Deux mois sans concert ! Vous m'avez manqué. Un tel hiatus, par la faute d'une annulation, ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Cette reprise allait se faire en douceur dans la cave du Black Sheep où je vous ai déjà souvent emmenés. Scott Kelly, pour les ignorants, est l'un des cofondateurs de Neurosis. Il a déjà pondu trois albums solos en parallèle, et je l'avais déjà vu en tournée solitaire il y a quelques années dans une autre cave de la ville. Cette fois, il est venu en Europe avec John Judkins de Rwake pour l'accompagner.

L'affluence était moyenne, une demi-salle, et ratissait le carré des fans de Neurosis sur la ville et à l'entour, à peu près le même nombre qu'en 2011. Un peu de merch et des vinyls étaient proposés aux chalands.


Mais avant il fallait découvrir SPHÈRE GRISE. Ce projet est porté par une seule jeune femme, avec une guitare semi-acoustique jouée de la main gauche. Le style se révélait assez vite, au contraire du tempo très lent. Ce drone mono instrumental faisait assez bande originale d'un film restant à inventer, et laissait paraître beaucoup plus de mélancolie que d'obscurité crasseuse du fait de la clarté des notes… On frôlait une NéoFolk ralentie. Quelques larsens s'échappaient de l'ampli, évidemment trop près à moins que ce fût voulu. L'avancée à pas comptés, accord après accord, dévoilait l'expression douloureuse d'un cœur écorché vif plutôt que banalement embrumé dans l'herbe.


Je n'avais jamais entendu parler de CROW, autre formation locale regroupant pourtant deux personnalités connues sur la place. Toujours dans la lumière rouge, mais assis, eux venaient dispenser une vraie Folk instrumentale, une guitare contre une basse. Cette fois le ton était sensiblement plus enjoué bien que restant tranquille. L'accroche venait par la qualité des compositions, assez travaillées et tendues en réalité. Leurs structures rappelaient fortement celles du Post-Core à la Neurosis ou Cult of Luna, comme une fin du monde au pied modeste, laissant voir ses mélodies par une orchestration réduite un dimanche soir d'hiver au coin du feu… et comme une bonne transition vers le clou de la soirée. À suivre, sans doute.

 

Il était assez tard quand SCOTT KELLY & JOHN JUDKINS investissaient enfin la scène. Kelly demeura debout, et Judkins s'assit comme simple accompagnant. La musique prenait une autre dimension ne serait-ce que par l'emploi, enfin, de paroles par-dessus. L'anglais de Kelly est très compréhensible, ses histoires simples et vraies de Bluesman transportent dans l'Amérique profonde. Si bien qu'un complet silence s'installa peu à peu quelque temps. Issu pour sa part du pays du Blues, Judkins se limitait à poser quelques notes électriques discrètes, mais essentielles, pour affiner les émotions transmises par une simple guitare et par cette voix grave, qui modulait parfaitement son potentiel de puissance pour chanter le Blues comme s'il avait fait ça toute sa vie… ce qui est peut-être le cas sans qu'on s'en soit rendu compte, en fait. Quand une larme semblait couler de son œil droit, il fallait croire qu'il peut être encore bouleversé, lui aussi, par ce qu'il donne chaque soir. Un seul passage exigea un petit surcroît d'énergie, tout de suite sensible. Son compagnon de tournée finit par appuyer quelques passages de chœurs suaves retenus et de complainte grave en expérience lentement racontée, le set atteignait l'heure, soit bien plus que la première fois. Quelques plaisanteries légères détendaient le cafard rongeant nos oreilles, sans pour autant briser l'ambiance. Le rappel prévu en réserve fut rapidement accordé, pour un titre assez court mais toujours dans le ton.

 Cette facette plus intime de Kelly méritait le détour, dérivant loin de l'univers de son groupe principal sans le trahir pourtant. Parfait pour clore dans la quiétude un dimanche de janvier.

par RBD le 24/01/2018 à 15:30
   351

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
26/01/2018 à 07:34:39
Ils ont sorti un album ensemble de ce projet Scott et John ? Je ne me suis jamais penché sur Neurosis, ni même Shrinebuilder (vu en concert au Roadburn pourtant). Va falloir remédier à tous ça je crois...

Humungus
membre enregistré
27/01/2018 à 06:03:09
Indispensable SHRINEBUILDER mon cher Jus de cadavre...
Cf. Wino...

Ajouter un commentaire


Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Mutilate

Contagium

Volt

The Grand Deception

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !