Les aventures de DARKALL SLAVES au pays de Vladimir Poutine, ça se lit ci-dessous !

Obscuration Over Russia Tour 2017

Relics of Humanity (Biélorussie) + Darkall Slaves (France) + Ossuary Anex (Russie)


13.05 - Moscow@monaclub - Ultimate Obliteration Fest

14.05 - Arkhangelsk@koleso club - Sick Fest #14

15.05 - Vologda@irris club

16.05 - Nizhniy Novgorod@black ho)))

17.05 - Izhevsk@podval club

19.05 - Perm@ceh bar

20.05 - Yekaterinburg@nirvana club - Ural Deathfest 6

21.05 - Ufa@rock’s cafe



La préparation de la tournée fut non sans craintes et péripéties, imprimer le merch en Russie et s’assurer de l’avoir là-bas, obtenir les lettres d’invitation puis les visas a pris du temps, l’ambassade ne nous a pas facilité les choses et après 6 mois de préparation c’est seulement deux semaines avant notre depart que nous recevons les sacro-saints visas ! Pour ce qui concerne la tournée en elle-même, nous sommes entre de bonnes mains puisque c’est Sergey, guitariste de Relics of Humanity qui s’est occupé de tout ! Nous avons déjà joués avec eux en Allemagne, les gars bénéficient d’une bonne réputation dans le milieu UG du Brutal Death et c’est (presque) sans inquiétudes mais avec beaucoup d'excitation que nous débutons cette tournée !

1er jour - samedi 13.05 :

Arrivé en russie sans trop de problèmes, un peu de stress à la douane du fait de nos visas touristiques (toujours difficile de passer inaperçus avec nos flycases et nos tronches de metalleux), quelques questions insistantes pour certains d'entre nous mais rien de plus. Le temps de récupérer les instrus et on retrouve Sergey, qui nous attend sur le parking de l'aéroport avec le minibus de tournée et son chauffeur, qui deviendront nos compagnons de voyage pour un peu plus de 10 jours.

L'aéroport se situe à plus d'une heure de Moscou et du Monaclub, la salle dans laquelle nous joueront le soir même. Arrivé sur place, on découvre un club assez grand et bien réparti, avec une scène spacieuse et assez d'espace dans la salle pour du cassage de dents en règle. Les premiers groupes ont déjà commencés à jouer lorsque j'installe le merch et qu'on débarque le matos. Pas mal de monde déjà, au merch comme ailleurs, on retrouve quelques têtes connues (les Katalepsy, Coyote Records, etc), même si la salle est loin d'être remplie encore. On rencontre enfin l'organisateur du festival de Moscou, Oleg, qui nous avait déjà aidé à obtenir les différents papiers pour les visas, ainsi que les autres membres des groupes avec lesquels nous partagerons la route pendant ces 10 prochains jours. Première rencontre très chaleureuse, mais petit hic cependant qui se vérifiera tout au long du voyage : l'anglais est loin d'être pratiqué par tous les locaux, et il est souvent difficile de se faire comprendre... Commander à manger au bar avec un menu en cyrillique (sans photos) et un barman peu porté sur les langues étrangères, bon courage !


L’heure tourne et c’est déjà notre tour de monter sur scène vers 20h, première prestation assez difficile du fait d’un son sur scène médiocre, et de la difficulté de pouvoir se faire comprendre de l'ingé son. Malgré 2-3 soucis et un poil de stress on s'en sort pas mal, pas de “pains“ majeurs, Les gens réagissent bien et ca bouge dans la fosse. Set écourté d'une compo, puisque la timetable accuse déjà un retard important et qu'il reste encore pas mal de groupes après nous. On profite du temps qui nous reste sur place pour discuter avec les groupes qui partagent l'affiche avec nous, Fecal God, un mec de Cremated Lives, etc. A noter la présence (ou presque…) du guitariste de Vomit Remnants (groupe de Brutal Death Japonais très connu, pour les incultes), mais bien difficile d'échanger avec lui puisqu’il passera la soirée à cuver dans un canap’ des backstage !

