I - L'Appel

Voici donc un album qui aura connu un parcours hors normes depuis sa sortie initiale. D’abord édité en CD par Naturmacht Productions, la chaumière allemande d’HAVUKRUUNU, de LEBENSNACHT, de MORTIS MUTILATI, d’ONIRISM et de SVADILFARE en octobre dernier, puis en vinyle chez Les Acteurs de L’Ombre de Gérald, et enfin en tape sur le plus modeste Solar Asceticists Production. L’histoire de partage aurait pu s’arrêter là, mais Gérald, pris de passion a pris la décision d’en offrir une nouvelle version digipack en juin 2018, histoire d’asseoir un peu plus la réputation d’un combo qui finalement, n’a pas produit grand-chose depuis sa création en 2007. Un simple split l’année suivant sa création, en compagnie des KAIRN, et puis un silence assourdissant, lors d’un hiatus de trente-six mois, qui prit fin en 2010 sans qu’aucune musique n’accompagne son retour. Sans doute un planning trop chargé, un Clément Flandrois, ex-SVART CROWN trop occupé, à tel point qu’on commençait à se demander si ce projet était viable, ou n’était qu’une simple anecdote dans une ligne de carrière un peu brisée. Et puis, au bout de sept ans, un premier véritable album, alléchant les structures de diffusion et de promotion, et que les fans de Black Metal ambitieux allaient vite ranger sur les étagères de leurs œuvres favorites, non sans raison. Nous saluons donc la réédition de l’objet en question, ce Serpentine que beaucoup ont écouté, que certains ont compris, et que peu ont assimilé, tel quel. Mais est-il facilement assimilable et compréhensible dans sa démarche ? Pas forcément.

II - Mouroir

HYRGAL est donc une créature aux mouvements erratiques, et à l’approche franche qui dévie un peu de sa trajectoire à intervalles réguliers. Si la bête est aisément classable dans une frange Black Metal au généralisme confortable, elle n’en adopte pas moins une gestuelle presque grotesque dans le rendu, sinuant entre les courants Post et Atmosphérique, pour mieux éviter les catégorisations un peu trop faciles. Un soin particulier apporté aux textes, hurlés en français, proches de la diction de la scène canadienne, mais farouchement ancrés dans une tradition nationale qui fait préférer les belles lettres aux invectives gratuites. Ici, la violence est celle de la musique évidemment, mais aussi celle des mots qui s’entrechoquent, qui riment, qui travestissent la prose pour en adopter les contours de narration, et qui finalement font plus qu’accompagner une trame instrumentale, qui la subliment. Pourtant, sublimer un tel déversement de haine n’est pas facile, mais comme je le disais précédemment à propos d’une autre sortie, il y a de la beauté dans la plus repoussante des laideurs. Comme il y a de la douceur dans les stridences les plus irritantes, et une invitation au voyage dans le statisme le moins contestable. Là est donc le propos d’un Serpentine qui mérite son nom à chaque intervention, et qui glisse entre notre conscience et notre inconscient, profitant d’une aptitude naturelle à mettre le bruit en forme et à modeler la haine pour lui faire épouser les contours d’un amour inconditionnel envers un genre qu’il prône, mais qu’il adapte à ses besoins. Et après une première piste en guise d’intro/cérémonie incantatoire, tribale, grondante, inquiétante mais séduisante, la brutalité la plus crue revendique son droit de cité, et les enfers se déchaînent sous notre ouïe incrédule, pas certaine d’avoir assisté à une mise en jambes aussi prompte depuis les débuts de la scène scandinave.

III - Till

Une scène scandinave qui a certainement eu un impact similaire à celle du Canada sur la créativité des HYRGAL, qui en fondent les différents dogmes dans un même creuset. On y retrouve ces accélérations suffocantes, ces vocaux éructés comme autant de signaux d’apocalypse en nihilisme, mais surtout, ces riffs discontinus, déliés ou étouffés, retenus ou libérés, qui condamnent la distorsion à ne jouer que son rôle de base d’amplification à outrance. Mais le groupe y ajoute sa propre patte, héritée d’une tradition nationale de théâtralité, de fausse complexité en gigogne que les plus acharnés compareront à MERRIMACK et toutes les autres sensations d’un pays qui passe aujourd’hui pour une référence. Une référence adaptant des standards classiques à une formalisation littéraire, et qui refuse la gratuité d’une brutalité en bestialité pour incruster la mélodie dans le maelstrom environnant, et qui est capable d’un instant à l’autre de citer les GRIS, MARDUK et WORMFOOD sans en nommer un seul des trois. Joli tour de force d’une présence qui se repose sur son passé pour dicter son présent, et qui finalement, nous agresse autant qu’elle ne nous séduit, et nous entraîne aux confins d’un monde dont elle seule connaît l’absence de limites.

