C'est avec un souvenir très positif de SEPTICFLESH au Fall Of Summer (malgré une météo peu clémente), et l'envie ferme de revoir INQUISITION une troisième fois dans cette salle, que je me rends au CCO de Villeurbanne pour assister à cette date qui, sans être annoncée sur le tard, est tombée comme ça, sans prévenir, il y a quelque mois. Excellente surprise donc de savoir que l'année concert commence en grande pompe avec ces deux groupes à la réputation grimpante. Peu fan de SEPTICFLESH, incapable de retenir les titres de INQUISITION, et dans un état second dès l’entame du concert, il me sera tout bonnement impossible de vous sortir la setlist (à part celle trouvé pour la tête d'affiche).


C'est dans un CCO déjà bien remplie donc, que nous nous engageons mon acolyte et moi, pile au moment où ODIOUS a terminé son set, nous n'en parlerons donc pas dans ce papier, trop occuper que nous étions à entamer la soirée et à faire la route. Si la salle n'est pas complète le soir-là, elle n'est pas déserte non plus, loin de là, la foule est amassée devant la scène avant même le début du set de INQUISITION, le groupe qui m'a personnellement décider à venir ce soir. En effet, le groupe est réputé pour ses prestations scéniques minimaliste mais efficace au son irréprochable, et ce, alors qu'ils ne sont que deux sur scène. Verdict ?

Sans surprise, c'est avec les deux premières pistes de son dernier opus que INQUISITION entre en scène. Et sans surprise, le show est déjà dantesque. Ambiance cosmico-macabre, show de light simple et efficace, son excellent, à part peut-être pour la guitare dans le premier quart d'heure un peu noyée sous la batterie, les deux comparses nous livrent un concert excellent comme à leur habitude. Dominée par Ominous Doctrines et Bloodshed Across, la setlist rend hommage à toute la carrière du groupe depuis 2002, et ce, toujours dans cette ambiance hypnotique et minimaliste. C'est incroyable ce que l'on peut faire avec une simple batterie et une guitare ; les Colombiens par exemple, arrivent à nous faire entrer dans leur univers ritualiste avec une simple guitare pour instrument mélodique, et cette dernière sonne comme si deux étaient présentes. Vraiment étonnant ! Enfin bref, peu de choses à rajouter pour cette quatrième fois que je vois INQUISITION, jamais décevant, toujours frappant, soufflant même, surtout lors des blasts qui sont d’une précision déconcertante, et d’une violence inouïe, le duo est une valeur sûre en live que je ne peux que vous conseiller si vous êtes un minimum fan de Black Metal, et si les groupes peu loquaces ne vous dérangent pas, car les seuls mots prononcés pour le public, sont de sympathiques "Thank You !", toujours appréciable.

Comme expliqué en intro, même si je ne suis pas fan de SEPTICFLESH, je garde un excellent souvenir de ces derniers en concerts. Pour illustrer mon propos, je vais reprendre les paroles de mon camarade, lui aussi, peu fan du quartet, qui sont : "Le meilleur son que j’ai pu entendre en live, c’est SEPTICFLESH, en première partie de AS I LAY DYING et AMON AMARTH dans un gymnase au Luxembourg" (j’ai vérifié, c’était en 2011 à Differdange). Et bien je ne peux qu’acquiescer à ces propos. SEPTICFLESH est certainement l’un des groupes au son le plus propre qu’il m’ait était donné de voir en concert. Pourtant, la musique des grecques est loin d’être la plus subtile, entre blast effrénés, riffs assassins, lourdeur Gojiresque et surtout, ces samples symphoniques épiques à souhait, il serait très vite possible de tomber sur une bouillie infâme, mais la réputation de SEPTICFLESH le précède, car tout le monde connaît, avant même d’assister à leur concert, la rigueur et la précision du son du groupe.

