Bon, visiblement, Tommy Victor a peur de rester à ne rien faire ou de pointer au chômage. Parce qu’avec un album par an depuis Ruining Lives, on ne peut pas dire qu’il se la coule douce. Alors, productif l’homme, on le savait déjà, mais aussi très complaisant dans l’effort. On ne compte plus les fillers qui constellent ses albums depuis le grand retour de son PRONG (et visiblement, sérieusement entériné), ce qui ne l’empêche nullement de continuer à nous refourguer une bonne douzaine de morceaux à chaque livraison. Treize cette fois-ci, un peu comme d’habitude, mais un bon redressage de barre depuis le plutôt joyeux mais moyen X (No Absolutes) qui n’avait pas convaincu tout le monde, fans y compris.

Alors, Zero Days, le LP définitif du PRONG moderne ? Oui et non, puisque la créature n’a toujours rien d’un Prométhée, surtout en comparaison des grandes lignes chirurgicales de la carrière du docteur Frankenstein du riff plombé et de la rythmique millimétrée.

Mais disons, et avec une certaine empathie, que ce onzième LP fait quand même partie du haut du panier de la production de Tommy, et qu’il évite avec un certain flair les pièges habituels dans lequel il tombe avec une facilité assez naïve. Mais de chef d’œuvre, il n’est bien évidemment pas question.

Peut-on en attendre autant de sa part d’ailleurs ? Je n’en suis pas certain, et à moins d’un sursaut d’orgueil d’un des musiciens ayant quand même défini le son New-yorkais des 80’s et 90’s à lui tout seul ou presque, il convient d’aborder chacune de ses livraison avec l’indulgence qu’elle induit. Mais en termes de Metal ouvert et trépidant, ce Zero Days remplit largement le cahier des charges, et nous permet surtout de nous repaître d’une grosse poignée de titres essentiels, qui nous rappelleront même que Victor reste un excellent compositeur, et qu’il n’a pas oublié ses riffs dans le vide poche de sa bagnole.

Pourtant, l’overdose était tangible avec treize segments pour près de cinquante minutes de musique, avec un recul minimal depuis la fin de la tournée et l’album précédent. Et si Tommy concède avoir apporté un grand soin à l’écriture des textes, admettons aussi qu’il a quand même soigné sa musique un peu plus qu’à l’ordinaire. Alors, on retrouve tout ce qui a fait le son du groupe, de la production épaisse mais pas excessive signée Victor himself aidé de Chris Collier en tant que coproducteur et ingénieur, aux rythmiques au biseau, mécaniques comme des boîtes à rythmes mais gluantes comme un beat de dancefloor Indus.

Les riffs aussi, composante indispensable de l’ouvrage, électrifiés juste ce qu’il faut, et saccadés comme un débit de robot, qui une fois n’est pas coutume, se retiennent sans gros effort. Certains rappellent même la période de gloire de PRONG, notamment « Zero Days » qui nous replonge dans la fournaise acide des 90’s de sa syncope mortelle et de ses accélérations fugaces.

Oubliés donc les tics un peu trop Néo et Deathcore de X, et bonjour le Metal torride à la NYC, qui nous enthousiasme de son propre allant. Des refrains qui pètent la plupart du temps dans les gencives, des breaks certes prévisibles mais qui tombent toujours pile, et surtout, une rage de jouer palpable au travers de n’importe quel thème et attaque de médiator. Tiens, c’est d’ailleurs tellement patent qu’on a le sentiment d’écouter en 3D certaines pistes qui s’arrachent des enceintes comme des loups échappés de la meute (« Off The Grid », l’un des trucs les plus conséquents que Tommy nous a proposé depuis des lustres).

Lorsque l’ambiance se veut plus légère, dansante et radio frienly, les mélodies contournent la niaiserie et nous donnent envie de groover jusqu’au bout de la nuit (« Divide And Conqueer »), mais quand le trio accélère la cadence, le spectre de Force Fed n’est jamais bien loin (« Forced Into Tolerance », qui n’a certes pas la froideur et la puissance de « Freezer Burn », mais qui abîme bien la peau des tympans quand même).

