The Serpent’s Cycle

Hyperia

17/11/2023

Autoproduction

Un an à peine après m’avoir retourné le cerveau en mode Hyperactive-Thrash, les canadiens d’HYPERIA reviennent finir le massacre avec dix nouveaux morceaux et une reprise. Plus qu’un simple groupe de Thrash nostalgique de plus, le quatuor de Calgary est un proto-monstre de plusieurs tonnes, fils spirituel d’ARCH ENEMY et PALADIN, aussi intense que DETENTE, aussi expansif qu’un DESTRUCTION salement remonté, et aussi démonstratif qu’un ANNIHILATOR piqué par une mouche tsé-tsé.

De fait, The Serpent’s Cycle vous attend au mois de novembre au coin d’une ruelle, prêt à en découdre une fois de plus, avec la ferme intention de vous aplatir. J’ai loué jusqu’à présent cette folie qui émane de cette musique incroyablement énergique et violente, et j’insiste aujourd’hui sur le caractère outrancier de cette approche no limit, avec une fois encore en exergue, des plans hallucinants de précision sur tapis roulant de vitesse incontrôlée. Le meilleur du Death, le meilleur du Thrash, le meilleur du Heavy mélodique, pour un ballet ébouriffant tenant plus du quadrille sous acide que du pas de deux d’un mandrill trop placide. 

Colin Ryley, guitariste en chef et époux de la chanteuse/hurleuse Marlee Ryley se montre d’une confiance inébranlable envers cet album qu’il considère comme le haut-fait d’une jeune carrière :

« Nous avons repoussé les limites de notre musique et fait évoluer notre son pour atteindre une sorte d’acmé de création. Nous avons incorporé les éléments utilisés par le passé et nous en avons ajouté, tout en créant une sorte d’osmose générale qui est devenue la signature du groupe. C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour HYPERIA. »

 

Une telle confiance affichée fait indéniablement se dresser les sourcils, l’autosatisfaction promotionnelle étant l’un des travers les plus connus du marché. Mais après une première écoute de l’objet en question, le doute n’est plus permis : Colin Ryley n’a rien exagéré, et le tableau qu’il brosse correspond tout à fait à la réalité musicale de ce The Serpent’s Cycle, qui parvient à surpasser ses aînés tout en les citant avec fierté.

Et il y a de quoi être fier. D’abord, de cette pochette, créée par l’amie proche Caitlin Delaplace. Avec cet Ouroboros symbolisant un éternel renouveau, HYPERIA assume sa métamorphose progressive et permanente, et loin de se mordre la queue, avance à couvert pour mieux sortir ses crocs le moment venu. Premier non-concept album de la carrière du groupe, The Serpent’s Cycle pousse tous les compteurs dans le rouge vif, et nous assomme, nous transporte, nous catapulte dans un monde d’excès, là où tous les coups sont permis, pourvu qu’ils aient les arguments de leur morgue.

La technique des musiciens, déjà salement aiguisée, se voit ici encore perfectionnée pour donner ce sentiment de tête qui tourne à chaque idée, à la manière d’un ANNIHILATOR turbo-nucléé en surplus de férocité. Et en faisant preuve d’imagination, il n’est guère difficile de se dire que Jeff Waters, Angela Gossow et Sabina Classen feraient des parrains tout à fait légitimes pour les canadiens, qui se paient en outre le luxe de la frappe immense de Ryan Idris, batteur de tournée d’HEATHEN qui maltraite sa grosse caisse comme un forgeron son enclume.

Mais alors, si l’optique était de tout faire monter en sauce pour obtenir la mayonnaise la plus savoureuse, a-t-on pour autant envie d’en tartiner son poulet froid ? Oui, et pas avec le dos de la cuillère. La version 2023 d’HYPERIA est une formule qui fait mouche, et tous les morceaux profitent de ce déluge de riffs et de cette cascade de vocaux qui s’arrachent la gorge pour souligner leur propos.

Ambitions, réalisme, confiance et agression. Les quatre mamelles de ce troisième album pendent pour être mieux tétées, et la production réalisée at home par Colin Ryley himself est un vrai modèle du genre. Des saccades qui buzzent comme une tronçonneuse lancée pleine bourre, une double grosse caisse certes compressée mais explosive, un chant parfaitement mixé et une basse qui cimente le tout, pour une farandole folle dans un monde ne l’étant pas moins.

On applaudira des deux mains l’efficacité terrifiante de l’hymne « Automatic Thrash Machine », déclaration d’intention sans ambages qui honore le style de sa drague appuyée et méchamment culottée, et on s’autorisera une génuflexion à l’occasion de « The Serpent's Cycle », folie à quatre explosée par une rythmique extrêmement remontée.

Pour une transparence totale, on ne pourra pas passer sous silence une durée légèrement excessive lorsque les thèmes se répercutent d’un titre à l’autre, mais on dégustera sur le pouce cette reprise totalement incongrue des sœurs Wilson via leur « Crazy on You », qui devient un genre de « Crazy for Anybody » virtuel avec œillades thrashy et jeu de jambes fluide.

