Bon, visiblement, Tommy Victor a peur de rester à ne rien faire ou de pointer au chômage. Parce qu’avec un album par an depuis Ruining Lives, on ne peut pas dire qu’il se la coule douce. Alors, productif l’homme, on le savait déjà, mais aussi très complaisant dans l’effort. On ne compte plus les fillers qui constellent ses albums depuis le grand retour de son PRONG (et visiblement, sérieusement entériné), ce qui ne l’empêche nullement de continuer à nous refourguer une bonne douzaine de morceaux à chaque livraison. Treize cette fois-ci, un peu comme d’habitude, mais un bon redressage de barre depuis le plutôt joyeux mais moyen X (No Absolutes) qui n’avait pas convaincu tout le monde, fans y compris.

Alors, Zero Days, le LP définitif du PRONG moderne ? Oui et non, puisque la créature n’a toujours rien d’un Prométhée, surtout en comparaison des grandes lignes chirurgicales de la carrière du docteur Frankenstein du riff plombé et de la rythmique millimétrée.

Mais disons, et avec une certaine empathie, que ce onzième LP fait quand même partie du haut du panier de la production de Tommy, et qu’il évite avec un certain flair les pièges habituels dans lequel il tombe avec une facilité assez naïve. Mais de chef d’œuvre, il n’est bien évidemment pas question.

Peut-on en attendre autant de sa part d’ailleurs ? Je n’en suis pas certain, et à moins d’un sursaut d’orgueil d’un des musiciens ayant quand même défini le son New-yorkais des 80’s et 90’s à lui tout seul ou presque, il convient d’aborder chacune de ses livraison avec l’indulgence qu’elle induit. Mais en termes de Metal ouvert et trépidant, ce Zero Days remplit largement le cahier des charges, et nous permet surtout de nous repaître d’une grosse poignée de titres essentiels, qui nous rappelleront même que Victor reste un excellent compositeur, et qu’il n’a pas oublié ses riffs dans le vide poche de sa bagnole.

Pourtant, l’overdose était tangible avec treize segments pour près de cinquante minutes de musique, avec un recul minimal depuis la fin de la tournée et l’album précédent. Et si Tommy concède avoir apporté un grand soin à l’écriture des textes, admettons aussi qu’il a quand même soigné sa musique un peu plus qu’à l’ordinaire. Alors, on retrouve tout ce qui a fait le son du groupe, de la production épaisse mais pas excessive signée Victor himself aidé de Chris Collier en tant que coproducteur et ingénieur, aux rythmiques au biseau, mécaniques comme des boîtes à rythmes mais gluantes comme un beat de dancefloor Indus.

Les riffs aussi, composante indispensable de l’ouvrage, électrifiés juste ce qu’il faut, et saccadés comme un débit de robot, qui une fois n’est pas coutume, se retiennent sans gros effort. Certains rappellent même la période de gloire de PRONG, notamment « Zero Days » qui nous replonge dans la fournaise acide des 90’s de sa syncope mortelle et de ses accélérations fugaces.

Oubliés donc les tics un peu trop Néo et Deathcore de X, et bonjour le Metal torride à la NYC, qui nous enthousiasme de son propre allant. Des refrains qui pètent la plupart du temps dans les gencives, des breaks certes prévisibles mais qui tombent toujours pile, et surtout, une rage de jouer palpable au travers de n’importe quel thème et attaque de médiator. Tiens, c’est d’ailleurs tellement patent qu’on a le sentiment d’écouter en 3D certaines pistes qui s’arrachent des enceintes comme des loups échappés de la meute (« Off The Grid », l’un des trucs les plus conséquents que Tommy nous a proposé depuis des lustres).

Lorsque l’ambiance se veut plus légère, dansante et radio frienly, les mélodies contournent la niaiserie et nous donnent envie de groover jusqu’au bout de la nuit (« Divide And Conqueer »), mais quand le trio accélère la cadence, le spectre de Force Fed n’est jamais bien loin (« Forced Into Tolerance », qui n’a certes pas la froideur et la puissance de « Freezer Burn », mais qui abîme bien la peau des tympans quand même).

En gros, un équilibre parfait entre des déhanchés souples, une rigueur caractéristique, et quelques adaptations à l’air du temps mais qui ne suggèrent pourtant aucun opportunisme déplacé (« Self Righteous Indignation », au riff plombé certes très mode, mais à la lourdeur oppressante).

Pas d’énorme surprise donc, mais est-ce encore une surprise dans le cas d’un groupe qui n’attend que quelques mois entre chaque création ? Cela dit, et malgré cette remarque très objective, PRONG reste toujours largement au-dessus de la mêlée de tous ses suiveurs qui se contentent d’appliquer une recette que sieur Victor à lui-même inventée il y a très longtemps. Alors, oui, on peut lui reprocher certaines facilités, et des bidules un peu fourre-tout qu’on ne sait d’ailleurs pas très bien où ranger (« Rulers Of The Collective », un peu facile quand même, mais entraînant en diable), des digressions un peu longues, mais addictives après un certain nombre d’écoutes occultant le Néo le plus évident (« Blood Out Of Stone »), mais on pardonne facilement à un homme toujours capable de montrer les dents sur un up tempo qui nous colle à son histoire (« The Whispers »).

D’autant plus que le vocaliste n’avait pas fait preuve d’une telle conviction depuis bien longtemps, ce qui a tendance à renforcer l’impact de certains titres un peu trop contigus à son œuvre. Il termine d’ailleurs le métrage avec un petit regard en arrière, sans pour autant verser dans la nostalgie, via un implacable et sautillant « Wasting Of The Dawn », qui aurait même mérité de figurer sur Cleansing. Compliment usurpé, enthousiasme exagéré ?

Non, objectivité, et respect d’un artiste qui ne s’est jamais trahi, sauf bien sûr lorsqu’il faisait le clown aux côtés du guignol DANZIG…Mais on pardonne tellement vite à ceux qu’on aime…

Dans son créneau, et en dépit d’une pochette assez vilaine, quoique très inventive, Zero Days symbolise peut-être le ground zero d’un groupe en reconstruction qui commence à renforcer ses fondations avant de construire des étages supplémentaires. J’admets qu’en comparaison d’un KILLING JOKE, et eut égard aux influences communes, ce onzième album supporte à peine la comparaison, mais en tant que nouveau chapitre d’une très longue histoire, il contient les mots les plus pertinents de son auteur, qui plus est soulignés d’une bande son tout à fait respectable.

Alors l’un dans l’autre, et trente ans après des débuts novateurs à l’extrême, ce nouveau pas en avant de PRONG n’est pas un bond de géant, mais une enjambée qui lui permet de couvrir pas mal de terrain. Et qui lui évite en tout cas le statisme de ses deux derniers efforts, qui n’en étaient pas vraiment.


Titres de l'album:

  1. However It May End
  2. Zero Days
  3. Off The Grid
  4. Divide And Conquer
  5. Forced Into Tolerance
  6. Interbeing
  7. Blood Out Of Stone
  8. Operation Of The Moral Law
  9. The Whispers
  10. Self Righteous Indignation
  11. Rulers Of The Collective
  12. Compulsive Future Projection
  13. Wasting Of The Dawn

Site officiel


par mortne2001 le 17/08/2017 à 17:41
78 %    66

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
17/08/2017 à 18:59:56
Cet artwork horrible... Tout droit sorti des 90' !

Ajouter un commentaire


Various Artists

Grind Against Trump

Motorhead

Under Cover

Angels Cut

Sick Sick Sick

Ceaseless Torment

Forces Of Evil

Grizzlor

Destructoid

Kee Of Hearts

Kee Of Hearts

The Rinn

Stories of the Green Fairy

Cannabis Corpse

Left Hand Pass

The Donner Party

Pizza Patrol

Lynch Mob

The Brotherhood

Leucosis

Liminal

Hedger

Unshaped Thoughts / With Eyes Unbound

Horde Victorieuse (horde V.)

Horde Victorieuse

Peropero

Lizards

Janet Gardner

Janet Gardner

Black Bleeding

The Awakening

Integrity

Howling, For The Nightmare Shall Consume

Excöriator

Horned Is The Hunger

Yards

Excitation Thresholds

Muscadeath Festival XVI

Jus de cadavre / 25/09/2017
Death Metal

Gogol Premier + The Rhinogrades

Sheb / 21/09/2017
Punk

MetallicA + Kvelertak

RBD / 13/09/2017
Thrash Metal

Les Tambours du Bronx + Mountain Men

RBD / 29/08/2017
Blues Rock

Motocultor Festival 2017

Jus de cadavre / 24/08/2017
Heavy Metal

Concerts à 7 jours

Ufomammut + Usnea

01/10 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Satyricon

01/10 : Mjc De Reze, Nantes (44)

Evergrey

01/10 : La Boule Noire, Paris (75)

Ensiferum + Wolfheart + Skyclad

01/10 : La Machine Du Moulin Rouge, Paris (75)

Satyricon

02/10 : Le Metronum, Toulouse (31)

Alcest + Anathema

02/10 : La Cartonnerie, Reims (51)

Evergrey

02/10 : Marché Gare, Lyon (69)

Archgoat + Bölzer + Svartidauði

02/10 : Le Petit Bain, Paris (75)

Alcest + Anathema

03/10 : L'etage, Rennes (35)

Tagada Jones + Urban Blaster + Headcharger

29/09 : L'etage, Rennes (35)

Bellator + Scum + Smerter

30/09 : La Jument Pavoisée, Rennes (35)

+ Pulmonary Fibrosis + Defenestration

30/09 : T'es Rock Coco, Angers (49)

Ufomammut + Usnea

30/09 : La Boule Noire, Paris (75)

Satyricon

30/09 : La Maroquinerie, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Joli plateau ! C'est intéressant d'avoir la vision de quelqu'un de plus jeune sur Mercyless, qui était l'une des institutions de la première scène, puis qui avait cherché une évolution musicale très audacieuse aujourd'hui gommée méthodiquement des mémoires. Cela m'amuserait de revoir Carca(...)


Il est clair qu'il y a bon nombre d'albums de MOTÖRHEAD sur lesquels se pencher avant de s'attarder sur celui-là.


Ouais l'affiche se démarque réellement du festival Metal lambda. Pour moi c'est loin mais j'espère que le côté ouest et le sud de la France vont se bouger en masse pour supporter ce fest


Pour répondre à ma propre question le batteur de Benighted c'était Kevin Paradis (Svart Crown etc...). Merci à Carcariass et Red Dawn pour la réponse ;)


Le très gros défaut de cet album est que je ne vois pas quel public il vise. Pour ceux comme moi qui ont chez eux la plupart des albums du groupe, il n'apporte pas grand chose (un des rares trucs que j'aurais aimé récupérer car probablement la reprise la plus inspirée et pas la plus facile à (...)