Bon, visiblement, Tommy Victor a peur de rester à ne rien faire ou de pointer au chômage. Parce qu’avec un album par an depuis Ruining Lives, on ne peut pas dire qu’il se la coule douce. Alors, productif l’homme, on le savait déjà, mais aussi très complaisant dans l’effort. On ne compte plus les fillers qui constellent ses albums depuis le grand retour de son PRONG (et visiblement, sérieusement entériné), ce qui ne l’empêche nullement de continuer à nous refourguer une bonne douzaine de morceaux à chaque livraison. Treize cette fois-ci, un peu comme d’habitude, mais un bon redressage de barre depuis le plutôt joyeux mais moyen X (No Absolutes) qui n’avait pas convaincu tout le monde, fans y compris.

Alors, Zero Days, le LP définitif du PRONG moderne ? Oui et non, puisque la créature n’a toujours rien d’un Prométhée, surtout en comparaison des grandes lignes chirurgicales de la carrière du docteur Frankenstein du riff plombé et de la rythmique millimétrée.

Mais disons, et avec une certaine empathie, que ce onzième LP fait quand même partie du haut du panier de la production de Tommy, et qu’il évite avec un certain flair les pièges habituels dans lequel il tombe avec une facilité assez naïve. Mais de chef d’œuvre, il n’est bien évidemment pas question.

Peut-on en attendre autant de sa part d’ailleurs ? Je n’en suis pas certain, et à moins d’un sursaut d’orgueil d’un des musiciens ayant quand même défini le son New-yorkais des 80’s et 90’s à lui tout seul ou presque, il convient d’aborder chacune de ses livraison avec l’indulgence qu’elle induit. Mais en termes de Metal ouvert et trépidant, ce Zero Days remplit largement le cahier des charges, et nous permet surtout de nous repaître d’une grosse poignée de titres essentiels, qui nous rappelleront même que Victor reste un excellent compositeur, et qu’il n’a pas oublié ses riffs dans le vide poche de sa bagnole.

Pourtant, l’overdose était tangible avec treize segments pour près de cinquante minutes de musique, avec un recul minimal depuis la fin de la tournée et l’album précédent. Et si Tommy concède avoir apporté un grand soin à l’écriture des textes, admettons aussi qu’il a quand même soigné sa musique un peu plus qu’à l’ordinaire. Alors, on retrouve tout ce qui a fait le son du groupe, de la production épaisse mais pas excessive signée Victor himself aidé de Chris Collier en tant que coproducteur et ingénieur, aux rythmiques au biseau, mécaniques comme des boîtes à rythmes mais gluantes comme un beat de dancefloor Indus.

Les riffs aussi, composante indispensable de l’ouvrage, électrifiés juste ce qu’il faut, et saccadés comme un débit de robot, qui une fois n’est pas coutume, se retiennent sans gros effort. Certains rappellent même la période de gloire de PRONG, notamment « Zero Days » qui nous replonge dans la fournaise acide des 90’s de sa syncope mortelle et de ses accélérations fugaces.

Oubliés donc les tics un peu trop Néo et Deathcore de X, et bonjour le Metal torride à la NYC, qui nous enthousiasme de son propre allant. Des refrains qui pètent la plupart du temps dans les gencives, des breaks certes prévisibles mais qui tombent toujours pile, et surtout, une rage de jouer palpable au travers de n’importe quel thème et attaque de médiator. Tiens, c’est d’ailleurs tellement patent qu’on a le sentiment d’écouter en 3D certaines pistes qui s’arrachent des enceintes comme des loups échappés de la meute (« Off The Grid », l’un des trucs les plus conséquents que Tommy nous a proposé depuis des lustres).

Lorsque l’ambiance se veut plus légère, dansante et radio frienly, les mélodies contournent la niaiserie et nous donnent envie de groover jusqu’au bout de la nuit (« Divide And Conqueer »), mais quand le trio accélère la cadence, le spectre de Force Fed n’est jamais bien loin (« Forced Into Tolerance », qui n’a certes pas la froideur et la puissance de « Freezer Burn », mais qui abîme bien la peau des tympans quand même).

En gros, un équilibre parfait entre des déhanchés souples, une rigueur caractéristique, et quelques adaptations à l’air du temps mais qui ne suggèrent pourtant aucun opportunisme déplacé (« Self Righteous Indignation », au riff plombé certes très mode, mais à la lourdeur oppressante).

Pas d’énorme surprise donc, mais est-ce encore une surprise dans le cas d’un groupe qui n’attend que quelques mois entre chaque création ? Cela dit, et malgré cette remarque très objective, PRONG reste toujours largement au-dessus de la mêlée de tous ses suiveurs qui se contentent d’appliquer une recette que sieur Victor à lui-même inventée il y a très longtemps. Alors, oui, on peut lui reprocher certaines facilités, et des bidules un peu fourre-tout qu’on ne sait d’ailleurs pas très bien où ranger (« Rulers Of The Collective », un peu facile quand même, mais entraînant en diable), des digressions un peu longues, mais addictives après un certain nombre d’écoutes occultant le Néo le plus évident (« Blood Out Of Stone »), mais on pardonne facilement à un homme toujours capable de montrer les dents sur un up tempo qui nous colle à son histoire (« The Whispers »).

D’autant plus que le vocaliste n’avait pas fait preuve d’une telle conviction depuis bien longtemps, ce qui a tendance à renforcer l’impact de certains titres un peu trop contigus à son œuvre. Il termine d’ailleurs le métrage avec un petit regard en arrière, sans pour autant verser dans la nostalgie, via un implacable et sautillant « Wasting Of The Dawn », qui aurait même mérité de figurer sur Cleansing. Compliment usurpé, enthousiasme exagéré ?

