Necessary Excess of Violence

Sorcery

20/08/2019

Xtreem Music

Je veux jouer à un jeu. Non, pas question ici de torture-porn et de séances de sadisme cautionnées par une poupée glauque sur un tricycle, mais plutôt un jeu faisant appel à votre spontanéité. Je vous donne quelques éléments, et vous me répondez sans réfléchir et sans tricher. (Pas d’appel à un ami, pas besoin). Ai-je votre attention ? Alors allons-y. Si je vous dis un quintet suédois, formé dans les années 80 sous divers noms, jouant du Death Metal, empestant la HM-2, et un album enregistré aux studios Sunlight sous la direction de Tomas Skogsberg, vous me répondez ?

(Réponse collégiale venue de loin)

ENTOMBED !!!!

Et vous aurez quelque part raison, et ce pour plusieurs raisons. La première, est que ces assertions peuvent en effet concerner le groupe en question. La seconde, et même s’il ne s’agit pas d’ENTOMBED, est que le groupe mentionné dans cette chronique a vu le jour à peu près en même temps que le légendaire NIHILIST (qui plus tard, allait se scinder en qui-vous-savez + UNLEASHED), et que sa crédibilité n’est donc pas à mettre en cause. Ceci étant dit, les néophytes n’ayant jamais entendu parler de SORCERY pourraient croire à une malhabile resucée des efforts ténébreux de Left Hand Path, tant les points communs entre cet album historique et ce Necessary Excess of Violence sont nombreux. De par cette production, elle aussi mythique, de par ce son, froid et inoubliablement hivernal, mais aussi de par ces compositions qui semblent s’ingénier à synthétiser les deux premiers albums de la créature nationale, avec ce rigorisme typique du premier jet de Lars Goran & co, et cette soudaine montée en violence notée sur Clandestine. Mais ne nous leurrons pas, et malgré l’aspect inédit de ce quatrième album, les influences de SORCERY remontent bien à l’orée de leur carrière, lorsque le Death suédois allait s’affirmer comme la tête de file d’une mouvance dont seuls les américains pouvaient revendiquer la paternité. Le parcours même des cinq musiciens (Ola Malmström - chant, Paul Johansson - guitare, Tommy Holmer - batterie, John Falk - basse et Johan Vikholm - guitare) est assez erratique, puisque ponctué de hiatus et de changements de cap. Fondé aux alentours des mid eighties par Magnus Karlsson-Mård et Paul Johansson, SORCERY avant de s’appeler ainsi scella l’amitié des deux hommes sous des baptêmes divers (CURSE, ACID QUEEN…), se consacrant d’abord à un Metal plus formel, avant de s’intéresser de près à la cause Thrash, puis dégénérer en furia Death lorsque la bise fut venue. Après trois démos, dont la dernière scella leur sort avec le Metal de la mort (Unholy Crusade), le groupe publia un premier LP en 1991, soit pile au bon moment (Bloodchilling Tales, 1991, bon timing), avant de se faire beaucoup trop discret dans les nineties et disparaître chair et os en 1997.

Il fallut donc attendre 2013 pour voir surgir le sophomore Arrival at Six des abysses de l’enfer, mais heureusement, depuis le parcours s’est stabilisé et les originaires de Sandviken ont pu avancer. Parrainés depuis Garden of Bones (2016) par les ibères d’Xtreem Music, SORCERY est donc entre de bonnes mains, celles qui portent à vos oreilles ce quatrième album, de facture très classique, et fondamentalement concerné par les obsessions scandinaves pour un Death basique qui ne cherche pas à sortir de ses propres sentiers rebattus. Très, très proches d’ENTOMBED donc, ces instrumentistes fort talentueux en ont la même philosophie, rigide, entre fureur de blasts, mid tempo gelé et riffs toujours plus glacés, et il n’est pas malhonnête de dire que leurs conceptions n’ont pas vraiment changé depuis leur conversion de la fin des années 80. Tous les gimmicks que l’on a tant aimé dans le Death suédois sont ici reproduits à l’identique, passant pour des figures imposées inévitables, de la soudaine accélération brise-reins au chant rauque et grave, en passant par cette distorsion excessive si caractéristique de l’école de Göteborg. C’est évidemment appréciable, puisqu’on a toujours adoré ça, pas très enrichissant au niveau du mieux-disant culturel, clairement rétro sans l’être puisque le groupe est d’époque, mais terriblement bien fait. Le genre de disque qu’on ne peut louer pour ses qualités novatrices, mais qu’on ne peut blâmer eu égard à sa puissance phénoménale et son investissement total. Les fans du combo seront heureux de le retrouver plutôt en forme et sûr de lui, les accros aux productions des débuts des années 90 seront plus que satisfaits de se replonger dans cet hiver du désaccord, mais les plus exigeants, ceux qui attendent un peu plus qu’un superbe exercice de style académique dégaineront leurs reproches les plus objectifs, à savoir qu’on a déjà entendu ça mille fois auparavant.

