Sans être trop catégorique, on pourrait presque affirmer que le Brésil a inventé le Death/Thrash à lui tout seul. En y repensant, et en se remémorant les parcours de SARGOFAGO, SEPULTURA, DORSAL ATLANTICA, on se rend compte que la frontière entre les deux styles a toujours été plus que floue pour les lusophones, qui ont toujours manipulé la brutalité en tant que telle, sans se soucier des appartenances de genre. Pas étonnant de constater dès lors que ce Crossover continue de faire des adeptes depuis les sacro-saintes années 80, et que des groupes comme DISGRACE AND TERROR connaissent une belle carrière depuis leurs débuts. Débuts entamés à l'orée du nouveau siècle, et qui depuis ont confirmé le potentiel d'un des trios les plus velus d'Amérique du Sud, à la lisière du chaos, mais toujours suffisamment stable pour ne pas y sombrer. Depuis leur naissance, les originaires de Belèm n'ont pas vraiment chômé, et outre une vie sur la route leur ayant bouffé quinze ans de leur existence, les trois musiciens affichent un compteur discographique assez conséquent, que cet Age of Satan vient compléter de son exhaustivité et de sa méchanceté. Ainsi, après l'initial et explosif Shadows of Violence en 2005, The Final Sentence en 2013 et El Papa Negro en 2015, les affamés de violence nous en reviennent trois ans plus tard avec cet implacable quatrième longue-durée, toujours aussi efficace, et semblant même se hisser à la hauteur des meilleures réalisations du cru. Sans changer formellement une recette qui fonctionne depuis presque deux décennies, les brésiliens continuent d'appuyer là où ça fait mal, et nous distillent huit morceaux officiels bien concentrés, agrémentés de trois bonus-tracks en concert pas piqués des vers. L'ensemble a donc fière allure, et carbure, au morbide évidemment, mais aussi à l'élan Thrash savamment distillé, pour former au final une ode à l’ultra-violence que certains fans de groupes établis sauront apprécier.

Quels groupes? Disons un certain nombre, puisque les DISGRACE AND TERROR ne cachent pas vraiment leurs influences, sans non plus verser dans la repompe éhontée. On note de ci de là quelques traces évidentes de Death sombre et purement anglais, avec quelques clins d’œil adressés à la cruauté des BENEDICTION, mais le versant US de la boucherie made in Tampa a aussi le droit d'être cité dans le texte, via quelques paraphrases de nos maudits MORBID ANGEL, d'AUTOPSY, et surtout, d'une version plus macabre d'un DEICIDE qui n'en finit pas de faire de vilains émules. Outre un son que le Scott Burns de la grande époque aurait pu peaufiner, les compositions se veulent assez directes, sans cracher sur un brin de complexité, gardant toutefois les pieds fermement ancrés sur une terre authentique, histoire de ne pas perdre de vue l'optique old-school si fièrement prônée. J'ai dit old-school ? Oui, mais pas vintage tape-à-l’œil pour indécrottables passéistes, puisque ce quatrième album s'inscrit dans un air du temps modulé de passion, ce que ces nombreux breaks et tassements prouvent. Avec un son faisant la part belle à une homogénéité globale, et des riffs qui s'empilent comme des cadavres dans un charnier, Age of Satan frappe fort, laisse les instrumentistes faire leur job, et plutôt bien d'ailleurs, Acumulant les moments de bravoure personnels comme les prouesses collectives, pour aboutir à un ensemble en bloc de béton, style coulée de chaux dissimulant à l'histoire une fosse commune un peu glauque. Mais tout ceci est précis, ne bave pas sur les côtés, et joue la minutie, tout en mettant en avant des instincts primaires assez prononcés. On pense même en plus d'une occurrence à une traduction du séminal Harmony Corruption des NAPALM DEATH dans un vocable Thrash sud-américain, spécialement au niveau du chant graveleux de Rot Terrorist, qui grogne comme un beau diable, tout en plaquant des lignes de basse quasiment inaudibles dans le mix qui a méchamment mis les guitares en avant. Celles-ci, manipulées par Vinicius Carvalho multiplient les motifs, agrémentant l'atmosphère putride d'une précision de staccato héritée de la légende Thrash nationale, tout en semant par intermittences des soli très capables qui ajoutent une jolie plus-value aux morceaux.