Bref, je tiens à préciser à nouveau que je ne suis pas un inconditionnel du groupe. Ayant pourtant écouté Codex Omega en entier, je me réjouissais de l’entame du concert, en espérant secrètement que ces derniers attaquent avec "Dante’s Inferno", et ce fût le cas. Pas besoin de plus pour enflammer le public du CCO déjà bien en forme et présent en masse. C’est donc dans une ambiance de fête que SEPTICFLESH entre en scène, bonhomie et destruction en perspective, vu le nombre de fois où le chanteur a répété le mot "Destroy" avant les breaks (gimmick très drôle pour ma part, cliché lassant pour d’autres). On se prend même à dire « Destroy » avant Spiros Antoniou, leader extrêmement sympathique et surtout charismatique, capable de soulever une foule avec bien peu de mots, les Horns et les cris d’encouragement du public en attestent. Les morceaux s’enchaînent, les vannes aussi, Codex Omega, dernier très bon effort du groupe, étant très bien représenté. Le public commence à se chauffer, et ce sera surtout deux jeunes gens qui se ferons remarquer par le groupe, Spiros n’hésitant pas à couper sa ligne de basse et chant en cours, pour rattraper les jeunes voulant monter sur scène pour slammer. Très bonne ambiance je vous disais. D’ailleurs, à partir de "Prometheus" le roadie des grecques va commencer à avoir quelques coups de chaud, enfiler son gilet de signalisation, faisant passer les slammeurs à droite, à gauche, courant, sans jamais montré aucun signe d’animosité, chapeau bas monsieur ! S’enchaînent un "Portrait Of The Headless Man" excellent, transportant grâce à ce jeu de lumière encore, ainsi que ces jets de fumée, certes gadget, mais tout de même, du plus bel effet. "Anubis" suit dans l’approbation générale et c’est avec "Dark Art" que le groupe clôture son show, sans même de rappel.

Excellente date donc que ce SEPTICFLESH et INQUISITION, deux groupes qui ne font que justifier de leur réputation montante. L’un étonnant de justesse avec bien peu de moyens, l’autre, tête d’affiche incontournable, fédérateur à souhait, que l’on soit fan ou pas. Car oui, SEPTICFLESH en live est irrésistible, troisième itération pour ma part, et je n’en suis toujours pas lassé, malgré le fait que je dois écouter un album du groupe par an. SEPTICFLESH a cette flamme en lui, une flamme naissante de grands du Metal, et franchement, il y a de grandes chances que, dans les années qui viennent, le groupe ne fasse plus la première partie de AMON AMARTH ou BEHEMOTH, mais remplisse un Transbo.

Merci aux groupes pour avoir donné leur meilleur.

Merci aux ingés sons et lumière, qu’ils soient avec le groupe ou de Mediatone, excellent travail !

Merci, bien évidemment, à Mediatone pour nous avoir donné l’occasion de voir cette très bonne date !

Setlist SEPTICFLESH :

  1. Dante's Inferno
  2. The Vampire From Nazareth
  3. Martyr
  4. Prototype
  5. Pyramid God
  6. Enemy of Truth
  7. Communion
  8. Prometheus
  9. Portrait of a Headless Man
  10. Anubis
  11. Dark Art
par Bocchi le 17/01/2018 à 12:10
   446

Commentaires (2) | Ajouter un commentaire


Jus de cadavre
membre enregistré
17/01/2018 à 13:01:33
Un bien bon premier live report ;)
Septic ne m'a jamais attiré mais vu les presta live ça me plairait sûrement sur scène.
Concernant Inquisition là c'est autre chose ! Tuerie ce groupe ! Hélas vu qu'une fois en live et au Hellfest en plus... et pas dans un état de grande fraîcheur : D ... mais quel groupe !

Tranbert
membre enregistré
18/01/2018 à 12:10:42
Comme quoi les goûts et les couleurs...Autant j'adore Septic Flesh sur album (même si depuis Communion ça sonne tjs un peu pareil) autant en live je trouve ça...A chier!
Aucune spontanéité, musiciens qui ont l’air de s'emmerder, bassiste avec basse inutile...bref vraiment pas mon truc. Pourtant je les ai vu 3 fois, et ça m'a tjs fait le même effet...

Ajouter un commentaire


Soul Grinder

The Prophecy of Blight

Silverstage

Heart n’Balls

Surgical Strike

Part of a Sick World

Annihilator

Ballistic, Sadistic

Scratches

Rundown

Mass Worship

Mass Worship

King Legba

Back From The Dead

Liturgy

H.A.Q.Q.