En gros, un équilibre parfait entre des déhanchés souples, une rigueur caractéristique, et quelques adaptations à l’air du temps mais qui ne suggèrent pourtant aucun opportunisme déplacé (« Self Righteous Indignation », au riff plombé certes très mode, mais à la lourdeur oppressante).

Pas d’énorme surprise donc, mais est-ce encore une surprise dans le cas d’un groupe qui n’attend que quelques mois entre chaque création ? Cela dit, et malgré cette remarque très objective, PRONG reste toujours largement au-dessus de la mêlée de tous ses suiveurs qui se contentent d’appliquer une recette que sieur Victor à lui-même inventée il y a très longtemps. Alors, oui, on peut lui reprocher certaines facilités, et des bidules un peu fourre-tout qu’on ne sait d’ailleurs pas très bien où ranger (« Rulers Of The Collective », un peu facile quand même, mais entraînant en diable), des digressions un peu longues, mais addictives après un certain nombre d’écoutes occultant le Néo le plus évident (« Blood Out Of Stone »), mais on pardonne facilement à un homme toujours capable de montrer les dents sur un up tempo qui nous colle à son histoire (« The Whispers »).

D’autant plus que le vocaliste n’avait pas fait preuve d’une telle conviction depuis bien longtemps, ce qui a tendance à renforcer l’impact de certains titres un peu trop contigus à son œuvre. Il termine d’ailleurs le métrage avec un petit regard en arrière, sans pour autant verser dans la nostalgie, via un implacable et sautillant « Wasting Of The Dawn », qui aurait même mérité de figurer sur Cleansing. Compliment usurpé, enthousiasme exagéré ?

Non, objectivité, et respect d’un artiste qui ne s’est jamais trahi, sauf bien sûr lorsqu’il faisait le clown aux côtés du guignol DANZIG…Mais on pardonne tellement vite à ceux qu’on aime…

Dans son créneau, et en dépit d’une pochette assez vilaine, quoique très inventive, Zero Days symbolise peut-être le ground zero d’un groupe en reconstruction qui commence à renforcer ses fondations avant de construire des étages supplémentaires. J’admets qu’en comparaison d’un KILLING JOKE, et eut égard aux influences communes, ce onzième album supporte à peine la comparaison, mais en tant que nouveau chapitre d’une très longue histoire, il contient les mots les plus pertinents de son auteur, qui plus est soulignés d’une bande son tout à fait respectable.

Alors l’un dans l’autre, et trente ans après des débuts novateurs à l’extrême, ce nouveau pas en avant de PRONG n’est pas un bond de géant, mais une enjambée qui lui permet de couvrir pas mal de terrain. Et qui lui évite en tout cas le statisme de ses deux derniers efforts, qui n’en étaient pas vraiment.


Titres de l'album:

  1. However It May End
  2. Zero Days
  3. Off The Grid
  4. Divide And Conquer
  5. Forced Into Tolerance
  6. Interbeing
  7. Blood Out Of Stone
  8. Operation Of The Moral Law
  9. The Whispers
  10. Self Righteous Indignation
  11. Rulers Of The Collective
  12. Compulsive Future Projection
  13. Wasting Of The Dawn

Site officiel


par mortne2001 le 17/08/2017 à 17:41
78 %    146

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
17/08/2017 à 18:59:56
Cet artwork horrible... Tout droit sorti des 90' !

Ajouter un commentaire


Falcun

Kingdom Come

The Hirvi

Old School Killspree

Abortion

All You Need Is Hate (2017-2018)

Hostia

Hostia

Motor City Mayhem

Shitfaced and Outta Luck

Injector

Stone Prevails

Human Cull

Revenant

Nervosa

Downfall of Mankind

Mx

A Circus Called Brazil

Panegyrist

Hierurgy

Unending Fury

Negative Peace

Infrared

Saviours

Kaya

Life Is Trivial

Monument

Hellhound

Imperium

Beyond the Stars

Zoebeast

Zoebeast

Trauma

As the World Dies

Nequient

Wolves at the Door

Discomfort

Fear

Conviction

youpimatin / 18/06/2018
Doom Metal

Bastard Grave [SWE] / Destroyed Bastards

Simony / 15/06/2018
Death Metal

Tour-Report VERDUN : Russia Tour 2018 !