Au niveau des groupes marquant de la journée, je retiendrai le set des Katalepsy, des potes russes avec qui on a déjà joués à de multiples reprises en europe. Toujours aussi efficace, bien portés par leur excellent batteur. Idem pour Relics of Humanity avec qui nous tournons, du Brutal Death très dark aux influences Immolation bien présentes. Dommage que ce soir là ils aient connus quelques galères sonores (comme nous) et aient vu leur set amputé d'un bon tiers, toujours à cause de la timetable. Un mot sur Extermination Dismemberment, pas forcément ma came d'ordinaire mais l'usage à outrance des infra basses amènent un peu de peps à leur set, c'est surement pas un truc qu'on ferait dans Darkall mais j'avoue que sentir une onde de choc tout retourner sur son passage à chaque partie bien grasse c'est assez jouissif. On rate en bonne partie le set des excellents russes de 7h Target car nous devons prendre la route pour Arkhangelsk, ville située à 15h au nord de Moscou, où nous attend le deuxième festival de la tournée, le Sick Fest #14. Départ vers minuit, Le temps d'un arrêt ravitaillement (le catering prévu par l’orga du premier fest n'étant jamais arrivé - le cuistot est parait-il tombé malade. Dans un sens, c’est peut-être une bonne idée de manger ailleurs !) et c'est parti pour une longue nuit dans le van, sans trop trouver le sommeil, la nuit ne tombant jamais vraiment dans ces contrées lointaines...


2ème jour - dimanche 14.05 :

15h-16h de voiture ensuite, moyennant quelques arrêts pipi/manger dans des endroits typiquement Russes (goulash/bortsch de rigueur). On converse pas mal avec Sergey des Relics of Humanity, qui est l'un des seuls de nos compagnons de route à parler correctement anglais, et qui est souvent d’une aide précieuse face à la barrière de la langue Russe. On arrive donc vers 16h à Arkhangelsk, très marquée “URSS” de part l'architecture des bâtiments et la structure de la ville. Les routes sont en mauvais état, les bâtiments très datés, hormis les églises toujours très clinquantes, l'ensemble de la ville témoigne d'un grand clivage avec Moscou. Plutôt normal me direz-vous de voir des différences avec la capitale, mais ici le clivage me semble bien plus grand que chez nous...

Le fest est situé au Arkoleso, sorte de bar-concert aux pieds d'immeubles residentiels, pas très grand mais bien configuré, avec un petit étage pour pouvoir voir les groupes attablé, et un bon espace devant la scène. On y retrouve Maxim, organisateur du fest mais aussi tour manager de Katalepsy et label manager de Lord of the Sick Recs, qu'on a croisé déjà à de multiples reprises et qu'on apprécie beaucoup. La scène en elle même est petite, difficile de tenir à 5 dessus, aussi je passerai le concert entier à chanter dans la fosse. Juste un groupe de locaux avant notre pack Ossuary Anex/Darkall Slaves/Relics of Humanity, Smothered Bowels, des gaillards en blouse médicale tâchée de sang, qui joue du goregrind bas-du-front qui me laisse totalement de marbre. Le genre de trucs que tu croises à l’Obscene Extreme, ça plait à beaucoup de monde, pas à moi...

Ensuite je prends vraiment le temps de découvrir le set des Ossuary Anex, brutal death classique et vraiment cool, ca bouge bien devant et ça augure du meilleur pour la suite.

A notre tour de monter sur scène, pas de couvre-feu ce soir donc on prend le temps de se régler au poil. A cause d’un problème d’alimentation du pad on doit virer les samples (intro de concert et interlude), tant pis. Autre galère beaucoup plus gênante, notre batteur Mupps à oublié un sac de cymbales la veille à Moscou  (contenant china et charley), on espère pouvoir le récupérer en revenant à la fin de notre voyage. Notre prestation se passe vraiment bien, aucun pain, pas de flottement, et le public réagit très bien. On termine le set sur deux nouveaux morceaux, assez taillés pour le live et le public nous le démontre bien ! Je file à notre stand de merch juste après, hier c'était pas extraordinaire mais aujourd'hui tout part, tshirts, drapeaux, cds... beaucoup de gens nous félicitent, veulents des photos, des signatures, etc. Bref cet accueil fait vraiment plaisir, on espère que chaque date se passe aussi bien !

Le set des Relics, très efficace, tout en puissance, et pas écourté cette fois ci, clôturera la soirée.

Pas de nuit dans le van ce soir, mais courte nuit quand même, à peine le temps de dormir 4-5h chez Maxim avant de reprendre la route pour Vologda, située à 10h de Arkhangelsk !


