« Colours in the Sun est l’album le plus transcendant, le plus diversifié et le plus effervescent que nous ayons écrit et enregistré. Nos différentes racines se sont rencontrées et nous avons pu créer un son unique sous le soleil australien ».

C’est ainsi que Danny Estrin décrit le septième album de son groupe, et sans en avoir écouté une note, le fan accordera un crédit immédiat à ses propos. Il faut dire que le quintet australien n’a que rarement déçu depuis son apparition à la fin des années 90. Dès le départ, on sentait que les musiciens avaient autre chose à dire, quelque chose de plus qu’un énième soliloque progressif redondant et sans espoir. Pour beaucoup, sa musique à des allures de luminothérapie, de source de bonheur diffuse, de plaisir même pas coupable qu’on partage volontiers avec les non-initiés, comme une cure de jouvence, un ciel bleu dans la grisaille quotidienne ravagée par les nuages old-school et les tempêtes extrêmes. Pour autant, et malgré ces précisions quelques peu abstraites, l’art du combo pour trouver le juste équilibre entre beauté et puissance n’est pas contestable. Si les plus grands orfèvres du genre se sont quelquefois perdus sur les chemins de la complaisance (Devin, nous entends-tu de ta montagne ?), les originaires de Perth ont eux aussi parfois cédé à la tendance de la facilité, tout en soignant des albums qui tenaient la distance du temps. Et en vingt ans, et sept longue-durée, les VOYAGER nous ont entraîné aux confins de leur imagination, transposant le soleil australien dans la noirceur de la vieille Europe, parvenant même à convaincre les américains que la Floride n’était pas l’état de l’hédonisme artistique. Alors, au moment de juger de la pertinence musicale de ce septième né, aucun doute ne vient frapper notre conscience. Nous savons très bien que même dans un mauvais jour, VOYAGER nous offrira un trip intégral vers les étoiles. Enregistré aux Sumo Studios et au Templeman Audio, mixé par Matthew Templeman et masterisé par Simon Struthers, Colours in the Sun est donc une nouvelle bouffée d’euphorie australe, une leçon magistrale de simplicité cachée sous une technique incroyable, dissimulation qui est le propre des plus grands musiciens, qui préfèrent satisfaire qu’impressionner. Mais au-delà de cette constatation qui s’applique à chaque sortie du quintet, c’est surtout la preuve que les barrières de genre tombent les unes après les autres, et que la définition même du mot « Metal » devient de plus en plus floue pour être substituée par la généralité musicale. Et c’est très bien comme ça.

Colours in the Sun est une représentation musicale d’un voyage personnel dans un pays d’adoption.

C’est encore Danny Estrin qui s’exprime, et qui livre son ressenti, lui qui reste le seul membre originel de la formation des débuts. Mais avec un line-up stable depuis 2011 (Daniel Estrin, Simone Dow, Alex Canion, Scott Kay, Ashley Doodkorte), le groupe peut maintenant s’estimer solide, et suffisamment pour offrir des chansons qui profitent du bagage de chacun. C’est ainsi que depuis Ghost Mile en 2017, les choses n’ont pas vraiment changé, et l’approche non plus. On retrouve toujours ce subtil mélange de Metal moderne mais fluide, de Pop complètement assumée au virage rétro, de sonorités synthétiques qui renvoient au meilleur de la New-Wave des années 80, le tout emballé dans un écrin de progressif humble, mais presque parfait. Et il est assez intéressant de constater que ce septième LP sort la même année et dans la foulée d’œuvres majeures comme les derniers OPETH et LEPROUS, puisque les trois groupes partagent le même point de vue sur l’ouverture, l’assouplissement, et le naturel qui prévaut sur la sécurité et l’attente des fans de la première heure. Et en parlant de LEPROUS, nous retrouvons justement Einar Solberg venu taper le duo avec Danny Estrin, sur le magnifique et efficace « Entropy », subtil mélange de MARILLION, Devin TOWNSEND et LEPROUS, et tube autoproclamé de l’album. Quelques petites minutes de plaisir pur, pour deux des chanteurs les plus doués de leur génération, se retrouvant à l’occasion d’un constat : l’époque est plus que jamais au métissage, aux champs du possible vastes, aux inclusions parfois fortuites mais souvent volontaires, et au franchissement des limites. Le Hard-Rock, le Progressif ne sont donc plus ces genres figés qui devaient respecter des codes précis, mais bien des extensions musicales comme les autres, perméables aux influences extérieures. De fait, Colours in the Sun est soft, plus que la moyenne de la production actuelle, ce qui ne l’empêche pas parfois de céder quelques pouces à la puissance, lors d’un gigantesque « Reconnected », qui unit sans le vouloir FEAR FACTORY, Steven WILSON et CARPENTER BRUT. Tour de force ? Non, simple personnalité d’un groupe qui accepte d’autres possibilités, et qui ne voit que son intérêt artistique dans le crossover global.

