Seriez-vous prêt à vous soumettre à un test de personnalité ? Non que je vous soupçonne chers lecteurs d’avoir des troubles comportementaux, mais parfois, le jeu peut-être amusant et révéler des parts sombres de votre âme et de votre inconscient…

D’ordinaire, les psychiatres font défiler devant vous des feuilles de papier ornées de taches sombres de formes diverses, et vous demandent de les interpréter selon ce que vous croyez y voir. On appelle ça le test de Rorschach, et très souvent, ce dit test permet aux réalisateurs de films d’aménager des scènes cocasses durant lesquelles le héros ou le gros vilain se lâchent en racontant n’importe quoi, genre, « On dirait Mike en train de manger un sandwich aux ongles de pied »

C’est pourtant ce test qui sert de base depuis 1921 pour aboutir à des diagnostics de troubles de la personnalité et de traiter des pathologies mentales, alors même que le concept n’était à la base qu’un simple jeu d’enfants…

Mais j’ai un autre test de Rorschach à vous proposer. Finie les souillures encrées en forme de papillon, de mouche, de nuages ou de gros seins, et bonjour l’expérience musicale qui finalement, renvoie le même reflet. Son nom ? Rorschach, cinquième LP des Norvégiens de VESEN.

VESEN propose donc en ce mois de décembre 2016 sa propre analyse via un album concept qui au départ devait s’étirer sur quatre albums successifs. Le groupe estimant qu’un seul suffirait, on retrouve donc ce thème étalé sur les dix compos de ce nouvel album, qui intervient quatre ans après This Time It’s Personnal, et qui finalement, lui ressemble beaucoup.

Tout comme This Time était une extension logique de Goal Carcass Rising, puisque l’évolution du trip/quatuor Norvégien est progressive et toujours tournée vers le passé.

Ce passé n’est pas thématique, mais musical. La musique de VESEN va toujours puiser son inspiration dans le Thrash à tendance sombre des années 80, et fouille dans les archives de VENOM, HELLHAMMER, CELTIC FROST, et même MOTORHEAD pourquoi pas, pour y trouver son essence nostalgique.

Alors, les dix vignettes qu’ils étalent à vos oreilles sont toujours aussi empruntes de ces influences manifestes, et il n’est pas rare qu’en les écoutant, vous regardiez votre psy musical en affirmant avoir déjà entendu ça quelque part. Mais…

Mais ça fonctionne toujours aussi bien, d’autant plus que Ronny Ostli (guitare/chant), Thomas Ljosåk (guitare/chant), Dag Olav Husås (batterie) et Stein Sund (basse, depuis 2016) ont clairement travaillé leur œuvre pour la rendre encore plus efficace que par le passé. Produit par Dag Olav Husås, et mixé par le même batteur en compagnie du nouveau bassiste aux Black Dimension studios, et décoré d’un artwork signé Monica Frivoll Sund, Rorschach est un album coup de poing, qui comme d’habitude se complait dans la pratique d’un Thrash vraiment primaire, dont la violence est encore plus accentuée par de grosses touches de Black placées à des endroits stratégiques.

De là à affirmer qu’il s’agit là de leur effort le plus convaincant, il y a un pas…que je franchirai peut-être.

Le but avoué de ce cinquième LP est en quelque sorte de résumer dix-sept ans de carrière en quarante minutes, tout en proposant au fan un regard lointain vers l’avant. Les Norvégiens ont toujours été très pragmatiques, et ont toujours privilégié l’efficacité à l’originalité, ce qui est encore le cas aujourd’hui, sauf que cette fameuse efficacité se trouve encore plus probante que d’habitude.

On retrouve évidemment ces guitares tranchantes et sombres, cette rythmique puissante et ce chant rauque et délicieusement voilé, mais les structures des morceaux ont plus ou moins évolué pour atteindre un degré de « finesse » parfois assez marquant.

Pas de révolution non plus, mais quatre années de silence discographique mises à profit pour renouveler l’approche, et apporter un peu de fraîcheur à l’élan.

Rorschach en l’état, pourrait donc représenter la quintessence d’un style bâtard que de plus en plus de groupes pratiquent, mais certainement pas avec le même flair que VESEN.

Pour les néophytes n’ayant jamais consulté, la musique du quatuor se pose en jonction parfaite entre le Thrash primal et bestial des HELLHAMMER, et le Black balbutiant et minimaliste de BATHORY, soit un subtil mélange de violence primitive et d’agressivité débridée, le tout enrobé dans un son énorme que les deux références précitées n’ont jamais pu approcher de près ou de loin.

Et Rorschach franchit une étape de plus dans cet hommage équilibré, sans changer d’un iota la perception des choses du groupe.

Une fois encore, on retrouve cette alternance de pistes courtes et de morceaux plus « progressifs », qui mettent en exergue des guitares aux motifs simples, des rythmiques qui font tourner la machine, et un chant grave qui rappelle étrangement lui aussi un amalgame des tonalités de Tom Warrior et de Quorthon.    

Le tout est exécuté avec la franchise Punk qu’on leur connaît, mais il faut admettre que plus le temps passe, plus VESEN maîtrise son sujet au point de ne plus admettre aucune concurrence.

Ainsi, un titre comme « Vulgar, Old and Sick Blasphemy » et sa lourde avancée souvent brisée d’accélérations foudroyantes aurait très bien pu figurer sur le séminal Apocalyptic Raids, tandis que « Blood, Bones and Pride » se serait fort bien accommodé de la période de transition de BATHORY, coincé entre Under The Sign Of The Black Mark et Blood Fire Death.

Le groupe ose même l’attaque éclair à base de beat Thrashcore et de riffs tournoyants (« All In Vain », soixante-sept secondes), avant de se lancer dans une acmé épique de plus de sept minutes (« Away The Tormentor »), qui ménage une belle intro inquiétante avant de tomber dans une emphase Heavy lourde et hypnotique.

