Fashkodato!

Xrdm

16/08/2017

Exit Music

Allez, si on se faisait un petit tête à tête en amoureux, du côté de Kota Kinabalu, en Malaisie ? Après tout, c’est une charmante ville côtière, alors autant en profiter non ? Hum ? Vous ne tombez pas dans mon panneau ? Mais quel panneau ? Ah, je ne suis pas du genre à proposer des plans romantiques c’est ça ? Vous avez le nez creux, en fait, la Malaisie n’est qu’une excuse. Enfin, pas vraiment, puisque c’est le pays d’origine d’une nouvelle bande qui nous propose sa nouvelle bande, en tape via Exit Music, et qui vaut salement la peine d’être écoutée, sous peine de se priver d’une bonne dose de violence concentrée.

Oui, je sais, on passe de la romance à la violence en quelques lignes, mais après écoute du produit en question, celle d’un éventuel rapprochement affectueux ne se pose plus tant ces barges Core nous malmènent jusqu’au fond des yeux.

XRDM est donc un quintette malaisien (Memel: guitare, Nzt: chant, Adam: basse, Praka: autre guitare et Qassim: batterie), déjà auteur d’un nombre conséquent de sorties (une démo en 2013, un premier EP éponyme en 2014, un split avec les NO STATIK), complètement DIY, et qui sait distiller de franches attaques Core, dans un climat joyeusement foutraque de Fastcore à tendance Powerviolence light, qui remue franchement les tripes et qui a la niaque.

Rien de bien nouveau sous le soleil d’Asie, mais une folle énergie dispensée par un combo qui sait comment la gérer, et surtout, la faire exploser. Sur une trame simple, les cinq compères nous troussent de véritables petits hymnes à la débauche sonique, et bousculent les conventions Hardcore pour le mettre à leur diapason. Et le la chez eux est plutôt haut placé, si l’on en juge par la voix incroyablement hystérique de Nzt, qui hurle comme une damnée, et qui nous effraie de ses vocalises haut-perchées. Rarement chanteuse Core n’aura poussé le paroxysme des hurlements à son comble, mais avouons tout de go que la demoiselle à le gosier costaud, et qu’en plus elle se fait soutenir par les cris rauques de son acolyte qui aggrave le tout. Ajoutez à ça un instrumental super solide, qui s’articule autour d’une rythmique qui n’hésite pas à blaster quand l’envie s’en fait sentir, des riffs supersoniques qui charclent et labourent à cent lieues alentours, et vous obtenez la tape de Fastcore de cette fin d’année, qui balaie les doutes et qui évite qu’on s’encroute. Doté d’une production ample mais suffisamment sèche pour adhérer aux principes Core, Fashkodato! est le genre d’EP qu’on écoute encore et encore, mais comme six minutes ça passe très vite, on est rapidement tenté d’y retourner, histoire de s’en remettre une bonne giclée.

Brassage des genres pour folie ambiante, cette fête Hardcore passe comme une tornade qui vous déforme le corps, et vous laisse à terre, les oreilles en chou-fleur et le regard ailleurs. Difficile de se montrer impassible devant une telle démonstration d’intensité, qui relègue bien des collègues dans les cordes de la politesse musicale. Ici, tout n’est que bruit et fureur, mais bruit amadoué et contrôlé, pour ne pas sombrer dans le chaos tout en faisant du pied à un Thrashcore vraiment musclé.  Comme en plus, le gang nous a soigné une pochette aux petits oignons, d’un graphisme admirable au message limpide, Fashkodato! se pose en tape de luxe qu’il serait dommage de laisser sur des étagères abandonnées. Vendue pour quatre malheureux dollars, elle présente l’atout majeur de s’écouter à toute heure, et lâche huit morceaux, dont deux seulement passent la barre de la minute, mais qui proposent suffisamment d’idées pour les rendre indispensables. Dès lors, vous connaissez le principe du Fastcore, jouer vite, encore plus vite, pas forcément plus fort, mais avec une hurleuse de la trempe de Nzt, les XRDM jouent de leur point fort, sans en abuser en bâclant des compos pour s’amuser.

Voilà le bilan qu’on peut dresser de cette découverte affolée, mais si jamais vous préférez la violence à la romance, ne vous gênez pas, et réservez une table, quelque part du côté de Kota Kinabalu, et passez cette cassette pour vous amuser de la tête des autres convives pas vraiment à la fête. Et avec un peu de bol, les XRDM se pointeront entre les crevettes et la soupe au potiron. Ça risque d’être mignon…


Titres de l'album:

  1. Nobody Has To Die
  2. avoidance
  3. I am The Nail
  4. Lucy Liu
  5. Serfdom
  6. CHEATCODES.GOV
  7. Feast Me
  8. Tailgate Party

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/10/2017 à 18:02
74 %    509

