Woods Of Fire

Extinctcide

17/06/2021

Autoproduction

Le Thrash a le vent en poupe ces temps-ci, j’en veux pour preuve ma troisième chronique du style en une seule matinée. Après le Brésil et la Finlande, c’est au tour de l’Espagne de nous envoyer ses mercenaires les plus dangereux, via les EXTINCTCIDE dont les préoccupations semblent être d’ordre écologique. Sous sa pochette faisant écho aux terribles incendies que subit le monde depuis deux ou trois ans, Woods Of Fire cache une musique furieuse, énergique, à la croisée des chemins, mais violente de bout en bout. Formé en 2014 à Grenade, ce quatuor d’enfants terribles du Thrash boom des années 80 (Javi Blanco - guitare, Sori Casares - guitare, Victor Thrashgoat - basse/chant et Samuel Fernandez - batterie, seul nouveau membre depuis 2019) a d’abord publié un moyen-format en 2015 (Nothing Will Survive, comme quoi leurs obsessions sont stables), avant de composer, de jouer live pour affiner un répertoire explosif que le fan prendra en pleine tronche.  

Admettons immédiatement que l’approche des ibères n’a rien d‘original dans son recyclage d’idées pérennes, mais acceptons aussi que son énergie débridée excuse bien des convenances. Première constatation, EXTINCTCIDE confirme la tendance actuelle des vocalistes totalement timbrés qui hurlent comme des sorcières capturées par Jean Reno. Victor Thrashgoat n’échappe donc pas à la règle, et permet à son groupe espagnol de sonner comme un combo allemand des années 80, à l’image d’un ASSASSIN plus technique, mais dix fois plus intense.

Doté d’une production à la chaleur thermonucléaire, ce premier album fait la part belle à un Thrash excessif dans la démarche, mais incroyablement précis dans la mise en place. En multipliant les changements de rythme, et en fricotant en plus d’une occasion avec le Thrashcore, produisant alors une détonation à même de faire fuir tous les animaux de la forêt, y compris les ours bruns les plus agressifs. On peut toucher du doigt cette rage sur le phénoménal et radical « Praying For Extermination », qui met à la colle le DEATHROW le plus véloce et le WEHRMACHT le plus barge. Le chaos est donc toujours à portée de foulée, mais le trio de tête peut compter sur la régularité et la précision de son nouveau cogneur Samuel Fernandez, véritable poulpe sous meth qui multiplie les attaques de grosse caisse et les fills supersoniques.

Un seul mot d’ordre : folie et propreté instrumentale. Adeptes des breaks acrobatiques à la lisière d’un Techno-Thrashcore totalement improbable, les EXTINCTCIDE n’en oublient pas pour autant les mélodies, et se livrent à une démonstration hallucinante de dextérité, au point d’inventer au passage le Chaotic Thrash/Jazz, genre à part entière qui via une poire de lavement injecte de la nitro dans le cul des ANACRUSIS.

Et la tension ne baisse jamais d’un cran, même lorsque le tempo revient dans des balises plus raisonnables, les riffs décochés par la paire infernale Javi Blanco/Sori Casares se succédant à une cadence hallucinante, pour permettre à leur batteur de se livrer à une démonstration de destruction de futs en bonne et due forme (« Cruel Endeavour »). Entre radicalisme excessif et envie de pousser les choses à leur paroxysme, avec des descentes et glissés de basse parfaitement démoniaques, et des lignes de chant exhortées comme un mauvais payeur chassé hors de chez lui à coups de nerf de bœuf, Woods Of Fire est un incendie aux proportions énormes et dramatiques, qui ne brule pas que les forêts, mais aussi vos tympans. Sorte de post-Interstellar Experience nucléaire, ce premier album est d’une telle intensité qu’on pourrait même l’affilier à un Thrash/Death de première bourre, si les plans n’étaient pas totalement affiliés au Thrash allemand le plus extrémiste.

« Roaches From Chernobyl » maintient la cadence déraisonnable en l’agrémentant de soli incendiaires, et on abandonne vite toute volonté de comptabiliser les plans tant ils s’entrechoquent à une vitesse affolante. « What !? » continue sur le même rythme, mais propose une version plus évolutive de cette folie incroyable, avec encore une fois un nombre hallucinant d’idées qui se télescopent comme des électrons libre dans un canon.

Difficile, voire impossible de reprendre son souffle dans cette apnée de violence, et cet empilement de fulgurances à rendre fou le VIO-LENCE d’Eternal Nightmare. Il nous faut le superbe interlude mélodique « Grief For Tomorrow » pour reprendre quelques forces au passage, et affronter la fin de l’album, pas plus complaisante que le reste. Les deux derniers titres, aussi cruels, rapides et méchants que le reste du tracklisting nous permettent de perdre totalement nos esprits, et de comprendre que les espagnols d’EXTINCTCIDE ont pondu l’album de Thrash le plus fou de ce premier semestre 2021.

Véritable ode à la bousculade en pleine apocalypse, Woods Of Fire est une expérience de panique totale. Une empoignade d’apocalypse, quelques instants avant la fin, qui offre un dernier défouloir aux plus brutaux. Une catharsis extraordinaire, jouée par des extra-terrestres fans de Thrash sans limite ni contrainte.    

