Encore un groupe qui ne va pas dire grand-chose à grand monde, ni à moi d’ailleurs. Une nouvelle découverte exhumée des tréfonds d’un net de plus en plus gourmand en nouveautés, et qui chaque semaine, charrie son lot d’explosions inconnues, qui méritent quand même qu’on en témoigne, histoire que tout ce barouf bénéficie d’échos hors de son pays d’origine. Celui-ci est d’ailleurs multiple, puisque les têtes pensantes de MILOPKL ne viennent pas de Russie comme ce nom semble l’indiquer, mais bien du Japon et d’Australie (si j’en crois les sources dénichées), et se connaissent depuis longtemps pour pratiquer l’art de la déconstruction rythmique au sein du même combo.

Ce combo mystère répond donc au nom de PUKELIZATION, implanté au Japon, et déjà auteur d’une myriade de sorties, dont six long play et une compilation, ce qui en fait de fait un ensemble plutôt productif. On retrouve au casting de ce concept presque solo deux hommes, amis et complices, qui prolongent donc leurs exactions au sein de MILOPKL. A gauche, MikoPKL, la tête pensante, qui chante, guitarise et basse, et à droite, YassyPKL, qui lui drumise, pour un voyage à la frontière d’un Speed Thrash assez atypique dans le rendu, mais efficace dans le vécu. Déjà responsables d’un initial Hypersatan666 en 2015, les deux compères ont donc récidivé cette année avec cet Extreme League à la sublime pochette emprunte d’heroïc-fantasy, qui cache dans ses sillons numériques de quoi faire headbanguer plus que de raison. Pas d’esbroufe, juste de l’efficacité, de la violence mâtinée de bonne humeur détrempée, pour un effort qui se place dans un créneau hybride et un peu bancal, hésitant entre la rudesse du Hardcore et l’attaque Thrash épaisse.

Difficile de dire si les deux amis gravitent dans la sphère Metal ou Core, ce qui n’empêche nullement d’apprécier leurs efforts, qui s’articulent autour d’un axe de J-Thrash assez influencé par les références les plus occidentales et accidentés. Entre des riffs qui tournoient sans relâche, des rythmiques qui blastent, qui aplatissent et rebondissent, et des soli qui hérissent, le ballet est étourdissant, et éminemment rapide et violent. On pense même parfois à une sorte de Powerviolence passéiste et sevré de Thrashcore militant (« Violent Desire », un truc hyper dense et concentré qui arrache les tympans), aiguillés sur cette piste par le timbre de voix très rauque et particulier de Miko, qui éructe plus qu’il ne grogne, et qui confère aux pistes un délicieux parfum rétro.

Les morceaux se veulent concis par la durée, mais riches par le nombre d’idées. Il n’est pas rare qu’ils soient constitués d’une kyrielle de plans ultraviolents s’entrechoquant en une frénétique gigue, qui ne nous laisse que peu de répit. En témoigne l’hystérique « Destroy The State », qu’on a franchement du mal à suivre, même avec une partition, et qui frappe sans relâche pour nous faire chavirer de déraison. Mais la folie que dégage ce second longue durée est vraiment contagieuse et s’apparente à un blitzkrieg total qui nous prend de face, de dos et de revers, et qui a la franchise de ses opinions dès son intro carton (« Extreme League », ou comment unir MACABRE, CRYPTIC SLAUGHTER et WARBRINGER dans le même élan frondeur).

Good friendly violent fun ? La devise de nos EXODUS chéris semble s’être vue appropriée par ce duo auquel on ne saurait résister, et qui fait parfois montre d’une indéniable ambition dans la construction (« Cyborg Justice », qui aplanit quelque peu les aspérités, et propose un voyage Heavy-Thrash bien emballé), sans pour autant se gêner de caler ses BPM sur un tempo que les MOTORHEAD imposaient sur un « Overkill » enflammé (« Balls Of Steel », hymne Proto-Speed qui aménage même un refrain qu’on pourrait brailler le matin).

On pense aussi aux BULLDOZER italiens, avec cette retenue toute asiatique qui empêche le bourrin de s’installer et de tout prendre en main, mais à vrai dire, seul l’enthousiasme guide les pas de Miko et Yassy, qui ont très bien appris comment un riff purement Thrash devait nous séduire (« Triumph In The Tempest »). Constamment à cheval entre la vélocité drue et la brutalité crue, le tandem ne se pose pas de questions inutiles, et vise l’euphorie d’une agression infinie (« Siege Of Snakes », et sa guitare redondante qui plaque le même motif jusqu’à l’outrance). La cohésion entre deux musiciens qui se connaissent jusqu’à la braguette du pantalon éclate tout au long de pistes qui ont tendance à privilégier le pas de côté à la défonce rectiligne bornée (« Plane Of Tears and Pain », et son pattern un peu bancal), et finit par remporter l’adhésion de fans de Thrash de guingois mais vraiment bon (« Inhuman Transformation », hallucinant de frappe en précipitation et de staccato sans hésitation).

Le tout s’achève comme il a commencé, sans tergiverser, et « Black Sunshine » de refermer les débats avec la même assurance bluffante. Multiplication des motifs, cassage en règle de la linéarité de construction, pour un Speed-Thrash qui flirte même avec un Techno pas encore fleuri, mais dont les boutures laissent ahuri. On se replonge dans les années les plus brutales d’un genre qui n’en finit plus de se renouveler, sous l’impulsion de musiciens décomplexés qui se contentent de jouer crânement leur carte sans frimer.

