Deux mois sans concert ! Vous m'avez manqué. Un tel hiatus, par la faute d'une annulation, ne m'était pas arrivé depuis longtemps. Cette reprise allait se faire en douceur dans la cave du Black Sheep où je vous ai déjà souvent emmenés. Scott Kelly, pour les ignorants, est l'un des cofondateurs de Neurosis. Il a déjà pondu trois albums solos en parallèle, et je l'avais déjà vu en tournée solitaire il y a quelques années dans une autre cave de la ville. Cette fois, il est venu en Europe avec John Judkins de Rwake pour l'accompagner.

L'affluence était moyenne, une demi-salle, et ratissait le carré des fans de Neurosis sur la ville et à l'entour, à peu près le même nombre qu'en 2011. Un peu de merch et des vinyls étaient proposés aux chalands.


Mais avant il fallait découvrir SPHÈRE GRISE. Ce projet est porté par une seule jeune femme, avec une guitare semi-acoustique jouée de la main gauche. Le style se révélait assez vite, au contraire du tempo très lent. Ce drone mono instrumental faisait assez bande originale d'un film restant à inventer, et laissait paraître beaucoup plus de mélancolie que d'obscurité crasseuse du fait de la clarté des notes… On frôlait une NéoFolk ralentie. Quelques larsens s'échappaient de l'ampli, évidemment trop près à moins que ce fût voulu. L'avancée à pas comptés, accord après accord, dévoilait l'expression douloureuse d'un cœur écorché vif plutôt que banalement embrumé dans l'herbe.


Je n'avais jamais entendu parler de CROW, autre formation locale regroupant pourtant deux personnalités connues sur la place. Toujours dans la lumière rouge, mais assis, eux venaient dispenser une vraie Folk instrumentale, une guitare contre une basse. Cette fois le ton était sensiblement plus enjoué bien que restant tranquille. L'accroche venait par la qualité des compositions, assez travaillées et tendues en réalité. Leurs structures rappelaient fortement celles du Post-Core à la Neurosis ou Cult of Luna, comme une fin du monde au pied modeste, laissant voir ses mélodies par une orchestration réduite un dimanche soir d'hiver au coin du feu… et comme une bonne transition vers le clou de la soirée. À suivre, sans doute.

 

Il était assez tard quand SCOTT KELLY & JOHN JUDKINS investissaient enfin la scène. Kelly demeura debout, et Judkins s'assit comme simple accompagnant. La musique prenait une autre dimension ne serait-ce que par l'emploi, enfin, de paroles par-dessus. L'anglais de Kelly est très compréhensible, ses histoires simples et vraies de Bluesman transportent dans l'Amérique profonde. Si bien qu'un complet silence s'installa peu à peu quelque temps. Issu pour sa part du pays du Blues, Judkins se limitait à poser quelques notes électriques discrètes, mais essentielles, pour affiner les émotions transmises par une simple guitare et par cette voix grave, qui modulait parfaitement son potentiel de puissance pour chanter le Blues comme s'il avait fait ça toute sa vie… ce qui est peut-être le cas sans qu'on s'en soit rendu compte, en fait. Quand une larme semblait couler de son œil droit, il fallait croire qu'il peut être encore bouleversé, lui aussi, par ce qu'il donne chaque soir. Un seul passage exigea un petit surcroît d'énergie, tout de suite sensible. Son compagnon de tournée finit par appuyer quelques passages de chœurs suaves retenus et de complainte grave en expérience lentement racontée, le set atteignait l'heure, soit bien plus que la première fois. Quelques plaisanteries légères détendaient le cafard rongeant nos oreilles, sans pour autant briser l'ambiance. Le rappel prévu en réserve fut rapidement accordé, pour un titre assez court mais toujours dans le ton.

 Cette facette plus intime de Kelly méritait le détour, dérivant loin de l'univers de son groupe principal sans le trahir pourtant. Parfait pour clore dans la quiétude un dimanche de janvier.

par RBD le 24/01/2018 à 15:30
   237

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
26/01/2018 à 07:34:39
Ils ont sorti un album ensemble de ce projet Scott et John ? Je ne me suis jamais penché sur Neurosis, ni même Shrinebuilder (vu en concert au Roadburn pourtant). Va falloir remédier à tous ça je crois...

Humungus
membre enregistré
27/01/2018 à 06:03:09
Indispensable SHRINEBUILDER mon cher Jus de cadavre...
Cf. Wino...

Ajouter un commentaire


Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Syd Kult

Weltschmerz

Which Witch Is Which

Which Witch Is Which

Freehowling

A Frightful Piece Of Hate

Bad Fantasy

Age Of Morons

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Tyrant Fest J1 [Photo Report]

Simony / 25/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Aura Noir + Obliteration

10/12 : Le Ferrailleur, Nantes (44)

Solstafir

11/12 : Les Abattoirs, Cognac (16)

Aura Noir + Obliteration + Vorbid

11/12 : Le Grillen, Colmar (68)

Solstafir

12/12 : Le Moloco, Audincourt (25)

Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?


Donc Ici on ne peut pas être anti-fa, et vegan sans être aussi une cible...


Les antifas sont effectivement aussi fascistes que ceux qu'ils dénoncent. Pitoyable histoire...


Si Jeff est aussi insipide dans MDB qu'il ne le fut dans Paradise Lost, ça promet de sombres catastrophes. Je me souviens encore de la manière dont il détruisait "As I die" sur scène...


Très très curieux d'entendre ça, surtout avec le retour de Langqvist.


Faut voir le résultat, je suis très méfiant avec CANDLEMASS qui n'a rien proposé de bandant depuis fort longtemps ! Mais sur le papier... oui c'est la classe ultime !


C'est exactement ce que je me disais... La classe !


"Mais aussi que Toni Iommi (ex-BLACK SABBATH) apparaissait sur le titre "Astorolus - The Great Octopus" le temps d'un solo".
Si ça c'est pas la grande classe... ... ...


Malheureusement même "critique" que la dernière fois Mold_Putrefaction...
Quoi qu'il en soit merci pour tout ce temps pris.


Ecoutez Chiens, ce groupe est vraiment excellent dans le grindcore, il en vaut vraiment la peine !


De toute façon, les "antifas" sont des "fascistes", y a pas vraiment besoin d'aller plus loin... bon courage à UADA !