3ème jour - lundi 15.05 :

On se lève aux aurores pour partir en taxi (qui roulent comme des dingues soit dit en passant) pour rejoindre les autres groupes (qui eux dormaient ailleurs - privilège des français d’être hébergé chez l’organisateur ?) et notre van, pour attaquer une nouvelle escapade de 10h en direction de Vologda. La route est en grande partie la même qu'hier puisque nous retournons dans le sud, un peu à l'est de Moscou. La parenthèse Arkhangelsk fut coûteuse en énergie et en nombre d’heures de route, mais le jeu en valait la chandelle !

On arrive donc à Vologda vers 17h, encore une fois un club paumé entouré d'immeubles, qui d'extérieur ne paye pas de mine. La salle se révèle toutefois être intéressante, un petit club avec scène surélevée et backstage a l'étage, bien hormis l’entrée laissant peu de place pour nos tables de merch et des toilettes que la décence m’interdit de décrire, l’endroit est bien configuré et visiblement coutumier des concerts rock/metal. Les groupes d'ouverture officient dans un registre rock/metal assez classique sans grand intérêt, et il faut attendre nos tourmates Ossuary Anex pour que les choses sérieuses commencent. Pour nous comme pour les autres groupes on est clairement dans une ambiance de répet’, vu la petitesse de la salle et la faible affluence du soir, une trentaine de personne. A vrai dire pas si mal pour une date un lundi soir au fin fond de la Russie... Après notre set (qui se passe sans encombre, encore une fois pas vraiment de stress) et celui des Relics, on fait tout de même un bon nombre de photos avec les locaux, avant de remonter dans le bus direction Nizhniy Novgorod, au programme encore une dizaine d'heure de route à avaler et une nouvelle nuit dans le van, on commence sérieusement à accuser le coup...


4ème jour - mardi 16.05 :

La route entre Vologda et Nizhniy Novgorod fut vraiment éprouvante, il est déjà très difficile de dormir dans le van etant donné le peu de place à l'intérieur, mais quand la route et les intempéries s'en mêlent, ça devient très compliqué. On arrive vers 10h à Nizhniy Novgorod dans l'optique de visiter et de faire un peu de tourisme avant de jouer le soir. Pour être honnête, au vu de la nuit que je viens de passer la seule chose que j'ai envie de visiter c'est mon plumard (et éventuellement ma douche et mes toilettes) ! Mais on se met en route et bien que fatigué, il est tout de même très appréciable de prendre du temps pour voir autre chose que des salles de concert et l'intérieur du van. La ville est plutôt jolie, pas mal d'églises orthodoxes et une artère commerçante intéressante. On rejoint l'organisateur du concert du soir, qui nous emmène... dans un salon de thé. Voilà une chose qui nous surprend un peu depuis le début du voyage, c'est le nombre de Russes qui évitent l'alcool comme la peste. Autant en bons français on aime festoyer avec plus ou moins de modération après chaque date (ce qui occasionne parfois des oublis à gauche à droite...), autant les groupes et tourneurs russes ne boive pas ou tres peu, meme en concert. Après cette parenthèse détente on rejoint le club ou nous jouont ce soir "black ho)))", sorte de grand squat aménagé avec plusieurs pièces, trou dans les murs pour accéder à la scène, tags, etc. Pas mal de groupes support ce soir en plus de notre tour pack, le concert commence donc assez tôt. Un groupe de punk/crust assez dispensable, un autre de slam masqué et un groupe de hxc beatdown, pour chacun de ces groupes le public est nombreux et bien chaud, ca promet ! Au vu de l'emplacement  (un club discret au dessus d'un garage) et du fait qu'on soit en semaine, nous sommes tous étonné de voir autant de monde se déplacer. On apprendra par la suite que si les concerts crust/punk sont monnaie courante à Nizhniy Novgorod, voir du brutal death c'est déjà beaucoup rare et  comme sur la plupart des dates précédentes, les locaux semblaient très heureux de voir un groupe de français venir jouer chez eux. Après les 3 premiers groupes c'est Ossuary Anex qui enchaîne, toujours aussi carrés et efficaces, également très bien reçus par le public. On prendra la suite vers 21h, on joue devant beaucoup de monde et le pit se forme sans besoin de beaucoup d'encouragement !  C'est très surprenant et vraiment flatteur de voir le public scander le nom du groupe au bout de la 3eme compo, alors qu'on aurait pu légitimement s'attendre à un accueil plus froid et désintéressé envers un  groupe de BDM francais qui n'avait jusqu'alors jamais mis les pieds en Russie. Décidément le cliché du Russe froid et peu accueillant n'a jamais été aussi faux... Une autre chose étonnante à propos de cette scène Russe, c'est leur propension à pratiquer le Hardcore Dancing sur du brutal death. Chez nous et à fortiori en europe, dans le Death ou le BDM  c’est plutôt mal vu dans les pit, les pogos et les slams sont de rigueur, se battre contre des ninjas invisibles étant davantage réservé à la scène hxc/beatdown, etc. Ici, il ne se passe pas un concert sans qu'on voit un grand nombre de mec faire ça sur du gros blast bien radical. Ca fait parfois fuir une partie du public mais ça reste bien cool de voir du mouvement pendant nos concerts !

