Les duos dans le Metal, ne sont pas chose couranteLe BM préfère se complaire dans les one-man band, le Punk a au moins besoin d’une ossature en trio, et le reste des groupes s’articule autour d’un line-up plus complet, histoire de profiter d’une puissance qui représente leur essence même.

Néanmoins. A-t-on vraiment besoin d’être quatre pour faire du bruit pour six ? Il semblerait que non, selon la réponse fournie ce matin par les GNARWHAL, qui depuis leurs débuts n’ont jamais eu besoin d’aide pour faire trembler la terre comme un géant Post-Noise aux pieds d’acier.

Metal certes, mais tellement plus que ça en même temps. D’aucuns parleront avec une cuillère dans la bouche et un air légèrement condescendant de Mathcore, d’autres intellectualiseront le propos en argumentant autour d’un Post-Metal vraiment libre, et certains resteront élitistes, en digressant autour du fantôme d’un Rock progressif dénaturé façon Post-Punk.

Mais comme il n’y a aucune réponse adaptée, autant prendre leur musique pour ce qu’elle est. Un foutoir rythmique qui n’en est pas un, et l’association d’une guitare presque dyslexique et hystérique, et d’une batterie qui fait tout ce qu’elle peut pour la garder sur les rails de la déraison contrôlée.

 

GNARWHAL, dans les faits, est l’union de Chappy Hull (guitare/chant/cris) et Tyler Coburn (batterie, et parfois un peu de chant), concept né en 2007 du côté de Nashville, et qui a pris le temps de sortir deux LP (Shinerboy en 2015 et Duane en 2001), de participer à des splits, des compilations, de propager quelques simples, mais surtout, de repousser les limites techniques et Free d’un hardcore qui serait à même de faire passer les DEP, CONVERGE, PSYOPUS, CANDIRIA et COMITY, pour de jolis banquets d’assureurs en mal de blagues couvertes au tiers, mais pas en tout risque.

Un duo pour qui le mot « « liberté » veut tout dire, le tout et son contraire, et qui explore toutes les possibilités d’une accroche en tandem pour repousser les limites d’un Rock Noisy décomplexé, qui exhorte son message à grands coups de syncopes et de multiplication des riffs comme autant de plaies d’Egypte.

Difficile à suivre ?

Autant que leur musique, qui pourtant sur ce troisième longue durée semble trouver refuge de temps à autres sous l’auvent de mélodies tuées dans l’œuf, sans rendre leur démarche plus compréhensible et accessible.

Finalement, leur optique UNSANE passé au mixeur de la schizophrénie de triples croches est de plus en plus convaincante, même si s’accrocher à un thème quelconque et reconnaissable est toujours aussi difficile.

Mais qui a dit qu’on avait besoin d’une balise pour se sentir rassuré ? Là n’est pas le sentiment que Chappy et Tyler cherchent à provoquer chez leurs auditeurs potentiels, mais plutôt à les affoler d’une nouvelle conception d’un Post Rock Noisy évolutif, utilisant les méandres du Mathcore comme lieu de perdition ultime.

En substance, Crucial l’est, mais il est aussi leur album le plus et le moins abordable. Le plus, car comme je le disais, la mélodie a su se tailler une toute petite place dans l’opacité ambiante, le moins, puisque les délires de Chappy à la guitare sont de plus en plus épidermiques et incontrôlables, au point de friser l’indécence de prolifération, même sur les titres les plus « simples » (« Marathon Ripper », offert en amuse-gueule avant la sortie officielle de l’album).

Simple ?

Le mot est en effet mal choisi, autant dire que John Zorn aime la Pop et que MERZBOW se délecte de Lounge à l’Hotel Costes. Pourtant la Pop n’est pas définitivement occultée sur ce troisième effort, qui vous en fera faire d’énormes pour tenter de suivre et de rassembler le puzzle.

On atteint parfois des sommets de non-sens dissonant comme à l’occasion du cauchemardesque « Cool River », qui fuzze, lacère, distord, et qui semble tirer des enseignements d’Ornette Coleman de quoi boucher les trous Mathcore de DILLINGER ESCAPE PLAN.

