Avec un nom pareil, personne ne me fera croire qu’ils/elles ne l’ont pas fait exprès. Pour que je les chronique s’entend. Parce qu’un combo qui choisit délibérément le nom de VIVA LA VULVA ! s’expose de fait à mon analyse et à mon respect le plus immédiat.

Dont acte.

Le problème, c’est qu’une fois encore avec un groupe qui débute, les informations ne courent pas les sites. Et mis à part le Bandcamp officiel du combo, rien à l’horizon comme dirait sœur Anne, spécialiste du Hardcore local.

Alors, allons-y.

Dénichés sur mon Vk préféré, les VIVA LA VULVA ! sont un groupe de Hardcore originaire de Krasnoïarsk, Sibérie, et ont donc publié au mois de février leur première démo éponyme, à la pochette qui sent bon les flyers Core des damnées 80’s.

En dehors de ça, pas grand fait à mettre en avant si ce n’est un line-up entièrement féminin semble t-il puisqu’un fameux blog de Punk les définit comme un groupe de la mouvance Riot Grrl. Mais à vrai dire, au vu du message propagé par leur nom, on s’en serait un peu douté.

Riot Grrl peut-être, mais résolument Punk et Hardcore dans les faits. En six minutes et neuf morceaux, les VIVA LA VULVA ! ne perdent pas de temps en bricolage et rentrent directement dans le vif du sujet, et nous offrent un spectacle d’une rudesse et d’une crudité appréciables, qui s’inspire autant de la scène Hardcore du Boston des eighties, que de la violence Punk Russe contemporaine. En gros, un savant panaché east meets west provoquant une jolie collision brute qui refuse tout enrobage excessif.

Ici, tout est donc très nature et très direct. Le chant en idiome local est hurlé par une chanteuse qui se fait un malin plaisir à exhorter son message féministe, tandis qu’en arrière-plan, l’instrumental se veut rudimentaire, mais pas primaire pour autant, avec son lot de changements de tempo qui permet aux compositions de ne pas trop se ressembler.

C’est évidemment du DIY jusqu’au bout des ongles de pied, et c’est justement ça qui me sied. Sur une rythmique qui ne se perd pas en conjectures, une guitare aux riffs sobres et efficace se greffe, et le chant survole cette union avec un manque flagrant de délicatesse.

Basse gironde, rythme bondissant, voire virevoltant, « Интро-Хэви-рок » (« Intro/Rock Lourd » selon la traduction Google) donne le ton et place ses pions, Punk évidemment, avec un son très abrasif qui n’empêche pas la batterie de partir en vrille dans les BPM pour mieux nous affoler.

« Марш сомнений » confirme la saine violence, et si tous les morceaux restent sous la barre fatidique de la minute, les plans s’enchaînent et les idées se déchaînent sans discontinuer, nous donnant l’impression que les neuf titres sont démultipliés.

C’est évidemment amateur, pas toujours très carré, mais l’énergie est là, comme le prouve le torride « Семейные ценности », sur lequel la chanteuse s’époumone comme un fan de Black en pleine messe noire. Et si le rendu est basique et ludique, cette démo convainc de sa débauche de moyens non techniques, mais humains.

L’investissement est total, et on regrette sincèrement que le brutal ne dure pas plus longtemps, tant cette démo parvient à évoquer dans un élan collégial le Powerviolence le plus light, et le Hardcore le plus fight.

 Une démo qui vaut donc son pesant de roubles, et qui mérite toute l’attention des amateurs d’un Punk Hardcore viscéral, qui adapte sa musique à son message. Dommage d’ailleurs que ma compréhension du Russe soit inexistante, j’aurais volontiers décortiqué les lyrics pour mieux appréhender la démarche jappée. Mais la musique se suffit parfois à elle-même, et les VIVA LA VULVA !, sans faire allusion à leur nationalité, prouvent à ce cher Donald Trump que s’il souhaite les attraper par la chatte, il lui faudra bien du courage et des balls un peu plus grosses que celles qu’il n’a.


