Too Close to the Sun

Bloodmores

26/03/2021

Autoproduction

Death/Thrash ou Thrash/Death ? Débat épineux qui provoque toujours des scissions dans le public, et les anglais de BLOODMORES ne risquent pas de rendre la problématique plus simple à aborder. Avec leur mélange des deux fragrances à quantités égales, les originaires de Great Harwood, dans le Lancashire jouent donc l’ambivalence de violence, et nous proposent avec leur second longue-durée une œuvre foncièrement brutale, et pourtant abordable par les thrasheurs et les accros au Death le plus mélodique. Trois ans après sa formation, et deux ans après son premier méfait (The Seeds of Seasons), le quatuor rempile pour un crossover heureux, sinon joyeux, et fonce dans le tas non sans avoir élaboré un plan de bataille très précis.

Too Close to the Sun fait donc partie de ces albums qui mélangent avec bonheur l’attitude bravache d’un DEMOLITION HAMMER et les nuances scandinaves d’un AT THE GATES, sans pour autant sombrer dans le classicisme le plus affligeant. Constitué de quatre musiciens solides aux compétences indéniables (Alex Cunliffe: guitare/chant, Richard Jodrell: guitare, Connor Heelis: basse et Chris Mansell: batterie), BLOODMORES se situe dans une moyenne très capable de Thrash anglais, celui des années 2010 et non des eighties les moins excusables, et pilonne avec beaucoup d’intelligence tout en sapant les fondations de la frontière séparant les différents côtés de l’extrême. Ici, pas question de choisir entre la bestialité du Death et le radicalisme fluide du Thrash, mais bien de fondre les deux approches dans une philosophie personnelle. Ainsi, le morceau d’ouverture très justement baptisé « Virulence » en dit plus que bien des discours sur l’optique du quatuor, qui en cinq minutes résume sa démarche avec beaucoup de franchise.

Produit par Rob Broadbent, Too Close to the Sun attaque sévère, et multiplie les plans sans attendre. Le son, un peu rêche, colle parfaitement aux riffs sauvages et à cette rythmique en constante évolution, et le nombre d’idées est conséquent dès le départ, se rapprochant même d’un Techno-Death bestial, mais incroyablement fertile et précis. On pense donc à cette vague suédoise des nineties, la mièvrerie mélodique en moins, et les saccades beaucoup plus analogiques et humaines. Mais le groupe ne cherche pas à tergiverser, et veut convaincre dès les premières minutes, ce qu’il parvient à faire sans problème. Le headbanging ne tarde pas à démarrer d’une façon tout à fait débridée, mais la musique n’en est pas pour autant basse du front. J’en veux pour preuve ces quelques riffs dissonants qui nous ramènent à l’époque d’un CORONER plus sauvage que d’ordinaire, et si les envolées en solo se font systématiquement au rythme d’une batterie en fusil mitrailleur, leur fluidité permet de se raccrocher à des gimmicks plus concrets.

Aussi probant soit-il, « Virulence » n’est qu’un simple avant-goût de ce qui vous attend, et la cadence ne faiblit pas sur la suite « Terminal Diagnosis », plus bref, mais tout aussi plein et lapidaire. « Entombed In The Fires Of Armageddon's Womb » ne baisse nullement la garde, mais se permet quelques fantaisies de guitares qui enjolivent la brutalité ambiante, avant que le char d’assaut ne remette ses chenilles en marche pour écraser tout ce qui a l’audace de se présenter devant lui. Je n’essaie pas ici de vous convaincre du caractère fondamental d’un groupe qui reste quand même dans des balises de sécurité, mais plutôt de souligner le caractère personnel d’une œuvre qui joue avec les codes pour imposer son propre langage. Pour exemple, le catchy « Crypt Of The Blasphemous » s’amuse beaucoup de son démarcage de FORBIDDEN et EXODUS version Death, tandis que « White Noise » développe encore plus précisément les arguments progressifs notés en début de parcours.

Très capables en ce qui concerne l’imposition d’un instrumental solide et épais, les anglais se laissent parfois aller à des entames plus Thrash que la moyenne, avant de revenir nous les aplatir d’un Death clair, mais brutal. Alors, la démonstration fonctionne au premier et seconde degré, et le plaisir se retrouve décuplé par ce cocktail de sévérité mâtiné de pertinence harmonique, qui ne se perd jamais en route d’un chant clair totalement hors-propos dans ce contexte. D’ailleurs, les inflexions rauques d’Alex Cunliffe, relativement monocordes, nous évitent les atermoiements habituels des fidèles de l’église mélodique, ce qui permet au reste de la bande de se lâcher tout en gardant la cohésion sous le coude. Alors, on valse, on pogote, on slamme, et on apprécie les instants les plus accrocheurs, ceux qu’on trouve sur l’endiablé « Too Close To The Sun », title-track digne de ce nom et boucherie Thrash de premier ordre.

