Lorsqu’on chronique Sermons of the Devouring Dead de CADAVERIC INCUBATOR, on sait généralement ce qu’on fait, et ce qu’on est en droit d’attendre. Les mauvaises surprises ne sont pas vraiment l’apanage des groupes qui choisissent tel nom de baptême, même s’ils attendent treize ans avant de pouvoir enfin proposer leur premier longue-durée. Mais dès lors, la seule question qui reste en suspens, sur des lèvres dégoulinant d’écume est la suivante :

Brutal Death, Slamming, Technical ou old-school putrid ? La réponse est dans la question est sous le bordel qui vous attend au détour des sillons de ce 12’’ proposé et distribué par Hells Headbangers Records. Plutôt la dernière option, avec une sévère base Death Grind qui ne s’adresse pas vraiment à ceux qui ont le cœur trop fragile. Malade du palpitant ? Passe ton chemin, ces finlandais grognant risquent de faire exploser tes ventricules à grands coups de rythmique qui t’accule, et d’encombrer tes artères d’émanations vocales coagulantes s’amassant telles des dépôts de graisse sur les parois. Ici, c’est la brutalité qui règne en maîtresse, et pas question de négocier. D’ailleurs, les mecs sont plutôt francs du collier sur leur approche édentée.

« C’est du Death Metal pour les accros au Death Metal, par des accros au Death Metal. Cet album est notre plus sincère doigt d’honneur à toutes ces merdes modernes se définissant comme étant du Death. On ne joue pas old-school juste pour le plaisir de l’être, mais seulement parce que c’est tout ce qu’on sait faire. C’est le genre de disque qu’on avait envie d’écouter, alors nous l’avons fait nous-mêmes ».

Et partant du principe de l’adage populaire qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, Necroterror (guitare/chant), Pentele (batterie) et Noisehunter (basse) se sont enfin décidés à franchir le pas qui les séparaient de leurs débuts et d’une entame vraiment professionnelle, en nous offrant sur un plateau de tripes fumantes douze tranches saignantes de Death Grind bien épicé, et servi sans chichis, qui va renifler du côté d’EXHUMED, DISGORGE, CARCASS ou BLOOD de quoi nous tenir l’estomac. Les effluves sont nauséabondes, et ne flattent pas l’odorat, mais le résultat dégage un joli parfum mortifère de salle d’autopsie d’enfer, avec pile de cadavres empilés sans précautions, et médecin légiste qui les pèle comme des oignons. Après un parcours presque sans faute, et une première démo qui fit grand bruit (Resurgence of Morbidity, 2005), les CADAVERIC INCUBATOR ont enchaîné sur un split tripartite en compagnie des amuseurs publics de FETAL DECAY et MORTALIZED, avant de retomber dans les affres d’une nouvelle démo…presque dix ans après leurs derniers travaux d’embaumeurs (Unburied Abominations, 2014). Rasséréné par ce regain d’intérêt, le leader maximus Necroterror se senti pousser des os, et osa le coup de la compilation exhaustive (Unburied Morbidity, 2015), avant de se remettre à composer pour enfin permettre à sa carrière de décoller. D’où ce Sermons of the Devouring Dead qui ne bouffe qu’à un seul râtelier, celui d’un Death effectivement très marqué, et symptomatique d’une époque passée, ou l’agression ultime consistait à diluer l’acide de batterie de CARCASS dans un bain de fumier à la REPULSION, pour obtenir le cocktail le plus explosif et puant qui soit.

Opération répulsion réussie, puisque ce premier jet très concis nous gicle au visage comme du pus d’une plaie, nous contaminant les oreilles de son virus Death vraiment très agressif, qui a légèrement muté avec les années, et devenu de fait une machine de destruction massive. Pas une once d’originalité là-dedans, mais une efficacité optimale, et une joie de composer des hymnes barbares qui fait plaisir à entendre, tant que vous avez encore des tympans. Si les influences/références de l’école Earache sont palpables même à travers la peau, elles sont vite fondues par des sucs gastriques performants, qui font leur travail de digestion avec application. Une grosse basse grondante, des vocaux à la limite du Gore, une rythmique qui met tout le monde d’accord, entre écrasement des rotules et abattement vitesse grand V des clavicules, et le manège suit son tour de piste, avec une célérité qui parfois cède le pas à une lourdeur écrasante. Les choses sont mises au point dès « Gravestench Asphyxiation », qui effectivement vous asphyxie de ses blasts sans ménagement, avant de vous pulvériser de sa violence instrumentale à l’avenant. Ça joue en rangs serrés, le chant faisant office de troisième ligne rythmique, exhortant ses horreurs comme un chirurgien exigeant ses instruments pour découper les chairs, et l’on dodeline gentiment de la tête au son d’un énorme Death ventru, qui n’a rien oublié de son vécu.