Jus de cadavre / 13/06/2018
Tournée

Young Gods + Horskh + Wheelfall + Thot

RBD / 12/06/2018
Post Rock

Welcome To Inferno I

Jus de cadavre / 08/06/2018
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Overcharger + Meshuggah

23/06 : La Rodia, Besançon (25)

Avenged Sevenfold + Watain + Oranssi Pazuzu

23/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Plebeian Grandstand + The Bronx

24/06 : Clisson, Clisson (44)

Exodus + Sublind

26/06 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Hell Gate + Je + Anozel

29/06 : Le Riveter, Nancy (54)

Fractal Universe + Soulfly

29/06 : La Souris Verte, Epinal (88)

Wintereve

30/06 : Mine Du Val De Fer, Neuves-maison ()

Venefixion + Lectern + Hexen Holocaust

30/06 : Le Riveter, Nancy (54)

Photo Stream

Derniers coms

Demolition Hammer immense... rarement vu un concert de Thrash aussi intense. Immense.


Le show de Demolition Hammer sera diffusé live ici :

https://www.arte.tv/fr/videos/083415-001-A/hellfest-2018-avec-avenged-sevenfold-bullet-for-my-valentine-stone-sour/


Hâte de lire ton retour sur Demolition Hammer !


Un certain Iver est le remplaçant...


Aaaah, oui l'équipe est sur place et bien évidemment c'est le programme de demain vendredi et non d'aujourd'hui jeudi... œil de lynx Humungus... œil de lynx !


(...) s le contredire hein !


Bon ITW et surtout bon groupe.
Hâte d'entendre ça moi aussi sur album avec un "vrai" son. Même si celui des deux premières réalisations était plus que convenable en ce qui me concerne.
Perso, je ne trouve pas que CONVICTION soit aussi référencé à CATHEDRAL mais bon... Si l eMa(...)


Aujourd'hui ???
Vous êtes donc si impatient que ça les gars hé hé hé !


Je les ai vues il y a deux ans. Il y avait encore de la fraîcheur. Le style n'a pas fondamentalement changé à ce que je vois, ce thrash à l'allemande un peu kitsch.


Ah le blaireau que je suis... en effet 18€ c'était plus que donné. Merci de votre vigilance cher Humungus.
En tout cas, possible que j'y sois, affiche ultra alléchante. Et pour ceux qui veulent plus d'infos sur ce fest, rendez-vous en page agenda concerts.


Erratum cher Simony :
18 euros la place... Si seulement !
Le billet est à environ 35 euros. Ce qui est déjà peu au vu de la programmation.
J'en profite d'ailleurs pour mettre également en exergue SADISTIC INTENT et TOXIC HOLOCAUST présents eux aussi sur ce fest.


Perso j'avais plus entendu parlé du groupe depuis The Waiting Room de 2011, j'étais persuadé que le groupe avait splitté d'ailleurs. Content de voir que ce n'est pas le cas.


Excellent, merci pour le partage. Un groupe qui a su se créer sa propre identité. J'aime beaucoup ce dernier album


Je vais aller découvrir ça sans faute ! Du Doom trad ça cours pas les rues en France !


Certainement la meilleure affiche que ce fest n'ait jamais connue...


Doivent être content les gars...
Exactement ce qu'ils recherchent depuis des années :
Le mainstream...
Et donc les ventes...
Et donc la tune.


ISON pas honte !


Fut un temps où une expédition punitive plus tard largement romancée dans un bouquin aurait été menée ! Hi hi hi


"Merci de m’avoir lu"...
Merci d'avoir écrit surtout !
J'adore vraiment toutes ces histoires de tournées in situ.
Alors groupes de France et de Navarre, n'hésitez surtout pas à suivre le conseil de grinder92... ... ...


mouais... pour un groupe de black je pensais que ce genre de problémes se réglaient directement entre eux via un bon coup de surin et pas par label et avocats interposés. Tout fout l'camp ma bonne dame !