Attention, voilà du lourd. Dieu m’est témoin que le Death progressif à tendance à me porter sur les nerfs, spécialement lorsqu’il ressemble à une démo vantant les possibilités de Pro-Tools et des guitares à dix cordes. Las, la technique prend souvent le pas sur l’efficacité dans le style, et il m’est difficile de m’identifier à une crise d’ego de musiciens qui n’en peuvent plus de vouloir prouver qu’ils sont les plus rapides et les plus méchants. Mais lorsque le genre parvient à s’extraire de sa propre condition en impasse, et proposer de véritables morceaux solides et construits, je m’enthousiasme, et je partage. Le cas des allemands de BRUTAL KRAUT est donc éminemment intéressant, puisque ce quatuor propose avec son premier long éponyme une belle montée en puissance, en convergence de plusieurs mouvements, et aussi empreint de Heavy classique que de Death typique. Fondé en 2012 par les frères Rouven (guitare/chant) et Marlin Constantin (batterie), le groupe a d’abord pris le temps de roder son répertoire en sortant une démo en 2014, avant d’investir le studio Pivo de Berlin l’année suivante pour fixer son premier EP, 3 Pieces. Il leur aura donc fallu trois ans supplémentaires pour pouvoir enfin nous narrer leurs vues sur la brutalité contemporaine via ce Brutal Kraut, produit, mixé et masterisé par Ulf Scheel. Et force est de reconnaître que cette maturation leur a permis d’affiner leur optique, qui trouve aujourd’hui une plénitude dans la puissance et l’efficience, en noyant la mélodie dans une grosse dose de brutalité compacte, qui ne cherche pas à repousser les frontières de la technique, mais bien à les utiliser pour parvenir à ses fins.

Encadrés de la rythmique à cordes composée des frères Lukas (guitare) et Henry Ludwig (basse), les frangins Constantin admettent leurs influences, et suggèrent une fascination pour CREMATORY, GOJIRA (fratrie Death oblige…), mais aussi LAMB OF GOD ou DEFEATED SANITY dans une moindre mesure. Dans les faits, il est beaucoup plus difficile de labéliser leur musique qui échappe à toutes les étiquettes, et qui peut tout autant suggérer une union logique entre un Thrash saccadé et un Death concentré, qu’un Death tempéré d’un Heavy Metal très chargé, aux harmonies souvent prononcées, mais aux riffs méchamment corsés. Et à vrai dire, on se moque complètement de savoir dans quelle case les ranger, puisque de titre en titre, le quatuor allemand nous démontre toutes ses qualités, d’interprétation et de composition, et signe huit chansons aussi solides que performantes, et aussi décoiffantes que catchy. Adeptes de la rythmique au cordeau, les originaires d’Oranienburg ne se perdent pas bêtement en route en cumulant les plans, et préfèrent se concentrer sur une poignée d’idées faussement simples mais viables, à l’image de la construction en gigogne de l’impressionnant « Face To Face » qui cumule les figures imposées pour lâcher à intervalles réguliers des licks énormes qui vous collent au sol. En restant toujours focalisés sur une durée raisonnable, les musiciens captent et gardent notre attention en éveil, même si on a souvent le sentiment que leurs titres sont assemblés de multiples thématiques complémentaires. Le terme « progressif » prend alors tout son sens, et domine le démonstratif, en incarnant une digression sur un plan de base, qui se trouve déformé, magnifié, et transformé en un laps de temps très court, pour nous emmener dans diverses directions, avant de nous ramener à la maison.

Et les minutes passent, sans que la lassitude ne pointe le bout de son ennui. Le paroxysme étant atteint lors d’un phénoménal « Criminal », qui du haut de ses presque quatre-cent-quatre-vingt secondes nous tient en haleine de son tempo martial et de ses guitares au millimètre. Chant grave mais scandé avec fermeté, section rythmique à l’affût, et soli trapus, la recette est appliquée avec sérieux, mais dégage un délicieux parfum de rigueur. C’est coupé avec précision, mais suffisamment sauvage pour ne pas paraître trop scolaire, et l’ombre de SLAYER reprenant du SOILWORK à son compte plane bas au-dessus des riffs, sombres, épais, mais restant suffisamment lestes pour s’envoler. Et dès l’entame ultra efficace de « Layers of Mind », on comprend que nous avons affaire à un challenger sérieux au titre d’élève Death appliqué du mois, qui sans chercher à devenir le premier de la classe, se montre assidu et participatif. Accélérations qui tombent pile, double grosse caisse analogique qui dynamise, mélodies éparses qui relancent les débats, tout est là, et bien plus encore, puisque l’album dégage un parfum Heavy très prononcé qui permettra aux plus timorés de s’intéresser à cette cavalcade sans peur d’être trop bousculés. Et chaque morceau s’avère être parfait dans sa catégorie, qui reste encore à définir. La redondance du thème de « Release » nous relie tout autant aux années 90 suédoises qu’aux années 2000 germaines, entre précision à l’allemande et brutalité scandinave, et si « Manic » ose le riff rebondissant, c’est pour mieux nous oppresser de son faux surplace.

