Les duos dans le Metal, ne sont pas chose couranteLe BM préfère se complaire dans les one-man band, le Punk a au moins besoin d’une ossature en trio, et le reste des groupes s’articule autour d’un line-up plus complet, histoire de profiter d’une puissance qui représente leur essence même.

Néanmoins. A-t-on vraiment besoin d’être quatre pour faire du bruit pour six ? Il semblerait que non, selon la réponse fournie ce matin par les GNARWHAL, qui depuis leurs débuts n’ont jamais eu besoin d’aide pour faire trembler la terre comme un géant Post-Noise aux pieds d’acier.

Metal certes, mais tellement plus que ça en même temps. D’aucuns parleront avec une cuillère dans la bouche et un air légèrement condescendant de Mathcore, d’autres intellectualiseront le propos en argumentant autour d’un Post-Metal vraiment libre, et certains resteront élitistes, en digressant autour du fantôme d’un Rock progressif dénaturé façon Post-Punk.

Mais comme il n’y a aucune réponse adaptée, autant prendre leur musique pour ce qu’elle est. Un foutoir rythmique qui n’en est pas un, et l’association d’une guitare presque dyslexique et hystérique, et d’une batterie qui fait tout ce qu’elle peut pour la garder sur les rails de la déraison contrôlée.

 

GNARWHAL, dans les faits, est l’union de Chappy Hull (guitare/chant/cris) et Tyler Coburn (batterie, et parfois un peu de chant), concept né en 2007 du côté de Nashville, et qui a pris le temps de sortir deux LP (Shinerboy en 2015 et Duane en 2001), de participer à des splits, des compilations, de propager quelques simples, mais surtout, de repousser les limites techniques et Free d’un hardcore qui serait à même de faire passer les DEP, CONVERGE, PSYOPUS, CANDIRIA et COMITY, pour de jolis banquets d’assureurs en mal de blagues couvertes au tiers, mais pas en tout risque.

Un duo pour qui le mot « « liberté » veut tout dire, le tout et son contraire, et qui explore toutes les possibilités d’une accroche en tandem pour repousser les limites d’un Rock Noisy décomplexé, qui exhorte son message à grands coups de syncopes et de multiplication des riffs comme autant de plaies d’Egypte.

Difficile à suivre ?

Autant que leur musique, qui pourtant sur ce troisième longue durée semble trouver refuge de temps à autres sous l’auvent de mélodies tuées dans l’œuf, sans rendre leur démarche plus compréhensible et accessible.

Finalement, leur optique UNSANE passé au mixeur de la schizophrénie de triples croches est de plus en plus convaincante, même si s’accrocher à un thème quelconque et reconnaissable est toujours aussi difficile.

Mais qui a dit qu’on avait besoin d’une balise pour se sentir rassuré ? Là n’est pas le sentiment que Chappy et Tyler cherchent à provoquer chez leurs auditeurs potentiels, mais plutôt à les affoler d’une nouvelle conception d’un Post Rock Noisy évolutif, utilisant les méandres du Mathcore comme lieu de perdition ultime.

En substance, Crucial l’est, mais il est aussi leur album le plus et le moins abordable. Le plus, car comme je le disais, la mélodie a su se tailler une toute petite place dans l’opacité ambiante, le moins, puisque les délires de Chappy à la guitare sont de plus en plus épidermiques et incontrôlables, au point de friser l’indécence de prolifération, même sur les titres les plus « simples » (« Marathon Ripper », offert en amuse-gueule avant la sortie officielle de l’album).

Simple ?

Le mot est en effet mal choisi, autant dire que John Zorn aime la Pop et que MERZBOW se délecte de Lounge à l’Hotel Costes. Pourtant la Pop n’est pas définitivement occultée sur ce troisième effort, qui vous en fera faire d’énormes pour tenter de suivre et de rassembler le puzzle.

On atteint parfois des sommets de non-sens dissonant comme à l’occasion du cauchemardesque « Cool River », qui fuzze, lacère, distord, et qui semble tirer des enseignements d’Ornette Coleman de quoi boucher les trous Mathcore de DILLINGER ESCAPE PLAN.

