Comme il y a avait un certain temps que je ne m'étais pas penché sur la question de l'évolution du Mathcore, je me suis dit qu'une petite mise à jouer était nécessaire. Non que le style ne semblait déjà avoir dit tout ce qu'il avait à dire de la naissance de DILLINGER jusqu'à son trépas, mais il était quand même intéressant de savoir si certains faisaient non évoluer, mais progresser l'excroissance histoire de l'adapter à une époque rompue à l'exercice de la violence. Alors, quoi de plus idoine qu'un petit tour aux États-Unis, le pays qui vit naître le chaos, et qui éleva ses enfants bâtards les plus doués ? Le PLAN évidemment, mais aussi les CONVERGE, bien que difficilement rattachés au genre, en tout cas complètement, et puis quelques autres, de là-bas ou d'ailleurs, les ARSONISTS, GET ALL THE GIRLS, CAR BOMB, et certains, plus calmes, dont les CANDIRIA pour l'honneur...Après consultation à distance, je tombais enfin sur l'exemple parfait pour étayer mon propos, en la présence des BLACK MATTER DEVICE, qui avec leur nouvel effort longue-durée Modern Frenetics tentaient de donner un nouveau sens au magma sonore, sans en trahir les dogmes les plus figés. Quintette originaire de Fredericksburg, Virginie, les BLACK MATTER DEVICE nous ont déjà offert un premier EP éponyme en 2014, avant de mettre les années à profit pour enrichir leur répertoire, qui aujourd'hui s'enorgueillit de onze nouvelles compositions oscillant entre Mathcore pur, Post Hardcore dur, et Noise sur. Terriblement à l'aise dans cette multiplicité de créneaux, les cinq musiciens (Michael Toney – chant/guitare, Colton Armer – basse, Roman Rodriguez – batterie, Bryan Kern – bruits et Joey Woodard – guitare) jouent donc leur va-tout, et dominent de la tête et des épaules une nouvelle direction à suivre pour le chaos organisé, n'hésitant pas à tomber la chemise pour révéler une nature plus complexe et baraquée qu'il n'y paraît.

Loin de se contenter de copier les coups de rein déjà donnés par leurs aînés, les américains tentent de défricher un peu plus de terrain, et combinent la force de frappe du DILLINGER des jeunes années et la colère du CONVERGE de Jane Doe, pour parvenir à transpercer l'aridité ambiante de leur haine rythmique méchamment bien agencée. Comme souvent dans ces cas particuliers, c'est la rythmique qui impressionne, et autant dire que la paire Colton Armer/Roman Rodriguez donne tout ce qu'elle a dans le bide pour propulser les riffs de Toney/Woodard dans la stratosphère. Aussi désireux de se montrer ultra-violents qu'insolents, les BLACK MATTER DEVICE suralimentent l'énergie pour l'obliger à plier sous le coup de mélodies insidieuses, permettant ainsi à leurs morceaux de gagner ce petit plus de vitesse et d'efficacité qui fait souvent défaut à leurs contemporains. Si la base n'est pas radicalement différente d'un subtil mélange d'harmonies typiques du Post Hardcore moderne US et de rage en pulsations héritée d'un Mathcore de tradition, parfois, les excroissances vont se nicher au plus profond d'une inspiration en manque de respiration, histoire de nous asphyxier de plans qui s'entrechoquent à la limite d'un Djent pas vraiment assumé (« Gloom Balloons »). Lacérée d'intermèdes Noisy qui placent ce premier album sous des auspices hermétiques, la musique est souvent défouloir et exutoire, mais reste truffée d'idées qui provoquent le chaos pour souffler le très chaud (« Curses », avec en exergue le reproche majeur que l'on puisse formuler envers le son trop synthétique et triggé d'une double grosse caisse vilainement compressée), voir le brûlant, lorsque les réflexes tirent vers le classicisme d'un DEP période Calculating Infinity (« The Pointy End »).