« Breaker » tente même le coup du résumé de fin de carrière d’un CARCASS à cheval entre Heartwork et Swansong, citant quand même les AT THE GATES dans le texte, tandis que « Facades » concentre les meilleurs moments de SOILWORK dans une petite boite sculptée par les LAMB OF GOD, accélérations modérées comprises. C’est à ce moment-là que les BRUTAL KRAUT sonnent proches d’un Thrash moderne d’excellente facture, sans pour autant trahir leur ADN Death à l’usure. Et « Legends Never Die » achève le tableau en se concentrant sur un Heavy Death qui nous ballade une fois de plus entre les styles, compactant ses harmonies dans de soudaines crises de furie, pour mieux nous laisser le souvenir impérissable d’un groupe aussi inventif que percussif. Il est d’autant plus dommage que le quatuor ait opté pour une pochette plus symptomatique d’une démo de Thrash pour emballer son premier jet, qui aurait sans doute mérité un artwork plus intrigant et travaillé. Mais musicalement parlant, ce Brutal Kraut est une sacrée carte de visite qui va ouvrir bien des portes, et qui risque d’entrainer les BRUTAL KRAUT sur des pistes toujours plus fascinantes. Death, violent, Heavy, mélodique, Thrash, cathartique, toutes les composantes sont réunies pour que le succès enfin leur sourie, et autant dire que si le Death progressif se focalisait un peu plus souvent sur ses propres qualités plutôt que sur celles des musiciens censés l’incarner, il ressemblerait à ce LP qui risque de convertir bien des âmes réfractaires. Dont la mienne, s’entend.


Titres de l'album:

  1. Layers of Mind
  2. Release
  3. Manic
  4. Breaker
  5. Face To Face
  6. Facades
  7. Criminal
  8. Legends Never Die

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2018 à 14:59
85 %    316

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Block Buster

Losing Gravity

Metalian

Vortex

Ancient Moon

Benedictus Diabolica, Gloria Patri

The Defiants

Zokusho

Lee Aaron

Power, Soul, Rock N' Roll – Live in Germany

Aphrodite

Lust and War

Freternia

The Gathering

Urkraft

Our Treacherous Fathers

Monarque

Jusqu’à la Mort

Black Star Riders

Another State Of Grace

Sacral Night

Ancient Remains

Kryptos

Afterburner

Immortal Bird

Thrive On Neglect

Korn

The Nothing

Damim

A Fine Game Of Nil

Kobold

Masterpace

Warvictims

The Horse and Sparrow Theory

Dead Heat

Certain Death

Void King

Barren Dominion

The New Death Cult

The New Death Cult

Death Feast Open Air 2019

Mold_Putrefaction / 19/09/2019
Brutal Death Grind

Dopethrone + Wormsand

RBD / 12/09/2019
Doom

DISOWNING, Interview avec Butcher (chant)

youpimatin / 10/09/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Flush!! + Xbreak Outx

26/09 : L'ambuscade, Lyon (69)

+ Elyose + Ancient Bards

26/09 : Le Gibus, Paris (75)

Mars Red Sky + Lysistrata + It It Anita

27/09 : La Nef, Angoulême (16)

Pictured + Evilness + Gengis

27/09 : Le Spot, Spézet (29)

A Very Sad Story + Cleaver

27/09 : Le Dropkick, Reims (51)

Vola + Arch Echo + Rendezvous Point

27/09 : Hard Rock Café, Lyon (69)

Misþyrming + Vortex Of End + Darvaza

27/09 : Le Gibus, Paris (75)

Bliss Of Flesh + MÖhrkvlth + Vosegus

28/09 : Espace Leo Ferre, Brest (29)

Alea Jacta Est + Stinky + Wank For Peace

28/09 : Le Rex, Toulouse (31)

Blood Ages + Pray Manticore + From Dusk To Dawn

28/09 : Ecole Des Filles, L'isle-bouzon (32)

Pictured + Evilness + Gengis

28/09 : La Fontaine De Brocéliande, Saint-péran (35)

