Too Close to the Sun

Bloodmores

26/03/2021

Autoproduction

Death/Thrash ou Thrash/Death ? Débat épineux qui provoque toujours des scissions dans le public, et les anglais de BLOODMORES ne risquent pas de rendre la problématique plus simple à aborder. Avec leur mélange des deux fragrances à quantités égales, les originaires de Great Harwood, dans le Lancashire jouent donc l’ambivalence de violence, et nous proposent avec leur second longue-durée une œuvre foncièrement brutale, et pourtant abordable par les thrasheurs et les accros au Death le plus mélodique. Trois ans après sa formation, et deux ans après son premier méfait (The Seeds of Seasons), le quatuor rempile pour un crossover heureux, sinon joyeux, et fonce dans le tas non sans avoir élaboré un plan de bataille très précis.

Too Close to the Sun fait donc partie de ces albums qui mélangent avec bonheur l’attitude bravache d’un DEMOLITION HAMMER et les nuances scandinaves d’un AT THE GATES, sans pour autant sombrer dans le classicisme le plus affligeant. Constitué de quatre musiciens solides aux compétences indéniables (Alex Cunliffe: guitare/chant, Richard Jodrell: guitare, Connor Heelis: basse et Chris Mansell: batterie), BLOODMORES se situe dans une moyenne très capable de Thrash anglais, celui des années 2010 et non des eighties les moins excusables, et pilonne avec beaucoup d’intelligence tout en sapant les fondations de la frontière séparant les différents côtés de l’extrême. Ici, pas question de choisir entre la bestialité du Death et le radicalisme fluide du Thrash, mais bien de fondre les deux approches dans une philosophie personnelle. Ainsi, le morceau d’ouverture très justement baptisé « Virulence » en dit plus que bien des discours sur l’optique du quatuor, qui en cinq minutes résume sa démarche avec beaucoup de franchise.

Produit par Rob Broadbent, Too Close to the Sun attaque sévère, et multiplie les plans sans attendre. Le son, un peu rêche, colle parfaitement aux riffs sauvages et à cette rythmique en constante évolution, et le nombre d’idées est conséquent dès le départ, se rapprochant même d’un Techno-Death bestial, mais incroyablement fertile et précis. On pense donc à cette vague suédoise des nineties, la mièvrerie mélodique en moins, et les saccades beaucoup plus analogiques et humaines. Mais le groupe ne cherche pas à tergiverser, et veut convaincre dès les premières minutes, ce qu’il parvient à faire sans problème. Le headbanging ne tarde pas à démarrer d’une façon tout à fait débridée, mais la musique n’en est pas pour autant basse du front. J’en veux pour preuve ces quelques riffs dissonants qui nous ramènent à l’époque d’un CORONER plus sauvage que d’ordinaire, et si les envolées en solo se font systématiquement au rythme d’une batterie en fusil mitrailleur, leur fluidité permet de se raccrocher à des gimmicks plus concrets.

Aussi probant soit-il, « Virulence » n’est qu’un simple avant-goût de ce qui vous attend, et la cadence ne faiblit pas sur la suite « Terminal Diagnosis », plus bref, mais tout aussi plein et lapidaire. « Entombed In The Fires Of Armageddon's Womb » ne baisse nullement la garde, mais se permet quelques fantaisies de guitares qui enjolivent la brutalité ambiante, avant que le char d’assaut ne remette ses chenilles en marche pour écraser tout ce qui a l’audace de se présenter devant lui. Je n’essaie pas ici de vous convaincre du caractère fondamental d’un groupe qui reste quand même dans des balises de sécurité, mais plutôt de souligner le caractère personnel d’une œuvre qui joue avec les codes pour imposer son propre langage. Pour exemple, le catchy « Crypt Of The Blasphemous » s’amuse beaucoup de son démarcage de FORBIDDEN et EXODUS version Death, tandis que « White Noise » développe encore plus précisément les arguments progressifs notés en début de parcours.