Rorschach propose aussi des choses plus directes, comme l’intro « Damnation Path », qui lie le passé au présent et distille même une mélodie bien patente, tandis que « Screaming Sane » cavale comme du MOTORHEAD sous influence Thrash, tout comme « Crown Of Scars » qui sonne comme un vilain crossover entre « Massacra » et « War ».

En gros, il est évident que les Norvégiens après tant de temps passé sur les routes sont parvenus à trouver leur vitesse de croisière et à proposer l’album le plus créatif et équilibré de leur carrière. Certes, leur philosophie n’a pas changé d’un pouce, mais leur approche d’un Thrash primitif dopé aux stéroïdes Black est d’une efficacité redoutable.

Ce disque s’adresse à tous les nostalgiques d’une musique brute et sauvage, et il est évident que si la marge de progression est faible, la qualité est toujours au rendez-vous.

 Mais écoutez cet album, et réfléchissez à ce que vous y voyez. L’interprétation est libre, mais révélatrice d’une partie de votre personnalité.


Titres de l'album:

  1. Damnation Path
  2. Pray for Fire
  3. Target Horizon
  4. Blood, Bones and Pride
  5. Screaming Sane
  6. Crown of Scars
  7. Vulgar, Old and Sick Blasphemy
  8. All in Vain
  9. Away the Tormentor
  10. Final Insult

Facebook officiel


par mortne2001 le 01/01/2017 à 18:00
75 %    331

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Visavis

War Machine

Cemetery Urn

Barbaric Retribution

Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Powerwolf + Amaranthe + Kissin' Dynamite

JérémBVL / 18/01/2019
Powerwolf

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

L'éléphant... J'ai lu un livre là-dessus y a pas longtemps, et les mecs expliquaient qu'en fait, c'est parce que toute leur force est concentrée dans la trompe.


Mais qui c'est le plus fort l'hippopotame ou l'éléphant ?


@LeMoustre & @Jus de cadavre : vous avez brisé mon plan, j'allais annoncé un combat sur le ring à l'Hotel Accor Arena à la Booba vs Kaaris, je me serais fait des c***lles en or... ah ah ah ah ah !


@Jus de cadavre : Pas mon genre, j'ai juste dit que une fois je n'avais pas été au Xtrem parce que l'affiche ne m'avait pas plu alors que c'était à côté. Mais j'y suis allé une fois aussi. Mais je vois ce que tu as pu comprendre, et mes mots étaient maladroits. En tout cas, pas de conflit no(...)


J'ai du mal comprendre alors. Je croyais avoir à faire à quelqu'un qui choisi pour toi ce qui est bien ou pas, comme on en croise très souvent en ce moment (et pas qu'en musique hélas !). Donc "conflit" clos ;)
Et bon fest quel qu'il soit !


De Toulouse via un Ryanair. Merci c'est sympa, à priori on se rejoint avec des potes. Je suppose qu'on campera. Mais boire un godet ou plusieurs avec plaisir. Et non perso aucun conflit du moins me concernant, je ne crois pas qu'il y ait matière à.


@ LeMoustre :
Je viens de capter là :
Tu viens de Albi pour le Méan ?!?!
Pfiou... Quel courage.
En tous cas, si jamais tu cherches un coin étape pour dormir la veille (je suis à 2 h 30 de Méan), n'hésites pas.


1) AAAAAAAAAAHHH !!!
Et un conflit à la VS ! Un !!!
ENFIN !!! !!! !!!
(cela faisait longtemps...)
2) Pour la place :
Sur le site officiel (cela ne va pas tarder je pense) ou actuellement sur celui de la Fnac.


Bonne idée en tous cas ce genre de quiz nécrologique...
A refaire grinder92.


"Lord of chaos" Vs "L7"...
Mon choix serait vite fait... ... ...


Ben Entombed ce sont reformé sans LG Petrov mais avec le line up Clandestine pour un concert puis plus de nouvelle.


lol cette histoire du cerveau j'en ai toujours entendu parlé mais j'ai du mal a y croire

Purée 50 ans ! Triste vie pour cet homme.


@Jusdecadavre : Soit je me suis mal exprimé, soit tu m'as mal compris. Bien sûr que l'un n'empêche pas l'autre, heureusement. Et je n'ai aucune raison de donner une quelconque leçon, j'en serai bien mal avisé. Et non, je ne fais pas que des fests de "true", j'en fais malheureusement peu et fau(...)


Euh... Fallait lire le message en entier en fait... Bref, on peut très bien aller dans un gros fest, et faire des tous petits trucs aussi. L'un n'empêche pas l'autre hein. Et je pense pas avoir de leçon a recevoir de ce coté là. Mais bon, tu dois faire parti de "l'élite", toi tu fais que les f(...)


Me voilà plus que convaincu, les gars.
Oui, JusdeCadavre : Tu m'étonnes, à 1 heure c'est sûr que ce serait dommage. Bah, remarque, j'ai le xtrem fest à 1 heure, mais vu l'affiche HxC sans metal l'an dernier, j'y suis pas allé.
Bon, Humungus, tu chopes la place chez qui ?


Justement je ne connais pas le reste de leur discographie, je ne me suis guère intéressé a la scène black, un peu impaire nazarene avec ugra karma, Samuel,, les vieux Venom ou Bathory ou encore Aura noir


mdr c'etait trops gros


pas de soucis ;)


@joelindien : faudra pas hésiter à nous dire ce que tu en as pensé par ici du film ! :)


en choppant les places j'ai vu que le meme jour ils diffusent le documentaire sur L7 aussi ;) mais a la meme heure ....