From Ashes to Flames

Dust In Mind

19/10/2018

Darktunes Music Group

La pochette annonce la couleur, ou plutôt la température. On y admire Jen au milieu d'un décor d'apocalypse, reine trônant au centre d'un incendie de l'âme, le port altier, l'air fier, et le regard de celles qui savent...Qui savent que l'étape du troisième album est la plus difficile à franchir, mais qui savent aussi qu'elles ont toutes les cartes en main pour remporter la mise. Et après cinq ans d'une carrière impeccable, cinq années qui auront vu naître trois longue-durée, les DUST IN MIND peuvent pavaner en tenue de gala, puisqu'en plus de l'air, ils en ont les chansons. De ce premier EP publié à l'orée d'un parcours que personne ne présentait aussi majestueux à ce From Ashes to Flames qui ne fait que replacer dans le contexte l'un de nos groupes les plus talentueux, les strasbourgeois ne se sont jamais reposés sur leurs lauriers chèrement acquis, et ont toujours continué la route, partageant la scène avec les modèles d'ARCH ENEMY, pour devenir eux aussi une référence live que l'Europe nous envie. Et une petite année après le cramoisi Oblivion, qui avait nargué l'oubli pour les propulser en tête de gondole, le quintette nous en revient donc toujours aussi indépendant, mais toujours aussi solide sur ses bases. Celles d'un Metal moderne, mélodique, ne sacrifiant pas l'efficacité au profit de l'inventivité, même si quelques figures imposées sentent encore l'opération séduction en mode alternatif contemporain plein de flair...Alors, une seule année entre deux LP, et une seule année pour négocier ce terrible virage en chicane du troisième tome, une période donc courte pour sauter de plain-pied dans le grand bain de la reconnaissance, déjà acquise pour beaucoup, mais restant à prouver pour les plus sceptiques. Et le couperet tombe après quelques écoutes attentives de la bête...From Ashes to Flames ne sera pas le premier faux pas, mais bien le triple-saut dans le bac du professionnalisme, tant ce nouvel opus aux contours brûlés par le talent respire l'urgence et la connaissance, l'impulsion comme la réflexion, et brille de mille feux comme un phœnix qui ne renaîtrait pas de ses cendres, puisque les DUST IN MIND ne sont jamais morts, et n'ont jamais paru aussi vivants.

Toujours à la croisée des chemins, le quintette (Jennifer Gervais - chant, Damien Dausch - guitare/chant, Jackou Binder - batterie, Xavier Guiot - basse et Yann Roy – guitare) n'a pas vraiment changé de formule, mais a perfectionné la sienne pour atteindre maintenant des hauteurs que seuls leurs homologues américains semblaient à même de pouvoir tutoyer. En gardant leur musique à l'abri des étiquettes et labels, les strasbourgeois continuent de prodiguer des conseils Crossover très judicieux, adoptant les structures d'un Metal alternatif sevré de Metalcore solide, et enrobant le tout dans des arrangements Electro pour faire danser, pogoter, chanter et headbanguer, sans tomber dans la vulgarité d'une lecture transversale un peu trop populiste. On reconnaît évidemment la patte du groupe, toujours à la recherche d'un refrain efficace pour propulser des couplets agressifs, et combinant la puissance et la mélodie avec un brio effarant, mais ce troisième chapitre de leurs aventures laisse assez admiratif, tant les soins qui lui ont été prodigués sont pointilleux. Certes, et les réfractaires à la cause brandiront l'éternel argument du “déjà entendu cent fois”, sans avoir vraiment tort, mais les morceaux sont tellement calibrés pour percuter qu'on ne peut s'empêcher de se laisser prendre dans les mailles du filet, sans perdre notre libre arbitre. Les influences sont là, et impossible de passer outre. On pourra par facilité mais aussi par pertinence citer le nom de PAIN, celui de KORN, dans une version contemporaine un peu plus lâche, évidemment arguer de la vague alternative américaine, mais toutes ces références n'enlèveront rien au potentiel des DUST IN MIND, qui parviennent toujours à moduler leurs pulsions pour les lover au creux d'un Ambient relaxant et transitoire (“ Day O”, un interlude qui unit les esprits de MORCHEEBA et  MIRANDA SEX GARDEN dans une volute d'amour délicate et ombrageuse). Alors oui, et j'en conviens, les similitudes sont parfois troublantes, spécialement lorsque “My Quest for Recognition » semble émerger des tiroirs inédits du The Serenity Of Suffering de Jonathan & co (le riff est quand même un cousin pas si éloigné que ça du « Black Is The Soul » connu), appuyant sur l'emphase de sa dualité de chant, mais malgré ces quelques emprunts inconscients (le groupe a suffisamment d'idées et de talent pour ne pas avoir à loucher sur la copie du voisin), les morceaux font leur chemin dans nos veines pour faire battre notre cœur plus fort que de raison, et nous rallier à leur cause.