Titres de l'album:

  1. Интро-Хэви-рок
  2. Марш сомнений
  3. Танцы
  4. Семейные ценности
  5. Улыбайся
  6. Женская доля
  7. Штурм
  8. Жить в кайф
  9. Казак веган

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/03/2017 à 18:37
68 %    231

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Dynazty

Firesign

Scorched

Ecliptic Butchery

Axxis

Monster Hero

Architorture

World Peace

Brainstorm

Midnight Ghost

Necronomicon

Unleashed Bastards

Dream Patrol

Phantoms of the Past

Grrrmba

Embodiment

Black Phantom

Expiration Date

Fullminator

Crackattack

Benighted

Dogs Always Bite Harder Than Their Master

Black Paisley

Perennials

Disgrace And Terror

Age of Satan

Bogue Brigade

Ruinous Behavior

Lioncage

Turn Back Time

The Cruel Intentions

No Sign of Relief

Void

Jettatura

Cauldron

New Gods

Tony Mitchell

Beggars Gold

Bosse-de-nage

Further Still

Interview avec Harun Demiraslan

youpimatin / 20/10/2018
Groove Metal

Hangman's Chair + SBRBS / Live-report Rennes

Jus de cadavre / 09/10/2018
Stoner Doom

Voïvod + Bio-Cancer + Hexecutor

RBD / 06/10/2018
Mosh

Interview VOÏVOD - Daniel "Chewy" Mongrain

mortne2001 / 02/10/2018
Daniel Mongrain

Bloodshed Festial - Jour 2

Mold_Putrefaction / 02/10/2018
Breakcore

Concerts à 7 jours

+ Black Mirrors + The Vintage Caravan

26/10 : Backstage, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Il y a donc peu de chances de les voir tourner avec VIRUS...(pardon)


Mmmmh, ça risque de me plaire ça ! Et cet artwork (très Doom Metal dans l'ambiance pourtant) donne bien envie aussi !


On me provoque, là ! C'est l'un des quelques albums pour lesquels j'avais fait une chronique remontant le temps sur feu Violent Solutions il y a dix ans. Et mon avis n'a guère évolué : le contexte était très hostile pour le trio restant, et au lieu de vouloir rassurer les fans par un album bou(...)


Bon alors moi, forcément, je déteste cet album et d'ailleurs tout ceux qui ont suivi...
Même chose d'ailleurs pour tout ce qu'à pu faire le père Cavalera ensuite.
Vieux con speaking... ... ...


Merde, si j'avais connu ça en 1994 j'aurais adoré....c'est excellent.


Pas convaincu... entre cette intro "sur-blastée" qui sonne totalement forcée et ce chant mielleux ridicule, j'ai de sérieux doutes sur les ambitions (capacités ?) du groupe depuis le départ de Wichers...


En effet la production est juste énorme ! Ce son de gratte bordel...


HM2 tous potards au max! un son bien cracra comme j'aime et deux très bon morceaux
vivement le 26


On se croirait revenus 25 ans en arrière quand on découvrait Stratovarius ... pas désagréable, mais quel est l'intérêt de produire ce genre de musique de nos jours ...


Quelle excellente chronique! Merci


Les mêmes que sur l'album de Nader Sadek, avec Vincent à la place de Tucker... Curieux d'écouter ça, perso.


Ouais, ben ce second album est quand même carrément moins bon que leur premier... En même temps l'attente était énorme après le "buzz" de Devoid Of Light !


Un mec en veste en jean sans manches, à dit « ha ha » il parait...


Hé mais faut arrêter les gars, j'ai pénétré personne moi vous me prenez pour qui? :)


Superbe chronique, bein écrite et qui rassemble bien toutes les impressions du disque ! J'adhère à fond ! Merci d'avoir mis en avant BLACK PAISLEY !


Il sonne bien Suédois ou Néerlandais pour du Death Québécois, ça change.


Et bien rassures-toi RBD, ton report est à peine "moins pénétrant que celui d'un Mortne2001"...
Vraiment...
Bravo donc.


Oui, je pense que le groupe aussi ! Une galère interminable j'ai cru comprendre !


Affiche pas mal aussi hâte de voir AORLHAC et DARKESTRAH.....


En plus c'est une belle affiche ce lundi....