Attention, voilà du lourd. Dieu m’est témoin que le Death progressif à tendance à me porter sur les nerfs, spécialement lorsqu’il ressemble à une démo vantant les possibilités de Pro-Tools et des guitares à dix cordes. Las, la technique prend souvent le pas sur l’efficacité dans le style, et il m’est difficile de m’identifier à une crise d’ego de musiciens qui n’en peuvent plus de vouloir prouver qu’ils sont les plus rapides et les plus méchants. Mais lorsque le genre parvient à s’extraire de sa propre condition en impasse, et proposer de véritables morceaux solides et construits, je m’enthousiasme, et je partage. Le cas des allemands de BRUTAL KRAUT est donc éminemment intéressant, puisque ce quatuor propose avec son premier long éponyme une belle montée en puissance, en convergence de plusieurs mouvements, et aussi empreint de Heavy classique que de Death typique. Fondé en 2012 par les frères Rouven (guitare/chant) et Marlin Constantin (batterie), le groupe a d’abord pris le temps de roder son répertoire en sortant une démo en 2014, avant d’investir le studio Pivo de Berlin l’année suivante pour fixer son premier EP, 3 Pieces. Il leur aura donc fallu trois ans supplémentaires pour pouvoir enfin nous narrer leurs vues sur la brutalité contemporaine via ce Brutal Kraut, produit, mixé et masterisé par Ulf Scheel. Et force est de reconnaître que cette maturation leur a permis d’affiner leur optique, qui trouve aujourd’hui une plénitude dans la puissance et l’efficience, en noyant la mélodie dans une grosse dose de brutalité compacte, qui ne cherche pas à repousser les frontières de la technique, mais bien à les utiliser pour parvenir à ses fins.

Encadrés de la rythmique à cordes composée des frères Lukas (guitare) et Henry Ludwig (basse), les frangins Constantin admettent leurs influences, et suggèrent une fascination pour CREMATORY, GOJIRA (fratrie Death oblige…), mais aussi LAMB OF GOD ou DEFEATED SANITY dans une moindre mesure. Dans les faits, il est beaucoup plus difficile de labéliser leur musique qui échappe à toutes les étiquettes, et qui peut tout autant suggérer une union logique entre un Thrash saccadé et un Death concentré, qu’un Death tempéré d’un Heavy Metal très chargé, aux harmonies souvent prononcées, mais aux riffs méchamment corsés. Et à vrai dire, on se moque complètement de savoir dans quelle case les ranger, puisque de titre en titre, le quatuor allemand nous démontre toutes ses qualités, d’interprétation et de composition, et signe huit chansons aussi solides que performantes, et aussi décoiffantes que catchy. Adeptes de la rythmique au cordeau, les originaires d’Oranienburg ne se perdent pas bêtement en route en cumulant les plans, et préfèrent se concentrer sur une poignée d’idées faussement simples mais viables, à l’image de la construction en gigogne de l’impressionnant « Face To Face » qui cumule les figures imposées pour lâcher à intervalles réguliers des licks énormes qui vous collent au sol. En restant toujours focalisés sur une durée raisonnable, les musiciens captent et gardent notre attention en éveil, même si on a souvent le sentiment que leurs titres sont assemblés de multiples thématiques complémentaires. Le terme « progressif » prend alors tout son sens, et domine le démonstratif, en incarnant une digression sur un plan de base, qui se trouve déformé, magnifié, et transformé en un laps de temps très court, pour nous emmener dans diverses directions, avant de nous ramener à la maison.

Et les minutes passent, sans que la lassitude ne pointe le bout de son ennui. Le paroxysme étant atteint lors d’un phénoménal « Criminal », qui du haut de ses presque quatre-cent-quatre-vingt secondes nous tient en haleine de son tempo martial et de ses guitares au millimètre. Chant grave mais scandé avec fermeté, section rythmique à l’affût, et soli trapus, la recette est appliquée avec sérieux, mais dégage un délicieux parfum de rigueur. C’est coupé avec précision, mais suffisamment sauvage pour ne pas paraître trop scolaire, et l’ombre de SLAYER reprenant du SOILWORK à son compte plane bas au-dessus des riffs, sombres, épais, mais restant suffisamment lestes pour s’envoler. Et dès l’entame ultra efficace de « Layers of Mind », on comprend que nous avons affaire à un challenger sérieux au titre d’élève Death appliqué du mois, qui sans chercher à devenir le premier de la classe, se montre assidu et participatif. Accélérations qui tombent pile, double grosse caisse analogique qui dynamise, mélodies éparses qui relancent les débats, tout est là, et bien plus encore, puisque l’album dégage un parfum Heavy très prononcé qui permettra aux plus timorés de s’intéresser à cette cavalcade sans peur d’être trop bousculés. Et chaque morceau s’avère être parfait dans sa catégorie, qui reste encore à définir. La redondance du thème de « Release » nous relie tout autant aux années 90 suédoises qu’aux années 2000 germaines, entre précision à l’allemande et brutalité scandinave, et si « Manic » ose le riff rebondissant, c’est pour mieux nous oppresser de son faux surplace.

« Breaker » tente même le coup du résumé de fin de carrière d’un CARCASS à cheval entre Heartwork et Swansong, citant quand même les AT THE GATES dans le texte, tandis que « Facades » concentre les meilleurs moments de SOILWORK dans une petite boite sculptée par les LAMB OF GOD, accélérations modérées comprises. C’est à ce moment-là que les BRUTAL KRAUT sonnent proches d’un Thrash moderne d’excellente facture, sans pour autant trahir leur ADN Death à l’usure. Et « Legends Never Die » achève le tableau en se concentrant sur un Heavy Death qui nous ballade une fois de plus entre les styles, compactant ses harmonies dans de soudaines crises de furie, pour mieux nous laisser le souvenir impérissable d’un groupe aussi inventif que percussif. Il est d’autant plus dommage que le quatuor ait opté pour une pochette plus symptomatique d’une démo de Thrash pour emballer son premier jet, qui aurait sans doute mérité un artwork plus intrigant et travaillé. Mais musicalement parlant, ce Brutal Kraut est une sacrée carte de visite qui va ouvrir bien des portes, et qui risque d’entrainer les BRUTAL KRAUT sur des pistes toujours plus fascinantes. Death, violent, Heavy, mélodique, Thrash, cathartique, toutes les composantes sont réunies pour que le succès enfin leur sourie, et autant dire que si le Death progressif se focalisait un peu plus souvent sur ses propres qualités plutôt que sur celles des musiciens censés l’incarner, il ressemblerait à ce LP qui risque de convertir bien des âmes réfractaires. Dont la mienne, s’entend.


Titres de l'album:

  1. Layers of Mind
  2. Release
  3. Manic
  4. Breaker
  5. Face To Face
  6. Facades
  7. Criminal
  8. Legends Never Die

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2018 à 14:59
85 %    365

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


A New Tomorrow

Universe

Red Death

Sickness Divine

Black Pistol

Sins of the Father

Edge Of Forever

Native Soul

Tom Keifer

Rise

House Of Shakira

Radiocarbon

Crypter

Crypter

Unhold

Here Is The Blood

Lovekillers

Lovekillers feat Tony Harnell

Atomic Cretins

Spiritual Cancer

Maelstrom Vale

Silhouettes

Brain Stroke

Brain Stroke

Hellsodomy

Morbid Cult

Anal Slave Of Satan

Anal Slave of Satan

Detherous

Hacked to Death

Grand Slam

Hit The Ground

Lindemann

F & M

The Dead Daisies

Locked and Loaded (The Cover Album)

Sun

Brutal Pop

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

COMO MUERTOS aussi c'était excellent. Jamais écouté l'album mais je les ai vus une fois en concert lors d'une des premières éditions du Motocultor et j'en garde un très bon souvenir. Ils avaient vraiment du potentiel.


Dévorée par un gremlin géant, quelle horrible fin ! Plaisanterie à part ce n'est pas mal, et ce n'est pas typé Death latino.


Rubrique très sympa. Je retiens Bloody Sign, notamment. Eh oui, les catalogues Holy Records, souvenirs émus...


Vu aussi sur scène à Chaulnes (le "Killer Fest" si mes souvenirs sont bons !) en... 2005 ! Oh bordel ça nous vieillit ça !
C'était carrément bien sur scène, mais en effet pas très suivi. En tout cas ce fest était génial, de bien bons moments !


J'ai vu deux fois il y a bien longtemps GARWALL en concert. Ca tenait bien la route mais le public n'a pas accroché et a pas mal critiqué le groupe pour des raisons que j'ai oubliées. Dommage...


Mark Evans (ex-AC/DC) à la basse exact.


Avec eb plus Mark Evans de AC/DC à la basse je crois , toujours là ce furieux de Angry


Effectivement, je trouve ça toujours bien trouvé de "cacher" quelques références bien senties.
Perso, je préférais la mouture de Hard N Heavy avec le logo précédant celui-ci...
Aaaahhh les fameuses fiches biographiques de groupes... ... ...


Celui là il prend direct une option pour les tops albums de 2020 (alors que les tops 2019 sont même pas encore bouclés xD) ! Les deux extraits sont juste terribles...
Je l'attend, c'est peu de le dire !
Et artwork excellent au passage ! Vivement !


C'est exactement ça :) c'est un des magazines qui a monté ma culture métallique, je trouvais ça cool de faire un petit clin d'oeil de la sorte en mode extrême ahahaha


Très bonne nouvelle !!! :)


Vivement ! Déjà six ans que nous, ouailles de l'Eglise du Saint-Riff Rédempteur, attendons la venue de ce nouveau Messie sonore... Il était temps !


Pis histoire de me faire encore plus regretter la bazar, cerise sur le milk shake de l'infortune y'a COUNTESS aussi sur l'affiche...
AAAAAAAARRRRRRGGGHHH !!! !!! !!!


!!! !!! !!! Dé-goû-té !!! !!! !!!
Je suis GORGON depuis 1995 et est toujours souhaiter les voir en live...
Là je suis tombé sur cette annonce de fest seulement hier (donc bien trop tard pour moi afin d'organiser mon WE)...
Autrement dit sans moi quoi...
Ca va gâcher ma (...)


Strasbourg me voilà !
Bonne nouvelle de revoir aussi "souvent" en ce moment les TATTS sur la route...
Toujours un plaisir de revoir ces vieux briscards en live.


Et grève est un mot à la mode par les temps qui courent ^^


Oh putain la boulette! Merci JTPD de ton attention, voici l'erreur corrigée....Ça prouve au moins que les chroniques sont lues...Et oui, d'accord pour le clip, mais comme toujours avec les groupes mélodiques/Aor, c'est l'inverse de Shakira la bolivienne en fait, il vaut mieux écouter que regarde(...)


Aaaaah aaaaah, bien vu poybe, c'est effectivement Grèce ! Même si fût un temps Grève et Grèce étaient deux mots intimement liés...


Black Metal, Grève ... c'est un lapsus ? ^^


6 ans, les salauds...
En tout cas content de voir que je ne suis pas le seul à attendre cet album.