile pour le moment hélas...

18/01/2021, 18:16

Gargan

Il va être dans les listes des meilleurs albums 2021 celui-ci haha ! Le sieur Helwin aux fûts, soit dit en passant.

18/01/2021, 09:53

LeMoustre

Sympa, cette vidéo ! D'ailleurs je recommande la compile de Asshole, très complète et d'un bon niveau. Plein d'anecdotes justes comme celle sur la Fnac, par exemple. 

18/01/2021, 09:06

Bones

Vidéo très sympathique et intéressante ! Dans la bande son des années lycée, ce CYTTOYLP.  Je me vois encore trimbaler ma grosse malette de matos d'arts plastiques dans les transports en commun, sur laquelle j'avais reproduit au feutre(...)

17/01/2021, 22:07

Simony

Excellente vidéo comme d'habitude. Avec les documents d'époque, on replonge encore plus au cœur de la bête.

17/01/2021, 18:43

yaccio

bof aussi plat que d'hab'

16/01/2021, 21:13

RBD

Excellente découverte, d'un mid-tempo lourd qui fait penser aux vieux Death, à Morgoth, à Massacre et à toute la vieille Floride en général et à toutes références de Death Metal un peu lent mais inexorable. Un début de ce (...)

16/01/2021, 19:16

Meuleu

Excellent, The Crown comme je l'aime !

16/01/2021, 17:40

Jus de cadavre

Superbe artwork en tout cas !

16/01/2021, 12:43

Seb

Jle trouve vraiment cool ce morceau.Ca fait un bout de temps que j'avais entendu un morceau aussi bon de leur part !

15/01/2021, 18:24

Moshimosher

Bon, ben, là, ça me fait carrément envie !!! A défaut de la fève, je veux bien la couronne !

15/01/2021, 17:18

Humungus

THE STRUTS ???Mortne2001...WTF ???

15/01/2021, 11:53

Humungus

Mais qu'est-ce que c'est que cette pochette putain ???

15/01/2021, 11:50

Gargan

J'attendais de voir ce nom passer. Totalement adhéré à l'ambiance qui s'en dégage (belles lignes de basse qui plus est), achat direct. kling !

15/01/2021, 08:23

Buck Dancer

100% d'accord avec la chro et Jus de cadavre ! Dans mon top 5 de l'année 2020. Du death metal qui se veut transgressif et repoussant, comme à la grande époque. Et moi, ça me mets en joie... 

15/01/2021, 00:16