Fange + Grist + Verdun

28/09 : Molodoï, Strasbourg (67)

Malkavian + Warband + Shut The Fuck Up

28/09 : Rock'n'eat, Lyon (69)

Temple Of Baal + Archgoat + Au Champ Des Morts

28/09 : Le Petit Bain, Paris (75)

Furies + Nemost + No Return

28/09 : Salle Claude Pouillet, Evry-gregy-sur-yerres (77)

Monarch! + Vouna

28/09 : L'hélice, Toulon (83)

Promethean + Chapel Of Disease + Sulphur Aeon

29/09 : Le Glazart, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Bah j'ai vraiment bien aimé cet album.
Effectivement groovy à souhait.
A tel point que je vais me rebouffer toute la disco du groupe histoire de me refaire un avis plus précis sur la chose.
Par contre, pas trop de ton avis quand tu dis que "l’influence s’estompe".
LIZZ(...)


respect total à Sylvain ainsi qu' à tous les membres d'underground investigation pour leur investissement personnel afin de pouvoir aboutir chaque année à la mise en place de toutes ces journées concerts et ce depuis des lustres. Organisation au top, gentillesse des organisateurs, choix des gro(...)


Effectivement super petite association de gaillards passionnés et surtout très sympas.
J'ai déjà fait à maintes reprises le trajet jusque Fismes histoire de voir sur scène mais aussi backstage (bah oui, j'suis un gros fana de dédicaces... Une putain de groupie quoi...) des groupes ou de(...)


Aaah !
Effectivement, tu t'étais mal exprimé alors...
Vaut mieux ça.
J'ai déjà connu des têtes de con au niveau sécu mais là, cela faisait un peu beaucoup tout de même.


Vraiment très bonne chronique qui m'a donné envie de redécouvrir ce magnifique album.


J'aime burn excoriate et merci pour la piqure de rappel avec gurkkhas


Une excellente de putain de bonne nouvelle !!


@humungus : j'ai dû mal m'expliquer. Le type a été balancé du public par dessus la barrière et est retombé bien lourdement derrière quoi. Pas sur ses guiboles... et les gars de la secu l'ont relevé ensuite. ;)


Artwork horrible. En espérant qu'il sera un peu plus solide que le dernier.


1) Inutile de dire que ce report et une fois de plus hyper complet.
Cela devient vraiment lassant d'écrire ça à chaque fois mec...
2) "Pour manger, c’est soit des frites, soit une part de pizza"
QUOÛÛÛAH ?!?!
Pas de stands vegano-pakistanais sur ce genre de fest ? Imp(...)


1) JTDP + 1.
2) "Un spectateur un peu plus chaud que les autres passe par-dessus la barrière suite à un slam qui tourne mal et s'écrase juste devant la scène ! la volée qu'il a pris le mec !"
Donc si j'ai bien suivi, un spectateur passe par dessus les barrières (involontairement qu(...)


Bah vu qu'Exodus est plus en moins en stand-by tant que Holt n'en a pas fini avec Slayer, Altus a bien raison de réactiver Heathen. Perso c'est une excellente nouvelle, qui sera encore meilleure si je parviens à voir le groupe live.


Des piges Heathen, le mec est dans Exodus aujourd'hui je savais pas que ça tourné encore.


Et bien, une chronique de Freternia, si je m'attendais à ça! J'avais en effet totalement perdu de vu ce groupe, disparu des radars et visblement peu regretté. A l'époque (et cela ne nous rajeunit pas), j'avais été emballé par le côté épique du 1er album, mais j'avais trouvé le second part(...)


Bravo pour ce report exhaustif. Sur ce genre de festival je suis certain que je me calerais plutôt sur les têtes d'affiche, si j'y allais. Elles sont plus de ma génération (je confirme en passant que Decapitated a été un groupe majeur alors) et je trouve que les vieilles écoles étaient plus (...)


Cela a été corrigé, ce sera bien le 2 mai à Toulouse, un samedi.


"Pendant ce temps là le batteur de KORPSE fait un slam, et une nana vomit à côté de moi, parfait" xD !

Sinon excellent report Mold, comme d'habitude. Tu m'impressionne à tout voir / tout retenir comme ça ! Le gros kiff sur Waking tu m'as tué ;)


Excellent album ! Plus dynamique que le précédent tout en gardant cette lourdeur et cette hargne si caractéristiques du groupe !


merci beaucoup pour ce report, concis et précis...et merci de faire suivre l'actualité du brutol jusqu'à Roazhon...
Et enfin cimer pour Smat's...
ROM1 - KDS CREW


Hihi, je savais que c'était fait pour toi... :-D