Pas d'innovation majeure donc à attendre d'un album qui préfère la sérénité dans la continuité, plus que dans la souffrance, mais une énorme dose d'efficacité, et une fausse immédiateté qui glisse sur la piste de la conception peaufinée. On sent derrière ces arrangements impeccables un gigantesque travail de fond pour rendre les chansons imperfectibles, et on se demande même comment le groupe va réussir à se sortir de cette impasse de qualité. On les imagine assez mal surpasser en restant dans le même créneau les valeurs établies par From Ashes to Flames, et il conviendra à l'avenir de réfléchir à une porte de sortie pour ne pas s'embourber dans les redites déclinantes. Mais le présent c'est le moment, et ces onze nouveaux titres qui dès le morceau éponyme préviennent de la suite, à savoir une cinématique musicale aussi intense qu'un désir de conquête, ont largement de quoi rassasier les fans jusqu'à la prochaine tournée. Production aux graves qui rebondissent, guitares qui se jouent du sous-accordage pour saucer le plat de riffs sombres mais épicés, Jen en grande forme vocale, qui hésite entre lyrisme contenu et dramaturgie pudique, et section rythmique au millimètre, qui percute, tapisse, soutient et glisse, dans un numéro de sidérurgie massif et pourtant fluide. Des ingrédients indispensables à une réussite incontestable, qui taquine même le dancefloor dans une tentative Electro-Metal digne du grand Peter Tägtgren (« This Is The End », tube imparable et incroyable qui va affoler les foules européennes), ou qui met la résistance des subs à rude épreuve sur l'élastique « Open Your Eyes » (et qui par la même occasion réconcilie les KORN et AMARANTHE). Du gros son, très gros même, mais qui réussit à trouver un écho de plaisir dans nos oreilles en s'appuyant sur des compositions de première classe ne servant pas de vulgaire test à un mixage digital à la patine irréelle.

Et si la première partie de l'album privilégie les fulgurances les plus évidentes, la seconde s'autorise des incartades sinon plus intimistes, du moins plus risquées, comme en témoigne le poignant « A New World » qui nous ferait presque croire à un nouveau monde plus beau que l'ancien, ou le terrassant « I'll Never Forget », qui ramène à la surface le souvenir présent d'un CREMATORY sorti des flammes du purgatoire pour sautiller sur la piste d'une boîte de nuit infernale. Et c'est sur un final ciselé que le quintette nous quitte, via « Grandma » et sa mélodie en nostalgie majeure, comme pour nous aider à laisser la musique s'évanouir d'elle-même sans chercher à la retenir. Aria discrète de Jen, pour tapis électronique en claviers majeurs, et point final en pointillés pour un disque qui décidément a définitivement balayé le mot « défaut » du vocabulaire artistique. Astucieux pari que ce troisième LP des DUST IN MIND, qui les imposera sur la scène, mais qui risquera aussi de décevoir ceux qui attendaient d'eux plus d'audace et moins de surface. Mais en faisant abstraction de deux ou trois clins d’œil un peu trop appuyés, ce LP se taillera un bout de chemin dans les charts des classiques du genre, et reste indubitablement le témoignage ultime d'un groupe qui en seulement cinq ans, est devenu une icône incontournable. 

 

Titres de l'album :

                         1. From Ashes to Flames

                         2. This Is the End

                         3. Open Your Eyes

                         4. The Point of No Return

                         5. Another Dimension

                         6. Day 0

                         7. My Quest for Recognition

                         8. A New World

                         9. I´ll Never Forget

                        10. Siana

                        11. Grandma

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel

https://www.youtube.com/watch?v=NerL1f_N-_A

par mortne2001 le 24/10/2018 à 16:40
80 %    834

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jennifer GERVAIS
@78.231.97.123
24/10/2018, 20:41:15
Merci à vous pour cette chronique ! Merci pour votre transparence et votre analyse ! Cela nous va droit au coeur !
Jen (Dust In Mind)

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Nile + Krisiun + Grave + Ulcerate 2009

RBD 03/03/2021

Live Report

Killing For Culture - Tome 2

mortne2001 23/02/2021

Livres

Voyage au centre de la scène : MASSACRA

Jus de cadavre 21/02/2021

Vidéos

Killing For Culture - Tome 1

mortne2001 15/02/2021

Livres

Moonspell 2007

RBD 04/02/2021

Live Report

Olivier Verron _ Interview Conviction

Simony 27/01/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : ASSHOLE

Jus de cadavre 17/01/2021

Vidéos

Eluveitie + Korpiklaani 2010

RBD 08/01/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
MorbidOM

Une double provocation assez géniale ?Les true métalleux le prennent pour un guignol depuis longtemps et la ménagère Polonaise le vois sans doute comme le rebelle de salon indispensable à ce genre d'émission, une sorte de JoeyStarr

03/03/2021, 04:08

Bones

Ca fait une publicité maousse autour de Behemoth et leur donne la "crédibilité" qu'ils recherchent.Faire le buzz => vendre des disques.Je ne m'en fais pas pour Nergal, ce petit malin fait bien parler de lui et c'est l'objectif.

