Necrovictology

Repulsive Vision

21/08/2020

Emanzipation Productions

Oyez, oyez, amateurs de brutalité à l’ancienne, votre jour de chance est arrivé. De la perfide Albion nous en revient l’un des représentants les plus dignes de la vieille école anglaise, et c’est avec une joie mêlée de crainte que nous nous apprêtons à affronter les envahisseurs de REPULSIVE VISION. Il faut dire que le groupe s’était fait plutôt discret ces derniers temps, son premier long Look Past the Gore and See the Art accusant aujourd’hui trois ans d’âge. Ce début tonitruant laissait augurer d’une suite savoureuse, et c’est pourtant avec fermeté que Matt Davidson présente ce second chapitre de la saga. Si les débuts du groupe rimaient en effet avec ses stances personnelles, aujourd’hui, la horde est soudée, et travaille main dans la main. Et si Look Past the Gore and See the Art nous donnait déjà des céphalées de ses tonalités cruelles, Necrovictology est selon l’impétueux guitariste une amélioration notable de son optique, et un perfectionnement absolu des méthodes d’abordage. Nous ne demandons qu’à croire l’homme, d’autant que son honnêteté ne saurait être remise en cause. Dans une récente interview, le guitariste/chanteur s’est montré très enthousiaste du résultat obtenu, qui semble correspondre parfaitement à l’optique qu’il avait de son projet. Et en tendant brièvement les oreilles sur le résultat, impossible de le contredire. Necrovictology est une véritable déclaration d’intention, une énorme caillasse bombardée à la catapulte nucléaire, avec en guise de première ligne des démons-zombis assoiffés de sang qui n’ont pas peur de le faire couler par la jugulaire. En dopant son inspiration purement Death d’une grosse dose de nitro extérieure, REPULSIVE VISION nous livre un des efforts les plus jouissifs de cette seconde partie d’une année 2020 qui en avait cruellement besoin.

Fondé en 2010, REPULSIVE VISION était donc à l’origine un one-man-band initié par la créativité de Matt (WOMBBATH, HENRY KANE (live), ex-DOG SNOT, ex-ENSNARED, ex-RECOIL), avant qu’il ne trouve les bons compagnons de jeu. Aujourd’hui flanqué de Danny McEwan au chant, de Gary Young à la batterie et de Mark Kirby à la basse, Matt propose donc un réel effort de groupe dans lequel chaque musicien à voix au chapitre, et on sent cette cohésion assez rapidement en s’envoyant le pamphlet d’ouverture « Other Than Divine ». Ce monstrueux morceau permet d’afficher un featuring de la légende Max Otero de MERCYLESS, venu grogner de concert, et trace la ligne à suivre pendant l’heure qui suit : un Death très anglais dans le fond, mélangeant les racines de BENEDICTION, NAPALM DEATH avec les antécédents Punk de DISCHARGE, NAUSEA, et DRILLER KILLER pour n’en nommer que quelques-uns. Matt ne rechigne d’ailleurs pas à coller l’étiquette de « Crust filled old-school Death Metal » à sa musique, ce qui en dit long sur sa franchise. Et en effet, malgré des influences évidentes affichées (CARCASS, OBITUARY, ENTOMBED, BLACK SABBATH, REPULSION, SEPREVATION, DEATH, CATHEDRAL, CANDLEMASS, NAPALM DEATH, AT THE GATES, TERRORIZER, DRILLER KILLER, CANNIBAL CORPSE, MORTA SKULD, MORBID ANGEL, ATHEIST, EXHUMED, EDGE OF SANITY, WORMROT), REPULSIVE VISION reste assez unique dans son parti-pris, dopant son Metal de la mort d’une énergie Punk et Hardcore assez démoniaque. Distribué par la subdivision de Target Group, Emanzipation Productions (spécialisée dans le Death nostalgique), Necrovictology est une notice nécrologique d’un groupe bien vivant et déterminé à le montrer, qui capitalise sur un son parfait et sec pour propager son message pas si passéiste que ça.

Tablant sur l’efficacité d’un chant à deux voix hérité de la tradition CARCASS/DEICIDE, le groupe aligne les riffs mortels, les accélérations en 5G et les harangues vocales déchaînées pour nous entraîner dans sa folie de vélocité, qui toutefois n’abuse pas du chaos des blasts pour se montrer persuasive et contagieuse. Un morceau aussi entêtant que « Nepotism-Social Chameleon » synthétise d’ailleurs assez bien la démarche, avec son riff d’intro plaqué sur un tempo purement D-beat/Crust. Les voix de Matt et Danny se complètent alors à merveille, et l’ensemble dégage un entêtant parfum CARCASS/URSUT, comme si le Death et le Crust étaient réconciliés à jamais. On sent que le groupe capitalise sur ses racines anglaises pour se détacher de masse grouillante de groupes focalisés sur la Floride ou la Suède, même si « Other Than Divine » n’est pas dénué d’une petite touche AT THE GATES parfaitement délicieuse. Mais peu importent les origines, peu importent les influences, seule l’énergie compte, et à ce niveau-là, Necrovictology est un énorme concentré d’explosifs chargé sur un vieux camion décati et prêt à sortir de la route. Sorte d’équivalent musical du Salaire de la Peur, ce second LP prend un malin plaisir à trimbaler sa cargaison dangereuse sur les nids de poule, les dos d’âne, sans jamais ralentir sa cadence, pour donner encore plus de sueurs froides. S’appuyant sur un batteur au rendement de moissonneuse, Matt n’a plus qu’à lâcher ses riffs pas si classiques qu’ils n’en ont l’air, la voix délicatement sourde et scandinave de Danny n’a plus qu’à faire le reste du boulot. Le tout passe comme une gigantesque tornade ravageant les côtes bretonnes, avec des débarquements de troupes qui filent les jetons (« Exterior Of Normality »), des positions consolidées par des tempi plus posés (« Draconian Reprisals »), et de soudaines embardées vers les lignes ennemies, les armes en avant et toutes les dents dehors (« Selfless »).

Transpirant la haine de la demi-mesure par tous les pores, Necrovictology rentre dans le lard, sans oublier le swing, groove comme un derviche monté sur ressort, et nous offre l’euphorie d’un Death Metal vraiment festif (« Regret », grogné avec LandPhil de CANNABIS CORPSE/IRON REAGAN/MUNICIPAL WASTE). Résultat, quarante minutes de Death qui n’oublie pas ses accroches Thrash, une grosse claque à la mauvaise humeur, et certainement l’un des albums d’OSDM de l’année. Oh yeah.                                      

                                      

Titres de l’album :

01. Other Than Divine (Ft. Max Otero)

02. Exterior Of Normality

03. Necrovictology

04. Blind Loyalty

05. Draconian Reprisals

06. Selfless

07. Echoes Of Deceit (Instrumental)

08. Through Gaslit Halls

09. Regret (Ft. LandPhil)

10. A Lifetime Of Suffering Deserved

11. Nepotism-Social Chameleon

12. To Delve The Depths ...

13. Paraskevidekatriaphobia


Facebook officiel


par mortne2001 le 23/08/2020 à 17:48
88 %    712

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16