Allez, si on se faisait un petit tête à tête en amoureux, du côté de Kota Kinabalu, en Malaisie ? Après tout, c’est une charmante ville côtière, alors autant en profiter non ? Hum ? Vous ne tombez pas dans mon panneau ? Mais quel panneau ? Ah, je ne suis pas du genre à proposer des plans romantiques c’est ça ? Vous avez le nez creux, en fait, la Malaisie n’est qu’une excuse. Enfin, pas vraiment, puisque c’est le pays d’origine d’une nouvelle bande qui nous propose sa nouvelle bande, en tape via Exit Music, et qui vaut salement la peine d’être écoutée, sous peine de se priver d’une bonne dose de violence concentrée.

Oui, je sais, on passe de la romance à la violence en quelques lignes, mais après écoute du produit en question, celle d’un éventuel rapprochement affectueux ne se pose plus tant ces barges Core nous malmènent jusqu’au fond des yeux.

XRDM est donc un quintette malaisien (Memel: guitare, Nzt: chant, Adam: basse, Praka: autre guitare et Qassim: batterie), déjà auteur d’un nombre conséquent de sorties (une démo en 2013, un premier EP éponyme en 2014, un split avec les NO STATIK), complètement DIY, et qui sait distiller de franches attaques Core, dans un climat joyeusement foutraque de Fastcore à tendance Powerviolence light, qui remue franchement les tripes et qui a la niaque.

Rien de bien nouveau sous le soleil d’Asie, mais une folle énergie dispensée par un combo qui sait comment la gérer, et surtout, la faire exploser. Sur une trame simple, les cinq compères nous troussent de véritables petits hymnes à la débauche sonique, et bousculent les conventions Hardcore pour le mettre à leur diapason. Et le la chez eux est plutôt haut placé, si l’on en juge par la voix incroyablement hystérique de Nzt, qui hurle comme une damnée, et qui nous effraie de ses vocalises haut-perchées. Rarement chanteuse Core n’aura poussé le paroxysme des hurlements à son comble, mais avouons tout de go que la demoiselle à le gosier costaud, et qu’en plus elle se fait soutenir par les cris rauques de son acolyte qui aggrave le tout. Ajoutez à ça un instrumental super solide, qui s’articule autour d’une rythmique qui n’hésite pas à blaster quand l’envie s’en fait sentir, des riffs supersoniques qui charclent et labourent à cent lieues alentours, et vous obtenez la tape de Fastcore de cette fin d’année, qui balaie les doutes et qui évite qu’on s’encroute. Doté d’une production ample mais suffisamment sèche pour adhérer aux principes Core, Fashkodato! est le genre d’EP qu’on écoute encore et encore, mais comme six minutes ça passe très vite, on est rapidement tenté d’y retourner, histoire de s’en remettre une bonne giclée.

Brassage des genres pour folie ambiante, cette fête Hardcore passe comme une tornade qui vous déforme le corps, et vous laisse à terre, les oreilles en chou-fleur et le regard ailleurs. Difficile de se montrer impassible devant une telle démonstration d’intensité, qui relègue bien des collègues dans les cordes de la politesse musicale. Ici, tout n’est que bruit et fureur, mais bruit amadoué et contrôlé, pour ne pas sombrer dans le chaos tout en faisant du pied à un Thrashcore vraiment musclé.  Comme en plus, le gang nous a soigné une pochette aux petits oignons, d’un graphisme admirable au message limpide, Fashkodato! se pose en tape de luxe qu’il serait dommage de laisser sur des étagères abandonnées. Vendue pour quatre malheureux dollars, elle présente l’atout majeur de s’écouter à toute heure, et lâche huit morceaux, dont deux seulement passent la barre de la minute, mais qui proposent suffisamment d’idées pour les rendre indispensables. Dès lors, vous connaissez le principe du Fastcore, jouer vite, encore plus vite, pas forcément plus fort, mais avec une hurleuse de la trempe de Nzt, les XRDM jouent de leur point fort, sans en abuser en bâclant des compos pour s’amuser.

Voilà le bilan qu’on peut dresser de cette découverte affolée, mais si jamais vous préférez la violence à la romance, ne vous gênez pas, et réservez une table, quelque part du côté de Kota Kinabalu, et passez cette cassette pour vous amuser de la tête des autres convives pas vraiment à la fête. Et avec un peu de bol, les XRDM se pointeront entre les crevettes et la soupe au potiron. Ça risque d’être mignon…


Titres de l'album:

  1. Nobody Has To Die
  2. avoidance
  3. I am The Nail
  4. Lucy Liu
  5. Serfdom
  6. CHEATCODES.GOV
  7. Feast Me
  8. Tailgate Party

Bandcamp officiel


par mortne2001 le 30/10/2017 à 18:02
74 %    242

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Sylvaine

Atoms Aligned, Coming Undone

Heresy

Blasphemia

Sadist

Spellbound

Prezir

As Rats Devour Lions

Septagon

Apocalyptic Rhymes

Blood Curse

Sorceress

Orion Dust

Legacy

Cult Leader

A Patient Man

Warkunt

Of Ruins And Agony

Dalkhu

Lamentation And Ardent Fire

Edremerion

Ambre Gris

Beer Breath

Story of a Decayed Life

Sacral Rage

Beyond Celestial Echoes

Eternal Rot

Cadaverine

Cancer

Shadow Gripped

Warrel Dane

Shadow Work

Zealotry

At the Nexus of All Stillborn Worlds

Heir Apparent

The View from Below

Hæster

All Anchors No Sails

Brutal Metal DTP Gig

Simony / 12/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 2

Mold_Putrefaction / 05/12/2018
Black Metal

LIVE REPORT - TYRANT FEST 2018 - JOUR 1

Mold_Putrefaction / 04/12/2018
Ambiant

Tyrant Fest J2 [Photo Report]

Simony / 29/11/2018
Black Metal

Concerts à 7 jours

+ Solstafir

13/12 : L'aéronef, Lille (59)

Revocation + Rivers Of Nihil + Archspire

15/12 : Le Petit Bain, Paris (75)

Photo Stream

Derniers coms

Ben, mince alors ! :(


Le gars qui joint le geste à la parole en somme...


Fin de carriere chez Cannibal Corpse j'imagine...


La drogue, c'est mal.


Mercyless au top comme d'hab quoi. La classe ce groupe franchement.


On est loin de ...and Oceans, pour le coup !


Pas mal du tout en effet ! Old-school, brutal, bas du front. Combo !


chro séduisante, bon morceau également, merci pour la découverte


Franchement meilleur que les dernières prod de Death Fr...


Humungus : +1
Ben oui, normal. Déjà assimiler "vegan" et "antifa" est hors sujet.
Soutenons UADA !


KaneIsBack + 1.


Nefarious + 1.


Non.


Cet album est absolument fantastique !!!


Ravi de lire un report sur Aura Noir


J'ai jamais vraiment écouté Cancer, pourtant je fais partie de cette génération des 90's qui a découvert( le death metal avec ces sorties majeures. Très efficace ce titre , va falloir que je rattrape quelques lacunes.


commandé


Le metal selon les Grammys... Vaste blague.


Candlemass c'est pourris depuis la première séparation des années 90...Avant c'était génial et sombre.


Rien d'autre a faire que d'aller au Botswana ?