Efficace, mais aussi ludique. Entre quelques prouesses rythmiques notables et des interventions de basse distordue, pas le temps de s’ennuyer, d’autant plus que le trio a privilégié les incarnations courtes, ne dépassant qu’en trois occurrences la limite impartie des trois minutes, pour trois morceaux n’étant d’ailleurs pas les plus inintéressants de la démonstration. Ainsi, « Rite Of Eibon » se complait dans une débauche de contretemps, menant hystériquement sa barque, avec force roulements, grognements, mais aussi astuces accrocheuses qui agrémentent sa dynamique pour la rendre plus épileptique. On désosse donc dans la bonne humeur et en pouvant se reposer sur une précision instrumentale notable, qui s’autorise même quelques dérapages d’ambiances poisseuses tout à fait délicieuses. Samples, lenteur post-mortem, qui s’accorde très bien d’un grand écart soudain avec le Grind le plus malin. Dans ces passages les plus bourrins, l’ombre de CARCASS plane bas au-dessus de la table d’opération, tout comme celle d’un MORTICIAN plus éduqué et moins grognon. Nous sommes entre gens de mauvais goût, et le plaisir non feint dure sa bonne petite demi-heure sans que l’ennui de la répétitivité de membres arrachés tombant sur le sol glacé ne pointe le bout de son nez gelé. D’ailleurs, comment résister à de petites gerbes comme « The Covenant Of Gore », qui assemble à la Frankenstein des segments Crust à des ligaments Grind, ou au concassage en règle de « Conceived In Filth », qui suppure de ses blessures, et nous offre un long développement prenant, qui enserre notre gorge en nous donnant la BENEDICTION ?

Impossible je l’admets, et le produit prend vite des allures de symphonie de malades complètement conscients de leur goût prononcé pour les pathologies avancées…

Ce manuel de dissection est tout à fait dans les normes de qualité, et gageons que les finlandais doivent être fiers de leur méthode Assimil pour tarés. Ils l’affirment bien haut et fort, Sermons of the Devouring Dead n’est rien d’autre que du Metal de la mort, porté en étendard et planté sur le dard d’un pauvre cadavre en rigor mortis. Pas ragoutant comme tableau, mais terriblement excitant.


Titres de l'album:

  1. Gravestench Asphyxiation
  2. Hideous Premonition
  3. Cadaveric Incubator
  4. The Covenant of Gore
  5. Cold in Casket
  6. Rite of Eibon
  7. Massacred
  8. Swarming Decay
  9. Unburied Abominations
  10. Conceived in Filth
  11. The Undead Fiend
  12. Horrific Festering Plagues

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/11/2017 à 14:45
75 %    186

Commentaires (1) | Ajouter un commentaire


RBD
membre enregistré
06/11/2017 à 12:41:11
Je ne connaissais pas, à première vue j'aime bien.

Ajouter un commentaire


Véhémence

Par le Sang Versé

A Pale Horse Named Death

When The World Becomes Undone

Jetboy

Born To Fly

Lugnet

Nightwalker

Insanity Alert

666-Pack

Triste Terre

Grand Oeuvre

Flotsam And Jetsam

The End of Chaos

Necrogosto

Necrogosto

Mayhem

De Mysteriis Dom Sathanas

Horrisonous

A Culinary Cacophony

Dust Bolt

Trapped in Chaos

Pissgrave

Posthumous Humiliation

Aberracion

Nadie Esta Libre

Malevolent Creation

The 13th Beast

Together To The Stars

An Oblivion Above

Queensrÿche

The Verdict

Musmahhu

Reign of the Odious

Cold Colours

Northernmost

Destiny Ocean

Peace Love & Heavy Metal

Endless Disease

The End of All Life

Liévin Metal Fest #4 (samedi)

JérémBVL / 18/03/2019
Benighted

Cernunnos Pagan Fest 2019

Simony / 12/03/2019
Celtic Metal

LORDS OF CHAOS / Critiques du film

Jus de cadavre / 12/03/2019
Film

Interview HATRED DUSK

JérémBVL / 11/03/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

+ Meshiaak + Overkill

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Meshiaak + Overkill + Flotsam And Jetsam

20/03 : Le Trabendo, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Exactement la même sensation d'un rendu un peu plus "pop" avec ce nouvel album mais une fois rentré dedans je le trouve absolument excellent. Je me suis forcé à l'enlever de ma platine parce que sinon il aurait fait l'année dessus, mais il va très vite y revenir comme ses illustres prédécess(...)


