Attention, voilà du lourd. Dieu m’est témoin que le Death progressif à tendance à me porter sur les nerfs, spécialement lorsqu’il ressemble à une démo vantant les possibilités de Pro-Tools et des guitares à dix cordes. Las, la technique prend souvent le pas sur l’efficacité dans le style, et il m’est difficile de m’identifier à une crise d’ego de musiciens qui n’en peuvent plus de vouloir prouver qu’ils sont les plus rapides et les plus méchants. Mais lorsque le genre parvient à s’extraire de sa propre condition en impasse, et proposer de véritables morceaux solides et construits, je m’enthousiasme, et je partage. Le cas des allemands de BRUTAL KRAUT est donc éminemment intéressant, puisque ce quatuor propose avec son premier long éponyme une belle montée en puissance, en convergence de plusieurs mouvements, et aussi empreint de Heavy classique que de Death typique. Fondé en 2012 par les frères Rouven (guitare/chant) et Marlin Constantin (batterie), le groupe a d’abord pris le temps de roder son répertoire en sortant une démo en 2014, avant d’investir le studio Pivo de Berlin l’année suivante pour fixer son premier EP, 3 Pieces. Il leur aura donc fallu trois ans supplémentaires pour pouvoir enfin nous narrer leurs vues sur la brutalité contemporaine via ce Brutal Kraut, produit, mixé et masterisé par Ulf Scheel. Et force est de reconnaître que cette maturation leur a permis d’affiner leur optique, qui trouve aujourd’hui une plénitude dans la puissance et l’efficience, en noyant la mélodie dans une grosse dose de brutalité compacte, qui ne cherche pas à repousser les frontières de la technique, mais bien à les utiliser pour parvenir à ses fins.

Encadrés de la rythmique à cordes composée des frères Lukas (guitare) et Henry Ludwig (basse), les frangins Constantin admettent leurs influences, et suggèrent une fascination pour CREMATORY, GOJIRA (fratrie Death oblige…), mais aussi LAMB OF GOD ou DEFEATED SANITY dans une moindre mesure. Dans les faits, il est beaucoup plus difficile de labéliser leur musique qui échappe à toutes les étiquettes, et qui peut tout autant suggérer une union logique entre un Thrash saccadé et un Death concentré, qu’un Death tempéré d’un Heavy Metal très chargé, aux harmonies souvent prononcées, mais aux riffs méchamment corsés. Et à vrai dire, on se moque complètement de savoir dans quelle case les ranger, puisque de titre en titre, le quatuor allemand nous démontre toutes ses qualités, d’interprétation et de composition, et signe huit chansons aussi solides que performantes, et aussi décoiffantes que catchy. Adeptes de la rythmique au cordeau, les originaires d’Oranienburg ne se perdent pas bêtement en route en cumulant les plans, et préfèrent se concentrer sur une poignée d’idées faussement simples mais viables, à l’image de la construction en gigogne de l’impressionnant « Face To Face » qui cumule les figures imposées pour lâcher à intervalles réguliers des licks énormes qui vous collent au sol. En restant toujours focalisés sur une durée raisonnable, les musiciens captent et gardent notre attention en éveil, même si on a souvent le sentiment que leurs titres sont assemblés de multiples thématiques complémentaires. Le terme « progressif » prend alors tout son sens, et domine le démonstratif, en incarnant une digression sur un plan de base, qui se trouve déformé, magnifié, et transformé en un laps de temps très court, pour nous emmener dans diverses directions, avant de nous ramener à la maison.

Et les minutes passent, sans que la lassitude ne pointe le bout de son ennui. Le paroxysme étant atteint lors d’un phénoménal « Criminal », qui du haut de ses presque quatre-cent-quatre-vingt secondes nous tient en haleine de son tempo martial et de ses guitares au millimètre. Chant grave mais scandé avec fermeté, section rythmique à l’affût, et soli trapus, la recette est appliquée avec sérieux, mais dégage un délicieux parfum de rigueur. C’est coupé avec précision, mais suffisamment sauvage pour ne pas paraître trop scolaire, et l’ombre de SLAYER reprenant du SOILWORK à son compte plane bas au-dessus des riffs, sombres, épais, mais restant suffisamment lestes pour s’envoler. Et dès l’entame ultra efficace de « Layers of Mind », on comprend que nous avons affaire à un challenger sérieux au titre d’élève Death appliqué du mois, qui sans chercher à devenir le premier de la classe, se montre assidu et participatif. Accélérations qui tombent pile, double grosse caisse analogique qui dynamise, mélodies éparses qui relancent les débats, tout est là, et bien plus encore, puisque l’album dégage un parfum Heavy très prononcé qui permettra aux plus timorés de s’intéresser à cette cavalcade sans peur d’être trop bousculés. Et chaque morceau s’avère être parfait dans sa catégorie, qui reste encore à définir. La redondance du thème de « Release » nous relie tout autant aux années 90 suédoises qu’aux années 2000 germaines, entre précision à l’allemande et brutalité scandinave, et si « Manic » ose le riff rebondissant, c’est pour mieux nous oppresser de son faux surplace.

« Breaker » tente même le coup du résumé de fin de carrière d’un CARCASS à cheval entre Heartwork et Swansong, citant quand même les AT THE GATES dans le texte, tandis que « Facades » concentre les meilleurs moments de SOILWORK dans une petite boite sculptée par les LAMB OF GOD, accélérations modérées comprises. C’est à ce moment-là que les BRUTAL KRAUT sonnent proches d’un Thrash moderne d’excellente facture, sans pour autant trahir leur ADN Death à l’usure. Et « Legends Never Die » achève le tableau en se concentrant sur un Heavy Death qui nous ballade une fois de plus entre les styles, compactant ses harmonies dans de soudaines crises de furie, pour mieux nous laisser le souvenir impérissable d’un groupe aussi inventif que percussif. Il est d’autant plus dommage que le quatuor ait opté pour une pochette plus symptomatique d’une démo de Thrash pour emballer son premier jet, qui aurait sans doute mérité un artwork plus intrigant et travaillé. Mais musicalement parlant, ce Brutal Kraut est une sacrée carte de visite qui va ouvrir bien des portes, et qui risque d’entrainer les BRUTAL KRAUT sur des pistes toujours plus fascinantes. Death, violent, Heavy, mélodique, Thrash, cathartique, toutes les composantes sont réunies pour que le succès enfin leur sourie, et autant dire que si le Death progressif se focalisait un peu plus souvent sur ses propres qualités plutôt que sur celles des musiciens censés l’incarner, il ressemblerait à ce LP qui risque de convertir bien des âmes réfractaires. Dont la mienne, s’entend.


Titres de l'album:

  1. Layers of Mind
  2. Release
  3. Manic
  4. Breaker
  5. Face To Face
  6. Facades
  7. Criminal
  8. Legends Never Die

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 20/04/2018 à 14:59
85 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Attan

End Of

Whisker Biscuit

Kill For Beer

Morbid Messiah

Demoniac Paroxysm

Daniel Trigger

Right Turn

Black Viper

Hellions Of Fire

Ink

Whispers Of Calliope

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Bloodshed Festival - Jour 1

Mold_Putrefaction / 01/10/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Moonreich + Schammasch

19/10 : Cellier De Clairvaux, Dijon (21)

Black Mirrors + The Vintage Caravan + Wucan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....


Les festivals estivaux sont internationaux en termes de fréquentation, et je trouve curieux que tu le découvres juste cette année Jefflonger. Et c'est bien parce que le grand public n'a pas cette "culture métal" que Mr Barbaud a réalisé quelque chose que personne n'avait su faire avant lui en (...)


Tellement content que cet album sorte enfin ! :)


Bonne nouvelle ça !


miam ! ca tartine bien comme il faut on va se regaler lundi !


Record battu donc, cela en est ahurissant, je ne vais pas employer le terme "ridicule" on me traitera de aigri, alors que je m'éclate chaque année ou j'y vais. Tant mieux pour l'orga et ceux qui ont pû se procurer le sésame. Otez moi d'un doute, le France est-elle devenu terre du Metal ? bon c'(...)


J'ai l'impression que Jaime Gomez Arellano à juste trouvé le potard des médiums...


Je me souviens qu'en 2007 les mauvaises langues disaient "ça ne marchera jamais, ce sont des amateurs". Et aujourd'hui on entend (peut-être) ces mêmes mauvaises langues critiquant le fait que ça marche trop bien. Donc j'aimerais juste comprendre quel pourrait être le bon positionnement du HF al(...)


Surprenant, ce titre, j'avais gardé le souvenir d'un premier album beaucoup plus étouffant...