Les morceaux sont bien évidemment la plupart du temps très brefs, comme des grosses claques dans ta face, mais une fois par ci par là, ils prennent leur temps et ça nous donne des dérivations en triphasé genre « Light-up City », qui irrite, qui louvoie, qui frappe en plein pif, mais pas que.

Le morceau débute d’ailleurs par un des plans les plus anti-musicaux mais stables de l’ensemble, avec une belle osmose riff étouffé et rythmique muselée, avant que la connotation progressive ne s’impose par touches fugaces et que la dissonance une fois de plus nous ramène vers le New-York de l’orée des nineties, celui là-même qui cherchait des solutions à la vague No-Wave ayant déferlé quelques temps plus tôt. Chappy hurle comme un monstre hybride entre Chris Spencer et Lydia Lunch, et on pense même lorsque les débats se stabilisent à une version vraiment sadique de BREACH, qui reprendrait « Diablo » en pensant à FANTOMAS.

Dans le genre, « Driveway » n’est pas piqué des hannetons non plus, et joue l’ignorance de la logique la plus bienséante pour nous plonger dans un bain d’acide Post-Hardcore, avec encore une fois quelques allusions légères à des harmonies asphyxiées par un Chappy qui se prend pour une angine blanche. Décélérations, adaptations du tempo pour des mouvances en oscillation, feedback assourdissant, riffs presque Rock à la SEX SNOBS moins blasés, et puis, une lumière anti-musicale aveuglante, mais rythmiquement fascinante.

« Lazy River » nous avait déjà fait le coup plus en amont, mais de façon plus élégante. Ce qui n’empêche nullement les deux farceurs d’imposer des intermèdes glauques (« My Crucial »), des fulgurances qui collent des céphalées et des saignements de nez (« The Smell Of The Bag », on a le sentiment que ça doit être n’importe quoi, mais pas du tout), des pauses lancinantes et trompeuses dans l’accalmie de surface (« Let Going », ça caresse dans le sens du poil, avec des arpèges qui ne prédisent rien de bon), ou encore, puisqu’on n’est pas à ça près, des hits Free de l’impossible (« Being Kidding », oui on se doute qu’en plus, vous ne plaisantez pas)

Pics d’intensité qui resserrent la camisole de l’esprit, genre Steve Vaï enchaîné dans la cave des ZEUS ! (« Part Tow – Binary Cottage », village virtuel de chaos, au ciel strié de blasts), et final en pied de nez et croc en jambes, avec riff presque unique histoire de nous contredire (« Crucial »).

Je vous dirais bien que ne pas comprendre le truc n’est pas signe de bêtise ou de faiblesse puisqu’il est aussi expérimental qu’un rêve de Beefheart ou de Patton, mais finalement, vous seuls déciderez si oui ou non, Crucial et par extension GNARWHAL méritent le temps que vous pourriez leur consacrer.

Sachez simplement qu’ils ne sont que deux, qu’ils prouvent que le Mathcore ou Post-Math n’est pas qu’un style de journaleux en mal d’étiquettes faciles, et que ce troisième album pousse les choses encore plus loin tout en marquant une pause.

Ce qui n’est pas le moindre des paradoxes d’un album aussi cathartique que Némésis musicale. Sinon, ça fait quoi de se sentir souris dans un laboratoire géré par des dingues ?


Titres de l'album:

  1. Marathon Ripper
  2. The Smell Of The Bag
  3. Lazy River
  4. Being Kidding
  5. Cool River
  6. Let Going
  7. My Crucial
  8. Light-up City
  9. Your Crucial
  10. Driveway
  11. Part Two - Binary Cottage
  12. Crucial

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 29/05/2017 à 13:57
80 %    311

