Bon, je ne vais pas m’amuser à recenser tous les groupes de Death technique de la création…Vous les connaissez aussi bien que moi, je les connais, tout le monde les connaît, et disons pour le principe qu’ils vont servir de base à cette chronique.

Puisque ces quelques mots vont concerner un des représentants de ce style, autant le situer d’une manière assez vague pour laisser l’inspiration voguer.

Les présentations seront donc officielles, et l’analyse plus tardive si vous le voulez bien.

Les DISCHORDIA nous viennent d’Oklahoma City, existent depuis le début des années 2010, et ont déjà publié un certain nombre de postulats, format EP (Creator Destroyer en 2011, Sources en 2015), ainsi qu’un premier longue durée en 2013, Project 19. Ils s’articulent autour d’un axe en trio (Josh Turner – chant/basse), Keeno (guitare/chant) et Josh Fallin (batterie), qui semble leur convenir parfaitement, et commencent à se faire un nom dans le plus si petit monde cloisonné du Death Metal hautement agencé et instrumentalisé.

La recette de cette musique alliant dextérité, complexité et brutalité est connue, et la variante appliquée par les trois Américains, ne dévie pas vraiment de l’essence d’origine. Admettons quand même qu’ils la mettent en pratique avec une délicate sauvagerie qui prend aux tripes et qui de plus, bénéficie d’un son tout à fait adapté.

On pourrait les comparer à quelques références, ils en citent eux-mêmes d’ailleurs, dont ENFUNERATION, CASCUS, BLACK CROWN évidemment (James Dorton, le chanteur fait d’ailleurs un featuring sur le morceau « The Ruin »), mais à cela nous pourrions broder de notre côté sur les thèmes de GORGUTS, ION DISSONANCE, DECAPITATED pour cette approche radicale, ou même MESHUGGAH pour ces complications rythmiques densifiant l’instrumental avec régularité.

Jusqu’ici, rien de surprenant à l’affaire. Des pistes à suivre assez classiques, pour une musique riche, dense, brutale mais maîtrisée dans un certain sens. Quelques arrangements incongrus pour tromper l’auditeur et l’emmener sur des voies diverses, mais surtout, une indéniable créativité qui empêche les DISCHORDIA de nous faire plonger dans une somnolence prévisible. Cette créativité les pousse à suivre les traces d’ATHEIST parfois, mais aussi des CRYPTOPSY, voire des ANAAL NATHRAKH dans les instants les plus incisifs et peu emphatiques.

Mais rentrons un peu plus dans le vif du sujet pour en apprendre un peu plus…ou presque.

Thanatopsis en l’état, sans tomber dans le piège du concept album, est un disque à thématique unie. Basé sur le poème éponyme de William Cullen Bryant, dont les écrits font partie de la culture littéraire US du 19ème siècle, il propose une contemplation de la mort, une analyse d’immersion, qui finalement, s’accorde très bien des choix instrumentaux du trio. Je vous invite à lire cette œuvre disponible sur Internet pour en savoir un peu plus, ce qui nous permettra de rester focalisés sur la musique de ce deuxième album, qui finalement, est suffisamment discordant pour s’accorder du patronyme d’un groupe qui refuse les mélodies et imbrications trop faciles.

Technique donc, puissance, un minimum d’innovation, tel est donc le plan en trois axes qui se développe sur les neuf longues pistes de ce second album de DISCHORDIA, et qui sont des vecteurs assez classiques des théories d’usage dans le Death Technique.

Si l’œuvre dans sa globalité est très compacte et peu sujette à des aérations trop prononcées, les trois musiciens ont tout de même accordé suffisamment de place à l’harmonie déviante pour ne pas risquer la monotonie d’une attaque frontale ininterrompue et stérile.

Technique certes, mais pas démonstratif pour autant. Et si « The Ruin », proposé en avant-première privilégie les démonstrations de violence, l’imbrication des riffs en prolongement et les subtils écrasements de tempo, il garde une patte personnelle qui empêche nos trois héros du jour de sombrer dans une routine confortable, mais peu gratifiante.

Une basse volubile habilement glissée entre la batterie et l’infatigable guitare, un chant rauque qui n’écrase pas les fréquences mais ne se laisse pas noyer au mixage, et de fréquentes références au passé le plus illustre et terminal de DEATH, sans oublier les citations plus ou moins directes à MESHUGGAH, notamment sur le très roublard et ronflant « 22° », que l’on aurait aisément pu retrouver sur le séminal Koloss des suédois. D’ailleurs, la voix de Josh Turner sur ce morceau singe à merveille les accents gravissimes de Jens Kidman et son phrasé un peu empâté, tandis que la section rythmique s’amuse beaucoup justement d’une arythmie typique des numéros de funambule des inénarrables chantres du Techno Death venus du froid.

Morceaux longs donc, et sous influence, mais qui gardent une identité suffisamment affirmée pour que le plagiat ne pointe pas le bout de son impolitesse.

D’ailleurs, les DISCHORDIA choisissent parfois de faire preuve d’un radicalisme à la CRYPTOPSY, notamment sur le lapidaire et ultra brutal « Madness », qui justifie son titre d’un ballet enivrant de violence orchestré au millimètre près.

Mais cet exemple est isolé dans une mer houleuse qui préfère regarder les énormes vagues déferler les unes après les autres, mouvement qui trouve son apogée dans le dernier acte de ce second disque, sur l’interminable dédale « The Traveler », qui n’hésite pas à friser les neufs minutes d’inspiration globale. Tout y passe, des compressions à deux doigts d’une explosion massive, aux breaks subtils, à la limite du Free Jazz, les passages en Techno Mathcore teinté de Death torride, et dans cette ultime tentative de prouver leur bon sens, les Américains parviennent à résumer des années de Death technique en ramenant à la surface des mémoires collectives les inévitables Individual Thought Patterns, Chaosphere, et autres Imperial Doom ou Feeding The Abscess, en y ajoutant leur propre narration, qui trouve parfois des illustrations incongrues, comme lors de ce break de carnaval, totalement gratuit mais ludique et parfaitement intégré au développement global du morceau.

Thanatopsis a donc beau se focaliser en externe sur le processus de fin de vie, il n’en manque pas pour autant et propose une version intéressante d’un genre qui a tendance à très vite s’enfermer dans ses obsessions et à se laisser posséder par ses propres démons. Des efforts d’hybridation sont encore à faire pour pouvoir taquiner les incunables, mais le caractère est affirmé, et la patte instrumentale affinée.   

 Il démontre quoi qu’il en soit que le trio Américain est capable d’égaler les gourous en place, pour peu qu’ils creusent encore cette imagination qui leur permet tout juste de sortir des sentiers battus pour le moment.


Titres de l'album:

  1. The River
  2. The Road
  3. The Ruin
  4. The Curator
  5. 22°
  6. An Unlikely Story
  7. Bone Hive
  8. Madness
  9. The Traveler

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 20/11/2016 à 12:53
75 %    497

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)