Jouant aussi avec le timing, BLOODMORES ne se gêne pas pour pratiquer l’incision éclair, et lâche deux bombes furtives, avec un nucléaire « Buried In An Unmarked Grave », et un assommant « Husk », avant de retrouver ses instincts plus nuancés sur le final « Defiant To The End ».

Second album honnête, classique mais pas trop, agressif mais pas bordélique, harmonique mais pas lénifiant, et débordant d’idées, Too Close to the Sun évite le piège dans lequel est tombé le pauvre Icare en s’approchant trop près du soleil. Ici, on reste à bonne distance du génie et de l’audace pour proposer un produit fini aussi efficace que futé, qui ralliera à sa cause les amateurs de Death/Thrash comme les accros au Thrash/Death. Ne pas choisir est parfois la solution la plus efficace pour éviter les questions embarrassantes et superficielles.            

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Virulence

02. Terminal Diagnosis

03. Entombed In The Fires Of Armageddon's Womb

04. Crypt Of The Blasphemous

05. White Noise

06. Too Close To The Sun

07. Suicide Pact

08. Buried In An Unmarked Grave

09. Husk

10. Defiant To The End


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/11/2021 à 18:36
80 %    51

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Voyage au centre de la scène : Archives MORTUARY

Jus de cadavre 14/11/2021

Vidéos

Chiens + Unsu + BMB

RBD 09/11/2021

Live Report

Lofofora + Verdun

RBD 01/11/2021

Live Report

Fuzz in Champagne - épisode 1

Simony 26/10/2021

Live Report

Fange + Pilori + Skullstorm

RBD 25/10/2021

Live Report

Voyage au centre de la scène : SUPURATION

Jus de cadavre 17/10/2021

Vidéos

Déluge + Dvne

RBD 29/09/2021

Live Report

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Mamoushka

Si Vivian Slaughter est UN MUSICIEN, le rédacteur est UNE TRUITE

26/11/2021, 19:05

Humungus

J'étais passé totalement à côté de cette "news"...J'aurais dû poursuivre sur ma lancée.

26/11/2021, 08:38

Humungus

Erratum : Vivian Slaughter est une femme.(C'est d'ailleurs la femme de Maniac)

26/11/2021, 08:32

Eric

Merci du plaisir d écouter cette musique

25/11/2021, 17:59

Saddam Mustaine

Meme Hellhammer a laissé les parties de Varg sur le premier album de Mayhem, le pere Mustaine c'est le mec le plus rancunier au monde mdr obligé Ellefson lui a fait une crase qu'on ignore. 

24/11/2021, 18:26

Chemikill

Oui c'est en tout cas lui qui a fait la tournée avec eux. 

24/11/2021, 14:02

Buck Dancer

C'est pas James Lomenzo le nouveau le nouveau bassiste ? 

24/11/2021, 11:52

Bones

@Arioch :  Testament... je n'ai acheté aucun de leurs albums récents. Vraiment c'est le bon exempl(...)

23/11/2021, 23:30

Arioch91

@Bones : tu parles de Testament là non, pour le pilotage automatique ?

23/11/2021, 19:37

Steelvore666

Le chant n'est pas ouf.

23/11/2021, 17:38

Zeitoun

Effectivement excellent. Rarement vu aussi efficace depuis longtemps.y'a que la pochette qui laisse à désirer...

23/11/2021, 17:12

senior canardo

c'est mou .... heureusement que l'album devait envoyer du poney ...a suivre mais pour l'instant les 1ers extraits ne vendent pas du reve..

23/11/2021, 15:11

Bones

Eh bien, première écoute... je trouve un groupe qui est plus en "pilotage auto" que jamais. Je vais bien sûr insister car j'adore vraiment ce groupe, mais là ça manque de riffs patatoïdes et du bon vieux groove rampant habituel. :-(  (...)

23/11/2021, 14:57

Chemikill

Ça tue! Faut pas regarder la vidéo...c'est tout 

23/11/2021, 07:48

Invité

La version Wish d'une pochette de Rhapsody… Voilà ce qui se passe quand on prend des graphistes sans vouloir trop dépenser.

22/11/2021, 17:22

Simony

Ce troisième extrait est franchement excellent avec cet effet et une ambiance qui ne sont pas sans rappeler un Type O Negative. Par contre le CD à 16.99€...

22/11/2021, 16:35

Humungus

Un pote vient de m'annoncer la chose ouais...Un putain de showman.Grand souvenir que la toute première fois où j'ai vu le groupe (que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam à l'époque) au FURYFEST... Claquasse.

20/11/2021, 16:49

Excellent groupe

Excellent groupe qui tient vraiment bien la scène 

20/11/2021, 13:41

Humungus

Superbe pochette...

19/11/2021, 04:06

Sylvanus

C te baffe

18/11/2021, 20:54