Bon, alors les chats sont des diables, des malandrins poilus qui ne veulent que nous étouffer dans notre sommeil et nous faire choir d’un croc-en-patte au détour d’un couloir ?

Nous griffer comme ça gratos ? Réclamer des câlins parce qu’ils ont la dalle ? Et en sus, il faudrait qu’ils soient paranoïaques ? Ça fait un peu beaucoup pour d’adorables boules de poils qui finalement, meublent notre quotidien de leurs facéties, et alimentent la toile de leurs mêmes et autres galéjades affolées…

Les chats, les chats, les chats…Bah ils ne font pas des chiens, alors lorsqu’un groupe ose s’approprier leur caste pour mettre en avant leur musique, je leur conseille de faire gaffe. D’une, parce qu’il faut quand même être au niveau, et de deux, ils vont finir par demander des arriérés de croquettes en royalties.

Et sinon, puisqu’on doit parler de musique, les PARANOID CATS, ça vient de quelle gouttière et depuis quand et pourquoi ?

Leur litière visiblement, c’est la Drôme, et moi je n’ai rien contre. Et de là-bas, et d’ailleurs, ils nous ont déjà envoyé une démo et un premier LP en 2015, donc rien d‘étonnant à ce qu’ils récidivent en 2017. Plutôt bien d’ailleurs, pas mal même, et parfois très bien.

Mais le fond des pattes, c’est graissé sur de la sciure ou des cristaux recomposés pour ne pas tâcher le plancher ?

Si vous ne les connaissez pas, sachez qu’ils ne sont pas du genre à mettre de petits patins sous leurs coussinets. Mais comme ils respectent la maison, pas de soucis.

François Si. (Basse et chant) et Alex C. (batterie), sont deux musiciens qui font comme pas mal de copains, et jouent l’hérésie d’un Rock incarné sans son héroïne suprême. La guitare est donc honnie de la fête, et la gamelle ne lui est pas réservée à la table des greffiers. Basse et batterie, alone together, on connaît déjà, et les exemples sont de plus en plus nombreux.

ZEUS, LIGHTNING BOLT, OM, ORPHAN, ROYAL BLOOD, la formule a le vent en poupe, et personne ne semble regretter l’égocentrisme d’un tricoteur qui veut tout le temps que la poursuite suive ses déambulations sur le manche.

Le manche de François justement, est bien astiqué. Avec sa Rickenbaker à la Lemmy, l’homme balance des riffs de graves bien fuzzy, et se souvient très bien des effluves seventies qui nous plongeaient dans un coma rockylique profond, que les champignons avaient bien du mal à secouer. Pour autant, la musique de Thought Control ne se veut pas que simple écho d’une décade périmée depuis presque quarante années, et entre de plain-pied dans un Rock abrasif et légèrement noisy sur les bords, un peu comme si la vague de Seattle croisait le fer avec le Desert-Rock des KYUSS et la java dégingandée des MORPHINE, le sax en moins.

Putain de sax. Heureusement, ici, il est aux pavillons absents. Alors, restons sur les deux autres, ça suffira amplement.

François le dit lui-même, et Alex confirme d’ailleurs, « Ici pas de balades, que du rock qui pulse, des gros riffs bien lourds, amplis à fonds et batterie qui transpire tout ce qu'elle peut. ». Et le pire, c’est qu’ils ont raison et ne mentent même pas.

Du coup, certains vont trouver la combinaison un peu répétitive sur le fond et la durée, tant l’accord entre les quatre cordes et les toms tourne parfois un peu en pilotage automatique d’idées qui se crashent en studio alors qu’elles ont plutôt tendance à décoller en live.

Mais ça bouge, et pas qu’un peu, et ça sonne parfois comme un mix improbable entre les QOTSA et les SONIC YOUTH (« Nothing Is True », qui ressemble à s’y méprendre à « Kool Thing » de Goo accéléré par Josh Homme et les SEX SNOBS.)

Si la plupart des interventions ne jouent pas la rallonge, certaines prennent la pose dans la pause, et étirent le timing pour sombrer dans un intimisme presque Bluesy au centre (« Numb And Naked », qui pique un peu la mélodie de « Walk On The Wild Side » pour en faire une tirade perso moins noire). D’ailleurs, la seconde partie de l’album prend un peu plus son temps que la première, histoire de faire durer le voyage un peu plus longtemps.

Mais de toute façon, dès « Come To Me », on est déjà emporté dans un tourbillon de basse distordue, propulsée par un up tempo fracassé comme un marteau. Apport d’un chant externe, et riffs fuzzés à mort, pour une introduction parfaite à un monde étrange, qui semble confondre MOTORHEAD, les RUNAWAYS, TAD, les MELVINS et BLACK SABBATH.

Mais ne vous inquiétez pas, personne n’est dupe d’un psychédélisme qui n’existe pas, puisque les deux musiciens ont les pieds sur terre, et ne se les prennent pas dans les jacks torsadés.

70’s certes, mais pas uniquement. Les 80’s et 90’s ont aussi droit à leurs clins d’œil appuyés, même si « LA 70’s » joue plutôt franc jeu et laisse des sonorités d’orgue nous chatouiller les panards.

D’un autre côté, le duo joue la franchise du mensonge en nous affirmant que « Nothing Is True », pour nous faire douter de ce qu’on entend.

Pourtant, ce que nos oreilles captent les décrassent bien, et ce morceau est là pour prouver que les PARANOID CATS en live doivent salement et méchamment déménager.