On fait un set quasi complet (une compo à virer du fait encore une fois du timing serré), et on remballe tout le matos, pour laisser la place non pas aux Relics of Humanity, mais cette fois ci à 7h Target, groupe de Brutal Death dont j'ai déjà parlé puisqu'ils ont joués à Moscou lors de la première date, mais que malheureusement nous avions raté du fait de notre départ précipité. Cette fois ci pas d'excuse, on prend une bonne claque devant ce groupe très technique et bien barré, aussi excellent en live que sur album. À noter qu’en l'absence du chanteur sur cette date (qui habite Moscou - trop loin de Nizhniy Novgorod), c'est le bassiste qui assure le chant, en plus de délivrer une performance hallucinante à la basse, très Mike Flores (Origin) dans l'esprit !

Après le concert, discussion et photo fanboy obligatoire avec le groupe, je suis d’ailleurs étonné de réaliser que le guitariste est un ami de Sasha Borovykh, autre Russe qui avait fait le mix/master de notre album, et chez qui j'avais déjà commandé du merch (il imprime des shirts pour Cerebral Paralysis et Seraphic Enthronement notamment), sans savoir qui il était vraiment et que j'allais le croiser dans un squat en Russie. Le monde du Brutal Death est vraiment petit... après eux et la performance sans fausse note de Relics of Humanity, on remballe le merch et on part en taxi dormir chez le guitariste du groupe de slam local qui ouvrait ce soir. Même si ce n'est que pour quelques heures (depart 6h du mat'), la perspective de prendre une douche et de dormir un peu ne m'est pas désagréable !


5ème jour - mercredi 17.05 :

Nouveau réveil bien matinal pour attaquer une journée dans le van, normalement il y a 10h jusqu'à Izhevsk, mais entre les pauses, les bouchons et les routes en mauvais état, on met pas loin de 14h pour arriver jusque là. Dommage car en arrivant à 20h, on rate le set des Cephalic Impurity, groupe avec lequel nous devions déjà jouer en 2014 en Allemagne (Ludwigshafen Deathfest) et en 2015 en Suède (Gothenburg Deathfest), mais qui avaient annulés ces 2 dates pour des problèmes de visa. Rendez-vous encore une fois raté, on arrive lors de leur dernière compo, et à peine déballé c'est déjà aux Ossuary Anex de prendre la suite. Le bar-concert est cool, spacieux et assez moderne, avec miroirs au plafond sur scène et batterie entourée de plexiglas. Vient notre tour, 40 minutes à jouer, set complet, bon son sur scène comme dans le public, on a pas à se plaindre ! Idem pour les Relics, qui sont là en terrain conquis, la moitié de l'assistance porte un tshirt à leur effigie... Après le concert, une fois n'est pas coutume on peut prendre le temps de boire un verre, le lendemain étant le seul day-off de la tournée. On file donc au supermarché du coin (tous ouvert très tardivement - mais pas toujours possible d'acheter de l'alcool et encore moins de l'alcool fort), avant de reprendre le van pour rejoindre Severnyi à 20 minutes de Izhevsk, un petit village vraiment atypique au milieu de la forêt , composé de maisonnettes en bois avec toilettes ("trou") au fond du jardin et lavabo en plein air. Il  s'agit en fait de la maison de campagne construite par le grand père d'Ivan, un des membres de Cephalic Impurity, chez qui nous passeront la soirée. Après un peu de picole et autres spécialités locales (raviolis aux choux  etc), je rejoins le premier étage pour pioncer un peu. Certains d'entre nous continuerons la soirée jusqu'à profiter du banya attenant à la maison , sorte de sauna russe, mais l'idée de finir la soirée à poil avec 10 mecs Russes autour de moi me laisse bizarrement de marbre !


