Bon, alors les chats sont des diables, des malandrins poilus qui ne veulent que nous étouffer dans notre sommeil et nous faire choir d’un croc-en-patte au détour d’un couloir ?

Nous griffer comme ça gratos ? Réclamer des câlins parce qu’ils ont la dalle ? Et en sus, il faudrait qu’ils soient paranoïaques ? Ça fait un peu beaucoup pour d’adorables boules de poils qui finalement, meublent notre quotidien de leurs facéties, et alimentent la toile de leurs mêmes et autres galéjades affolées…

Les chats, les chats, les chats…Bah ils ne font pas des chiens, alors lorsqu’un groupe ose s’approprier leur caste pour mettre en avant leur musique, je leur conseille de faire gaffe. D’une, parce qu’il faut quand même être au niveau, et de deux, ils vont finir par demander des arriérés de croquettes en royalties.

Et sinon, puisqu’on doit parler de musique, les PARANOID CATS, ça vient de quelle gouttière et depuis quand et pourquoi ?

Leur litière visiblement, c’est la Drôme, et moi je n’ai rien contre. Et de là-bas, et d’ailleurs, ils nous ont déjà envoyé une démo et un premier LP en 2015, donc rien d‘étonnant à ce qu’ils récidivent en 2017. Plutôt bien d’ailleurs, pas mal même, et parfois très bien.

Mais le fond des pattes, c’est graissé sur de la sciure ou des cristaux recomposés pour ne pas tâcher le plancher ?

Si vous ne les connaissez pas, sachez qu’ils ne sont pas du genre à mettre de petits patins sous leurs coussinets. Mais comme ils respectent la maison, pas de soucis.

François Si. (Basse et chant) et Alex C. (batterie), sont deux musiciens qui font comme pas mal de copains, et jouent l’hérésie d’un Rock incarné sans son héroïne suprême. La guitare est donc honnie de la fête, et la gamelle ne lui est pas réservée à la table des greffiers. Basse et batterie, alone together, on connaît déjà, et les exemples sont de plus en plus nombreux.

ZEUS, LIGHTNING BOLT, OM, ORPHAN, ROYAL BLOOD, la formule a le vent en poupe, et personne ne semble regretter l’égocentrisme d’un tricoteur qui veut tout le temps que la poursuite suive ses déambulations sur le manche.

Le manche de François justement, est bien astiqué. Avec sa Rickenbaker à la Lemmy, l’homme balance des riffs de graves bien fuzzy, et se souvient très bien des effluves seventies qui nous plongeaient dans un coma rockylique profond, que les champignons avaient bien du mal à secouer. Pour autant, la musique de Thought Control ne se veut pas que simple écho d’une décade périmée depuis presque quarante années, et entre de plain-pied dans un Rock abrasif et légèrement noisy sur les bords, un peu comme si la vague de Seattle croisait le fer avec le Desert-Rock des KYUSS et la java dégingandée des MORPHINE, le sax en moins.

Putain de sax. Heureusement, ici, il est aux pavillons absents. Alors, restons sur les deux autres, ça suffira amplement.

François le dit lui-même, et Alex confirme d’ailleurs, « Ici pas de balades, que du rock qui pulse, des gros riffs bien lourds, amplis à fonds et batterie qui transpire tout ce qu'elle peut. ». Et le pire, c’est qu’ils ont raison et ne mentent même pas.

Du coup, certains vont trouver la combinaison un peu répétitive sur le fond et la durée, tant l’accord entre les quatre cordes et les toms tourne parfois un peu en pilotage automatique d’idées qui se crashent en studio alors qu’elles ont plutôt tendance à décoller en live.

Mais ça bouge, et pas qu’un peu, et ça sonne parfois comme un mix improbable entre les QOTSA et les SONIC YOUTH (« Nothing Is True », qui ressemble à s’y méprendre à « Kool Thing » de Goo accéléré par Josh Homme et les SEX SNOBS.)

Si la plupart des interventions ne jouent pas la rallonge, certaines prennent la pose dans la pause, et étirent le timing pour sombrer dans un intimisme presque Bluesy au centre (« Numb And Naked », qui pique un peu la mélodie de « Walk On The Wild Side » pour en faire une tirade perso moins noire). D’ailleurs, la seconde partie de l’album prend un peu plus son temps que la première, histoire de faire durer le voyage un peu plus longtemps.

