Korpskrist

Korpsesoturi

22/10/2020

Xtreem Music

Puisque vous ne me posez pas la question, je vais y répondre. KORPSESOTURI est un one-man band formé en 2014 par Juha Ahlfors (basse/chant lyrique) avec un seul but : jouer le Death le plus traditionnel qui soit, non dénaturé par des mélodies ou des passages en son clair qui restent l’apanage des vendus, et tout ratiboiser à des kilomètres à la ronde. Bien sûr, origines finnoises obligent, Juha a opté pour des paroles dans sa langue natale, très gutturale, qui visiblement apportaient un peu plus de puissance à ses borborygmes. Et après un premier EP introductif et éponyme en 2017, ensuite relayé en tape par Caco-Daemon Records, puis en CD avec quelques titres démo en cadeau par le label mexicain Death in Pieces Records, et un premier longue-durée enregistré avec la crème de la crème de l’underground en 2018 (Malus Corpus), KORPSESOTURI nous en revient supporté par les espagnols d’X-Treem music pour nous conter fleurette sur fond de Metal mélodique, d’AOR et autres émanations FM du meilleur goût. Plus sérieusement, dans les faits, Juha Ahlfors s’apparente à une sorte de fils caché de Paul Speckmann et Glen Benton, farouchement attaché au patrimoine brutal le plus classique. Pas question pour lui d’envisager le genre autrement que de la façon dont il a été conçu par les pionniers de DEICIDE, IMMOLATION, SUFFOCATION, CANNIBAL CORPSE ou des compères nationaux de SOTAJUMALA, et c’est ainsi que Korpskrist développe les mêmes arguments que ses deux aînés, à peu de choses près. Tellement peu d’ailleurs qu’on a le sentiment d’écouter un Malus Corpus II, tant les deux albums partagent de points communs. Soyons clair, si vous aimez votre Death bien tartare, saignant à souhait, expurgé de tout solo et de tout break superflu, alors jetez-vous sur ce LP qui fait la part belle aux riffs les plus classiques, aux rythmiques les plus brutales, et aux échanges vocaux néanderthaliens.

Pas de surprise, ça pilonne pendant trente-sept minutes, ça cartonne de tous les côtés, et les parties tricotées par Jani Elokoski, complice guitariste et couineur de Juha sont évidemment d’un formalisme indéniable. Des graves, quelques médiums par ci par là pour équilibrer le tout, une basse qui se fond dans la guitare en une union charnelle sacrée, et évidemment, des textes en finnois hurlés à la DEICIDE, avec dualité ours/belette qu’on chérit tant dans le créneau. A partir de là, difficile de gloser pendant des heures, et après avoir donné quelques détails technique, le tour de la bête est vite fait. Masterisé par Zak Ohren au Castle Ultimate Studios et bénéficiant d’un artwork réalisé par Azoth Artwork, Korpskrist n’est rien de moins qu’une attaque ininterrompue de violence, et un refus de l’évolution du genre depuis l’émergence de sa sophistication dans les années 90. Pour Juha, le Death Metal se soit d’être impitoyable, imposé dans la douleur, mais accouché avec facilité dans un studio. Et si les amoureux de cette approche seront aux anges, en constatant que tous les morceaux se ressemblent, les détracteurs s’en donneront à cœur joie en arguant du fait que le genre a clairement évolué et qu’il mérite mieux qu’un traitement old-school passéiste. Mais il est impossible de résister à l’assaut donné par KORPSESOTURI, qui d’ailleurs sait quand il faut moduler quelque peu pour ne pas trop lasser.

C’est pour cela qu’aux deux-tiers de l’album, le bassiste/ronfleur appuie sur la pesanteur pour lâcher un downtempo bien putride et nauséeux. Rompant avec le rythme de croisière supersonique de la première partie, qui voyait se succéder les mêmes plans jusqu’à l’overdose, « Kadotuksen Kiihkeä Voima » ose enfin le Heavy qui tue, se rapprochant d’un MORBID ANGEL vraiment pas content et revanchard, mais un MORBID encore plus dangereux avec ses textes en finnois. La voix de Juha, jusqu’à lors très monocorde, change de registre, et va piocher dans le répertoire diabolico-SM de David Vincent de quoi nous effrayer, et pondre un titre vraiment glauque et gluant. C’est tout ce qu’il nous fallait pendant cinq minutes pour reprendre notre souffle, et affronter les trois derniers titres, retrouvant l’impulsion barbare du début de LP. Conçu donc plus ou moins finement, retrouvant l’énergie des blasts de papa (« Helvetin Vanha Kiulu »), cette fin d’œuvre s’avère donc plus digeste, et surtout, encore plus sauvage que ce qui l’a précédé. Inutile de nier que tout ceci a déjà été entendu des centaines de fois, mais la passion et la sincérité dont fait preuve Juha laissent admiratif, et autant dire que son Death à de la gueule, et une très mauvaise haleine de chacal. Avec un son de basse à rendre vert de jalousie le Shane Embury de Harmony Corruption, un chant ne tolérant aucun sirop pour la gorge, une propension à n’envisager le style que sous son aspect le plus carnassier et puriste, KORPSESOTURI nous pond avec Korpskrist un manifeste de cruauté et de brutalité qu’il serait inconscient d’occulter.