6ème jour - jeudi 18.05 :

Day-off donc, enfin une grasse mat', avant de partir en ville on en profite un peu pour visiter le village. Celui-ci est fermé par une grand barrière et ne possède qu'une petite échoppe à l'entrée, de quoi dépanner mais pas grand chose de plus. Il s'agit à l'origine de terrains donnés par le gouvernement de l'URSS après guerre aux ouvriers, que les descendants ont conservées plus comme maisons de campagne que comme habitations principales, du fait de leurs rusticité. Les canalisations ne sont pas enterrées et gèlent l'hiver, la cuve d'eau alimentant le village fuit, bref le village est bucolique mais difficile à vivre sur le long terme. Après un barbecue sur place, on rejoint le centre-ville pour prendre une vrai douche dans l’appartement d’Ivan, se reposer un peu et on finit la journée dans un bar-restau dans le centre de Izhevsk, bières-burgers-babyfoot. On passe la nuit chez Egore, un autre pote des Cephalic Impurity, qui a également un projet avec le bassiste Nikolay (qui s'occupe de tout hormis le chant dans cet autre groupe), Contorted Form. Aucun cd de dispo, juste quelques morceaux sur le net, pour autant je vous encourage à y jeter une oreille, c'est du très très lourd !


7ème jour - vendredi 19.05 :

Un petit dej’ vite avalé, le van vient nous chercher vers 10h pour rejoindre Perm, situé à 5h de là ou nous sommes, presque une promenade de santé en comparaison des routes précédentes ! On nous a prévenu à l'avance, Perm et particulièrement le quartier dans lequel nous joueront est assez craignos, et il faut s'attendre à un public "difficile"... En tout cas en arrivant là bas on découvre une salle de concert situé dans une usine désaffecté aux allures de squat, même si la pièce dans laquelle se déroule les concerts est plutôt bien aménagé. Pour le reste, c'est dans son jus, avec débris, gravats, morceaux de tôle en guise de porte, tag sur les murs, etc. Le genre d'endroits où il serait impossible de jouer en France, ou alors 30 ans en arrière... En tout cas on est tous assez enthousiastes de se retrouver ici, c'est une occasion unique de se produire dans un lieu aussi atypique. Avec les premières parties on prend un peu la température, effectivement le public est composé en partie d'un crew de coreux adeptes de la démonstration de gymnastique en lieu et place d'un bon gros pit des familles. On en aura un d'autant plus mauvais exemple pendant le set des potes d'Ossuary Anex, certaines personnes dans le public cherchant à prendre le micro pour faire des annonces et dicter au chanteur ce qu'il doit faire (descendre de scène ou lancer un circle pit, etc). Il finira par se faire insulter par une nana du public, dans un état d'ébriété déjà bien avancé, et termineront leur concert devant une salle presque vide. Bonne ambiance... Rien d'aussi notable pendant notre set, les gens bougent bien, avec même quelques stage diving sur cette petite scène. Malgré ses appels répétés, j'évite soigneusement de donner mon micro à un autochtone aviné dont la volonté de beugler n'importe quoi ne fait aucun doute, mais qui me laisse sceptique quant à l'intérêt musical de la chose. Les Relics of Humanity auront droit à un accueil similaire, un peu de mouvement mais une salle assez clairsemée. Paradoxalement, c’est une des dates pour lesquelles nous auront les meilleures photos !

En définitive cette date est un peu décevante, l'originalité du lieu ne suffisant pas à éclipser la médiocrité du public. On nous avait prévenu...

Après le set, direction une auberge de jeunesse ou nous passerons  la nuit. 2 dates restantes !

