Inglorious Darkness

Crematory

27/05/2022

Napalm Records

Avant de commencer cette chronique, je me dois de vous faire un aveu : je n’ai pas écouté le moindre titre de CREMATORY depuis Act Seven. D’aucuns estimeront donc que je ne suis certainement pas le mieux placé pour chroniquer ce nouvel album, mais j’irai contre leur avis en émettant une opinion sur cet Inglorious Darkness qui m’a été chaudement recommandé par plusieurs collègues de la presse Metal. Bien sûr, plus de vingt ans et neuf longue-durée passés sous mon silence semblent un handicap difficile à combler pour émettre un avis objectif sur cette seizième réalisation du combo de Mannheim, mais le recul et la naïveté de la sincérité sont parfois les deux critères les plus utiles au moment de juger de la qualité intrinsèque d’une œuvre.

So…

Je m’attendais en premier lieu à un line-up complètement renouvelé avec un seul membre d’origine, et j’ai donc été agréablement surpris de constater que trois anciens étaient toujours fidèles au poste, avec évidemment Felix Stass au chant, mais aussi Markus Jüllich à la batterie et la programmation, et Katrin Jüllich aux claviers et samples. Le reste de la formation a été renforcée en 2015 par le guitariste Rolf Munkes, tandis que le poste de bassiste a été confié l’année dernière à Patrick Schmid. Mélange de sang pur et neuf, le CREMATORY 2022 se présente donc sous son premier jour nouveau pour cet Inglorious Darkness, intervenant deux ans après Unbroken et quatre après Oblivion.

Et dès la première écoute, j’ai retrouvé le CREMATORY que j’avais apprécié dans les nineties, quelque part entre PARADISE LOST et OOMPH !, gothique et Tanz Metal à la fois, et toujours aussi doué pour trousser des ambiances gothiques à souhait, toutefois plus proches d’un décorum victorien factice que de la Hammer ou de BAUHAUS. Les allemands, fidèles à leur approche nous livrent donc une nouvelle pelletée de tubes, qui parfois rappellent un RAMMSTEIN Pop/Metal, comme en témoignent de nombreux hits forts en refrains fédérateurs et chœurs à profusion (« Trümmerwelten »).

La reprise de contact s’est donc effectuée sans douleur, le style du quintet n’ayant pas vraiment changé. Si parfois, certains de leurs albums pouvaient paraitre forcés, ou pour le moins accouchés dans la douleur, Inglorious Darkness sonne lui très naturel, instinctif mais réfléchi, et apte à séduire un public avide de tempo sautillant et de riffs purement germains (« Rest in Peace »). Le CREMATORY d’Awake n’est donc pas si loin dans les mémoires et les faits, et j’ai pris beaucoup de plaisir à retrouver l’énergie rigoureuse des allemands, leurs rythmes si dansants, et cette voix grave et rauque, en réminiscence des premières années encore placées sous le signe d’un Death Metal propre et subtilement électronique.

En quarante-huit minutes, CREMATORY effectue un survol sympathique de sa propre carrière, se montre allusif à toutes ses étapes ou presque, lâche des bombes de dancefloor à une cadence élevée (« The Sound of My Life »), reste concis et concentré, mais n’oublie pas non plus la grandiloquence des années gothiques, que l’on savoure claviers en avant. « Tränen der Zeit », encore une fois assez proche d’un RAMSTEIN des jours tranquilles prouve s’il en était besoin que le groupe reste l’une des influences possibles de Till et sa bande, tout comme « Until We Meet Again ». Avec ce mélange d’anglais et de langue gutturale natale, CREMATORY offre une variété de diction non négligeable, et nous sert encore bouillants des morceaux en fusion, comme ce « Zur Hölle », rouleau-compresseur en mid-tempo charnu, qui sautille sur un riff addictif aux syncopes futées.

Bien que cohérent de bout en bout, Inglorious Darkness n’est reste pas moins diversifié pour ne pas lasser. Les ambiances Dance succèdent aux humeurs plus sombres et Heavy, le tout mis en exergue par un son parfait, aux graves en écho et aux arrangements très distincts. Les fans seront donc comblés par ce nouveau chapitre de la saga qui saura récompenser leur fidélité, mais qui permet aussi à certains ayant abandonné le navire il y a bien des lunes de rejoindre la croisière.     

Certes, le style CREMATORY dispose d’une marge de manœuvre très réduite, et si en observateur lointain j’ai cru reconnaître le groupe que j’avais connu dans les nineties, cela signifie qu’il ne s’est guère éloigné de ses obsessions. Mais après tout, il est toujours sympathique de faire un bond dans le temps, et de constater que des valeurs sures le sont toujours. Bonne surprise donc sans en être une, et un disque presque parfait de bout en bout, qui a de faux-airs de Best-Of déguisé en nouvel album.

