Millenaire

Hevius

03/04/2020

Autoproduction

Reste-t-il une place pour le Metal classique dans les playlist des fans d’aujourd’hui ? Y’a-t-il encore des fans de Heavy qui ne triche pas et ne joue pas sur l’opportunisme d’une époque de pluralité un peu confuse parfois ? Si j’en crois les réactions déclenchées par certains groupes sur Facebook et la dévotion dont font preuve ses abonnés, je pense pouvoir affirmer que oui. Et mieux, il y a toujours une grosse place dans le cœur des hard-rockeurs pour un Heavy joué « à la française », ce Heavy que les musiciens pratiquaient dans les années 80 en prenant pour modèles les héros de RAINBOW, MAIDEN, DIO, JUDAS PRIEST et HELLOWEEN. Ces hard-rockeurs là le savent déjà, un nouveau verset à ajouter à leur bible personnelle vient d’être écrit par les HEVIUS, qui après des années de lutte et d’acharnement ont fini par vaincre l’adversité avec leur second LP, Millenaire. HEVIUS dans les faits, c’est un peu le triomphe de la foi sur le destin, la pugnacité, l’abnégation érigés en valeurs cruciales, et pour cause. Né dans les années 90, le groupe n’a pas été épargné par les problèmes et contretemps, à tel point que quinze ans séparent leurs deux albums. Fondé en 1995 par trois potes de lycée, Julien (guitare/chant), David (guitare) et Alexandre (batteur), HEVIUS connut les années suivantes quelques périodes de flottement, avec le recrutement de Jérôme à la basse et le départ de David, puis celui de Jérôme remplacé par Etienne, et l’adjonction d’un clavier. En 2005, David permet à Julien de se concentrer sur la guitare, ce qui autorise le groupe à concevoir les choses de façon plus professionnelle et d’enregistrer un premier LP à compte d’auteur en 2005, Derrière la Lumière. Quelques concerts suivent, mais de nouveaux contretemps émergent, avec des musiciens qui vont et viennent, jusqu’à une stabilisation en 2013 autour de la formation actuelle. Et en 2020, les originaires du 77 parviennent enfin à donner une suite à leurs aventures, eux qui avaient eu le privilège d’ouvrir la scène pour SABATON il y a quelques années.

En 2020, le groupe s’articule donc autour de Julien Ferrier (guitare/chant), Alexandre Ferrier (batterie), Ugo Verzeletti (basse), Olivier Louis-Servais (guitare) et Florian Altairac (claviers), et peut se reposer sur la compétence d’Ellie promotion pour assurer ses arrières et faire grandir sa réputation. C’est d’ailleurs elle qui m’a alerté sur la sortie de ce si attendu deuxième album que le groupe avait dû prévoir un peu plus tôt, mais qu’il a donc largement eu le temps de peaufiner depuis sa stabilisation en 2013. Quinze ans entre deux LPs, c’est long, très long même, digne de GUNS N’ROSES, mais autant admettre que le travail accompli s’entend dès les premières mesures. Doté d’un excellent son, et distribué par Season of Mist, Millenaire est donc une nouvelle tranche de vie Heavy Metal des plus classiques, et les influences internationales du groupe sautent rapidement aux oreilles. Si le quintet admet des accointances logiques et attendues (HELLOWEEN, STRATOVARIUS, NIGHTWISH ou GAMMA RAY), tout en laissant au filigrane la trace d’IRON MAIDEN ou ADX, sa musique n’en est pas pour autant générique et manquant de personnalité. On sent que les musiciens ont une culture précise et précieuse, et qu’ils peuvent se reposer sur leurs qualités individuelles notables. C’est en tout cas ce qui ressort de « Millénaire », premier morceau de l’album à l’intro dramatique, et qui déroule pendant presque cinq minutes un Heavy Metal de première qualité, celui-là même que STRATOVARIUS prônait sur un morceau comme « Hunting High and Low ». En écoutant l’album des frenchies, on se sent replongé dans la grande époque de l’apprentissage du Heavy européen, lorsque nos groupes se battaient pour se faire connaître par-delà leurs frontières. Le tout est bardé de références, strié d’allusions et de clins d’œil, mais l’opération séduction fonctionne car les musiciens y mettent tout leur cœur et leur talent, malgré un ancrage passéiste indéniable et quelques défauts qui ne peuvent être passés sous silence.