VOYAGER s’est toujours vu comme le groupe le plus coloré de la dimension Progressive. Et leur spectre lumineux semble s’être encore élargi, atteignant aujourd’hui une sorte de plénitude mélodique absolue, comme le démontre l’entame « Colours ». Rythmique d’une précision et d’une sobriété incroyables, synthé qui n’hésite pas à s’inviter au premier plan, sans pour autant faire de l’ombre à la puissance d’une guitare presque Djent, mais aux motifs totalement accrocheurs. La voix de Danny est toujours aussi pure, refusant les effets de facilité, et servant les mots plutôt que l’inverse. Le message, toujours positif, est mis en relief par une bande-son en forme de lien passé/présent, avec toujours ces clins d’œil au synthétisme 80’s. Soundtrack d’une love-story entre un groupe et son pays, entre des fans et une musique, Colours in the Sun refuse le pessimisme ambiant, et nous entraîne dans le désert australien, dans le centre-ville de Perth, à la recherche de réponses, et de certitudes. « Severomance » évoque le DURAN DURAN des années 90, mais aussi DREAM THEATER, PERIPHERY, et ces soirées passées entre amis à disserter sur la vie et les espoirs encore vivants, nous agitant de pulsions Metal pour mieux apprécier les éclats de rire Pop qui ne sont parfois pas sans rappeler IQ. A ce titre, la première moitié du LP est d’une exactitude rare. Tous les arrangements sont en place, les parties de chacun mesurées avec précision, et si les débordements de clavier de « Brightstar » feront se dresser les épaisses tignasses des metalleux les plus réfractaires à l’instrument, ils caresseront les tympans de ceux qui acceptent les modulations, les sinuosités, les grands espaces et les endroits plus intimes et confinés. Faux rythme, asymétrie, tout y passe et suggère un Post Rock apaisé mais ferme, avec des harmonies vocales doublées au synthé qui lubrifient la mécanique du plaisir. Difficile certes de faire se sentir concernés les plus extrêmes, mais qui ne blêmirait pas à l’écoute de « Saccharine Dream », rêve en technicolor, dégoulinant de souplesse et renfermant pourtant des parties rythmiques puissantes ?

Je ne me prononcerai pas ici sur la qualité de ce septième LP par rapport aux six précédents. Je laisserai le temps faire son office, j’admettrai que sur les quarante minutes, tout n’est pas encore irréprochable, et que certains morceaux marquent le pas sur la fin. Mais même en mode simplissime, VOYAGER séduit (« Sign of the Times », archétype de New-Wave song travestie en exploit technique), VOYAGER sublime (« Runaway », du Mike Rutherford, du A-HA, mais aussi du Devin), et finalement, VOYAGER colore. « Colore le monde, sans feutre, sans épreuves ni bombes » disaient les INNOCENTS. Qu’ils aient toujours les mains pleines, pourvu que nos yeux voient toujours ces sons en arc-en-ciel.         

               

Titres de l'album :

                        01. Colours

                        02. Severomance

                        03. Brightstar

                        04. Saccharine Dream

                        05. Entropy

                        06. Reconnected

                        07. Now or Never

                        08. Sign of the Times

                        09. Water Over the Bridge

                        10. Runaway

Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/11/2019 à 17:46
85 %    188

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Sleep Token

Sundowning

Pretty Maids

Undress Your Madness

Morbid Cross

Disciples Of The Goat

Blood Incantation

Hidden History Of The Human Race

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

The Murder Capital + Whispering Sons

RBD / 07/11/2019
Gothic Rock

Concerts à 7 jours

+ Verdun + Nornes

13/12 : Circus, Lille (59)

Wild + Mortuary + Voorhees

14/12 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Ende + Gorgon + Neptrecus

14/12 : La Brat Cave, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.


Excellent groupe, découvert très récemment grace au podcast de Métalorgie, YCKM.


C'est une EXCELLENTE nouvelle !!! Parce que bon, même pour une échelle de temps doomesque, 6 ans ça commence quand même à faire long ! :-)


Aïe aïe aïe, grave erreur mon cher mortne2001...Shakira, cette fameuse artiste connue pour avoir inventé le concept de musique à regarder, est...colombienne ! :-D
Sinon, côté musique, rien à dire, c'est tout comme t'as dit. Par contre le clip de "One Circumstance" pique sévèrement l(...)


Agite-toi là où tu es, fais venir du monde voir ce que tu fais : https://www.facebook.com/watch/?v=1153941671333807


tu es le rebut de ta personne. mdr lol


je t'encule Conrad. Non mais sérieux...


Hé mais c'est l'église de la Trinité-des-Monts à Rome qui est représentée sur la pochette, en haut de son célèbre escalier entre la Villa Médicis et la Piazza di Spagna !


Oui enfin darkthrone , seulement Nocturno Culto avec Satyricon pour 4 morceaux si je me souviens bien.
Sinon je m'inquiète pas pour Wacken, c'est complet depuis 2006 au moins !


Je passe mon tour aussi. cela dit j'aime bien le clip enfin du moins l'ambiance qui règne.


Pressé d'en découvrir plus ! "Neoteric Commencements" était déjà bien chouette !


Mouais, pas mon truc décidément. Mais il a l’air de bien s’amuser.
J’ai pas pu m’empecher de penser au sketch du SNL avec jim carrey (what is love), l’aspect road trip probablement.


Mauvais timing Kerry King, puisque le nouvel album d'AC/DC aurait été confirmé par Brian Johnson lui-même il y a peu ! Mais on a compris ce que tu voulais dire...


Oui en effet, merci POMAH ! Pour Ascaris, le groupe a splitté alors que pour Matron Thorn, la personne accusée de viol, le groupe continue et il a annoncé l'arrivée de Stéphane Gerbaud au chant.


Je trouvais pourtant qu'ils étaient à leur place chez Prophecy...


Le pire reste AC/DC qui est a l'arret total depuis 2016 sans qu'on est aucune nouvelle...Une vilaine fin je trouve et mauvaise communication. Dommage.