8ème jour - samedi 20.05 :

Départ vers 10h direction Yekaterinburg et son "Ural Deathfest", apparemment l'une des plus jolies et plus intéressantes ville de Russie. La journée démarre pourtant mal, le van commence à montrer des signes de faiblesse, et l'un des deux chauffeurs (assez peu sympathique au demeurant) s'est brûlé en ouvrant le réservoir de liquide de refroidissement. Vouloir faire ça moteur allumé ne semblait déjà pas être une très bonne idée, et si l'on y ajoute la conduite plus que douteuse (circulation hasardeuse, dépassement souvent dangereux, comme beaucoup d'autres Russes d'ailleurs), on commence à sérieusement perdre la foi envers nos 2 gaillards. Malgré cet incident et des problèmes de moteur qui deviennent récurrents, on arrive dans les temps à Yekaterinburg, qui se révèle à la hauteur de sa réputation : grande, moderne, très européenne dans l'esprit, dommage que le temps nous soit compté pour une petite visite. La salle est située en plein centre dans une petite ruelle, un restaurant-bar avec une scène sur le côté. Le temps de déballer le merch et nous sommes immédiatement sollicités pour des achats, signatures et photos  (avec une surreprésentation de la gente féminine, comme quoi le charme français...). En tout cas nous sommes très attendus, et après une petite discussion avec les locaux à propos de l'historique du fest, savoir que Devourment ou Cephalotripsy ont foulés ces planches par le passé et qu'aujourd'hui c'est notre tour, c'est tout de même assez flatteur ! Quelques groupes de première partie avant nous, le public se chauffe déjà bien et nos potes d'Ossuary Anex recevront un accueil aux antipodes de la veille, circle pit, pogos, stage diving, les gens sont chauds ! Toujours autant de monde lorsqu'on monte sur scène, on commence et ça part très bien, malheureusement notre guitariste casse une de ses cordes pendant la deuxième compo, nous forçant à interrompre notre set pendant 5 minutes. On commence à craindre que l’ambiance ne retombe, mais heureusement il n'en est rien : les gens continuent à crier, à scander le nom du groupe, et lorsqu'on notre guitariste revient sur scène et que nous reprenons c'est un déchaînement de violence, les gens ne s'arrêtent pas une seconde de piter du début à la fin d'une compo, c'est clairement un accueil dantesque ! Malgré le temps perdu par le changement de corde, et au vu de l'enthousiasme du public on se permettra un petit rappel qui ratiboise bien comme il faut (Transcendental State of Absolute Suffering), histoire de mettre les choses au clair une bonne fois pour toute ! Après le concert nouvelle séance de signatures, photos, il ne nous reste plus beaucoup de merch à vendre (plus de cd, plus de drapeaux et plus que du XL sur les 3/4 des shirts), mais les gens cherchent à repartir avec un souvenir de nous, nous font signer des flyers, etc. Après le set des Relics (très bien accueillis aussi, d'autant plus qu'ils avaient déjà foulés les planches de cette salle quelques années auparavant et se savaient attendus), on termine la soirée dans les rues et les bars de la ville, encore une fois très jolie et très animée, en compagnie des autres groupes et de quelques fans qui décidément auront su marquer nos esprits bien davantage qu'escompté ! Il y aura pour ma part un avant et un après Yekaterinburg, et sachant qu'il s'agit de l'avant dernière avant le retour en France, le blues commence déjà à s'installer...



9ème jour - dimanche 20.05 :

9eme jour, 8eme concert et déjà dernière date de la tournée, la route pour rejoindre la ville d'Ufa n'est pas très longue mais sacrément en mauvais état, aussi nous quittons Yekaterinburg au petit matin après une énième nuit bien trop courte. On part avec un peu de marge, qui fondra rapidement à cause des problèmes mécaniques du van qui ont bien empirés depuis la veille. Au bout d'une heure de route, le moteur chauffe et il faut déjà s'arrêter pour remettre de l'eau et le refroidir... A ce moment là on commence vraiment à croire que notre tournée Russe s'arrêtera en pleine campagne, mais au rythme d'un arrêt toute les demi-heure, on atteindra Ufa au bout de 7-8h de route. Cette dernière ville à la particularité d'être la ville d’origine des Ossuary Anex, et nous jouons dans une espèce de grand bâtiment municipal, au fond d'un restau-pizzeria assez classieux. 2 groupes d'ouverture, je retiendrai essentiellement T4NxMx, qui pratiquent un death technique aux influences Gorgutsienne très  assumées. Le public ne soutient pas la comparaison avec celui de la veille, mais nous sommes tout de même bien accueillis et notre son est un des meilleurs de toute la tournée  (sauf sur scène...). En plus d'être la dernière date du tour, ce concert à aussi la particularité d'être le tout dernier de notre batteur Mupps, ses problèmes de genoux le forçant à arrêter la batterie dans le metal extrême. Connaissant le peu de maîtrise de la langue de Shakespeare de nos hôtes Russes, je m'assure que Sergey de ROH traduise le petit hommage que nous réservons à notre batteur pour sa dernière date, et que le public l'acclame comme il se doit. On profite une dernière fois du set des Relics of Humanity, et il est déjà l'heure de remballer le matos et de rejoindre l'aéroport... notre avion pour Moscou part à 6h du mat', il est déjà minuit et on s'apprête à affronter une nouvelle nuit blanche, sans les Ossuary Anex qui restent à domicile mais avec les Relics qui prennent le même avion que nous pour Moscou. Quelques embrassades avec les Ossuary, vraiment une excellente découverte autant musicale qu'humaine, et nous prenons la route vers l'aéroport d'Ufa.



