50-50

Paris

26/03/2021

Aor Heaven

Ce troisième album de PARIS est une franche réussite, mais aussi une belle histoire. Une belle histoire à plusieurs niveaux, d’abord humaine, mais aussi artistique, puisque 50-50 scelle la collaboration entre deux français avec l’énorme indépendant mélodique allemand AOR Heaven, ce qui n’est pas donné à tout le monde. Si d’aventure, vous ne connaissiez pas le groupe, sachez qu’il est né d’une belle amitié entre deux musiciens originaires du sud de Paris, qui depuis les bancs de l’école s’entendent comme larrons non en foire, mais en festival Metal. Fans des groupes mythiques d’origine, les DEF LEPPARD, SCORPIONS, IRON MAIDEN et autres, Frédéric Dechavanne et Sébastien Montet se découvrent des passions communes, dont celle pour un Hard-Rock mélodique très typé 80’s, et c’est donc en toute logique que quelques années après leur rencontre, ils décident de fonder un groupe ensemble, duo magique sachant s’entourer des meilleurs pour justement défier les meilleurs sur leur propre terrain. Et sans faire preuve de chauvinisme qui n’a pas lieu d’être, il est quand même très plaisant de tomber sur des français capables de jouer sur le terrain des suédois et des américains sans avoir recours à des astuces faciles ou des recettes éculées et empruntées.

Mais je le conçois, et l’avoue sans honte, le plaisir d’écouter une musique d’une telle qualité en sachant qu’elle est produite par des français est décuplé. Huit ans après Only One Life, et cinq après The World Outside, PARIS revient donc avec la même équipe pour produire le même résultat, et c’est sans forcer que le duo nous offre encore cinquante minutes de chansons étincelantes et portées par des refrains en or. 50-50 ne fait donc pas dans le moitié-moitié mais bien dans le carton plein, et même si l’album est rempli jusqu’à ras-bord, il se laisse digérer avec beaucoup de facilité, les claviers et harmonies agissant en enzymes particulièrement puissants et efficaces.

Autour de Frédéric (chant/claviers) et Sébastien (guitare/chant/claviers), nous retrouvons donc des accompagnateurs de luxe, avec Steve Newman (NEWMAN, production, mastering, choeurs), Dave Bartlett (basse, choeurs) et Rob McEwen (batterie), soit un solide backing-band et un producteur de luxe, qui aident nos deux musiciens à mettre en valeur leurs compositions de premier ordre. Il est impossible en écoutant ce troisième chapitre de ne pas penser à W.E.T, ECLIPSE, HARDLINE, mais aussi à JOURNEY ou TOTO (le plus agressif, s’entend), tout comme il était impossible de ne pas y penser en savourant l’album précédent. Car loin d’un AOR mélasse au romantisme factice et dégoulinant, 50-50 propose un Hard-Rock mélodique typiquement européen qui a pourtant retenu bien des leçons des maîtres du Billboard des années 82/83. Inutile donc de craindre une myriade de ballades pleureuses pour midinettes masculines en manque d’amour profond, ou des déhanchés de clavier à la Final Countdown, ici, on traite la mélodie comme le faisait JOSHUA ou le meilleur SURVOVOR, en laissant loin derrière les souvenirs gras de STARSHIP ou REO SPEEDWAGON.

On peut à la rigueur formuler quelques griefs envers la voix de Frédéric, qui manque parfois d’assurance ou de coffre, amis avec l’apport de chœurs dans la plus grande tradition américano-scandinave, le tout est méchamment consolidé, d’autant que l’ami Sébastien n’est pas en reste pour dégainer des riffs solides et des soli inspirés. Il a une fois de plus reçu le soutien d’un autre instrumentiste de talent, Robert Säll (WORK OF ART, WET), venu poser un solo comme la tradition de chaque album de PARIS l’exige. Le mid-tempo est donc incisif, l’up tempo hargneux et véloce, La guitare bien mise en avant, et les synthés intelligents, ce qui nous offre un équilibre parfait, présenté avec beaucoup d’humilité par « Breathe In/Breathe Out », morceau d’entame qui plaque des claviers stellaires sur un riff classique, mais velu. La voix part immédiatement dans la douceur, et les chœurs assurent un tapis de nuages vocaux, et en quelques secondes, PARIS séduit, comme un week-end en amoureux dans notre belle capitale en automne. Romantiques, Frédéric et Sébastien le sont, mais pas niais, ce qui nous évite les roucoulades. Pas question de céder à la mièvrerie, et le faux rythme brillamment imposé par Rob McEwen sur le puissant « Ashes To Ashes » appuie sur la pédale, sans que les deux auteurs ne se départissent de leur sens harmonique aigu.

Du coup, les tubes déroulent, comme sur un best-of west-coast des années 80 dopé à l’énergie du Hard-Rock européen de la même époque. Les deux compères se connaissent par cœur, et sont capables de composer des hymnes que les jeunes suédois pourraient leur envier, à l’image de « Superhero », classique de l’AOR comme on en signe une fois de temps en temps, ou de « Some Heart », trépidant comme du VAN HALEN, mais smooth comme du JOURNEY.