     

                                                                                                                                                                                                       

Titres de l’album:

01. Disintegrator

02. Woods Of Fire

03. Praying For Extermination

04. Cruel Endeavour

05. Roaches From Chernobyl

06. What

07. Moving Forward

08. Grief For Tomorrow

09. Wretched World

10. Extincticide


Facebook officiel

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 21/07/2021 à 15:13
88 %    547

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

Blood Sugar Sex Magik

mortne2001 25/09/2021

From the past

Benighted + Shaârghot + Svart Crown

RBD 22/09/2021

Live Report

Use Your Illusion I & II

mortne2001 18/09/2021

From the past

Witchfuck : le contre-pouvoir en Pologne

Simony 14/09/2021

Interview

Voyage au centre de la scène : CATACOMB

Jus de cadavre 29/08/2021

Vidéos

LA CAVE #6 : une sélection d'albums Metal Extreme

Jus de cadavre 20/08/2021

La cave

Suffocation 2014

RBD 09/08/2021

Live Report

SWAMP TERROR : La bête des marais !

Simony 16/07/2021

Interview
Concerts à 7 jours
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
metalrunner

Très  bon album une bonne claque vivement du live .

26/09/2021, 09:12

RBD

Cette prolongation de "Surgical Steel" va certes ramener dans le camp des déçus ceux qui espéraient que ce précédent n'était qu'un tour de chauffe avant un "Heartwork II" ou un "Symphony of Putrefac(...)

25/09/2021, 22:24

Sakura

transophobe black metal

25/09/2021, 14:15

Je te sodom à l\'agent orange

@Drift : tu préfères quoi haineux? haïsseurs? Je vois en quoi en utiliser un anglicisme comme haters rend nul le reste de son propos. En tout cas, pour toi, j'ai une expression bien française : sac à merde.

25/09/2021, 14:13

drift

Encore un gogo qui parle "haters"

25/09/2021, 12:34

araf

Il est grand temps qu'ils arretent les frais

25/09/2021, 12:32

Gargan

Très futé comme commentaire. Je ne crois pas qu’il faille forcer les choses à ce niveau, sinon c’est l’effet repoussoir assuré. Faire écouter les classiques du rock / hard / heavy en crescendo, c’est déjà pas mal. Quand ta p(...)

25/09/2021, 10:30

Pine de pute

@KerryKing : espèce de gros blaireau, n'oublie pas la bière dans le biberon. Si ce sont des gros nazes comme toi qui sont les porte-flambeaux de "notre héritage", pas étonnant qu'on ne soit que rareent pris au sérieux. Et franchement, va te f(...)

25/09/2021, 07:26

Ander

Pas trop mal ce titre. J'aime bien le son de basse qui se démène derrière.

24/09/2021, 08:37

Kerry King

Vieille bonne époque, rien a voir avec le collège d'aujourd'hui, on a tous commencé avec le hard rock et differentes vagues, mais pour sauver notre héritage va falloir commencer par plus fort !Mon fils sera bercé des sa naissance part du Death e(...)

24/09/2021, 01:05

Humungus

Moshimosher + 1.

23/09/2021, 17:28

Moshimosher

Necromantia avec une seule basse, c'est plus vraiment Nécromantia... dommage...

23/09/2021, 16:08

Orphan

Et je trouve le titre de grande classe

23/09/2021, 15:28

Orphan

Excellente news !20 ans plus tard, il y a toujours un moment dans l'année où je me réécoute ANCIENT PRIDE

23/09/2021, 15:21

metalrunner

Super version James a la pêche bravo pour ces petits concerts  a prix casse .

23/09/2021, 11:41

Humungus

Alors !J'ai enfin pris le temps d'écouter tout cela cher Jus de cadavre (car j'ai moi aussi de mon côté des trucs en attente à ouïr...). Et autant le dire tout de suite, je ne connaissais aucuns groupes de ta sélection.Alors c&ap(...)

23/09/2021, 11:37

Kerry King

En 2021 plus aucun intérêt de taper sur Metallica, on leur a taper dessus suffisamment comme ils l'ont mérité sur les 20 dernières années.Voyons maintenant ce groupe comme le pondeur de 5 albums majeur de l'histoire, d'une certaine no(...)

23/09/2021, 10:30

Humungus

OUHLALALALA !!! !!! !!!J'l'avais pas vu arrivé celle-là !Le titre est lambda. Malheureusement pas de retour au "vrai son NECROMANTIA".Hâte tout de même d'entendre l'album complet...

23/09/2021, 09:44

Humungus

On peut taper allégrement sur ces mecs (moi le premier), mais ce genre d'initiative "retour aux sources et aux fans", y'a quasi qu'eux qui le font...

23/09/2021, 09:38

Bones

Je me rends compte que j'ai visionné ça comme si j'avais retrouvé un vieil objet familier dans ma cave, analysant si l'humidité avait eu prise dessus, cherchant (et trouvant) les points de rouille... Ca fait bizarre de voir ces mecs prendre autant de rid(...)

23/09/2021, 07:50