Les morceaux sont bien évidemment la plupart du temps très brefs, comme des grosses claques dans ta face, mais une fois par ci par là, ils prennent leur temps et ça nous donne des dérivations en triphasé genre « Light-up City », qui irrite, qui louvoie, qui frappe en plein pif, mais pas que.

Le morceau débute d’ailleurs par un des plans les plus anti-musicaux mais stables de l’ensemble, avec une belle osmose riff étouffé et rythmique muselée, avant que la connotation progressive ne s’impose par touches fugaces et que la dissonance une fois de plus nous ramène vers le New-York de l’orée des nineties, celui là-même qui cherchait des solutions à la vague No-Wave ayant déferlé quelques temps plus tôt. Chappy hurle comme un monstre hybride entre Chris Spencer et Lydia Lunch, et on pense même lorsque les débats se stabilisent à une version vraiment sadique de BREACH, qui reprendrait « Diablo » en pensant à FANTOMAS.

Dans le genre, « Driveway » n’est pas piqué des hannetons non plus, et joue l’ignorance de la logique la plus bienséante pour nous plonger dans un bain d’acide Post-Hardcore, avec encore une fois quelques allusions légères à des harmonies asphyxiées par un Chappy qui se prend pour une angine blanche. Décélérations, adaptations du tempo pour des mouvances en oscillation, feedback assourdissant, riffs presque Rock à la SEX SNOBS moins blasés, et puis, une lumière anti-musicale aveuglante, mais rythmiquement fascinante.

« Lazy River » nous avait déjà fait le coup plus en amont, mais de façon plus élégante. Ce qui n’empêche nullement les deux farceurs d’imposer des intermèdes glauques (« My Crucial »), des fulgurances qui collent des céphalées et des saignements de nez (« The Smell Of The Bag », on a le sentiment que ça doit être n’importe quoi, mais pas du tout), des pauses lancinantes et trompeuses dans l’accalmie de surface (« Let Going », ça caresse dans le sens du poil, avec des arpèges qui ne prédisent rien de bon), ou encore, puisqu’on n’est pas à ça près, des hits Free de l’impossible (« Being Kidding », oui on se doute qu’en plus, vous ne plaisantez pas)

Pics d’intensité qui resserrent la camisole de l’esprit, genre Steve Vaï enchaîné dans la cave des ZEUS ! (« Part Tow – Binary Cottage », village virtuel de chaos, au ciel strié de blasts), et final en pied de nez et croc en jambes, avec riff presque unique histoire de nous contredire (« Crucial »).

Je vous dirais bien que ne pas comprendre le truc n’est pas signe de bêtise ou de faiblesse puisqu’il est aussi expérimental qu’un rêve de Beefheart ou de Patton, mais finalement, vous seuls déciderez si oui ou non, Crucial et par extension GNARWHAL méritent le temps que vous pourriez leur consacrer.

Sachez simplement qu’ils ne sont que deux, qu’ils prouvent que le Mathcore ou Post-Math n’est pas qu’un style de journaleux en mal d’étiquettes faciles, et que ce troisième album pousse les choses encore plus loin tout en marquant une pause.

Ce qui n’est pas le moindre des paradoxes d’un album aussi cathartique que Némésis musicale. Sinon, ça fait quoi de se sentir souris dans un laboratoire géré par des dingues ?


Titres de l'album:

  1. Marathon Ripper
  2. The Smell Of The Bag
  3. Lazy River
  4. Being Kidding
  5. Cool River
  6. Let Going
  7. My Crucial
  8. Light-up City
  9. Your Crucial
  10. Driveway
  11. Part Two - Binary Cottage
  12. Crucial

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/05/2017 à 13:57
80 %    339