Mais en optant pour une brièveté de fond, les cinq musiciens font le bon choix et frappent très fort, entortillant le Jazz autour du Hardcore le plus fast pour une symphonie d'outrance qui assomme les sens (« Ricky Simmons »), mais qui nous réveille de mélodies éthérées presque sorties d'un esprit dérangé. Non que la plupart des morceaux osent le petit jeu de la dualité bruit/douceur, mais lorsqu'ils s'y risquent, le résultat est plutôt probant, et fait couler la brutalité avec plus de facilité. D'aucuns diront que les inserts Ambient n'apportent pas grand-chose à la cause, ce qui est évidemment faux, puisqu'ils assurent des transitions sans bousculer les tonalités, ce qui permet de garder une homogénéité d'ensemble relativement appréciable. Spécialement lorsque l'enchaînement « I Am In Pain » / « Signals » nous prend à la gorge, les deux segments ne dépassant même pas les trois minutes à eux-deux. Virevoltant entre plans supersoniques et mises à plat iniques, les américains jouent le contre-pied permanent, mais ne s'égarent pas pour autant. D'ailleurs « Presto Manifesto » leur permet d'étaler quelques qualités d'arrangements indéniables, découpant leur schéma en strates de sons qui s'empilent à la perfection. On se demande à cette occasion si le Post-Hardcore contemplatif n'aurait pas sa place à la maison, tant l'harmonie centrale joue le zen opposé aux attaques sensorielles habituelles. Évidemment, et malgré toutes ces remarques, les BLACK MATTER DEVICE ne se posent pas en nouveaux apôtres du genre, mais permettent de le garder à flots, sans pour autant marcher sur les eaux. Mais en partant du principe que le style était quasiment condamné dès ses origines à se mordre la queue, il est toujours plaisant de constater que certains font ce qu'ils peuvent pour casser le moule de ce cercle vicieux. Ce que tente assurément de faire Modern Frenetics qui de son titre et de sa musique démontre qu'il reste encore un peu d'espace dans le vortex du Mathcore pour le projeter un peu plus loin que ses premiers jets.

Un disque pas foncièrement étonnant, ni forcément déroutant, mais largement assez intriguant pour mériter votre attention, sans pour autant remettre en cause le leadership des cadors déjà nommés. La frénésie moderne reste donc partiellement traditionnelle pour l'instant, mais il ne serait pas étonnant de retomber sur le nom des BLACK MATTER DEVICE dans un avenir plus ou moins proche. Ici ou ailleurs d'ailleurs, tant les options semblent multiples.


Titres de l'album:

  1. The Pointy End
  2. Ricky Simmons
  3. I Am In Pain
  4. Signals
  5. Presto Manifesto
  6. Shiver
  7. Who's in the Box?
  8. Gloom Balloons
  9. Street Meat
  10. Curses
  11. Jenga Fever

Bandcamp officiel

Facebook officiel


par mortne2001 le 13/05/2018 à 18:25
75 %    163

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

"J'étais (plus ou moins) colombophile..."
AH AH AH !!! !!! !!!


Certes Jus de cadavre, mais c'est pas dans le même coin, ni vraiment le même public complètement. Perso, y'a pas photo.
@Humungus : C'est ça. Ce sera ma première à ce petit fest, en pleurant encore le non-renouvellement du FoS. Tu y as déjà été ?


Ouais, c'est méchant comme affiche déjà là. Un mini Deathfest comme il en pousse partout en ce moment ! C'est juste con que ça tombe en plein Motoc' !


- Je pense effectivement que c'est l'affiche finale.
- "Il me semble que c'est la journée uniquement"
???
Si tu entends par là que le fest dure une après-midi et une partie de la nuit, bah oui, il se déroule effectivement sur une journée.
(Il y a un before la veille mais(...)


Clairement une affiche de qualité. Et donc une première fois pour bibi. C'est l'affiche finale ? Il me semble que c'est la journée uniquement, et que c'est le même nombre de groupes que l'an dernier.


A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....