Dès lors, inutile de tourner autour du pot, cette dernière réalisation des brésiliens reste dans la lignée de leurs efforts précédents, tout en essayant d'apporter un peu de sang neuf au sacrifice entamé il y a quinze ans. Les titres se succèdent, n'apportant pas toujours les idées inédites leur permettant de vraiment se différencier, mais l'efficacité globale est tellement probante qu'on en excuse assez facilement ce manque d'innovation. Mais comme nous parlons de Death old-school, qui évite le primitivisme d'un côté et l'excès de technique de l'autre, il est toujours ardu de faire preuve d'audace, alors autant se focaliser sur la brutalité, qui reste modérée. Pas question de chaos ici, même si les passages en blasts rappellent fermement les prises de position de MORBID ANGEL et DEICIDE, mais bien de puissance, ce qu'un morceau lent et oppressant de la trempe de “Gnosis Infernum » rappelle de sa mélodie acide et de sa construction progressive. Instrumental judicieusement placé vers la fin de l'album, pour aérer un peu la moiteur ambiante, cet interlude se place dans le haut du panier avec ses harmonies presque séduisantes, transcendées par des interventions en solo justes et évanescentes. Non que la voix de Rot stagne à un niveau de linéarité, puisque le vocaliste fait ce qu'il peut pour alterner les growls et les cris de démons à la façon d'un Glen Benton, mais lorsque les instruments prennent le pas sur la voix, on se rend compte que le groupe a un solide background Thrash, qui peut même rappeler les grandes heures de SEPULTURA ou des DEATH ANGEL. Et si les licks semblent rebondir les uns sur les autres d'un titre à l'autre, si les breaks paraissent parfois similaires, et si les textes sont évidemment emprunts d'un formalisme occulte (et cautionnés par une intro d'Aleister Crowley himself), on se prend quand même au jeu, malgré un timing un peu long qui aurait gagné à être plus concentré. Mais en l'état, et au vu du marasme vintage actuel, cet Age of Satan confirme la suprématie des DISGRACE AND TERROR sur la scène brésilienne extrême, et souffle un peu de fraîcheur morbide sur un marché à l'agonie, saturé de pillage et autre plagiat en forme d'hommage.          

 

Titres de l'album :

                        1.Age of Satan          

                        2.Secret Abyss          

                        3.Samael       

                        4.Satanic Emancipation      

                        5.Hectorian Magnetism       

                        6.Esqueleto del Diablo        

                        7.Gnosis Infernum   

                        8.Bright of Darkness           

                        9.God of Carnage    

                       10.Sanatorium         

                       11.Agony

Facebook officiel


par mortne2001 le 14/10/2018 à 16:03
75 %    249

Commentaires (0) | Ajouter un commentaire

pas de commentaire enregistré

Ajouter un commentaire


Exxxekutioner

Death Sentence

Peacemaker

Concrete and Terror

Maligner

Attraction To Annihilation

Black Bart

Casnewydd-Bach

Obszön Geschöpf

Master Of Giallo

Azusa

Heavy Yoke

Soulfly

Ritual

The Struts

Young & Dangerous

Northward

Northward

Malm

Kollaps

Bonehunter

Children Of The Atom

Amaranthe

Helix

Gaslarm

Dusk Mothers Children

Tourniquet

Gazing At Medusa

W.m.d.

Lethal Revenge

Daeria

Fenix

Antagonism

Thrashocalypse

Newbreed

Law

Khandra

There is no Division Outside Existence

Riser

Temple of Addiction

Interview AZUSA (Eleni Zafiriadou)

mortne2001 / 11/11/2018
Azusa

Cortez + Stuntman

RBD / 10/11/2018
Hardcore

The Studio Experience #3

grinder92 / 08/11/2018
Benighted

Photo Report - Garmonbozia 20 ans !

Simony / 06/11/2018
Anniversaire

Concerts à 7 jours

+ Venenum + Slægt

16/11 : Le Mondo Bizarro, Rennes (35)

Samavayo + Greenleaf

16/11 : Le Glazart, Paris (75)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

16/11 : Cc John Lennon, Limoges (87)

Watain + Rotting Christ + Profanatica

17/11 : Le Trabendo, Paris (75)

Omnium Gatherum + Wolfheart + Nothgard

19/11 : Le Petit Bain, Paris (75)

Sick Of It All + The Worst Doubt + Lugosi

19/11 : Espace Icare, Issy-les-moulineaux (92)

Photo Stream

Derniers coms

Comme LeMoustre, fort agréablement surpris par cet album.