Le premier est à la charge de Julien, dont le chant est encore un peu trop léger pour un Metal de proportions aussi épiques. Son timbre de voix n’est pas désagréable, mais il est clair qu’il lui manque la puissance d’un Kiske, d’un Dickinson ou d’un Kotipelto pour vraiment permettre aux titres de s’envoler, l’instrumental en arrière-plan étant d’une indéniable qualité. Second grief à formuler, la durée de l’album, un peu trop ambitieuse pour réellement convaincre, avec plus d’une heure de musique qui peine à cacher ses répétitions. Le quintet aurait gagné à expurger l’œuvre d’un ou deux morceaux dispensables, qui loin d’apporter une plus-value, plombent la moyenne générale. Il n’en reste pas moins que les musiciens ne font pas semblant de jouer, profitant de lyrics en français pour mettre en avant leur patrimoine culturel, ce qui nous donne de vrais réussites Power Metal de grande classe, à l’image du superbe et incendiaire « Une Autre Vie », plus STRATOVARIUS que la moyenne, mais à l’équilibre inventif entre claviers et guitare. La rythmique d’Ugo et Alexandre à une cadence d’abattage tout à fait respectable, et les chœurs omniprésents confèrent à l’ensemble une légère patine mystique aux confins du Folk. On se laisse donc happer par l’allant épique de la formation, qui en version longue convainc sans problème, avec un « De l'Autre côté du Miroir » qui combine le formalisme harmonique de MAIDEN et la lourdeur d’un Metal plus à l’aise dans son époque qu’on aurait pu le croire. « Armée d'Acier » fait aussi partie des réussites indéniables d’un album au parfum homérique, avec ses guitares toujours mélodiques mais tranchantes, et ses breaks évolutifs construits.

Comme je le disais, tout n’est pas encore parfait, le groupe tombe parfois dans le piège d’un Metal un peu trop classique, mais avec quelques trouvailles bien senties (la basse ronde à la Steve Harris de « Je te Donne l'Enfer »), une actualisation d’un ancien morceau (« Nous Sommes des Rois »), et une reprise complétement incongrue des INCONNUS mais parfaitement crédible (« Hevius et Versa », étonnamment convaincante en version Metal puissant, mais le groupe est coutumier du fait puisqu’il s’est déjà fait les dents live sur « Les Démons de Minuit » d’IMAGES), Millenaire s’avère crédible de bout en bout. Un disque qui vient interrompre quinze ans de silence en avançant des arguments probants, et qui sans avoir l’aura intouchable de ses influences parvient à nous entraîner dans un monde pas encore tout à fait personnel, mais qui gagne à être connu. Gageons que les fans d’un Power Metal de tradition y trouveront largement leur compte.          

                                                                                                                                                    

Titres de l’album :

                          01. Millénaire

                          02. Une Autre Vie

                          03. Aux Armes

                          04. De l'Autre côté du Miroir

                          05. Emissaire

                          06. Liberté

                          07. Armée d'Acier

                          08. Je te Donne l'Enfer

                          09. Alpha et Omega

                          10. Pouvoir de l'Etrange

                          11. Le Prix du Sang

                          12. Hevius et Versa (reprise des INCONNUS)

                          13. Nous Sommes des Rois

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 08/04/2020 à 17:37
75 %    275

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 05/12 : Cco, Villeurbane (69)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Simony

Je comprends parfaitement cher Humungus et connaissant un peu les gaillards de CONVICTION, c'est tout sauf une posture mercantile en plus !Du coup, comme tu le dis : Achat !