     


Titres de l’album :

01. Inglorious Darkness

02. Break Down the Walls

03. Trümmerwelten

04. Rest in Peace

05. The Sound of My Life

06. Tränen der Zeit

07. Until We Meet Again

08. Zur Hölle

09. Not for the Innocent

10. Forsaken

11. Das Ende


Site officiel

Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 10/06/2022 à 16:16
80 %    124

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

HELLFEST 2022 / Part 1 / Du jeudi 16 au dimanche 19 juin

Jus de cadavre 30/06/2022

Live Report

Interview de NESTOR

Chief Rebel Angel 25/06/2022

Interview

The Ocean + PG Lost + Psychonaut

RBD 10/06/2022

Live Report

NECROWRETCH + HEXECUTOR + LORD GALLERY / Rennes (Ubu)

Jus de cadavre 01/06/2022

Live Report

Agressor + Mercyless

RBD 28/05/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 2

mortne2001 26/05/2022

La cave
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Harry Klein

Je trouve les idées "zombie truc" affreusement rincées mais le morceau est effectivement très bon et appétissant. 

01/07/2022, 09:48

LeMoustre

Parfait ça. Achat direct comme prévu 

01/07/2022, 09:39

Simony

Commande faite, je ne sais pas si notre cher Mortne2001 connait ça... C'est le Thrash que j'aime !

01/07/2022, 09:08

Jus de cadavre

Hé oui c'est vrai ! Mais bon c'est la force du Hellfest : son affiche de malade qui à chaque fois te fait dire "aller j'y retourne !"

30/06/2022, 22:53

RBD

Hé, JdC, je croyais que tu ne voulais plus retourner au Hellfest, ha ha !! Le covid a changé bien des choses. Nous avons tous très faim.Je ne suis pas étonné, autrement, de l'excellente impression laissée par Agressor, ça m'a fait (...)

30/06/2022, 14:55

Simony

Totalement d'accord avec toi Jus de cadavre, c'est du tout bon avec cet esprit simple et efficace que j'aime beaucoup dans ce groupe.

30/06/2022, 14:43

Jus de cadavre

Simple, basique, efficace. 

30/06/2022, 11:53

Jus de cadavre

Cette prod encore ! Un petit côté Thrash de bâtard ce titre, avec un son de tronçonneuse. Le pied.Super nouvelle en tout cas, ça sent un top de fin d'année cet album... 

30/06/2022, 11:43

Gargan

Le petit clin d'oeil sur la police de caractères

30/06/2022, 11:35

M\'Z

Merci beaucoup pour le repartage, je mets le lien d'écoute sur toutes les plateformes digitales :

30/06/2022, 09:11

Arioch91

J'attends de découvrir tout l'album avant de passer à la caisse.Scourge of the Enthroned n'avait pas duré longtemps dans mes esgourdes.Alors j'espère que celui-ci se montrera plus passionnant.

29/06/2022, 22:12

Buck Dancer

Je préfère quand même les clips qui se passent dans un hangar, bien plus original.Sinon, je m'en lasse pas de ce morceau. Si le reste de l'album est du même niveau, ils vont enterrer la "concurrence". 

28/06/2022, 18:44

Deathcotheque

Mauvaise traduction très certainement.Conseil à tous : utilisez DeepL au lieu de Google traduction quand vous avez besoin d'une traduction correcte.

28/06/2022, 14:49

Orphan

On ne peut que saluer le travail de cette vidéo, qui à la mérite de raconter qqchose. A l'image de ce morceau, au moins il se passe un truc dans ce clip.

28/06/2022, 11:35

fallwarden

musicalement ignoble, hyper formaté et ultra prévisible. 

28/06/2022, 06:35

Steelvore 666

Le groupe commente...Euh non en fait. C'est quoi ce charabia ? Une mauvaise traduction ou un concept complètement con à travers lequel personne ne comprendra rien ?

27/06/2022, 15:15

LeMoustre

Ahah, "Dave Mustaine presents", c'est comme Tom Cruise avec Top Gun, quoi !Les couplets chantés font furieusement penser au vieux Megadeth dans leur phrasé. Parties de guitares très bonnes, rien à dire. A voir le son, sur ordi dur de juger, mais l(...)

27/06/2022, 10:08

Hoover

Une synthèse entre un vieux Megadeth qu'on avait un peu oublié et le Megadeth récent (que personnellement j'aime bien). Super morceau!

26/06/2022, 06:16

Humungus

Ouch !!!Intrigué par vos commentaires, je me suis laissé tenté à une écoute (l'aurai-je fais sans cela ?)...Puis deux...Puis trois...Claquasse !!!Alors effectivement, rien de nouveau sous le soleil, mais un cassoulet r&eac(...)

25/06/2022, 07:22

Jus de cadavre

Ben putain ! Je pensais pas apprécier du Megadeth comme ça un jour ! Même le chant de Dave le canard est pas repoussant ! Incroyable. Et le clip a de la gueule.

25/06/2022, 00:44