En tant que chroniqueur, je l’avoue, Necessary Excess of Violence, c’est le choix raisonnable, celui qui ne demandera aucun effort de syntaxe ni de recherche. En tant qu’auditeur, c’est le plaisir facile, la réaction instantanée, la jouissance immédiate. Car dès « The Stellar Circle », tout est dit, tout est joué, tout est hurlé, et les réflexes morbides seront les mêmes jusqu’à l’agonie de « Language of the Conqueror », et c’est pourquoi il est inutile de se concentrer sur un titre en particulier, tous reproduisant la même recette brutale. Pour en savoir plus, écoutez-le, ou replongez-vous dans les affres de la déferlante suédoise, puisqu’on en retrouve ici tous les dégâts, de ces guitares sorties d’une caverne en passant par un vocaliste y étant lui aussi resté un certain temps, soit l’âge de pierre du Death nordique dans toute sa glorieuse abomination. SORCERY n’apporte donc rien de spécial à la cause, continue sereinement mais bruyamment sa carrière, et profite de chaque instant pour faire ce qu’il sait faire de mieux, du Death de pionniers, dont il a fait partie. Ce qui est logique, et j’adore la logique.

 

Titres de l’album :

                          01. The Stellar Circle

                          02. Where We Were Born We Will Demise

                          03. The Darkest Part of You

                          04. Of Blood and Ash

                          05. I'll Be Gone in the Dark

                          06. Death is Near

                          07. Illuminate

                          08. King of Nothing

                          09. Year of the Plague

                          10. Language of the Conqueror

Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/11/2019 à 18:42
75 %    425

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


youpimatin
membre enregistré
14/11/2019, 10:56:57
Je ne suis pas sûr que ce soit de la HM-2 sur le 1er album. Tout ce qui passait au Sunlight n'avait pas toujours ce son caractéristique (Tiamat et Grave par exemple ;-) )

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Night Of The Masks

Simony 26/09/2020

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
LeMoustre

Comm précédent erroné. 

27/09/2020, 09:55

LeMoustre

Y'a un décalage entre la note et le contenu du texte

27/09/2020, 09:51

LeMoustre

Bien bon ça, même si ça sonne amateur vocalement. 

27/09/2020, 09:49

metalrunner

Du thrash du vrai sans fioritures sans chichi ca tabasse style warbringer en moins bien mais en live cela doit le faire.

27/09/2020, 07:50

Kerry King

Pas d'autre choix que d'attendre janvier pour enchainer les concerts a un rythme fou pour rattraper le retard.Attendre...Attendre.

26/09/2020, 19:13

Humungus

AH AH AH !!! !!! !!!coquerelle = Meilleur commentaire 2020 !!!

26/09/2020, 17:36

coquerelle

Ouais

26/09/2020, 09:19

metalrunner

J y perçois du vektor mais effectivement surtout du toxik de par le chant. Au moins ils ne cachent pas leurs influences. A écouter plus attentivement pour voir la digestion des dites influences.

26/09/2020, 08:50

NecroKosmos

Ah, oui, ce titre me plait carrément. Le chant est génial avec effectivement un côté REALM ou FORBIDDEN, voire HIRAX.

26/09/2020, 08:06

POMAH

Hum je te comprends 

26/09/2020, 04:18

LeMoustre

Un certain côté Toxik/Realm, pour sûr. Ca speede bien sur ce titre. Curieux de découvrir ce groupe qui m'a l'air intéressant, pas bien loin d'un Sacral Rage, tiens.

25/09/2020, 20:38

Hammer Pils

15 pesos c’est pas donné, même si je comprends qu’ils doivent remplir la gamelle à la fin du mois surtout dans leurs pays où tu n’a ni assurance santé, ni chômage.... Mais à la limite plutôt qu’un streaming qui sera vite(...)

25/09/2020, 19:08

Sphincter Desecrator

"Trois concerts en "live stream" filmés en studio"... Sauf que pour moi, s'il n'y a pas de public, ce n'est pas un concert. CQFD.Ceci dit, le contexte est particulier, et je comprends cette recherche d'un nouveau format, s(...)

25/09/2020, 18:54

Moshimosher

Perso, en ces temps difficiles, ça ne me choque pas... Maintenant, faut voir les conditions du streaming, les difficultés du groupe et des individus qui le composent, et l'impact que ça peut avoir sur tout ce qui n'est pas ce streaming mais se rapporte au groupe... (...)

25/09/2020, 18:27

Kairos

@satantu te trompe je pense, c’est bien les bonnes prestations de cradle qui se compte sur les doigts d’une main. je ne les ai vu que 2 fois sur scene mais je confirme que cradle en live, c’est problématique.Cradle a été conspué pend(...)

25/09/2020, 17:44

Oliv

oui c’est   plus un soutien au groupe qu’autre chose car des lives d’Obituary , t’en a un paquet sur YouTube 

25/09/2020, 17:29

Buck Dancer

Oui, bien cool !! 

25/09/2020, 16:29

Jus de cadavre

Pareil je trouve ça trop cher. Mais attention ce sont des ricains donc :- business is business (oui même pour du Death Metal)- aux États-Unis tu taf pas, t'a pas de revenu c'est pas comme chez nous... (pas de statuts d'intermintents là-bas) (...)

25/09/2020, 16:27

Simony

Merci Wolf88, bien vu !

25/09/2020, 15:58

Simony

L'objectif est d'en faire une mensuellement, donc oui ça devrait revenir.Merci et content que ça vous plaise.

25/09/2020, 15:48