Solanaceae

White Nights

05/02/2021

Iron Bonehead

Avec un peu d’imagination, on peut tout à fait visualiser auditivement un croisement de BAUHAUS, de PIL, du GUN CLUB, du LEGENDARY STARDUST COWBOY, des SISTERS OF MERCY des premiers maxi, de BLACK SABBATH, CHRISTIAN DEATH, SPIRITUAL BEGGARS, et autres SLEEP. Il suffit de se concentrer un peu, de garder en mémoire les particularités de chacun, et de se projeter dans un studio d’enregistrement perdu dans un coin des Etats-Unis. Ou, si vous êtes légèrement fainéant sur les bords, se jouer le second EP des américains de WHITE NIGHTS, qui en effet ont dû passer pas mal de nuits blanches, et pas seulement à cause de tracas éventuels ou d’insomnies naturelles. Car il est évident que ces mecs-là ne carburent pas qu’à la bière et aux pilules achetées sous le manteau, et doivent ingurgiter champignons, ganja, et toute substance susceptible d’altérer leur sensibilité. A croire qu’ils cherchent encore à ouvrir les fameuses portes de la perception d'Aldous Huxley, et qu’ils ne sont pas prêts de lui rendre la clé. Formé je ne-sais-quand par je-ne-sais-qui, WHITE NIGHTS est fièrement présenté par son label allemand Iron Bonehead comme la sensation du moment, alors même que ce groupe anonyme n’a encore pas sorti grand-chose. On recense sur The Metal Archives deux entrées, Into the Lap of the Ancient Mother, premier moyen format l’année dernière, mais aussi une vidéo, chose plus étrange. 2021 continue donc l’aventure bizarre, cette aventure qui nous emmène aux confins de la galaxie et des styles, et qui ne se laisse pas raconter facilement. Et si d’aventure, vous remarquiez les termes de « Black », ou « Doom » accolés au groupe, ne leur faites pas confiance : ils vous aiguilleraient sur la mauvaise voie.

De ce que j’en sais après avoir écouté les quatre nouveaux morceaux des américains, c’est qu’ils sont Rock comme HAWKWIND pouvait l’être, pas franchement Metal ou alors en louchant vers le Stoner, uniques, iconoclastes, cultivés, et qu’ils proposent une musique fourre-tout qui permet d’échapper à la routine des chroniques quotidiennes. Non que leur brouet soit le plus digeste sur le marché mais il a au moins le mérite de provoquer des réactions moins évidentes. Epicé, ce second EP l’est, psychédélique comme un poster volé sur le Haight-Ashbury de 1967, coloré comme le festival de Monterey, à poil comme des hippies se baladant avec un casque de spationaute, plutôt accessible, mais aussi terriblement abscons pour qui aime les choses claires. Et à moins de l’envisager comme du Doom des années 70, impossible de l’affilier à un créneau lourd particulier, sans faire preuve de facilité ou de mauvaise foi. Construit comme un disque de Post-Punk joué à l’économie, comme des américains découvrant les deux premiers albums de WIRE et de JOY DIVISION, et essayant de les singer avec toute la gaucherie des mangeurs de hamburgers, Solanaceae joue avec les nerfs, et propose une musique rachitique, ramenée à l’essentiel, lâchant des riffs en prétexte et se calant sur une rythmique en mid qui ne dévie jamais de ses croches. Le tout est chanté comme un Ian Curtis d’outre-tombe encore plus déprimé qu’en vie, et pourtant il émane de ces chansons une énergie étrange, comme une absence de lumière qui l’avale dans un trou noir.

Je ne peux me résoudre à cataloguer ce groupe sans tomber dans le piège de l’étiquette hâtivement collée. Assez seventies dans l’esprit malsain, mais finalement très peu datable, ce second EP des WHITE NIGHTS n’est pas du Metal, encore moins du Rock tel qu’on le perçoit, sonne lysergique mais n’abuse pas des effets psychédéliques en vogue (sauf sur le final bruitiste et dantesque de « Solanaceae », treize minutes que Syd Barrett et Dave Brock auraient pu partager entre deux prises de buvards). Produit à l’avenant sans imposer la réverb’ ou le delay à outrance, Solanaceae sonne cru, n’utilise la guitare qu’en termes de motifs monochromes, et si vous craquez complètement sur la sauvagerie primale et froide de « Halluncinogenic Black Cubes », alors, allez-y, vous aimerez tout le reste aussi. Une sortie intéressante, qui laisse présager de lendemains étranges, et j’avoue attendre avec une certaine curiosité le premier album de ces américains qui ont choisi une autre voie que celle de la facilité, quitte à se répéter un peu.   