10ème jour - lundi 21.05 :

Quelques heures de repos tout relatif dans les couloirs de l'aéroport pour attendre notre avion, on arrive dans les 7h à Moscou et nous quittons nos camarades de tournée Relics of humanity, en étant sûr de les recroiser très vite en Europe ou ailleurs ! Là aussi une putain de rencontre, malgré la barrière de la langue nous avons liés des liens fort avec les Biélorusses, leur aide, leur patience et leur bonne humeur au travers de ces 10 jours de tournée dans un pays dans lequel il nous était difficile de communiquer nous a été précieuse ! Nul doute qu'à l'avenir nos chemins se croiseront à nouveau ! A commencer par septembre, les Relics viendront retourner les planches Lilloises aux côté de Cerebral extinction...

Après leur depart, on profite des quelques heures de libres avant notre vol vers Bruxelles pour prendre le train et visiter un peu Moscou ! Trop court pour en profiter mais assez pour faire nos touristes et immortaliser nos trombines sur la place rouge.

Nous rentrons sur Lille en fin de journée, éreintés, sales, mais pour autant très heureux ! Près de 5000 km parcourus, 8 dates, des tonnes de souvenirs et quelques tshirts de Vladimir Poutine dans nos bagages, cette tournée Russe restera sans aucun doute dans nos mémoires ! Et après 8 ans dans le groupe, nous sommes tristes mais plutôt fier de nous séparer de notre batteur Mupps sur une aussi belle expérience !
Pas le temps de trop se reposer cependant, nous jouons en Allemagne 2 semaines plus tard avec notre nouveau batteur… Le début d’une nouvelle aventure ;)

par Sheb le 11/06/2017 à 10:17
   271

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
11/06/2017 à 21:41:46
Excellent tour report les mecs ! Un plaisir à lire... quelle aventure !

Ajouter un commentaire


Reverorum Ib Malacht

Ter Agios Numini

Division Zero

Old Blood Noise

Orbseven

Cosmos Out Of Chaos

Pizzatramp

Revenge Of The Bangertronic Dan

Void Prayer

Stillbirth From The Psychotic Void

Rex Brown

Smoke On This

Kavrila

Blight

Horrid

Beyond The Dark Border

Entrench

Through The Walls Of Flesh

Prong

Zero Days

Karpathian Relict

Beyond The Over

Deamon's Child

Deamon's Child

Seventh Circle

Voluntary Torture

Crashdeath

Conspiracy Theories

Tommy Stewart's Dyerwulf

Tommy Stewart's Dyerwulf

Path Of Cestoda

Fermented In Jaws Of Time

Rage

Seasons Of The Black

Praise The Flame

Manifest Rebellion

In Articulo Mortis

Testament

Wintersun

The Forest Seasons

Ils ouvriront le Motocultor : à découvrir

Simony / 13/08/2017
Motocultor

interview de DRAGUNOV réalisée par mail

Simony / 03/08/2017
Doom Metal

Xtreme Fest Albi J1

RBD / 03/08/2017
Death Metal

Concerts à 7 jours

Nervosa

22/08 : Le Midland, Lille (59)

+ August Burns Red

28/08 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Imagina Connect = Super appli pour le Motocultor !


Hâte de lire ça!


De retour du fest ! Usé mais content :) Je vous mijote un report de cette édition bien chargée !


Super groupe live.
Par contre à 12 h 45, cela risque d'être bien moins intéressant qu'à l'obscurité d'une petite salle...


L'edition avec les 3 cd a l'air superbe. Hâte de l'avoir! mais je le commande pas chez Peaceville les frais de port (c?) coûtent une blinde...en même temps l'objet est gros. J’espère le chopper en France.