Mais en tant que side-project affirmé, MILOPKL prouve avec Extreme League sa validité, et donne même le sentiment d’avoir affaire à une bande de super-méchants bien organisés plutôt qu’à un simple duo esseulé. Ça tourbillonne, ça bastonne, mais ça jamais ça ne tâtonne, pour une symphonie outrancière qui n’a pas oublié la dextérité dans la glacière. Un LP qui se déguste torride, et qui nous ramène des années en arrière, peu importe le pays charnière. Japon, Australie, on s’en fout tant que dure l’orgie. Et celle dépeinte ici est vraiment décadente et nous laisse à sa merci.


Titres de l'album:

  1. Extreme League
  2. Cybord Justice
  3. Balls of Steel
  4. Violent Desire
  5. Destroy The State
  6. Plane of Tears and Pain
  7. Triumph in the Tempest
  8. Siege of Snakes
  9. Inhuman Transformation
  10. Black Sunshine

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/09/2017 à 14:56
75 %    190

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Nekrofilth

Worm Ritual

Of Hatred Spawn

Of Hatred Spawn

Wyrms

Altuus Kronhorr - La Monarchie Purificatrice

Barshasketh

Barshasketh

Ravenface

Breathe Again

Blosse

Era Noire

Perversor

Umbravorous

Calcined

Discipline

Devil On Earth

Kill The Trends

Skald

Le Chant des Vikings

Cosmic Atrophy

The Void Engineers

Pissgrave

Suicide Euphoria

Blood Feast

Chopped, Sliced and Diced

The Intersphere

The Grand Delusion

Nachtmystium

Resilient

Billy Bio

Feed the Fire

Sacrosanct

Necropolis

Blackrat

Dread Reverence

Godsleep

Coming Of Age

Devil's Hand

Devil's Hand

Klone unplugged

RBD / 17/12/2018
Acoustique

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

A la différence de la France, la Norvège a une véritable culture musicale reconnue en effet...
1349 revient en force avec quelque chose d'inspiré et d'assez inédit pou leur œuvre. Je m'en réjouis car l'opus de 2014 était foncièrement mauvais : bon album dans l'absolu, mais très mauva(...)


Cool et si Entombed pouvait s'en inspirer. Parce que le A.D et autre ça craint les mecs....


GREAT !!! !!! !!!


Ah ! La France ! Le pays où l'on a des funérailles populaires pour Johnny Hallyday...


Ah ! La Norvège ! Le pays où on demande aux groupes BM de représenter leur pays comme n'importe quel autre artiste ! Enslaved récompensé par un ministre, Keep of Kalessin sur un timbre, 1349, etc...


Le line-up d'époque en plus !

A qui le tour maintenant ?


Il aurait tout foutu en l'air en étant de la partie Flynn ...
Tant mieux et en espérant qu'ils fassent quelques dates en plus et pourquoi pas par chez nous :)


Ah oui c'est vrai Dark Angel ont attend une nouvelle galette !

Le retour fracassant c'est Demolition Hammer, un massacre leur album.

Bon logiquement pas de Robb Flynn dans cette réformation, vu le départ de Phil Demmel de MH.


Ben ce serait super, ça. Peu ici ont déjà dû voir Vio-lence live, donc, comme notamment ce disque fait partie des référentiels du thrash, je ne vois pas pourquoi, si ce concert a du succès, ils ne remettraient pas le couvert avec des offres conséquentges en festival. Comme Dark Angel il y a (...)


;) tant mieux alors ! Par contre j'ai fais l'erreur de chercher d’où venait la photo de la cover de cet album. Et j'ai trouvé. A gerber, littéralement.


Tous ces groupes feraient mieux de dire qu'ils se reforment directement au lieu de tourner autour du pot, alors que tout le monde sait que la reformation ("mais on enregistrera rien de nouveau, hein !") arrivera tôt ou tard... Ça devient un sketch !


Super nom de groupe, super logo, superbe pochette (j'invite au passage les curieux à zieuter celle bien cracra de leur première démo), il ne m'en fallait donc pas plus pour être intrigué et jeter une oreille attentive sur cette galette :
Bah la musique va de paire avec tout ce que je vien(...)


Concert unique ?
Mouais...
Cela sent la reformation à plein nez ça...
Avec tournée des festivals européens d'ici peu...
Et c'est tant mieux !


Oh aller quoi Simony !?
Si tu fais l'effort de venir, je te paierai une ou deux chopines...


Volmerange Les Mines ? Fait chier parce que ça c'était une date faite pour The Riveter à Nancy mais cette salle n'existant plus... content de voir que l'association continue mais Volmerange... c'est loin de chez moi et un lundi soir c'est même pas la peine d'espérer... pffff....


Bah moi je serai à la troisième date française totalement zappée par vos services...
Et toc !


Merrimack live c'est rare ! Sur album c'est excellent, mais live c'est tout aussi bon ! Et pour le coup c'est l'excellent Omegaphilia qui sera joué en entier...


Allez y !


Entièrement d'accord et aussi bon sur albums qu'en live.


Eux qui nous ont habitué à l'excellence, je trouve qu'ici on est plutôt dans le low cost... un peu comme la qualité de ce titre d'ailleurs.