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Unruly Child

Big Blue World

Hellnite

Midnight Terrors

Nucleus

Entity

Slipknot

Slipknot

Warrior Soul

Rock n’ Roll Disease

Hammerfall

Dominion

Iron Bastards

Cobra Cadabra

Summery Mind

Color

Destruction

Born to Perish

Lingua Ignota

Caligula

Volbeat

Rewind, Replay, Rebound

Obturate

The Bleeding Mask of Dread

Ravenous Death

Chapters Of An Evil Transition

Roxy Blue

Roxy Blue

Arctic Sleep

Kindred Spirits

Soleil Moon

Warrior

Slipknot

We Are Not Your Kind

Excuse

Prophets From the Occultic Cosmos

Cruella

Metal Revenge

Northtale

Welcome To Paradise

Tour Report : MONOLITHE + ABYSSIC / Europe avril 2019

Jus de cadavre / 15/08/2019
Abyssic

THE DIRT / Critiques du film

Jus de cadavre / 06/08/2019
Biopic

MOTOCULTOR 2019 : notre programme !

Jus de cadavre / 05/08/2019
Metalnews

Obscene Extreme - Jour 6

Mold_Putrefaction / 03/08/2019
Brutal Death Metal

Obscene Extreme - Jour 5

Mold_Putrefaction / 02/08/2019
Brutal Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Un album ou il faut pas réfléchir, c'est beaucoup de bruit, ça tremble c'est juste fait pour nous détruire la cervelles et les oreilles c'est assumé et ça marche, ça te met la dose.

J'assume aimé dans ce sens mais je n'y vois rien d'autre et ça me suffit de m'explosé la tete.<(...)


Pour information le groupe est emmené par des membres de Impaled Nazarene (Mikael Arnkil), Abhorrence et Unholy (Pasi Äijö)


Triste nouvelle :-(
RIP


C'est là où le groupe continue de se distinguer : contrairement à tous ces groupes jouant sur scène l'intégralité de leurs albums les plus renommés (et vendus, pour le coup...), eux ils prennent un contrepied phénoménal. Donc Mr Bungle continue sa légende de surprise permanente. Que pouvai(...)


Les gars ont quand même un sacré esprit de contradiction, revenir après toutes ces années pour jouer une démo super underground et n'ayant quasi aucun rapport avec le reste de leur discographie alors que tout le monde attendait les grands classiques...

Quand j'ai vu qu'il y avait S(...)


Au delà de l'excellente nouvelle le plus étonnant , pour moi, c'est qu'ils vont jouer leur première démo. Soit ce qu'ils ont fait de plus bourrin. Juste génial


Ça c’est une putain de bonne nouvelle
Espérons qu’ils fassent plus que ces 3 dates


Sinon, je vends une Logan break de 2013.
Prix à débattre...


Et bien messieurs, merci pour cette explication qui me permettra d'aller me coucher moins con ce soir...


@Humungus : une résidence (residency en anglais) désigne le fait pour un musicien ou un artiste de se produire pendant une certaine période au même endroit. On parle alors d'artiste en résidence.


La résidence c'est lorsqu'un artiste loue une salle pour y répéter son concert en vue d'une tournée. C'est une répétition en grandeur nature en quelques sortes


1) ManOfShadows + 1 !
2) C'est quoi "la résidence" ?


Bonne nouvelle. Je n'attendais pas un nouvel album de leur part si tôt.


J'ai eu peur ! En lisant les deux premières lignes et en voyant la photo, c'est mon cœur qui a faillit s’arrêter de battre. Murphy est un vocaliste unique et légendaire. Bon courage et bon rétablissement à lui.


C’est pas trop tot


Pas un petit passage par chez nous, dommage...


A noter qu'il s'agit d'un EP (5 titres) et non du 3ème album des chiliens à proprement parler.


Oui le morceau en écoute est... éprouvant ! Bien plus violent que certains groupes de métal. Je suis pas sur que ce soit pour moi par contre...
PS: Elle donne une interview dans le dernier New noise.


Ouch... je n'ai écouté qu'un seul morceau et pourtant je suis sur les rotules. C'est d'une intensité rare. Cathartique. Quand elle hurle, on a juste envie de hurler avec elle, encore plus fort pour... je ne sais pas vraiment en fait ! Tout bonnement impressionnant. Et éprouvant !
Merci mec(...)


Enjoy The Violence !