Euphorique, heureuse, entraînante, souriante, cette musique donne de l’énergie à revendre, et vous transforme en pile électrique s’enthousiasmant d’un petit rien. Décharge d’adrénaline, montée d’endorphine, 50-50 résume à merveille le parcours des deux potes qui prennent toujours autant de plaisir à composer et jouer ensemble. On pourrait presque toucher leur osmose du doigt, tant leurs compositions reflètent leur passion, et cette amitié nous permet de déguster de petits chefs d’œuvre comme « No Bridge Too Far », puisque même en fin de parcours, l’album ne donne aucun signe d’essoufflement. Tout au plus notons-nous un peu plus de sensibilité sur « Game Changer » et « Valentine’s Day », qui pourraient illustrer la scène finale d’une rom-com typique.

L’excellence donc, et bien de chez nous en plus. Alors qu’on pensait le style chasse gardée des Etats-Unis et de la Suède, PARIS prouve finalement que notre pays est capable de s’accaparer les trophées sans devoir ramer, et 50-50 vous offre le double de plaisir pour le même prix. Comme le dirait Louis Bertignac, « jolie petite histoire ». Sauf que celle-là a tout d’une grande.    

                                                                                                                                                                                                        

Titres de l’album:

01. Breathe In/Breathe Out,

02. Ashes To Ashes

03. Crazy Over You

04. Touch Me (With Your Eyes)

05. Can’t Get You Out Of My Mind

06. Surrender

07. Some Heart

08. Superhero

09. Half Of Me

10. No Bridge Too Far

11. Game, Changer

12. Valentine’s Day


Site officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 09/11/2021 à 15:29
85 %    519

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Crisix + Dead Winds

RBD 20/02/2024

Live Report

Abbath + Toxic Holocaust + Hellripper

RBD 21/01/2024

Live Report

1984

mortne2001 10/01/2024

From the past

SÉLECTION METALNEWS 2023 / Bonne année 2024 !

Jus de cadavre 01/01/2024

Interview

Show No Mercy

mortne2001 03/12/2023

From the past
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
senior canardo

je suis entré dans la file d'attente 122000eme ....j'ai fermé l'onglet et choppé mon pass pour le ThroneFest ;)

21/02/2024, 09:33

LeMoustre

Pas mal du tout. En effet Whiplash rôde.Beau papier aussi lol la phrase des vautours, excellent.Merci

20/02/2024, 07:31

LeMoustre

Comme d'habitude agressif et sans surprise. Immuable.

20/02/2024, 07:28

Badinter en enfer

oui

17/02/2024, 22:18

Bong Joon Whore

wow Badinter en enfer, c'est David?

17/02/2024, 16:16

Benstard

Méchante ambiance. 

17/02/2024, 14:19

Benstard

Méchant son de basse et simpa les soli. Ça groove en mode papi. Mais c'est cool qu'ils continuent. 

17/02/2024, 14:16

je te pisse dans le cul, ça fait un bubble tea

Groupe de boomers avec des tarifs pour boomers. Les mêmes qui viendront chialer que les légumes, c'est cher et chouiner que le prix de l'essence augmente.

17/02/2024, 07:08

Bille Baroud

Si la musique est toujours aussi bien pour un vieux groupe, genre dont il ne reste pas tellement de représentants pour assurer, tant pis pour l'artwork, je crache la thune.

16/02/2024, 20:36

Tourista

Humungus, t'es fan d'AC/DC et de coquillettes ?  

16/02/2024, 17:49

Saddam Mustaine

Faut payer l'ehpad du père Brian 

16/02/2024, 16:39

Humungus

"84 euros la dragée"...Si seulement...152,85 € le bifton en ce qui me concerne.J'avoue que ça pique un chouille bordel... ... ...

16/02/2024, 13:02

Badinter en enfer

D'un coté, si ça fait chier les sacs à merde parasitiques comme Valnoir ou Fortifem, je suis 1000% à fond pour l'usage de l'IA. Le problème, c'est que ça impacte aussi les artistes honnêtes et qui ne se servent pas leur activit&e(...)

16/02/2024, 06:10

Buck Dancer

Très bon ! (par moment ça me fait penser à Pantera, A New Level) 

16/02/2024, 05:15

Solitary Sabred

Merci, thanks for the support!!

16/02/2024, 05:09

Tourista

Bien sûr, les ventes physiques s'effondrent, pourquoi se casser le cul et investir ?  Ca va être simple pour bibi : IA sur la pochette, je laisse ma carte bleue à l'ombre. Technophobe ?  MMMMmmOUI.J'ai bossé modestement dans la(...)

15/02/2024, 19:46

Amer Smashed Pils

Miam miam maim ! Crado à souhait !

15/02/2024, 19:11

Jus de cadavre

@ Tourista : c'est exactement ce que je me suis dit... Quelle misère... Mais j'imagine que pour les label c'est vite vu niveau $$$ (gratos, pas de délais, etc...). Autant pour les petits groupes sans un rond je peux comprendre, mais là, merde, pour (...)

15/02/2024, 18:38

Tourista

Il va falloir s'habituer à ces pochettes de merde sous IA.   Et c'est que le bédut.Le Tricatel de l'artwork.  

15/02/2024, 18:31

Humungus

Je prends aussi !

15/02/2024, 06:49