Mais à ce petit jeu de pas forcément dupes, « You Can’t Win », alors autant l‘accepter. Arrangements, bruits bizarres, et jam à fond en hommage à Birmingham pour Iommi et Ozzy, sans oublier les échappés du nord des USA arrivés quelques années après.  

La ligne directrice est suivie comme un câble électrique qui mène au central, mais pourtant, le pas ralentit parfois pour admirer le paysage industriel, noué et embué de nuages déformés, aux arrondis presque Doom calquant les courbes de sorcières de Salem pendant un SABBATH (« Witches »).

Fuzz donc, mais pas le choix, distorsion, écho, réverb’, et tous les effets indispensables pour nous quitter avec une dernière complainte au délicieux et vénéneux chant féminin (« The South »). De là, vous pourrez citer ce que vous voulez, moi je les trouve assez indépendants ces deux-là. De temps à autres, on pense à la vague Heavintage qui sévit depuis des années, et parfois pas. Mais c’est leur style et leur force après tout, et je ne vous cache pas qu’une écoute de ce Thought Control vous privera momentanément de votre libre arbitre. Parce qu’une fois ingurgité, il vous obligera à capter les deux olibrius en live.

Ce qui était dès le départ, je pense, leur but.

Putain de greffiers. Vous faites vraiment ce que vous voulez de nous enfoirés…


Titres de l'album:

  1. Come To Me
  2. Thought Control
  3. I A My Own Monster
  4. La 70's
  5. Nothing Is True
  6. Numb And Naked
  7. You Can't Win
  8. Witches
  9. The South

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/07/2017 à 18:13
75 %    381

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Spheres

Iono

Vain Vipers

Vain Vipers

Dirty Shirt

Letchology

Haunt

Mosaic Vision

Stonecast

I Earther

Devil Master

Satan Spits On Children Of Light

Voz De Nenhum

Sublimation

Vertex

Scalable

This Gift Is A Curse

A Throne Of Ash

Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

En voilà un qui aura marqué l'esthétique du Metal, en quelques oeuvres. Il suffit parfois de peu.


C'est ce côté vite torché qui donne toute cette bestialité justement je trouve. Y a bien peu d'album Metal aussi intense et violent que Reign selon moi.


@KaneIsBack, à l'origine Reign In Blood devait durer plus longtemps que 28 minutes mais lorsque le groupe est rentré dans le studio et a branché le matos, ils ont speedé comme des malades et c'est devenu Reign In Blood. Peut être avaient-ils le feu au derche ou envie de boucler le record le plu(...)


En fait, je crois que je me suis mal exprimé. C'est surtout que cet album me frustre, en fait. J'aurais voulu des morceaux plus développés, un peu plus longs. Criminally Insane, par exemple, est un super morceau, mais à peine 2 mn 20, quoi... Frustrant, oui, c'est plutôt ça pour moi.


Découvert en 88, j'ai mis des années avant de cerner et d'apprécier ce disque.
Depuis, je l'ai acheté à 4 reprises à force de l'avoir usé.


Je viens d'acheter deux tonnes de tomates... ;)


Kanelsback, cet album est tellement violent, sauvage, radical, intense, que c'est justement en ayant acheté et écouté cet album bien des années après avoir découvert Slayer ( je me contentais alors des morceaux en version live) que j'ai compris pourquoi Slayer ÉTAIT Slayer. Et c'est devenu de(...)


Je vais faire mon hérétique : j'ai jamais pu blairer cet album... Ne pas l'avoir découvert à l'époque joue sans doute dans mon ressenti, j'imagine, mais je m'emmerde en écoutant ce disque. Hormis Angel of Death et Raining Blood, je trouve les morceaux un peu torchés à la va-vite et basiques.(...)


mauvais


Merci de ta chronique .
Ici le batteur mentionné.
Chronique très appréciable , et très bien écrite . Et dont l'analyse globale est pertinente
Cela dit , même si j'aime les " anexes " Atheist et Mekong delta et Holy moses , je n'ai jamais été vraiment influencé par ce gen(...)


Même classement pour moi que Jus de Cadavre !
Et des pochettes qui auront marqué mon adolescence...


Mmh, ça se tire la bourre avec Master Of Puppets pour le titre du plus grand album Metal au monde... Mais c'est dans le top 2 des plus grands oui... :D
Aller j'ai de la route ce soir, je sais ce que je vais écouter dans la bagnole !


Pochette mythique pour un album mythique. Peut être le plus grand de tous les temps...


J'arrive après la bataille, mais interview une fois de plus très cool !

Et ça fait tellement plaisir de lire ça : "Combien de groupes entend on se plaindre de ne pas attirer suffisamment de monde en concert alors que les mêmes musiciens ne vont jamais aux concerts des autres ?"


Pas top, du revival classique.


Ca casse pas trois pattes à la dinde. Voix générique au possible, notamment.


Pour ma part, l'extrait disponible (Black Flame Candle) me rappelle les meilleurs moments de Toxic Holocaust. Je vais du coup m'y atteler plus sérieusement!


Pas mal du tout ce truc ! La chro résume parfaitement bien la chose !
"le Punk s’est toujours très bien marié au Black le plus primal " et ça je plussoie fois 100.


Très intéressante démarche que celle de Sun, d'autant plus par le producteur de The Dø !


Sorceress était vraiment inintéressant, ce que je n'avais jamais ressenti avec Opeth quand bien même je préfère la période Still life / Blackwater park / Deliverance. J'espère que celui-ci rattrapera la donne, faute de quoi je passerai mon chemin à l'avenir.