Hé hé hé !
On se croirait au bon vieux temps de VS bon dieu de dieu...
Rien que pour ce merveilleux retour dans le passé, merci Meloman.


Excellent mec, merci !


Depuis le temps que j'entends parler de New noise (et très souvent en bien) va falloir y jeter un coup d'oeil quand même... merci pour les coms !


Pas totalement metal, mais New noise est pour moi le seul bon mag aujourd'hui. De part sa ligne éditoriale ( même si on retrouve toujours un peu les mêmes groupes avec le temps) et dans lequel on retrouve souvent des dossiers ou interviews ( d'anciens de la scène, boss de label...) vraiment int(...)


Impeccable papier qui, avec un avis sur un autre site couplé à l'écoute de cet extrait, a dévié très vite vers une commande sur le site du label.
Au passage, bien vu les différences entre thrash/death et l'inverse. ici, c'est bien du thrash/death, et l'affiliation avec Scott LaTour (In(...)


C'est ça, ou faut aller sur les fanzines qui arrivent à subsister, fait par des fans pour des fans, chacun pourra trouver chaussure à son pied sur les différentes distros disponibles. Snakepit et ses ersatz (dont le Français Metal Titans au passage) dans plein de genres sont là pour ça. A un (...)


Totalement d'accord avec toi LeMoustre pour le coup. La seule chose qui m'intéresse encore dans les magazines c'est les itw pour la raison que tu donnes. Aujourd'hui y a plus vraiment de mag (metal) qui propose de bonnes chroniques... ou du moins des chroniques un peu développées. Parce qu'en 10 (...)


Sur les chroniques, et leurs vérités assénées comme étant la divine parole. ce qui est intéressant en itw avec ce type de mag, c'est qu'ils ont souvent l'artiste en face, ou au tél, alors que les fanzines/webzines c'est plus par mail, empêchant tout rebond intéressant à un propos précéde(...)


Ca c'est la bonne nouvelle du jour. Le dernier triple album était excellent.
A noter que le label finlandais Svart Records va rééditer tous les album de Swallow the sun en vinyl et ça c'est cool ;)


Pauvre Abbath... lui qui a dû se sentir comme un couillon après l'écoute du dernier Immortal. "Personne n'est irremplaçable" est une phrase qui lui sied à la perfection désormais !


Un nouvel album, donc ensuite une tournée... Ça promet donc encore de grands moments de solitudes pour les musiciens qui l'accompagneront sur scène ! :D


Don't feed the troll.


Je vous rejoins assez tout les deux (notamment pour les truc prog' machin et le côté mainstream) mais avec un bémol tout de même : la chronique de Charlélie Arnaud qui, en plus de nous faire découvrir des pépites méconnus, le fait avec un ton, une plume et une passion qui font plaisir à lir(...)


Oui c'est vrai que je me base sur l'ensemble de leurs parutions et ce qui était vrai à leurs débuts ne l'est plus forcément. De mon côté, je me disais que c'était moi qui avait des goûts peut-être de moins en moins "mainstream" et y trouvais de moins en moins mon compte, mais je vois que je(...)


P'tite erreur dans la news, les gars : Schammasch vient de Suisse et Der Weg einer Freiheit d'Allemagne :-)


Mouais, moyennement d'accord avec la dernière partie de la phrase de Simony, la ligne éditoriale de ce magazine étant clairement orientée prog/mou du genou et délaisse quasiment toute la scène extrême / true / thrash. S'il y a trois chroniques par numéro sur ces scènes, c'est le maximum. Au(...)


Juste monstrueux ce morceau... comme tout l'album en fait !!!


Malheureusement, c'est le genre de une qui fait vendre. Rock Hard a déjà maintes fois expliqué le dilemme auquel ils sont confrontés pour trouver le juste milieu entre coup de cœur et aspect purement mercantile, reste qu'à l'intérieur la mise en avant de certains groupes encore obscurs est to(...)


Metallica qui ressort son dernier album potable en remaster. Et cover. Décidemment la presse n'a pas fini de se prostituer pour sauver ses miches.