Aaaaaahhh !!!
A PALE HORSE NAMED DEATH !!!
Un des rares groupes actuels dont j'attends les sorties et tournées avec toujours la même réelle impatience.
Une fois de plus, je ne suis pas déçu par leur dernier ouvrage.
Comme le dit très justement Simony, il faut toujours u(...)


Un album juste incroyable. Une ambiance de fou, des riffs guerriers et mélodiques, une production très claire (limite trop "bonne", ce serait mon seul "reproche"). Le premier morceau est pour moi une leçon de Black épique. Juste excellent !
Un grand bravo au groupe et merci mortne pour ce(...)


Ah oui, bizarre, c'était 18h la semaine dernière.
Comme y'a "que" 3 groupes au lieu de 4, ceci explique cela. Cool, tant mieux !


Sur le site du Trabendo, il est annoncé une ouverture des portes à 19h00...
http://www.letrabendo.net/overkill-2/


Meshiakk a jeté l'éponge, remplacé par Chronosphere sur la tournée mais pas sur la date de Paris, ni en suivant. Dommage, c'était un choix plus cohérent. Du coup, pas de groupe local avant Flotsam n'est annoncé. Quelqu'un sait-il si le premier show démarre juste à l'ouverture des portes, pr(...)


"De Kristian Vikernes ou d’ Øystein Aarseth, qui est le vrai coupable ? On ne le saura sans doute jamais, et c’est tant mieux."

Le vrai coupable ça reste celui qui a tué l'autre.


Hmmm... le nouvel Abnormality n'a pas l'air de dévier et c'est bien ce qu'on demande !


plutot death que thrash. definitivement


mème chose on est loin du 1er album (ah jeunesse)....


Un côté très old school, et autant proche du thrash que du Death.

Morceau sympa, j'attend un peut mieux du reste.


Ah ah ah !
Ouais merde... Putain, je pensais pourtant avoir fait "le tour de la question"...

PS : Il me semble même qu'il escompte adopter avec son compagnon du moment.


Va falloir que je l'écoute en entier cet album, j'ai ignoré quasiment tout le mouvement black de ces années, mis a part ugra karma et ceremony of the opposites.


TU as oublié de préciser qu'il était homo également


Une pierre angulaire du black, un album essentiel, un manifeste à le fois séminal et terminal. J'ai dû l'écouter des centaines de fois depuis mes débuts de metalhead il y a près de 25 ans, et je ne m'en lasse toujours pas...


D'après mes sources, Emory Cohen (Varg Vikernes dans le film) est effectivement juif.
Mais également éthiopien par sa mère, gitan du côté de son père, encarté au Parti Communiste et d'obédience maçonnique.


"Le plus drôle, c'est que l'acteur qui joue Vikernes s'appelle Cohen"

Et encore, il aurait pu être noir !!!


1) "Je ne jurais que par Darkthrone en BM Norvégien"
Rassures-toi, il y a pire comme référentiel hein.
2) "A l'occasion d'un concert (en salle) où le groupe jouait "De mysteriis (...)" en intégralité y a eu le déclic"
J'avais forcément vu le groupe avant en live (claquasse (...)


Oui il est juif, le réal avait vraiment une dent contre Varg je crois, ou alors de l'humour :D ! Ça lui reste en travers de la gorge ce film je pense à Varg, il fait des vidéos ou il commente le film, énumère toutes les erreurs et mensonges (selon lui bien sur)... Je comprends qu'il veuille se(...)


J'ai vu le film est il est super captivant, je retiens pleins de bons point donc je vais dire le peut de "décevant".

1-Certains membre de Mayhem trop en retrait, Necrobutcher viré comme ça en quelques seconde, Hellhammer trop discret, pas une seul fois le nom de Maniac.

(...)