The Steel Sword

Steel Sword

19/02/2021

Autoproduction

Quelle bonne idée a eu ce groupe d’insérer sur sa page Facebook une bio détaillée, qui permet au chroniqueur de s’y retrouver. Souvent à l’affut d’un minimum d’informations, le journaliste peine souvent à les trouver dans le cas de petits groupes au background local, ne sachant pas vraiment de quoi il parle avant d’avoir écouté un album une bonne dizaine de fois. Merci donc aux STEEL SWORD pour cette délicate attention, et c’est avec plaisir que je vous introduis à ce sympathique groupe péruvien, originaire d’Arequipa, qui fête en 2021 la sortie de son premier LP autoproduit. Pour le moment, l’œuvre n’est disponible que sur les plateformes de streaming, mais gageons qu’une sortie physique est dans les tiroirs.

Fondé en 2016 par le guitariste Juan Ugarte et le batteur Javier Villegas, STEEL SWORD a ensuite été rejoint par la vocaliste Lucia B. AmatyLeon. Désireux de s’éloigner d’un répertoire de reprises assez évident pour tout groupe amateur, les trois musiciens se sont donc concentrés sur des compositions originales, leur permettant de se démarquer et de se faire remarquer. Bientôt rejoints par le bassiste Rocko Takarai, après quelques essais infructueux, les musiciens formant l’ossature du groupe ont enfin pu s’appuyer sur un line-up complet pour propager la bonne parole de leur style en convergence, et pas si simple à définir. Et si l’on en croit les informations prodiguées par le groupe lui-même, la formation n’a pas tenu longtemps et a dû encaisser des départs successifs, dont celui de Jossein Martinez à la seconde guitare et surtout, celui d’un des deux membres fondateurs, Javier Villegas, rapidement remplacé par le cogneur actuel José Alejandro Gomez. C’est donc un quatuor affûté que nous rencontrons aujourd’hui via les dix morceaux de ce premier effort, sobrement intitulé The Steel Sword.

Outre sa bio gracieusement fournie, le quatuor a aussi la bonté de nous prévenir de son approche, légèrement excentrique sur les bords. En définissant sa musique comme étant du Heavy Glam Power Metal, STEEL SWORD assume le risque énorme de passer pour une bande d’inconscients pas vraiment au fait de la dangerosité des mélanges vin blanc/vin rouge, d’autant plus que sa musique n’a pas vraiment de lien avec le Glam, loin s’en faut. Non, et si les péruviens gardent des attaches Power Metal qui se formalisent autour de rythmiques puissantes et de riffs solides, autant dire qu’ils sont plutôt formellement Heavy Metal et Hard Rock, dans la plus grande tradition eighties des deux genres majeurs. Nous en avons la preuve indiscutable dès le titre d’ouverture « Heartbeat », qui développe des arguments Hard n’Heavy classiques, et qui ne cherche pas l’originalité à tout prix, se reposant sur des capacités individuelles dans la moyenne pour tenter la séduction old-school.

On est immédiatement saisi par le côté amateur de l‘entreprise, et notamment par cette production certes claire et précise, mais qui a de sérieux côtés DIY. La sensation n’est pas désagréable, loin s’en faut, mais il ne nous faut pas énormément de temps pour pointer du doigt les handicaps de l’entreprise. Outre un classicisme qui permet presque de ranger les péruviens dans la case encombrée de la passion old-school avouée, autant dire que le quatuor ne s’est pas vraiment trouvé une frontwoman à la hauteur. La voix de Lucia, pas foncièrement rebutante est quand même un peu légère pour un instrumental se voulant Power Metal (et ne l’étant pas vraiment), et les possibilités très limitées de la vocaliste empêchent parfois les morceaux de vraiment décoller, spécialement ceux faisant montre d’une ambition notable. Autre grief majeur - et non des moindres - cette durée excessive de l’album qui se repose un peu trop souvent sur des titres qui jouent le rappel alors que le public ne l’a pas forcément demandé. Pas moins de deux titres au-dessus de la barre des huit minutes, et placés en fin de parcours, une kyrielle d’autre jouant un peu trop le chronomètre, pour des idées pas vraiment porteuses, ni probantes. Les influences se font parfois un peu trop sentir de la même façon, et « The Satan's Book » de sonner comme du MAIDEN de série B repris par les MAID OF ACE.

Mais au-delà de tous ces reproches fondés, l’album n’en garde pas moins un certain charme naïf, comme ces peintures d’enfant, pas vraiment irréprochables techniquement, mais dégageant une émotion palpable. Entre des titres qui auraient facilement pu passer à la trappe (« Carmilla » qui s’empêtre dans les poncifs Metal des années 84/85 comme un éléphant dans les ronces), et d’autres plus inspirés et sensibles (« There's a Story », sur lequel la voix de Lucia est totalement dans son élément), la valse-hésitation est un peu gênante, d’autant plus que les riffs ont tendance à se mordre la queue de l’inspiration.

Cherchant parfois un angle d’attaque différent, STEEL SWORD s’enflamme à bon escient sur le bizarrement intitulé « Waffen SS », mais se rapproche enfin d’un Heavy Metal plus épique aux dimensions moins raisonnables. Lucia sort légèrement de sa zone de confort, même si sa palette vocale ne lui permet pas de nous surprendre, et alors qu’on s’attendait à un durcissement dans le ton, le conventionnel « Huascar » et ses chœurs complétement déplacés nous fait retomber dans la routine Hard Rock d’un groupe pas maître de son sujet. Il faut donc attendre la fin de The Steel Sword pour avoir droit à des morceaux plus aventureux et amples, en commençant par « The Steel Sword », l’hymne attendu à l’ambiance mystérieuse et prenante. Construit sur le genre de crescendo dont MAIDEN est familier, ce morceau reprend à la lettre les cavalcades rythmiques de Steve Harris et ses comparses mais à au moins le mérite de pousser la tension et d’offrir quelques moments de puissance vraiment charmants. « Winter Is Coming », en épilogue, se paie le luxe d’une intro aux mélodies presque Death, et referme l’histoire de façon assez persuasive.

