Encore un groupe qui ne va pas dire grand-chose à grand monde, ni à moi d’ailleurs. Une nouvelle découverte exhumée des tréfonds d’un net de plus en plus gourmand en nouveautés, et qui chaque semaine, charrie son lot d’explosions inconnues, qui méritent quand même qu’on en témoigne, histoire que tout ce barouf bénéficie d’échos hors de son pays d’origine. Celui-ci est d’ailleurs multiple, puisque les têtes pensantes de MILOPKL ne viennent pas de Russie comme ce nom semble l’indiquer, mais bien du Japon et d’Australie (si j’en crois les sources dénichées), et se connaissent depuis longtemps pour pratiquer l’art de la déconstruction rythmique au sein du même combo.

Ce combo mystère répond donc au nom de PUKELIZATION, implanté au Japon, et déjà auteur d’une myriade de sorties, dont six long play et une compilation, ce qui en fait de fait un ensemble plutôt productif. On retrouve au casting de ce concept presque solo deux hommes, amis et complices, qui prolongent donc leurs exactions au sein de MILOPKL. A gauche, MikoPKL, la tête pensante, qui chante, guitarise et basse, et à droite, YassyPKL, qui lui drumise, pour un voyage à la frontière d’un Speed Thrash assez atypique dans le rendu, mais efficace dans le vécu. Déjà responsables d’un initial Hypersatan666 en 2015, les deux compères ont donc récidivé cette année avec cet Extreme League à la sublime pochette emprunte d’heroïc-fantasy, qui cache dans ses sillons numériques de quoi faire headbanguer plus que de raison. Pas d’esbroufe, juste de l’efficacité, de la violence mâtinée de bonne humeur détrempée, pour un effort qui se place dans un créneau hybride et un peu bancal, hésitant entre la rudesse du Hardcore et l’attaque Thrash épaisse.

Difficile de dire si les deux amis gravitent dans la sphère Metal ou Core, ce qui n’empêche nullement d’apprécier leurs efforts, qui s’articulent autour d’un axe de J-Thrash assez influencé par les références les plus occidentales et accidentés. Entre des riffs qui tournoient sans relâche, des rythmiques qui blastent, qui aplatissent et rebondissent, et des soli qui hérissent, le ballet est étourdissant, et éminemment rapide et violent. On pense même parfois à une sorte de Powerviolence passéiste et sevré de Thrashcore militant (« Violent Desire », un truc hyper dense et concentré qui arrache les tympans), aiguillés sur cette piste par le timbre de voix très rauque et particulier de Miko, qui éructe plus qu’il ne grogne, et qui confère aux pistes un délicieux parfum rétro.

Les morceaux se veulent concis par la durée, mais riches par le nombre d’idées. Il n’est pas rare qu’ils soient constitués d’une kyrielle de plans ultraviolents s’entrechoquant en une frénétique gigue, qui ne nous laisse que peu de répit. En témoigne l’hystérique « Destroy The State », qu’on a franchement du mal à suivre, même avec une partition, et qui frappe sans relâche pour nous faire chavirer de déraison. Mais la folie que dégage ce second longue durée est vraiment contagieuse et s’apparente à un blitzkrieg total qui nous prend de face, de dos et de revers, et qui a la franchise de ses opinions dès son intro carton (« Extreme League », ou comment unir MACABRE, CRYPTIC SLAUGHTER et WARBRINGER dans le même élan frondeur).

Good friendly violent fun ? La devise de nos EXODUS chéris semble s’être vue appropriée par ce duo auquel on ne saurait résister, et qui fait parfois montre d’une indéniable ambition dans la construction (« Cyborg Justice », qui aplanit quelque peu les aspérités, et propose un voyage Heavy-Thrash bien emballé), sans pour autant se gêner de caler ses BPM sur un tempo que les MOTORHEAD imposaient sur un « Overkill » enflammé (« Balls Of Steel », hymne Proto-Speed qui aménage même un refrain qu’on pourrait brailler le matin).

On pense aussi aux BULLDOZER italiens, avec cette retenue toute asiatique qui empêche le bourrin de s’installer et de tout prendre en main, mais à vrai dire, seul l’enthousiasme guide les pas de Miko et Yassy, qui ont très bien appris comment un riff purement Thrash devait nous séduire (« Triumph In The Tempest »). Constamment à cheval entre la vélocité drue et la brutalité crue, le tandem ne se pose pas de questions inutiles, et vise l’euphorie d’une agression infinie (« Siege Of Snakes », et sa guitare redondante qui plaque le même motif jusqu’à l’outrance). La cohésion entre deux musiciens qui se connaissent jusqu’à la braguette du pantalon éclate tout au long de pistes qui ont tendance à privilégier le pas de côté à la défonce rectiligne bornée (« Plane Of Tears and Pain », et son pattern un peu bancal), et finit par remporter l’adhésion de fans de Thrash de guingois mais vraiment bon (« Inhuman Transformation », hallucinant de frappe en précipitation et de staccato sans hésitation).

Le tout s’achève comme il a commencé, sans tergiverser, et « Black Sunshine » de refermer les débats avec la même assurance bluffante. Multiplication des motifs, cassage en règle de la linéarité de construction, pour un Speed-Thrash qui flirte même avec un Techno pas encore fleuri, mais dont les boutures laissent ahuri. On se replonge dans les années les plus brutales d’un genre qui n’en finit plus de se renouveler, sous l’impulsion de musiciens décomplexés qui se contentent de jouer crânement leur carte sans frimer.