Non, objectivité, et respect d’un artiste qui ne s’est jamais trahi, sauf bien sûr lorsqu’il faisait le clown aux côtés du guignol DANZIG…Mais on pardonne tellement vite à ceux qu’on aime…

Dans son créneau, et en dépit d’une pochette assez vilaine, quoique très inventive, Zero Days symbolise peut-être le ground zero d’un groupe en reconstruction qui commence à renforcer ses fondations avant de construire des étages supplémentaires. J’admets qu’en comparaison d’un KILLING JOKE, et eut égard aux influences communes, ce onzième album supporte à peine la comparaison, mais en tant que nouveau chapitre d’une très longue histoire, il contient les mots les plus pertinents de son auteur, qui plus est soulignés d’une bande son tout à fait respectable.

Alors l’un dans l’autre, et trente ans après des débuts novateurs à l’extrême, ce nouveau pas en avant de PRONG n’est pas un bond de géant, mais une enjambée qui lui permet de couvrir pas mal de terrain. Et qui lui évite en tout cas le statisme de ses deux derniers efforts, qui n’en étaient pas vraiment.


Titres de l'album:

  1. However It May End
  2. Zero Days
  3. Off The Grid
  4. Divide And Conquer
  5. Forced Into Tolerance
  6. Interbeing
  7. Blood Out Of Stone
  8. Operation Of The Moral Law
  9. The Whispers
  10. Self Righteous Indignation
  11. Rulers Of The Collective
  12. Compulsive Future Projection
  13. Wasting Of The Dawn

Site officiel


par mortne2001 le 17/08/2017 à 17:41
78 %    399

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
17/08/2017 à 18:59:56
Cet artwork horrible... Tout droit sorti des 90' !

Ajouter un commentaire


Elfika

Secretum Secretorum

Cult Of Erinyes

Æstivation

Gregg Rolie

Sonic Ranch

Haunt

Mind Freeze

Hellish Grave

Hell No Longer Waits

Hunting Horror

Cult[ist]

Slashers

Slashers

Leopardeath

Setsugetsufuuka

Denman

Raw Deal

Witch Vomit

Buried Deep in a Bottomless Grave

Artillery

In The Trash

Ac/dc

Back In Black

Ark Ascent

Downfall

Endseeker

The Harvest

Lapsus Dei, Officium Triste

Broken Memories

Toxic Holocaust

Primal Future : 2019

Oxx

The Skeleton Is Just a Coat Hanger; These Are the Black Strings That Make You Dance

Rãgarãja

Egosphere

Godspeed You ! Black Emperor

RBD / 25/11/2019
Drone

BEHIND THE DEVIL #12 Interview avec David de SHARE YOUR PAIN RECORDS

L'Apache / 20/11/2019
Depressive Black Metal

Birds in Row

RBD / 13/11/2019
Emocore

Concerts à 7 jours

+ Dimmu Borgir + Wolves In The Throne Room

23/01 : Le Bataclan, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Propret.


Cet album me procure beaucoup de plaisir, j'aime retrouver le son de Venom .


Pas mal du tout, avec un petit côté Katatonian des brave pas dégueu. Surtout la pochette qui m'a fait écouter. Encore SOM qui n'en finit pas on dirait !


@kerry king : Oui, d'accord avec toi. Globalement, je trouve que les talents vocaux de Floor sont sous-utilisés depuis son intégration dans le groupe. Mais il est certain qu'en live elle apporte un charisme indéniable. Le format double album me fait un peu peur aussi... Bref, à voir ce que ça v(...)


enorme c grace a cette ep que jai ecouter morbide angel ta tout dun grand c sur


J'attend beaucoup de cet album, j'aimerais que Floor y mette vraiment sa patte, pour connaitre les premier After Forever, sur le dernier album je n'y vois pas la même fougue.

A voir ce que ce génie de Tuomas nous a concocté...


Non pas encore mais si l'annonce a été faite, un extrait ne devrait plus tarder maintenant.


Un morceau est-il disponible en écoute ?


Acheté à l'époque, mais pas plus accroché que ça à l'album. Encore aujourd'hui je crois que je préfère Spheres, écouté bien des années plus tard.


La tuerie cet album, tout simplement. Quelqu'un sait ce qu'est devenu Marco Foddis depuis?


Dur, bon courage au groupe


Oui le midi est vaste et la Lozere en fait à peine partie. Je trouve que tout de même à Montpellier il y a un paquet de groupes qui passent et ceci grâce à la secret place .


Le "renouveau" n'aura pas duré longtemps en effet...


Du death métal on ne peut plus classique mais les morceaux en écoute sont vraiment bons.

Malheureusement, en lisant les commentaires YouTube, j'ai appris que le chanteur était décédé l'été dernier.


Excellents extraits, comme vous les gars. Voilà un type qui se bonifie avec le temps, sans perdre son agressivité. Un sent une progression à travers ses albums, il est à parier que celui-ci ne fera pas tâche (le riffing de "Luciferian Sovranty" fait mal aux dents).


Pis cela sera très certainement mon cadeau de St Valentin (sic).


Jus de cadavre + 1.


!!! !!! !!! OZZY RULES !!! !!! !!!


Hâte de l'avoir sur ma platine celui-là...


C'est sûr qu'en 99, CARNIVAL IN COAL en avait sidéré plus d'un (moi inclus).
L'album de reprises qui avait suivi avait d'ailleurs, si tant est que cela soit possible, encore mis plus les pieds dans le plat : Aaaahhh ! Les fameuses covers de "Maniac" ou de PANTERA ! Cela passait en boucle à(...)