STEEL SWORD est donc un groupe très sympathique, mais qui manque encore d’expérience, et à qui nous ne saurions que trop conseiller de faire le tri dans son inspiration pour ne garder que l’essentiel. Trop long d’au moins vingt minutes, handicapé par des capacités individuelles, ce premier album est donc encore un peu tendre pour s’imposer hors frontières.     

       

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Heartbeat

02. The Satan's Book

03. Carmilla   

04. There's a Story

05. Waffen SS                      

06. Huascar

07. Infection

08. The Black Corsar

09. The Steel Sword  

10. Winter Is Coming


Facebook officiel


par mortne2001 le 28/09/2021 à 14:45
68 %    71

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
pierre2

Ca transpire en effet le Napalm !!! 

28/10/2021, 08:03

Stench

En fait, cette remarque sur les pochettes, c'est ce que je me disais souvent à propos des groupes signés chez Holy records. Autant musicalement c'était souvent excellent, novateur ou au moins original, autant les pochettes étaient souvent plus que moyennes. C(...)

27/10/2021, 17:25

Gargan

Les deux premiers sont absolument indispensables et subhuman vaut quand même le détour.

27/10/2021, 10:19

Nubowsky

Les dates annoncées en France pour l’année prochaine en font peut être partis ! 

27/10/2021, 07:23

Humungus

Hâte ! Hâte ! Hâte !"Legion est considéré comme une pierre angulaire du Death Metal"...Legion EST une pierre angulaire du Death Metal !

27/10/2021, 07:20

Gargan

Bof, ce n'est pas une réédition qu'on attend.

27/10/2021, 07:20

Gargan

Vous pourriez peut-être organiser un pochettethon ?

26/10/2021, 22:04

Orphan

Raccord avec tout ce qui a été ditSeul Angelus tien la routeDissymmetry en 2019 faut oser quand meme...Ca me rappel des groupes comme ORPHANAGE, pleins de talent mais &agr(...)

26/10/2021, 12:35

LeMoustre

Clair que c'est pas leur point fort, les pochettes, la dernière étant particulièrement moche. A part celle du premier album, et à la limite Anomaly, par son côté épuré, beaucoup de mauvais choix, c'est vrai.Par contre la musi(...)

25/10/2021, 10:58

LeMoustre

Excellent disque, en effet

25/10/2021, 10:55

Humungus

"Imago" une pochette à sauver ?!?!Tous les goûts sont dans la nature, mais là tout de même... Le vieux "papillon-visage" digne d'apparaître sur une chemise all print vendu en foire du premier mai... ... ...Sincèrement, (...)

25/10/2021, 08:45

RBD

Colin Richardson est plus âgé. Sa première production Metal était si je ne me trompe l'EP de Napalm Death "Mentally Murdered" en 1989, et il avait déjà presque dix ans de carrière dans le Rock. La lassitude doit venir facilem(...)

24/10/2021, 23:46

Arioch91

Même pour la thune, Jeff Loomis ne devrait pas rester dans un groupe pareil, bordel !Avoir sorti des albums aussi classe du temps de Nevermore pour finir en second couteau chez Arch Enemy, putain la loose.C'est devenu un exécutant. Quel gâchis.

24/10/2021, 18:45

totoro

Super producteur effectivement, malheureusement passé de mode. C'est dommage. Un peu comme Colin Richardson, des mecs qui ont façonné le son d'une scène et qui tombent dans un oubli un peu ingrat. Même si les productions des deux ne vieillissent pas, je(...)

24/10/2021, 13:30

totoro

C'est assez vrai. "Room 7" avec lequel j'ai découvert le groupe est peut-être mon disque préféré de SUP, mais sa pochette est douloureusement ignoble. Quelques unes sont néanmoins à sauver, "Hegemony", "Angelus&quo(...)

24/10/2021, 13:26

totoro

C'est vrai que Loomis dans Arch Enemy, c'est un putain de gâchis... C'est doublement con car je suis persuadé que s'il participait à la composition, le groupe en sortirait grandi. Mais bon, c'est le truc de Mike Amott qui préfère resservi(...)

24/10/2021, 13:18

RBD

Fredrik Nordstöm est surtout connu pour avoir produit toute la scène mélodique suédoise en ordre de marche mais aussi collaboré avec de gros groupes de styles plus ou moins voisins comme Dimmu, Opeth, Old Man's Child, Septic Flesh, Powerwolf, Architects... m&(...)

24/10/2021, 13:17

totoro

Quel sacré bon disque !!! Je suis tombé dessus par hasard, je ne savais pas que le groupe existait encore. Je suis passé directement de "The Stench Of The Swelling" avec Arno Strobl à celui-ci et me suis pris une énorme claque. L'électro Sy(...)

24/10/2021, 13:10

Simony

@Humungus / @Bones vous avez mis le doigt sur ce qui m'a freiné à succomber à ce groupe pendant de très nombreuses années. A chaque fois que j'entendais un titre, je me disais "Allez cet album, c'est l'occasion de découvrir" (...)

24/10/2021, 11:01

Bones

@ Humungus : Mais complètement ! à l'époque de la sortie d'Anomaly, je faisais du fanzinat dans un projet mort-né. J'ai reçu un exemplaire promo du digi : hallucination devant la nullité absolue de la pochette. Clairement il y a(...)

23/10/2021, 23:35