03/12/2020, 11:09

Hoover

Que Carcass passe avant Behemoth ça me semble logique car ces derniers ont pris une nouvelle dimension depuis The satanist, je suis plus dubitatif sur Arch Enemy. Encore à l'époque Wages of sin / Anthems of rebellion où le groupe a explosé j'aurais pu (...)

03/12/2020, 11:08

Gargan

J'avais un peu de mal avec certains chants clairs et certaines mélodies, un peu kitch à mon goût et souvent en total décalage avec le chant extrême. Mais là c'est bien équilibré, un peu à la Opeth parfois. Artwork magnifique a(...)

03/12/2020, 09:48

Humungus

C'est très con à dire, mais ce truc de "un album réalisé par des fans de True Doom Metal, pour les fans de True Doom Metal" me parle (...)

03/12/2020, 09:18

Invité

Excellent titre et précommande faite. Cependant n'y a t'il pas un air / une inspiration du générique de Game of Thrones dans les premières notes ?

03/12/2020, 08:50

metalrunner

Depuis 88 et le pseudo retour ce groupe est pour ma part devenu une arnaque.

03/12/2020, 08:31

Arioch91

Je plussois !

03/12/2020, 07:40

Arioch91

Ca me semble intéressant et mérite que je m'y penche.

03/12/2020, 07:39

Satan

Après avoir écouté ça, il m'est impossible d'écouter autre chose sans risquer d'être dans le dénigrement. Empyrium ou le sens de la magie pure...

02/12/2020, 22:25

Bones

Acheté hier après des semaines de patience. Les références à S.O.D. et Slayer ne sont pas usurpées.  PUTAIN DE DISQUE ! Foncez !

02/12/2020, 18:36

Buck Dancer

MorbidOM, je savais pas pour Sabbath avant Ozzy et ça m'a fait un choc. J'étais à ce concert avec Napalm et Obituary. Carcass passe de tête d'affiche des légendes des années 90 à guest sur d'autres affiches(...)

02/12/2020, 15:53

MorbidOM

@Buck Dancer : Ou Black Sabbath qui ouvre pour Ozzy... Ah non ça ça a eu lieu...@totoro : J'ai vu aussi le concert avec Amon Amarth mais ça ne m'a pas trop traumatisé déjà parce qu'Amon Amarth c'est supportable et que même(...)

02/12/2020, 14:39

Buck Dancer

Humungus, on est d'accord pour la qualité des groupes. Mais si Ulrich avait du jouer avant je crois Mustaine je crois  qu'il aurait fait une attaque.  

02/12/2020, 14:31

totoro

Je la trouve pas mal cette affiche ! Unto Others, c'est pas mal du tout, une sorte de Sisters Of Mercy Metal ! Concernant Carcass, c'est vrai que ça fait un peu mal au cul; mais finalement la dernière fois que je les ai vu sur Paris, c'était en première (...)

02/12/2020, 13:15

Simony

@Humungus : ah j'ai posé l'écrire mais j'en pense pas moins...

02/12/2020, 10:43

Gargan

OUl ! Je l'attends de pied ferme, celui là.

02/12/2020, 09:30

Humungus

@ Buck Dancer :Sauf que GRIP INC. et MEGADETH, c'est très bon... ... ...

02/12/2020, 08:50

Humungus

Futur achat !

02/12/2020, 08:46

RBD

Peut-être que les temps de jeu respectifs équilibreront cette hiérarchie étonnante suggérée par l'affiche, ça s'est vu par le passé. C'est dur à admettre mais pour la génération plus jeune moins(...)

02/12/2020, 00:17

Buck Dancer

Un ep moyen et voilà ou ça mène.... A la limite, Carcass en première partie de Behemoth ça peut se comprendre vu la grosse machine qu'est devenu la bande a Nergal. Mais Arch Enemy ça fait mal. C&apos(...)

01/12/2020, 15:32