Obscure

Darkness Must Prevail

Beyond The Void

Ex Nihilo Nihil

Bütcher

666 Goats Carry My Chariot

Stormrider

What Lies Within

Coffin Rot

A Monument to the Dead

Merging Flare

Revolt Regime

Sepultura

Quadra

Decarlo

Lightning Strikes Twice

Jorn Lande

Heavy Rock Radio II - Executing The Classics

Abisme

As Fear Falls In

Those Darn Gnomes

Calling Whitetails to a Tuned Bow

Norman Shores

De L'ombre Surgit La Lumière

Stolearm

RBD / 17/02/2020
New Wave

Pastor of Muppets

RBD / 12/02/2020
Brass Band

J'irais Mosher chez vous ! Episode 2 : Indonésie

Jus de cadavre / 08/02/2020
Asie

Incite + Skaphos

RBD / 04/02/2020
Black Death Metal

Concerts à 7 jours

Neptrecus + Manzer + Nokturn Gorgon

22/02 : L'auditorium, Laval (53)

Visions Of Atlantis + Chaos Magic + Morlas Memoria

27/02 : Le Grillen, Colmar (68)

+ Putrid Offal + Sublime Cadaveric Decomposition

28/02 : Le Bistrot De St So, Lille (59)

Photo Stream

Derniers coms

Titre plus que prometteur en effet !


Après quelques minutes de recherche sur la toile, voici ce qu'il y a réellement dans cette fameuse box :
"Vinyl Features:
+ Mud-Green / Black Marbled Vinyl
+ Gatefold Jacket
+ A1 Size Poster (~23.4" x 33.1")

Box Set Includes:
----------------------
(...)


@Blind :
Ah ah ah !!! !!! !!!
Ton intervention (très gentille au demeurant...) m'a laissé perplexe quelques secondes avant de me rendre compte que tu avais mal compris mon propos : N'ayant pas vu de descriptif de ladite box et ne m'étant donc fié qu'aux photos de NUCLEAR BLAST, je ne(...)


@Humungus: Les patches ce sont les bon vieux écussons à coudre sur ta veste en jean ou ton cuir (ou comme le faisait le lycéen que j'étais au début des années 2000 sur ton sac à dos Eastpack).


T'as ça aussi sur le label d'origine Metal Blade. Bon morcif, déjà que le EP contient un sacré titre, ils ont gardé leur sens de la composition, les gaziers. Hâte d'avoir ça en mains.


"J'vous ai d'jà dit que j'prêtais d'l'argent à des taux pas dégueulasses ?"


La pochette, c'est un peu ce qui reste sous mon cerisier à une certaine période.


Rooohhhlala !!!
Je viens de voir qu'il y avait actuellement chez NUCLEAR BLAST une preorder pour une box collector de ce futur album avec double vinyles + double CDs + drapeau + slipmat + patchs (autocollants ?)…
Pas bon pour mes finances tout ça bordel !


Dommage que ce soit loin de chez moi...


Miam miam !!!


Si mais il a quitté le groupe entre l'enregistrement et la sortie, d'où son absence dans le clip, même si, je te le concède, si Jean Noel avait été présent dans le clip, ça n'aurait pas été déconnant non plus.


C'est le Ptiot qu'on voit à la basse? C'est pas Jean Noel qui a enregistré l'album?


Et bien moi je prends ça comme une putain de bonne nouvelle !
Deux PRIESTs pour le prix d'un, que demander de plus ?!
Hâte de voir ça en live...


Comme vous je vais me pencher sur cet album. Par contre je n'ai jamais bouder ke groupe lors de ses prestations live. Leur chanteur est un très puissant frontman


C'est très bon


En effet pas mal du tout dans le genre. Même si déjà entendu 1000 fois. Plus Grave que Grave !


Ca sent vraiment la fin du bal, là.


Le pire la dedans, c'est que tout le monde serait d'accord pour qu'il dise stop. Mais malgré son statut de star, ses thunes etc... Il ne sait faire qu'une chose, c'est chanter sur scène. Dans ce sens, la célébrité c'est moche. Ozzy est mort vive ozzy !


Excellente nouvelle ! Hâte de les voir à Toulouse avec Holt.


Merci pour la réponse Simony. Et donc, rien de bien méchant apparemment, un petit bizutage !
En même temps dans Death, comme les musiciens changeaient tout le temps ou presque, tout le monde était toujours le petit nouveau.