Très capables en ce qui concerne l’imposition d’un instrumental solide et épais, les anglais se laissent parfois aller à des entames plus Thrash que la moyenne, avant de revenir nous les aplatir d’un Death clair, mais brutal. Alors, la démonstration fonctionne au premier et seconde degré, et le plaisir se retrouve décuplé par ce cocktail de sévérité mâtiné de pertinence harmonique, qui ne se perd jamais en route d’un chant clair totalement hors-propos dans ce contexte. D’ailleurs, les inflexions rauques d’Alex Cunliffe, relativement monocordes, nous évitent les atermoiements habituels des fidèles de l’église mélodique, ce qui permet au reste de la bande de se lâcher tout en gardant la cohésion sous le coude. Alors, on valse, on pogote, on slamme, et on apprécie les instants les plus accrocheurs, ceux qu’on trouve sur l’endiablé « Too Close To The Sun », title-track digne de ce nom et boucherie Thrash de premier ordre.

Jouant aussi avec le timing, BLOODMORES ne se gêne pas pour pratiquer l’incision éclair, et lâche deux bombes furtives, avec un nucléaire « Buried In An Unmarked Grave », et un assommant « Husk », avant de retrouver ses instincts plus nuancés sur le final « Defiant To The End ».

Second album honnête, classique mais pas trop, agressif mais pas bordélique, harmonique mais pas lénifiant, et débordant d’idées, Too Close to the Sun évite le piège dans lequel est tombé le pauvre Icare en s’approchant trop près du soleil. Ici, on reste à bonne distance du génie et de l’audace pour proposer un produit fini aussi efficace que futé, qui ralliera à sa cause les amateurs de Death/Thrash comme les accros au Thrash/Death. Ne pas choisir est parfois la solution la plus efficace pour éviter les questions embarrassantes et superficielles.            

   

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Virulence

02. Terminal Diagnosis

03. Entombed In The Fires Of Armageddon's Womb

04. Crypt Of The Blasphemous

05. White Noise

06. Too Close To The Sun

07. Suicide Pact

08. Buried In An Unmarked Grave

09. Husk

10. Defiant To The End


Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 18/11/2021 à 18:36
80 %    186

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Le week-end de la Vierge de Fer

Simony 03/07/2022

Live Report

Discography 1985/2022

mortne2001 02/07/2022

La cave

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Buck Dancer

"J'aime beaucoup la configuration du Trabendo, la scène en contre-bas permet de voir ce qu'il s'y passe où que l'on soit dans la salle" Je pense tout le contraire, où que l'on soit dans la salle on voit rien du tout je(...)

04/07/2022, 17:20

Arioch91

Je n'ose imaginer le boulot passé à rédiger une telle rétrospective !Respect total et merci beaucoup !

03/07/2022, 19:41

Olivier

Merci pour cette très belle bafouille ! J'adore N.D. depuis ses débuts, mais je suis surtout un fan des premières années, et pour moi, la première fracture intervient lorsque Lee quitte le navire - je ne suis pas très fan de la voix de Ba(...)

03/07/2022, 18:38

Buck Dancer

Vraiment très sympa cette rétrospective d'un groupe qui le mérite largement et bravo pour le travail ! Perso j'ai découvert Napalm ave l'EP " Mass Appeal Madness", d&apos(...)

03/07/2022, 14:07

RBD

Seigneur, quel travail ! J'écoute Napalm depuis plus d'un quart de siècle, c'est l'un des deux ou trois groupes de niveau professionnel que j'ai vu le plus. Mais jamais je n'aurais osé me lancer dans un exposé pareil. Rien que pour ç(...)

03/07/2022, 12:06

Simony

Putain !!!!!!! Alors moi j'adore Utopia Banished, c'est l'album qui m'a fait découvrir NAPALM DEATH c'est certainement pour cela, c'est aussi pour ça que j'ai pas de suite compris ce qu'était Scum lorsque j'ai voulu remonter les al(...)

03/07/2022, 10:06

NecroKosmos

Superbe travail !! Moi aussi, je suis un fan ultime de NAPALM DEATH. Je suis leur carrière de près depuis que j'ai découvert le groupe à la sortie de FROM ENSLAVEMENT... et n'ai jamais décroché malgré leurs prises de risques ou changement(...)

03/07/2022, 07:22

Benstard

Ouais pareil , la production est générique a mort, bon c'est quasiment tout les groupes comme ça , mais entre la guitare avec ce son de gratte en mode pédale brancher sur une table de mix et la batterie avec la caisse claire ultra numérique...mais bon ce gr(...)

02/07/2022, 14:45

afass

Generic and boring.

01/07/2022, 23:16

Arioch91

Achat prévu !

01/07/2022, 20:10

Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11