  

                                                                                              

Titres de l’album:

01. Halluncinogenic Black Cubes

02. Nightshade Mornings in Bloodred Satin

03. Cannabaceae III

04. Solanaceae



par mortne2001 le 08/05/2022 à 15:05
68 %    39

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Peter Hook and The Light

RBD 24/05/2022

Live Report

Kraftwerk 3 D

RBD 14/05/2022

Live Report

Mosh Fest 7

RBD 12/05/2022

Live Report

The Exploited + Fat Society + F.O.M.

RBD 27/04/2022

Live Report

100 Albums à (re)découvrir - Chapitre 1

mortne2001 25/04/2022

La cave

DEFICIENCY : entretien avec Laurent Gisonna (guitare/chant)

Chief Rebel Angel 20/04/2022

Interview

Author and Punisher + Mvtant + HAG

RBD 10/04/2022

Live Report
Concerts à 7 jours
Kaleidobolt + Sacri Monti 24/05 : Shop , Chalons-en-champagne (51)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
ars

Ils auraient du arreter depuis longtemps. Les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

24/05/2022, 10:32

asr

Vince Neil n'a jamais su chanter. Il a juste bousille ses cordes vocales en forcant sans aucune technique

24/05/2022, 09:38

Chief Rebel Angel

C'est la tournée qui devait avoir lieu avant le confinement il me semble. Motley Crue ont eu toutes les peines du monde pour justifier ce retour mdr

23/05/2022, 11:25

L\'Anonyme

Vince Neil sait de nouveau chanter ?

23/05/2022, 09:29

Sharon Osbourne sale putain

New Noise, c'est pour les bobos élevés au soja

21/05/2022, 19:50

Le zizi au cancer de LG Petrov

Humungus le sale assisté, c'est pas parce que t'es occupé à boire ton RSA qu'il ne faut pas aller te rencarder sur le net. Enfin, je veux dire, te rencarder pour autre chose que les dernières vidéos de Pascal OP.

21/05/2022, 19:48

Simony

Désolé Humungus !   

21/05/2022, 15:33

Chief Rebel Angel

@Humungus mieux vaut tard que jamais ;)

21/05/2022, 13:52

Humungus

Simony + 1 (comme d'hab'...).Seul bémol à tout ça : Pourquoi vous prévenez si tard du bazar ?!?!

21/05/2022, 13:10

NecroKosmos

Comparez NEW NOISE et METALLIAN et vous comprendrez tout. Et à propos de ROCKHARD, avez-vous déjà vu la version allemande ? Le jour et la nuit...

21/05/2022, 07:23

NecroKosmos

Pas faux, surtout depuis la fermeture du Mondo Bizarro.

21/05/2022, 07:18

Simony

Au-delà de la ligne éditoriale du magazine que l'on aime ou pas, moi c'est plutôt la longévité, 30 ans tout de même, lorsque l'on connait la scène Metal française, c'est une durée qui en impose. Après je parta(...)

20/05/2022, 22:46

Arioch91

J'achète Metallian de temps à autre, p'tet 2 fois par an mais guère plus.Pour moi, ça a toujours frôlé l'amateurisme, ce mag et j'aime pas leur manière de proposer autant de pages pour un gros groupe que pour un groupe net(...)

20/05/2022, 20:42

BOULOGNE WOOD NECRO TRANNY

Rennes, cette ville de clodo et de cafards.

20/05/2022, 19:37

Brutal caca

Comme quoi, on peut faire de la merde sur le long terme. Merci Merdallian!

20/05/2022, 19:36

Jus de cadavre

La scène rennaise qui continue de mettre des taloches bien comme il faut ! Terrible !

20/05/2022, 09:44

Namless

Metallian, ou le magazine non reçu 1 mois et demi après l'avoir commandé ?

20/05/2022, 08:38

Jus de cadavre

J'y trouve un petit coté Revenge aussi... Ça aussi c'est sale décidément !   

19/05/2022, 18:59

Jus de cadavre

Ah ouais   Bestial et old-school la vache ! Je sais pas ce qu'ils bouffent en Australie mais ils aiment le sale !Exce(...)

19/05/2022, 18:56

Fred

Sans parler de la partie restauration avec toutes les pénuries , vaut mieux s’abstenir des stands et apporter sa bouffe . 

19/05/2022, 17:02