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Ember

Ember & Dust

Towering

Obscuring Manifestation

Calamity

Kairos

Deathspell Omega

The Furnaces Of Palingenesia

Pectora

Untaken

Warchest

Sentenced Since Conception

Sangue

Culś

Wormwitch

Heaven That Dwells Within

Wings Of Decay

Crossroads

Ares Kingdom

By the Light of Their Destruction

Mosh-pit Justice

Fighting The Poison

East Of The Wall

NP-Complete

Spirits Of Fire

Spirits Of Fire

Brutal Sphincter

Analhu Akbar

Darkthrone

Old Star

Makkmat

Beina Brenner

Jess By The Lake

Under The Red Light Shine

Rammstein

Rammstein

D.a.d

A Prayer for the Loud

Death Angel

Humanicide

Pitfest

Mold_Putrefaction / 08/06/2019
Crust

Warm-Up Hellfest

JTDP / 07/06/2019
Hellfest

Ad Patres / Iron Flesh / Origin'Hell - Live-report Rennes

Jus de cadavre / 28/05/2019
Death Metal

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Excellent morcif. Eh ben ça donne envie ça. Une chouette baffe en thrashmetal de ce milieu d'année. A voir si ça tient la route sur un album entier, comme le dernier Terrifier ou Maligner récemment.


le Black album est du heavy commercial, je ne le considère pas comme une réussite indiscutable


pas grand chose de mélodique la dedans


Saleté ! J'espère que cela a été vu à temps. Comme quoi les vies assainies ne sont pas à l'abri.


Haha, ouais. Bon en même temps, fallait pas s'attendre à voir autre chose venant d'eux.


Ca paiera les soins de Mustaine, touché par un cancer de la gorge. En espérant un prompt rétablissement au divin rouquin.
Endgame reste leur meilleur album depuis... Rust In Peace, et le plus agressif aussi.


Courage a ce monstre du Metal.


Ah bah merde ! J'étais content de pouvoir revoir le père Wino sur scène... Grand souvenir avec Spirit Caravan il y a quelques années sur cette même scène.


Ah merde Humungus, ce qui me plaît surtout dans le dernier Vltimas, c'est les influences orientales...Le mash-up Faudel/David Vincent m'a tellement fait rêver ! :)


Il a survécu à la dope, à l'alcool, à dieu et à Metallica en écrivant les plus belles pages du Heavy/Thrash alors je pense qu'il survivra à ce putain de cancer ! Pour moi, le Metal God, c'est lui. Le meilleur guitariste du Metal c'est lui, alors il ne peut pas mourir. Dave Mustaine ne mourra (...)


Vas y Dave, nique lui la gueule à ce putain de cancer.


Tout simplement parce qu’ils sont pourris...


Eh ben...
Fucking hook in mouth.... :-(


@humungus : tout à fait d'accord ! ;-)


En fait, je pensais que tu faisais une vanne et que tu sous entendais par là que c'était le meilleur fest d'Europe…
Alors, pour corriger "réellement" l'ensemble, le HELLFEST c'est :
L'un des plus grands d'Europe, le plus grand de France et le meilleur au monde mondial au niveau des (...)


Détrompe toi Humungus, on ne s'en branle absolument pas, c'est justement pour partager les attentes de chacun et pourquoi pas donner envie à ceux qui hésitent d'aller voir tel ou tel groupe. Et ton R.O. est plus que solide dites donc, je m'y reconnais assez !
Et pour "le plus grand festival(...)


J'imagine que tout le monde s'en branle, mais y'a pas de raison qu'il n'y ait que les chroniqueurs qui vous fassent part de leur destinations sur le fest (merde quoi !) :
- Vendredi : CONAN, POWER TRIP (jamais vu. Hâte de voir ça sur scène et surtout dans le pit hé hé hé), DIAMOND HEAD ((...)


Ah merci totoro !
Je ne suis donc pas le seul à penser qu'il n'y a pas plus de Crust là dedans que de références Raï dans le dernier VLTIMAS.


De mon coté j'y serais aussi pour le zine'... Mon RO du coup : Slayer, Slayer et Slayer (en gros quoi). Plus sérieusement y'a de quoi faire encore cette année ! Mais pour moi ça se passera, comme depuis des années maintenant, quasi uniquement sous les tentes... A part pour Slayer, Gojira et 1 o(...)


J'avais peur après "LIFAD" que je n'aime pas (trop facile, pas assez martial, aux chansons loin d'être inoubliables, à part "Waidmanns Heil"). Rassuré par l'énormissime "Deutschland" et "Radio", c'est désormais tout l'album qui me fait plaisir. Rammstein ne change pas vraiment mais a trouvé u(...)