Mais le répertoire original des canadiens est suffisamment déglingué pour qu’on se passe de cover, aussi allumée soit-elle. Avec une tendance à emballer les débats en version 235 BPM et des mélodies proéminentes qui n’entament en rien la puissance de l’ensemble, HYPERIA passe l’épreuve du troisième album avec une classe folle. Rien ne semble pouvoir arrêter ces maniaques d’un Metal sauvage et débridé, et m’est d’avis que la campagne live à suivre va être une véritable boucherie.

             

 

Titres de l’album:

1. Ego Trip                

2. Automatic Thrash Machine                      

3. Prophet of Deceit

4. Psychosomatic                  

5. The Serpent's Cycle                      

6. Trapped in Time                

7. Spirit Bandit                     

8. Eye for an Eye                  

9. Binge & Surge                  

10. Deathbringer                   

11. Crazy on You (HEART cover)


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 08/11/2023 à 16:21
85 %    510

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2024 / Clisson

Jus de cadavre 15/07/2024

Live Report

Escuela Grind + BMB

RBD 08/07/2024

Live Report

The Mandrake Project Live 2024

Simony 05/07/2024

Live Report

Hatebreed + Crowbar

RBD 18/06/2024

Live Report

Nostromo + Nwar

RBD 03/06/2024

Live Report

Dvne + My Diligence

RBD 29/05/2024

Live Report

Anthems Of Steel VI

Simony 24/05/2024

Live Report

Pessimist + Demiurgon

RBD 14/05/2024

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Jus de cadavre

On me dit dans l'oreillette que la femme de Rob (qui est française) est fan d'Indochine et qu'elle ne serait pas étrangère à cette décision de reprise... L'amour rend aveugle, mais sourd aussi apparemment.

18/07/2024, 14:59

Humungus

Monument.

18/07/2024, 13:39

Humungus

"Kirk et Rob reprennent "L'Aventurier" d'Indochine"... ... ...Le groupe qui aime à se tirer une balle dans le pied quoi !Après l'ignominie de la reprise de Johnny il y a quelques années...A la prochaine date franç(...)

18/07/2024, 09:35

Alain MASSARD

juste excellent!!!!

17/07/2024, 16:30

Tourista

''Shoot the babies in the nest, that's the real hunting''

17/07/2024, 08:37

Ivan Grozny

Pour ma part :Jeudi : Ashinhell / Immolation / Brujeria / Megadeth (aïe aïe) / Shining (le groupe norvégien) / Sodom / Cradle of FilthVendredi : Fear Factory / Savage Lands / Kanonenfieber / Satyricon / Emperor / Machine Head (la fin vite fait pour boire un coup) / (...)

17/07/2024, 01:16

Gargan

« Wher’ar’you Marshall ? » « yeahiyeaah wohooo !! »

16/07/2024, 21:51

LeMoustre

Sympa.En plus tête d'affiche au Pyrenean Open Air en septembre. Ça se loupe pas ça 

16/07/2024, 10:06

Cupcake Vanille

Ok c'est très différent de la période You Will Never Be One of Us qui était plus un mix sauvage et efficace entre un Slayer et Napalm Death. Todd Jones change encore de style vocalement, pour un truc plus vomissant rempli de glaire dans une ligne death(...)

15/07/2024, 11:11

RBD

Excellent ! Ils sont revenus tourner ce clip à la "Maison des choeurs" où nous les avions vus pour un concert inoubliable à l'automne 2023. Il s'agit d'une ancienne chapelle de style Louis XIV (mais pas baroque) accolée à l&apos(...)

11/07/2024, 16:43

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Simony

@Tourista : je partage en tout point tes dires. Si ce n'est pour MAIDEN car je suis un incorrigible fan qui aimera toujours ce groupe et les voir sur scène mais je comprends parfaitement ton point de vue que j'applique à AC/DC par exemple. J'ai une super image de la d(...)

11/07/2024, 09:59

Jus de cadavre

Quand NAILS se met au Speed Thrash   ! Bah ça bastonne !

10/07/2024, 19:48

Tourista

Pardon : présent à Paname.

10/07/2024, 18:41

Tourista

Présent.  Set-list hyper solide, groupe hyper en place et son aux petits oignons. Plaisir manifeste du chanteur (malgré sa crève) et accueil formidable (est-ce une surprise ?) du public. Le plus appréciable dans la forme c'était sa gestuelle dimensionn(...)

10/07/2024, 18:40

RBD

C'est vrai qu'il se maintient bien malgré les ans. Cela me rappelle il y a fort longtemps quand j'avais vu Blaze Bailey tourner en solo peu après son départ de Maiden. Mais Bruce est à un autre niveau de charisme et de talent, c'est clair.

10/07/2024, 12:43

wolf88

salut, ce n est pas Autriche mais Australie   

08/07/2024, 18:48

LeMoustre

Tuerie intégrale.Point.

07/07/2024, 14:33

Humungus

"Je préfère d'ailleurs aller jusqu'au Rockhal plutôt que de monter à Paris où tout n'est que galère et source de stress et d'énervement".Amen !

06/07/2024, 08:19

Gargan

Ah oui ! J’espère que ce sera l’occasion pour faire quelques dates, hâte de les revoir.

06/07/2024, 08:08