A réserver évidemment aux plus bourrins des bourrins, mais une fois le choc encaissé, vous pouvez toujours vous brosser pour récupérer toutes vos dents.

                                                                                                                     

Titres de l’album:

01. Fatus

02. Pedon Sielu Sisältäsi

03. Ihmisyyden Rippeet

04. Himo Veren, Kuoleman

05. Saappaat Puolillaan Verta

06. Infernon Lahja

07. Kadotuksen Kiihkeä Voima

08. Helvetin Vanha Kiulu

09. Korpskrist

10. Kutsu Varjojen


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 04/11/2020 à 15:10
78 %    83

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Jon _ interview d'un homme multi-facettes

Simony 23/11/2020

Interview

Future World

mortne2001 23/11/2020

From the past

Voyage au centre de la scène : les fanzines

Jus de cadavre 22/11/2020

Vidéos

Rammstein 2005 (Volkerball)

RBD 16/11/2020

Live Report

At The Mill _ Live Stream Performance

Simony 07/11/2020

Live Report

Dahey OWM

Simony 01/11/2020

Interview

Fear Factory + Misery Index 2006

RBD 28/10/2020

Live Report
Concerts à 7 jours
Saor + Borknagar + Cân Bardd 01/12 : Le Petit Bain, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Kerry King

L'album est excellent, digne des belles heures de Asphyx.

23/11/2020, 23:57

POMAH

J'avais vraiment aimé cet album à sa sortie, le seul point "pas" vraiment négatif à l'époque c'était ce chant pas vraiment affirmé, j'aurais aimé qu'il soit plus imposant lors de cette rééditi(...)

23/11/2020, 19:34

POMAH

+1 Humungus, c'est incroyable comment se groupe à bercé pas mal de mes années. Ils avaient un vrai talent de composition. 

23/11/2020, 19:28

Jus de cadavre

Y en a des trucs à écouter en cette fin d'année !

23/11/2020, 18:22

JTDP

@RBD : merci pour cette précision. Je me disais bien aussi qu'elle lui ressemblait étrangement...

23/11/2020, 14:05

RBD

L'illustration a été retouchée après reprise de celle de l'album "Y" du groupe Suisse Borgne (Black Indus bien malsain), qui est sorti un peu plus tôt dans l'année, pendant le confinement.

23/11/2020, 13:24

Humungus

AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!! !!! !!!IRON MAN PUTAIN !!! !!! !!!Groupe de Doom aussi essentiel à mon sens que SAINT VITUS, PENTAGRAM ou autre TROUBLE !Achat obligatoire.

23/11/2020, 10:46

grinder92

Pour ceux que cela intéresse, un reportage sur Josh Foreman qui a créé la sculpture ayant servi pour la pochette : 

23/11/2020, 09:42

L'Apache

Encore une super vidéo !!! C'est vrai que le Fanzine à l'air de revenir à la mode. D'ailleurs ce qui est étonnant c'est que tu les payes souvent plus cher qu'avant à ou une époque où on serait sensé les payer moins c(...)

23/11/2020, 08:53

Gargan

J'avais bien accroché sur l'extrait précédent avec Momoa (!), mais là c'est trop court pour installer quoique ce soit et dark-fu bis avec les bpm et les murs de grattes. Bof.

23/11/2020, 08:51

JTDP

"certes, les bordelais jouent du Death à la suédoise, merci pour l’avertissement en amont" : mais de rien, toujours un plaisir !

23/11/2020, 01:44

Jus de cadavre

Écouté proprement au casque ce matin : une tuerie de A à Z. Carrément meilleur que le premier qui était déjà bien bon pourtant !Clairement un des albums de l'année.

22/11/2020, 15:28

Jus de cadavre

Bien cool une fois de plus ! Vla la collection de zines   !Je ne sais pas si il y a comme un revival fanzine en ce moment (...)

22/11/2020, 15:21

Kerry King

Maniac le premier chanteur avant Dead était un peut dérangé aussi non ?Ilse scalpé aussi sur scène non ?

22/11/2020, 13:19

Invité

N'empêche que la pochette est dégueu !

22/11/2020, 10:36

LeMoustre

Vus live, y'avait un petit côté Dismember pas dégueu, mais c'était il y a 3 ou 4 ans, ils ont bien progressé, si j'en crois ces deux extraits, beaucoup moins scolaires. Achat envisagé, du coup, à la lecture et à l'é(...)

22/11/2020, 10:24

POMAH

Putain déjà   

21/11/2020, 18:51

POMAH

Je vois ce que tu veux dire L'Apache, mais ce n'est pas parce que l'on vend bcp ou que l'on adulé par masse de fans que l'on fait de la bonne merde, pardon musique hahaha feat justin Biberon par exemple ... C'est vrai que les trves de ch(...)

21/11/2020, 18:48

POMAH

Pis je tiens à rajouter qu'ici personne ne prône ou ne fait l'apologie d'un crime répréhensible par la loi. 

21/11/2020, 18:44

Pomah

Non mais oh je me tais si je veux. Ce qu'il faut pas lire... Crois moi mon gars j'ai pas attendu que tu me fasse la moral pour être bien sur contre la pédocrimimalité, le racisme etc... Que tu le veuille ou non ici on à le droit d'e(...)

21/11/2020, 18:41