02/03/2021, 18:47

RBD

Nergal est un provocateur né, comme bien des artistes surtout dans des sociétés conformistes. Le fait d'aller cachetonner et se montrer dans une émission de télé-crochet est une double provocation assez géniale, autant envers les true mé(...)

02/03/2021, 16:07

Jus de cadavre

Message pas posté entièrement... bizarre...Du coup suite :"Nous en sommes à une période charnière" là je suis d'accord. Quand sur un site comme ici les gens commencent à defendre le christianisme c'est (...)

02/03/2021, 09:30

Jus de cadavre

"Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre"Mais tout le monde du coup crieraient au lâche ou au vendu ! Si à chaque fois qu'il y a un truc qui nous plaît pas dans notre pays on doit l(...)

02/03/2021, 09:26

Gargan

Si Nergal en a marre d'aller devant les tribunaux, qu'il change de pays ou de style musical, point barre. Tu assumes quand tu t'exposes ainsi, c'est pathétique ce oin-oin alors que ça joue les durs sur scène. Ceci étant, je réécoute Sv(...)

02/03/2021, 08:21

Yolo

Merci pour vos commentaires les guignols.

02/03/2021, 08:09

Satan

@ Jus de Cadavre : En effet, le délit de sale gueule semble se manifester à l'égard de Nergal. Et tu as raison de dire que c'est quand même lui qui se fait chier devant les tribunaux.Le christianisme ne fait plus peur aujourd'hui, mais il faudrait se (...)

01/03/2021, 16:06

Jus de cadavre

Débat épineux ! Mais pour le coup que ça plaise ou pas, Nergal (même si c'est uniquement pour se faire de la comm on est d'accord) lui il va au tribunal et il a des emmerdes judiciaires... Dans la scène aujourd'hui, et même parmi ceux qui se (...)

01/03/2021, 14:49

Satan

@ Orphan : Ce n'est pas du tout ce qu'a dit Yolo, là tu t'en fais le ventriloque. Après, sur le courage ou non de Nergal ça se discute en effet, mais dans ce cas-là il convient de mettre dans le lot 99% des artistes dits "blasphématoires"(...)

01/03/2021, 14:10

Simony

Ben d'ailleurs, à part de la bière et des T-Shirts, il n'y a même pas l'album en vente sur leur shop ? C'est quand même bizarre !

01/03/2021, 14:00

Orphan

@Yolo : Je te rejoins à 200%Il est facile de pietiner le christ et le catholicisme ...... pas sur qu'il ferais la même pour d'autre.A partir de la pour moi fin du débat.

01/03/2021, 12:12

Gargan

Vu aussi ce live de King Diamond sorti il y a quelques jours par Metal Blade : Songs for the Dead Live - The Fillmore in Philadelphia

28/02/2021, 19:16

Stench

Du coup, on peut écouter où, ce truc ? Même sur leur site il n'y a rien alors que moi, quand je vois qu'on parle de Gus, ça m'intéresse...

28/02/2021, 17:24

Bones

Pour les amateurs de PENTAGRAM, il existe un docu assez dur sur la vie chaotique de son leader. Il donne plutôt envie de se mettre à la camomille et aux cigarettes russes.

28/02/2021, 13:54

Satan

@ Yolo : Soit c'est de l'ignorance, soit de la bêtise... ou de l'humour sacrément mal formulé. Un petit peu comme ton orthographe en somme.

28/02/2021, 12:37

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Invité

@Yolo : Ce qu'il y a de bien avec les opinions tranchées, c'est qu'ça relance le débat. En somme vous êtes une sorte de provocateur, quoi.

28/02/2021, 11:28

Yolo

La Polognes est l'un des seuls pays respectables en Europe actuellement par ses prises de position. Point barre.

28/02/2021, 10:16

MorbidOM

Complétement d'accord avec Gargan.Simony, je te conseille la lecture de Jean-Claude Michéa (si tu as la flemme ou peu de temps on peut facilement trouver des conférences qu'il a données sur internet)Christopher Lasch ça marche aussi ma(...)

27/02/2021, 19:42