Mais de toute façon, dès « Come To Me », on est déjà emporté dans un tourbillon de basse distordue, propulsée par un up tempo fracassé comme un marteau. Apport d’un chant externe, et riffs fuzzés à mort, pour une introduction parfaite à un monde étrange, qui semble confondre MOTORHEAD, les RUNAWAYS, TAD, les MELVINS et BLACK SABBATH.

Mais ne vous inquiétez pas, personne n’est dupe d’un psychédélisme qui n’existe pas, puisque les deux musiciens ont les pieds sur terre, et ne se les prennent pas dans les jacks torsadés.

70’s certes, mais pas uniquement. Les 80’s et 90’s ont aussi droit à leurs clins d’œil appuyés, même si « LA 70’s » joue plutôt franc jeu et laisse des sonorités d’orgue nous chatouiller les panards.

D’un autre côté, le duo joue la franchise du mensonge en nous affirmant que « Nothing Is True », pour nous faire douter de ce qu’on entend.

Pourtant, ce que nos oreilles captent les décrassent bien, et ce morceau est là pour prouver que les PARANOID CATS en live doivent salement et méchamment déménager.

Mais à ce petit jeu de pas forcément dupes, « You Can’t Win », alors autant l‘accepter. Arrangements, bruits bizarres, et jam à fond en hommage à Birmingham pour Iommi et Ozzy, sans oublier les échappés du nord des USA arrivés quelques années après.  

La ligne directrice est suivie comme un câble électrique qui mène au central, mais pourtant, le pas ralentit parfois pour admirer le paysage industriel, noué et embué de nuages déformés, aux arrondis presque Doom calquant les courbes de sorcières de Salem pendant un SABBATH (« Witches »).

Fuzz donc, mais pas le choix, distorsion, écho, réverb’, et tous les effets indispensables pour nous quitter avec une dernière complainte au délicieux et vénéneux chant féminin (« The South »). De là, vous pourrez citer ce que vous voulez, moi je les trouve assez indépendants ces deux-là. De temps à autres, on pense à la vague Heavintage qui sévit depuis des années, et parfois pas. Mais c’est leur style et leur force après tout, et je ne vous cache pas qu’une écoute de ce Thought Control vous privera momentanément de votre libre arbitre. Parce qu’une fois ingurgité, il vous obligera à capter les deux olibrius en live.

Ce qui était dès le départ, je pense, leur but.

Putain de greffiers. Vous faites vraiment ce que vous voulez de nous enfoirés…


Titres de l'album:

  1. Come To Me
  2. Thought Control
  3. I A My Own Monster
  4. La 70's
  5. Nothing Is True
  6. Numb And Naked
  7. You Can't Win
  8. Witches
  9. The South

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 12/07/2017 à 18:13
75 %    354

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Meridian

Margin Of Error

Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Interview avec AMON AMARTH

Acid / 20/03/2019
Amon Amarth

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Concerts à 7 jours

+ Kryzees + Manigance

22/03 : Chez Paulette, Pagney-derrière-barrine (54)

Photo Stream

Derniers coms

(Quel naze ! Le nom exact de l'album est "Twilight Of The Thunder God", bien sûr...)


@humungus : C'est vrai, héhé ! A ta décharge, on ne peut pas nier que le groupe connait un certain polissage depuis quelques années, avec une tournure beaucoup plus Heavy (apparu avec "Thunder Of The God" je dirais, que j'adore pourtant, les ayant découvert avec cet album). Mais leur début de (...)


Encore une bonne interview pour un excellent label par et pour des passionnés. Merci à Infernö et à Metalnews !


J'avais prévenu hein : "Je vais faire mon chiant".


C'est génial! Merci pour cet itw ! ;-)


Bien sympa ce truc. Même les interludes acoustiques sont convaincants.

Au passage si je peux me permettre une petite critique, je pense que certaines chroniques gagneraient à être écrites plus simplement.
Pour illustrer mon propos deux petites définitions trouvées sur le Lar(...)


Bô ça va, y'a pire comme groupe "pas trve" ;-)


Putain !
Un groupe connu interviewé par METAL NEWS...
Bravo les gars.
... ... ...
Bon, je vais faire mon chiant : C'est juste dommage que vous débutiez votre success story par AMON AMARTH quoi... ... ...


Nan c'est de la merde quant même. C'est surement devenu culte pour tout ce qui entoure le groupe et le disque, mais clairement c'est de la merde. Album chiant, mou du genou et niveau violence et malsain on a fait mieux avant et après que cette daube.


Va falloir que je lui donne une deuxième chance mais cet album m'a jusque là laissé de marbre...


Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....