Mais en tant que side-project affirmé, MILOPKL prouve avec Extreme League sa validité, et donne même le sentiment d’avoir affaire à une bande de super-méchants bien organisés plutôt qu’à un simple duo esseulé. Ça tourbillonne, ça bastonne, mais ça jamais ça ne tâtonne, pour une symphonie outrancière qui n’a pas oublié la dextérité dans la glacière. Un LP qui se déguste torride, et qui nous ramène des années en arrière, peu importe le pays charnière. Japon, Australie, on s’en fout tant que dure l’orgie. Et celle dépeinte ici est vraiment décadente et nous laisse à sa merci.


Titres de l'album:

  1. Extreme League
  2. Cybord Justice
  3. Balls of Steel
  4. Violent Desire
  5. Destroy The State
  6. Plane of Tears and Pain
  7. Triumph in the Tempest
  8. Siege of Snakes
  9. Inhuman Transformation
  10. Black Sunshine

Facebook officiel


par mortne2001 le 17/09/2017 à 14:56
75 %    258

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Thornbridge

Theatrical Masterpiece

Spectrum Orchestrum

It's About Time

Ares Kingdom

By The Light Of Their Destruction

The End Machine

The End Machine

Vitriol

Chrysalis

Altar Of Oblivion

The Seven Spirits

Inculter

Fatal Visions

Venom Prison

Samsara

Sammy Hagar

Space Between

Final Cut

Jackhammer

Eivør

Live In Tórshavn

Burning Rain

Face The Music

Sisters Of Suffocation

Humans Are Broken

Jack Slamer

Jack Slamer

Misery Index

Rituals of Power

Black Oak County

Theatre of the Mind

Helium Horse Fly

Hollowed

Bergraven

Det Framlidna Minnet

Mgła - Revenge - Doombringer // Paris

Mold_Putrefaction / 19/05/2019
Death Metal

Dead can Dance

RBD / 19/05/2019
Darkwave

NETHERLANDS DEATHFEST IV / Tilburg, Pays-Bas

Jus de cadavre / 16/05/2019
Death Metal

Tour-Report ACOD (support Cradle Of Filth / Avril 2019)

Jus de cadavre / 14/05/2019
Death Black Metal

Concerts à 7 jours

Photo Stream

Derniers coms

Pour l'anecdote en sortant de la salle (opération qui prend un certain temps lorsqu'on a eu la bonne idée de se mettre un peu devant dans un Petit Bain plein comme un œuf) mes voisins s'émerveillaient de n'avoir "jamais vu'" un concert de Black qui bouge autant...

Enfin ça m'a fait(...)


Ça fait belle lurette qu'on se fait chier en concert de "Black Metal"...
En bon suceur de Deathlike Silence, tout le monde se la joue trop sérieux avec la mentalité no mosh et oublie le côté no trend. Et MGŁA s'est l'archétype du très bon groupe de studio qui ne sert à rien sur scène(...)


ouais c'est clair ça tabasse toujours autant, et comme a chaque sortie je me demande si un jour ils vont revenir en europe...


C'est sûr qu'avec une pochette comme cela, on a tout de suite envie d'acheter l'album...


Très sympa, j'aime beaucoup !


C'est pas tous les jours qu'un aussi bon album est chroniqué sur Metalnews, ne boudons pas notre plaisir. Un bon 8.5/10 pour ce thrash war metal.


On ne peut plus classique, mais toujours aussi efficace...


Merci pour le report, vieux Jus, ça donne presque envie :)
On se retrouve à DisneyHell en Juin


Exactement le même avis que toi concernant REVENGE et MGLA sur scène !
Pour le public amorphe, à mon avis il devait y avoir pas mal de Hollandais dans la salle :D !


La reprise Autumn Sun est de Deleyaman...le nom du groupe est mal écrit dans l'article ;)


Je te rassure : le "désormais" n'existe pas pour moi puisque je n'ai jamais aimé Korn et consorts (hormis durant ma prime adolescence... donc au temps jadis).


Par contre, Lisa, elle est malade ou quoi ? A la vue des vidéos sur YT, on dirait qu'elle a pris 30 kilos.


Merci pour ce papier, DCD fait partie des grands, et j'imagine les poils se hérisser aux sons de "Xavier" ou l'intemporel "Anywhere...". Ca a dû être de grands moments.


Ce qu'il faudra donc retenir de cette discussion de bon aloi entre Satan et JDTP, c'est que le terme Néo Metal (qui est effectivement une des influences flagrantes de ce groupe) est désormais perçu de façon totalement péjorative...
Intéressant non ?


Autant pour moi !
Ce que j'aime bien dans le projet, c'est qu'on a un peu l'impression de déconner entre potes de longue date.


Alors dans mon esprit ce n'était pas du tout du second degré en fait. C'est une des influences principales du groupe (parmi de nombreuses autres), c'est pourquoi j'ai choisi cette dénomination.
Quoiqu'il en soit je suis absolument d'accord avec toi, c'est carrément bien fichu et d'une inc(...)


"La voix, sa voix, est là, toujours hostile, semblant parvenir du plus profond des enfers. Elle est intacte, unique"
Tout est dit mec !


Je trouve ça un peu sévère de qualifier ça de "néo métal". Car même si le côté humoristique ferait penser à un truc sans prétention, ça reste quand même plutôt bien fait.


https://necrokosmos.blogspot.com/2019/05/le-groupe-americain-sort-son-premier.html


"Autre phénomène à la mode bien ridicule est à mon sens le « Ghost bashing »"...
Bah excuses moi gars, mais si je n'aime pas GHOST et surtout ce qu'ils sont devenus désormais, crois moi bien que je ne vais certainement pas me faire prier pour le dire.
Je les ai vu pour la toute pr(...)