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Derniers articles

From This Day Forward

mortne2001 10/09/2020

...And Justice For All

mortne2001 08/09/2020

Slayer + Megadeth 2011

RBD 05/09/2020

Manifest Decimation

mortne2001 31/08/2020

Opeth 2006

RBD 29/08/2020

Widespread Bloodshed/Love Runs Red

mortne2001 24/08/2020

Concerts à 7 jours
Freedom Call + Primal Fear 23/09 : Machine, Paris (75)
Tags
Photos stream
Derniers commentaires
Living Monstrosity

@ Humungus :Je pense qu'on a tous connu des petites lenteurs au démarrage pour apprécier certains groupes, quitte à se coller des baffes ensuite pour avoir pris le train avec autant de retard et manqué autant de bonnes choses.  :-))))  J'ai m(...)

20/09/2020, 22:00

Saddam Mustaine

Mercyless, Massacra, Loudblast, Aggressor, Misanthrope.Le Death metal Français old school sur les doigts de la main.

20/09/2020, 21:59

metalrunner

C est clair du Incantation pur jus mais punaise que c est bon .J adore la pochette de kantor.

20/09/2020, 17:40

Buck Dancer

A l'époque, j'étais beaucoup plus focalisé sur la scène internationale que française ( préjugé etc...) mais, à sa sortie, j'avais acheté Abject Offerings (ainsi que le" Signs of the decline" de Massacra) (...)

20/09/2020, 17:26

metalrunner

Perso ca me chier de dire cela.Mais en même temps quand tu joues a temps plein dans exodus tu es forcement influencé..Sinon pour le meilleur morceaux c est l instrumentale une tuerie(pas de chant pleurnichard et sans hargne.)Apres j ai quand même hâte de leur voir en live.

20/09/2020, 14:21

Simony

Pareil que Jus de cadavre. Découvert la scène avec NO RETURN et AGRESSOR pour ma part, LOUDBLAST dans un deuxième temps mais dans le lot, ceux qui bottent encore sérieusement des culs c'est quand même MERCYLESS. Je crois qu'on ne se rend pas bien compte de l'importance de ces mecs dans la(...)

20/09/2020, 13:47

Jus de cadavre

J'ai découvert Mercyless vraiment sur le tard de mon coté, trop jeune pour avoir connu la grande époque du Thrash Death français je ne m'étais pas vraiment intéressé à tout ça (à part Loudblast et Massacra...). Puis j'ai vu le groupe sur scène au Muscadeath il y a quelques années et la j(...)

20/09/2020, 11:47

Mandon Claude

Le dernier album est une tuerie ,merci à nos PIONNIERS du death metal made in France

20/09/2020, 11:23

La Gule

Power trip quel souvenir !

20/09/2020, 11:16

La Gule

Vivement le prochain !

20/09/2020, 11:14

La Gule

Report au top ! Merci de me transmettre ta passion depuis toutes ces années...

20/09/2020, 11:12

Arioch91

@metalrunner : "Heathen est devenu un sous Exodus." Je n'aurais pas mieux dis.

20/09/2020, 07:22

Humungus

Ton anecdote Living Monstrosity me parle drôlement : Pendant des décennies, je suis passé totalement à côté de ce groupe. A la sortie de leur première galette, j'étais pour ma part à fond dans le brutal et donc à mille lieux d'apprécier la lourdeur émotionnelle de l'album. De(...)

20/09/2020, 05:00

Zirz

Pourtant écoute après ré écoute je le trouve très bon ce 1 er dukes of the orient le rock dans les magasines on s'en tape

19/09/2020, 21:14

Gargan

Après le nautique, le doom tellurique. En plus avec une pochette qui montre un arbre et le ciel en contre plongée. M'enfin, tant que la musique est bonne, comme dirait l'autre.

19/09/2020, 20:31

Living MOnstrosity

Visionnage obligatoire ! Pour la petite anecdote : je tannais un collègue de taf récemment pour qu'il écoute ENFIN ce disque. Il était fan de Pantera dans les 90's mais était complètement passé à côté de Down. Il y a quelques jours il m'a incendié, les yeux en trous d'(...)

19/09/2020, 15:28

Simony

La photo est signée d'un Allemand, Marco Großmann, jamais entendu parlé jusque là et l'artwork est de Stephan Hünniger, le bassiste du groupe.

19/09/2020, 14:15

Buck Dancer

Joli report qui respire la passion. Dès que j'ai une heure devant moi, je me dois de regarder ce concert, je n'ai vu que deux extraits pour le moment.

19/09/2020, 13:55

RBD

Beau report, plein d'amour mais rendu consistant par une connaissance profonde du groupe, son histoire et son milieu. Il faut que je me dégage un moment pour le voir, avec tous les dvds de live que j'ai en retard aussi...

19/09/2020, 13:15

arty

Quel porridge insipide,,,

19/09/2020, 12:48