50-50

Paris

26/03/2021

Aor Heaven

Ce troisième album de PARIS est une franche réussite, mais aussi une belle histoire. Une belle histoire à plusieurs niveaux, d’abord humaine, mais aussi artistique, puisque 50-50 scelle la collaboration entre deux français avec l’énorme indépendant mélodique allemand AOR Heaven, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Si d’aventure, vous ne connaissiez pas le groupe, sachez qu’il est né d’une belle amitié entre deux musiciens originaires du sud de Paris, qui depuis les bancs de l’école s’entendent comme larrons non en foire, mais en festival Metal. Fans des groupes mythiques d’origine, les DEF LEPPARD, SCORPIONS, IRON MAIDEN et autres, Frédéric Dechavanne et Sébastien Montet se découvrent des passions communes, dont celle pour un Hard-Rock mélodique très typé 80’s, et c’est donc en toute logique que quelques années après leur rencontre, ils décident de fonder un groupe ensemble, duo magique sachant s’entourer des meilleurs pour justement défier les meilleurs sur leur propre terrain. Et sans faire preuve de chauvinisme qui n’a pas lieu d’être, il est quand même très plaisant de tomber sur des français capables de jouer sur le terrain des suédois et des américains sans avoir recours à des astuces faciles ou des recettes éculées et empruntées.

Mais je le conçois, et l’avoue sans honte, le plaisir d’écouter une musique d’une telle qualité en sachant qu’elle est produite par des français est décuplé. Huit ans après Only One Life, et cinq après The World Outside, PARIS revient donc avec la même équipe pour produire le même résultat, et c’est sans forcer que le duo nous offre encore cinquante minutes de chansons étincelantes et portées par des refrains en or. 50-50 ne fait donc pas dans le moitié-moitié mais bien dans le carton plein, et même si l’album est rempli jusqu’à ras-bord, il se laisse digérer avec beaucoup de facilité, les claviers et harmonies agissant en enzymes particulièrement puissants et efficaces.

Autour de Frédéric (chant/claviers) et Sébastien (guitare/chant/claviers), nous retrouvons donc des accompagnateurs de luxe, avec Steve Newman (NEWMAN, production, mastering, choeurs), Dave Bartlett (basse, choeurs) et Rob McEwen (batterie), soit un solide backing-band et un producteur de luxe, qui aident nos deux musiciens à mettre en valeur leurs compositions de premier ordre. Il est impossible en écoutant ce troisième chapitre de ne pas penser à W.E.T, ECLIPSE, HARDLINE, mais aussi à JOURNEY ou TOTO (le plus agressif, s’entend), tout comme il était impossible de ne pas y penser en savourant l’album précédent. Car loin d’un AOR mélasse au romantisme factice et dégoulinant, 50-50 propose un Hard-Rock mélodique typiquement européen qui a pourtant retenu bien des leçons des maîtres du Billboard des années 82/83. Inutile donc de craindre une myriade de ballades pleureuses pour midinettes masculines en manque d’amour profond, ou des déhanchés de clavier à la Final Countdown, ici, on traite la mélodie comme le faisait JOSHUA ou le meilleur SURVOVOR, en laissant loin derrière les souvenirs gras de STARSHIP ou REO SPEEDWAGON.

On peut à la rigueur formuler quelques griefs envers la voix de Frédéric, qui manque parfois d’assurance ou de coffre, amis avec l’apport de chœurs dans la plus grande tradition américano-scandinave, le tout est méchamment consolidé, d’autant que l’ami Sébastien n’est pas en reste pour dégainer des riffs solides et des soli inspirés. Il a une fois de plus reçu le soutien d’un autre instrumentiste de talent, Robert Säll (WORK OF ART, WET), venu poser un solo comme la tradition de chaque album de PARIS l’exige. Le mid-tempo est donc incisif, l’up tempo hargneux et véloce, La guitare bien mise en avant, et les synthés intelligents, ce qui nous offre un équilibre parfait, présenté avec beaucoup d’humilité par « Breathe In/Breathe Out », morceau d’entame qui plaque des claviers stellaires sur un riff classique, mais velu. La voix part immédiatement dans la douceur, et les chœurs assurent un tapis de nuages vocaux, et en quelques secondes, PARIS séduit, comme un week-end en amoureux dans notre belle capitale en automne. Romantiques, Frédéric et Sébastien le sont, mais pas niais, ce qui nous évite les roucoulades. Pas question de céder à la mièvrerie, et le faux rythme brillamment imposé par Rob McEwen sur le puissant « Ashes To Ashes » appuie sur la pédale, sans que les deux auteurs ne se départissent de leur sens harmonique aigu.

Du coup, les tubes déroulent, comme sur un best-of west-coast des années 80 dopé à l’énergie du Hard-Rock européen de la même époque. Les deux compères se connaissent par cœur, et sont capables de composer des hymnes que les jeunes suédois pourraient leur envier, à l’image de « Superhero », classique de l’AOR comme on en signe une fois de temps en temps, ou de « Some Heart », trépidant comme du VAN HALEN, mais smooth comme du JOURNEY.