IV - Représailles

D’aucuns se diront que Serpentine a déjà été abondamment disséqué, et qu’il a rejoint depuis longtemps (l’année dernière certainement), les listes des albums les plus admirés de son époque. Mais le problème avec ce genre de louanges précoces, est que les conséquences d’une telle assertion en occultent les qualités les plus fondamentales. A force de vénérer l’œuvre de l’extérieur, on en oublie ce qu’elle recèle à l’intérieur. Une grandeur dans la décadence, une progression dans la bestialité, une basse qui ondule et sinue, une rythmique figée, mais évolutive, et puis cette guitare acide qui tourne autour du cadavre comme un charognard affamé, nous rappelant que finalement, le Black Metal, aussi détourné et modelé soit-il reste toujours la forme la plus pure de violence instrumentale, spécialement lorsqu’il est pratiqué par des musiciens intelligents, en ayant saisi tout le dramatisme. Et « Représailles » de nous les rappeler, dans une exhortation époumonée qui se sert de chœurs désincarnés pour incarner la mort dans toute son horreur, et sa beauté.

V - Aux diktats de l'instinct

L’instinct justement est trompeur. C’est celui qui croit percevoir dans une intro un peu doucereuse les prémices d’une ouverture Post qui n’a pas lieu d’être. Du Black, juste du Black, mais du Black transcendant, noble et argumentatif, mais toujours viscéral. Belle dualité. Et même quelques sensations accrocheuses, comme un riff qui finalement impose un mid-tempo qu’on se prend à secouer de la tête, avant qu’une tornade de blasts ne nous l’emporte.

VI - Rite

Moment de paix, ou intronisation finale dans une procession, une congrégation, une assemblée. Façon de célébrer des Dieux anciens, ou de passer un stade dans la maturation, ou la compréhension.

VII - Etrusca disciplina

Ce passage vers une nouvelle étape demande parfois un sacrifice personnel, ou une réalisation de soi. Réaliser son potentiel, ses moyens, et apprendre à les exploiter à leur plein régime, en juxtaposant toujours ces couches sonores dignes d’un magma Wagnérien, entièrement dévoué à la haine ancestrale d’un « autre », de « concessions ». Alors, on avance coute que coute, et on provoque, on stimule les sens, et on les force à creuser sous la surface d’une musique somme toute assez facile d’écoute au prime abord, mais tellement riche au second qu’on comprend qu’on en a égaré sa magnifique substance. Un chant qui se dédouble, des textes toujours plus fouillés, des cassures plus marquées, des silences plus profonds, et des étiquettes qui ne sont que noms. Rarement riffs auront été si similaires et différents à la fois. Rarement auront-ils provoqué le flou des nuances et l’effacement des limites tout en s’accordant d’une texture âpre et acre. Rarement auront-ils été si vénéneux, si râpeux, et pourtant, si essentiels à la mise en place mélodique de tout album de BM noble qui se respecte. Et cet ensemble qui est toujours parfaitement en accord avec lui-même. A tel point qu’on parle « d’atmosphérique » sans vraiment connaître le sens profond de ce terme, mais en acceptant que les HYRGAL puissent le revendiquer, sans vraiment en accepter le sens de la contemplation et la gratuité des arrangements évanescents. Car sur Serpentine, tout est concret, mais onirique à la fois. Brutal, mais pas complaisant. Formel, mais personnel. Et c’est certainement pour ça que cet album a connu un parcours hors normes depuis sa sortie initiale. Parce que tout le monde veut le faire écouter à tout le monde, après avoir réalisé que son unicité dans la globalité mérite une attention particulière…   

       

Titres de l'album:

                         1.I - L'Appel

                         2.II - Mouroir

                         3.III - Till

                         4.IV - Représailles

                         5.V - Aux diktats de l'Instinct

                         6.VI - Rite

                         7.VII - Etrusca Disciplina

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 06/07/2018 à 14:04
90 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....