Euphorique, heureuse, entraînante, souriante, cette musique donne de l’énergie à revendre, et vous transforme en pile électrique s’enthousiasmant d’un petit rien. Décharge d’adrénaline, montée d’endorphine, 50-50 résume à merveille le parcours des deux potes qui prennent toujours autant de plaisir à composer et jouer ensemble. On pourrait presque toucher leur osmose du doigt, tant leurs compositions reflètent leur passion, et cette amitié nous permet de déguster de petits chefs d’œuvre comme « No Bridge Too Far », puisque même en fin de parcours, l’album ne donne aucun signe d’essoufflement. Tout au plus notons-nous un peu plus de sensibilité sur « Game Changer » et « Valentine’s Day », qui pourraient illustrer la scène finale d’une rom-com typique.

L’excellence donc, et bien de chez nous en plus. Alors qu’on pensait le style chasse gardée des Etats-Unis et de la Suède, PARIS prouve finalement que notre pays est capable de s’accaparer les trophées sans devoir ramer, et 50-50 vous offre le double de plaisir pour le même prix. Comme le dirait Louis Bertignac, « jolie petite histoire ». Sauf que celle-là a tout d’une grande.    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Breathe In/Breathe Out,

02. Ashes To Ashes

03. Crazy Over You

04. Touch Me (With Your Eyes)

05. Can’t Get You Out Of My Mind

06. Surrender

07. Some Heart

08. Superhero

09. Half Of Me

10. No Bridge Too Far

11. Game, Changer

12. Valentine’s Day


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/11/2021 à 15:29
85 %    146

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Amer Smashed Pils

Un petit côté Archgoat qui n’est pas dégueu ! Les Estoniens sont forts… 

18/05/2022, 20:34

Kairos

Le groupe s'appelle tout de meme fromage de bite de bouc. L'imagination des groupe de metal m'etonnera toujours

18/05/2022, 19:41

xghx

Toujours aussi naze.

18/05/2022, 16:04

Krohr

@KanelsBack : Elle a déjà eu lieu ^^

18/05/2022, 15:52

KaneIsBack

Yes ! Merci pour la découverte ! J'adore ces groupes type War Metal avec des boucs et des cartouchières partout. Là, c'est bourrin et raw comme il faut avec juste la petite dose de maîtrise qui empêche le tout de sombrer dans le n'importe quoi.

18/05/2022, 14:42

KaneIsBack

@Krohr : pas de soucis   L'important est que l'album tue. Une petite tournée Sacrifizer / Bütcher / Hexecut(...)

18/05/2022, 14:33

Krohr

@KanelsBack : autant pour moi, je suis tombé sur le skeud avec les titres bonus... ce qui fait que ça dépasse le format initial qui est en effet un EP.

17/05/2022, 20:38

KaneIsBack

"La mort triomphante" était un EP, "Le diamant de Lucifer" sera

17/05/2022, 15:59

RBD

Avec un nouvel album il y a trois ans, Opprobrium semblait décidé à repartir. Ce retour inattendu le confirme. S'il pouvait apporter un peu de pêche, c'est tout ce qu'il faudrait.

17/05/2022, 12:45

Krohr

Merci pour la découverte ! En effet, dans la même veine sanguinolente que Hexecutor ou Bütcher.Je suis allé yeuter leur biographie, pour info : "Le Diamant de Lucifer" sera leur deuxième album, le premier étant "La Mort Triomphante"(...)

17/05/2022, 12:28

metalrunner

Super new vite du live

17/05/2022, 11:33

Jus de cadavre

Tuerie ! ! ! Bon les mecs ne sont pas des lapins de 6 semaines, mais bordel, quelle maturité pour un premier album ! Un des meilleurs albums de Speed depuis fort longtemps selon moi !

16/05/2022, 08:47

RBD

Je continue à prendre des places très à l'avance pour les concerts (ou plus exactement les tournées) que je veux absolument voir. Et avec les reports consécutifs, on arrive à des délais de cabourd ! Et parfois les annulations des uns permetten(...)

15/05/2022, 01:03

RBD

C'est un festival de format quasi-familial entre connaisseurs, quelques dizaines de passionnés qui se lâchent ensemble chaque année pour le plaisir des groupes qui participent. Ils sont tellement extrêmes qu'ils ont rarement l'occasion de réunir aut(...)

15/05/2022, 00:50

Crouton

Plus de concert pour moi, trop cher, plus motivé pour passer une soirée debout dont la moitié à me faire chier devant des premières parties qui ne plaisent pas, le prix des conso, du merch et une prestation pas toujours de qualité quand c'est pas l&a(...)

14/05/2022, 12:35

Crouton

Les grands méchants metalleux satanistes qui fuient au premier crachat d'un chrétien.

14/05/2022, 12:22

Sphincter Desecrator

Juste ne pas tomber dans l'excès... Réserver les concerts du mois en cours, un peu plus tôt pour les trucs les plus attendus et pour lesquels on sait que ça sera tendu, ça me paraît raisonnable.Mais toujours courir après l'év&(...)

13/05/2022, 20:36

Gargan

Je crois par ailleurs que Nougaro avait chanté une ôde à leur sujet, ô Tulus, un truc comme ça.

13/05/2022, 13:14

grinder92

Escroquerie absolue ou influence parfaitement intégrée ?Franchement, y'a des riffs qui sont quand même très très très proches de certains riffs de Carcass (périodes Necro / Heartwork / Swansong) ! Et la prod est aussi lourde que sur Heartwork, (...)

13/05/2022, 10:04

Humungus

"Tu ne vas pas avancer 12 places à 40€ et six mois d'avance, avec de toute façon le risque que ça soit quand même annulé"Typiquement mon cas.Avant le Covid, je prenais régulièrement mes places plusieurs mois à(...)

13/05/2022, 06:46